1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
L’Assurance Maladie rembourse aux patients une part des frais liés à l’achat de certains médicaments

L’Assurance Maladie rembourse aux patients une part des frais liés à l’achat de certains médicaments

#Médicaments #Prise en charge
Par David Paitraud - Date de publication : 06 septembre 2022 - Image d'une montre Lecture : 11 minutes

Extensions de prise en charge en ville et à l'hôpital

Les spécialités suivantes font l'objet d'une extension de prise en charge en ville et/ou à l'hôpital : VOSEVI, MAVIRET, FLUCORTAC, KARDEGIC, PRALUENT, spécialités à base de bévacizumab et MOZOBIL.

Résumé

Au mois d'août, plusieurs spécialités ont bénéficié d'une extension de prise en charge.

Parmi elles, neuf spécialités distribuées en ville et à l'hôpital voient leur périmètre de remboursement et d'agrément aux collectivités s'étendre à de nouvelles indications ou populations : VOSEVI, MAVIRET, FLUCORTAC, KARDEGIC (dosages à 75 mg, 160 mg, 300 mg), PRALUENT (dosages à 75 mg, 150 mg et 300 mg).

À l'hôpital, l'agrément aux collectivités et la prise en charge en rétrocession ou en sus des prestations d'hospitalisation des spécialités à base de bévacizumab (AVASTIN, ABEVMY, AYBINTIO, MVASI, OYAVAS et ZIRABEV) et de la spécialité MOZOBIL sont également élargis.

Hépatite C chronique : remboursement de VOSEVI en pédiatrie, à partir de 12 ans

La prise en charge (remboursement en ville, agrément aux collectivités, rétrocession) [123] de VOSEVI 400 mg/100 mg/100 mg comprimé pelliculé (sofosbuvir/velpatasvir/voxilaprévir) est étendue au traitement de l'infection chronique par le virus de l'hépatite C (VHC) chez les patients âgés de 12 ans et plus et pesant au moins 30 kg (cf. VIDAL Reco « Hépatite C »).
Cette indication pédiatrique a été accordée en septembre 2021.

La dose recommandée de VOSEVI chez les patients âgés de 12 ans et plus et pesant au moins 30 kg est d'un comprimé 400 mg/100 mg/100 mg, par voie orale 1 fois par jour, à prendre avec de la nourriture pendant 8 ou 12 semaines (selon différents critères : patient naïf ou non de traitement par antiviral d'action directe, avec ou sans cirrhose, génotype).

La prise en charge de VOSEVI dans cette indication pédiatrique a été examinée par la Commission de la transparence (CT) en avril 2022 [4]. Les conclusions de cet avis sont favorables à la prise en charge de VOSEVI, avec :

  • un service médical rendu (SMR) important ;
  • une amélioration du SMR mineure (ASMR IV).

La CT s'est appuyée sur les résultats d'une étude clinique de phase II multicentrique, ouverte (étude GS-US-367-1175) dont l’objectif était d’évaluer la pharmacocinétique, l’efficacité́ et la tolé́rance de l’association sofosbuvir/velpatasvir/voxilaprevir, chez 21 adolescents âgés de 12 à 18 ans infectés par le VHC. Ces résultats suggèrent un profil d’efficacité et de tolérance comparable à celui décrit chez l’adulte, avec des taux d'éradication virologique > 90 % en l’absence de cirrhose et/ou d’antécédent de traitement antiviral.

En outre, la CT relève qu'il existe un besoin médical de disposer de médicaments efficaces dans le traitement de l’infection au VHC chez les enfants de moins de 18 ans.

La prise en charge de VOSEVI dans cette indication est assortie de la condition suivante : la décision de traiter une infection chronique par le VHC chez l'adolescent âgé de 12 à moins de 18 ans doit être discutée au cas par cas et doit être prise après proposition documentée issue d'une réunion de concertation thérapeutique.

Le taux de remboursement en ville et en rétrocession est fixé à 100 %.

Hépatite C chronique : prise en charge de MAVIRET en pédiatrie, à partir de 3 ans

La prise en charge (remboursement, agrément aux collectivités) [56] de MAVIRET 100 mg/40 mg comprimés pelliculés (glécaprévir, pibrentasvir) est étendue au traitement de l'infection chronique par le virus de l'hépatite C (VHC) chez les patients âgés de 3 ans et plus et pesant au moins 12 kg.

L'extension d'indication de MAVIRET dans la population pédiatrique dès 3 ans a été approuvée par l'Agence européenne du médicament (EMA) le 22 avril 2021 [7].

Dans cette indication, la CT a attribué un SMR important et une ASMR IV [8] sur la base des données disponibles chez l’enfant à partir de 3 ans (étude M16-123, DORA), suggérant un profil d’efficacité et de tolérance comparable à celui décrit chez l’adulte.

La CT a également tenu compte « du besoin de disposer chez l’enfant des nouveaux schémas thérapeutiques à base d’antiviraux pangénotypiques par voie orale, hautement efficaces et administrables en cure brève ».

La dose recommandée de glécaprévir + pibrentasvir pour les enfants âgés de 3 ans à moins de 12 ans dépend du poids de l'enfant : 

  • ≥ 12 à < 20 kg : 150 mg + 60 mg ;
  • ≥ 20 à < 30 kg : 200 mg + 80 mg ;
  • ≥ 30 à < 45 kg : 250 mg + 100 mg ;
  • > 45 kg : dose adulte (300 mg + 120 mg).

Une formulation de MAVIRET en granulés enrobés en sachet (50 mg/20 mg) est disponible sur le marché (et remboursable) ; elle est adaptée aux enfants âgés de 3 ans à moins de 12 ans pesant de 12 kg à moins de 45 kg.

Les comprimés et les granulés enrobés ne sont pas interchangeables. La totalité du traitement doit être prise avec la même formulation

FLUCORTAC : extension de prise en charge en cardiologie

La prise en charge (remboursement et agrément aux collectivités) [56] de FLUCORTAC 50 µg comprimé sécable (fludrocortisone) est étendue au traitement de l'hypotension orthostatique neurogène en cas d'échec et en complément des mesures non médicamenteuses (cf. VIDAL Reco « Hypotension orthostatique »).

Jusqu'à présent, cette spécialité était uniquement remboursable (65 %) dans le traitement minéralocorticoïde substitutif au cours de l'insuffisance corticosurrénale primaire, quelle qu'en soit l'étiologie, ou secondaire, en association avec un glucocorticoïde.

La prise en charge de FLUCORTAC dans l'hypotension orthostatique neurogène a été examinée en 2018 par la CT. Cette dernière a conclu à un SMR faible [9].

La CT note la faible qualité de la démonstration qui suggère une augmentation modeste de la pression artérielle lors du passage en position debout (études anciennes, principalement non comparative, avec un faible nombre de patients), et regrette l’absence de données comparatives en termes d’efficacité et de tolérance par rapport à la midodrine (GUTRON). 

Dans cette indication de cardiologie, la posologie recommandée est de 100 à 200 µg par jour (soit 2 à 4 comprimés à 50 µg par jour) en une prise vespérale, adaptée en fonction des signes d'orthostatisme et de la tolérance. La posologie devra être régulièrement réévaluée au cours du traitement.

Le taux de remboursement applicable est 65 %. 

KARDEGIC poudre pour solution buvable

La prise en charge (remboursement, agrément aux collectivités) [56] des spécialités KARDEGIC 75 mg, 160 mg et 300 mg poudre pour solution buvable en sachets (acétylsalicylate de DL-lysine) est étendue à la prévention des complications cardiovasculaires et cérébrovasculaires liées à l'athérosclérose chez les patients à haut risque vasculaire ayant un artériopathie oblitérant des membres inférieurs (AOMI) confirmée (cf. VIDAL Reco « Artériopathie des membres inférieurs »).

Cette indication a fait l'objet d'un avis de prise en charge favorable par la CT en mars 2021 [10]. 

Il ne s'agit pas d'une véritable extension d'indication, mais d'un élargissement du périmètre d'indication suite à une modification du libellé accordé en 2017 : 

  • prévention des complications cardiovasculaires et cérébrovasculaires liées à l’athérosclérose chez les patients à haut risque vasculaire ayant une pathologie artérielle ischémique confirmée, incluant donc les situations cliniques d’AOMI confirmée.

Dans l'AOMI confirmée, le SMR est considéré comme modéré. 

Les données disponibles proviennent d'une méta-analyse [11] incluant l'étude CLIPS académique, randomisée en double-aveugle [12]. Elles démontrent la supériorité de l’acide acétylsalicylique par rapport au placebo en termes de réduction du risque d’événements vasculaires majeurs, critère combinant infarctus du myocarde (IDM) non mortel, accident vasculaire cérébral (AVC) non mortel ou décès d’origine vasculaire (OR = 0,50, IC95 % [0,29-0,88]), considéré comme cliniquement pertinent.

La posologie recommandée en traitement chronique est de 1 sachet de KARDEGIC 160 mg ou 300 mg par jour.

Le taux de prise en charge est de 65 %. 

PRALUENT : prise en charge étendue à la sous-population de patients présentant une contre-indication aux statines ou à l'ézétimibe

La prise en charge (remboursement et agrément aux collectivités) [1314] des spécialités PRALUENT solution injectable (alirocumab - cf. Encadré 1) est étendue aux indications suivantes :

En association à un traitement hypolipémiant optimisé ou en monothérapie en cas de contre-indication ou d'intolérance avérée à la fois aux statines et à l'ézétimibe chez :

  • les patients adultes présentant une hypercholestérolémie familiale hétérozygote, à très haut risque cardiovasculaire, insuffisamment contrôlée par un traitement optimisé et nécessitant un traitement par LDL-aphérèse ;
  • les patients adultes présentant une maladie cardiovasculaire athéroscléreuse établie par un antécédent de syndrome coronarien aigu (SCA) récent (prévention secondaire) insuffisamment contrôlée (LDL-c ≥ 0,7 g/L), malgré un traitement hypolipémiant optimisé.
Encadré 1 - Spécialités PRALUENT bénéficiant d'une extension de prise en charge

La CT a réévalué l'indication de PRALUENT en cas de contre-indication ou d'intolérance aux statines et/ou à l'ézétimibe suite à un besoin médical identifié par les médecins cardiologues de disposer des inhibiteurs de PCSK9 (PRALUENT) dans cette situation. 

Elle a attribué un SMR important, sans ASMR [15].

Le taux de remboursement est fixé à 65 %, sur ordonnance de médicament d'exception. La prescription initiale annuelle est réservée aux spécialistes en cardiologie, en endocrinologie-diabétologie-nutrition, en médecine interne, en médecine vasculaire ou en neurologie. Le renouvellement n'est pas restreint.

La prise en charge par l'assurance maladie de toute prescription (initiale et renouvellement) d'un traitement par PRALUENT est subordonnée à l'accord préalable du service du contrôle médical. La demande d'accord préalable est applicable à toutes les indications thérapeutiques susceptibles d'ouvrir droit à une prise en charge.

Cancer du col de l'utérus : extension de prise en charge pour 6 spécialités de bévacizumab (AVASTIN et biosimilaires)

La prise en charge (agrément aux collectivités et en sus des prestations d'hospitalisation) [1617] des spécialités à base de bévacizumab 25 mg/mL solution à diluer pour perfusion (AVASTIN et biosimilaires - cf. Encadré 2) est étendue dans l'indication suivante :

  • en association au paclitaxel et au cisplatine, ou bien en association au paclitaxel et au topotécan chez les patientes ne pouvant pas recevoir de traitement à base de sels de platine, est indiqué chez les patientes adultes atteintes d'un carcinome du col de l'utérus persistant, en rechute ou métastatique.
Encadré 2 - Cancer du code l'utérus : liste des spécialités à base de bévacizumab bénéficiant d'une extension de prise en charge (arrêté du 22 juillet 2022)
  • ABEVMY 25 mg/mL : flacons de 4 et 16 mL (non commercialisé)
  • AVASTIN 25 mg/mL : flacons de 4 et 16 mL
  • AYBINTIO 25 mg/mL : flacons de 4 et 16 mL 
  • MVASI 25 mg/mL : flacons de 4 et 16 mL 
  • OYAVAS 25 mg/mL : flacons de 4 et 16 mL 
  • ZIRABEV 25 mg/mL : flacons de 4 et 16 mL 

Le biosimilaire ALYMSYS bénéficie déjà de cette extension de prise en charge depuis juin 2022 (cf. notre article du 30 juin 2022). 

Dans cette indication relative au traitement du cancer du col de l'utérus, la CT a octroyé à AVASTIN un SMR important et une ASMR mineure selon un avis de juillet 2016 [17], sur la base des résultats de l'étude GOG 240 de phase III [19]. Cette étude ouverte, randomisée à quatre bras, menée en groupes parallèles, a évalué l'efficacité et la tolérance d'AVASTIN en association à une chimiothérapie par rapport à la chimiothérapie seule, chez des patientes ayant un carcinome du col de l'utérus, persistant, en rechute ou métastatique.

Le gain lié à l'adjonction d'AVASTIN (bévacizumab) à la chimiothérapie avait alors été qualifié de modéré par la CT en termes de survie globale, la médiane ayant été améliorée de 3,9 mois (16,8 mois versus 12,9 mois ; HR stratifié = 0,74, IC95 % [0,58 ; 0,94], p = 0,0132), cette valeur (3,9 mois) ayant probablement été surestimée du fait d'un arrêt prématuré de l'étude (2e analyse principale).

Dans cette indication, le bévacizumab est administré en association avec l'un des protocoles de chimiothérapie suivants :

  • paclitaxel et cisplatine ;
  • ou paclitaxel et topotécane.

La dose recommandée est de 15 mg/kg de poids corporel administré 1 fois toutes les 3 semaines en perfusion intraveineuse (IV).

Il est recommandé de poursuivre le traitement jusqu'à progression de la maladie sous-jacente ou toxicité inacceptable.

MOZOBIL : prise en charge étendue en pédiatrie

La prise en charge (agrément aux collectivités, rétrocession) [2021] de MOZOBIL 20 mg/mL solution injectable (plérifaxor) est étendue, en association avec le facteur de croissance de la lignée granulocytaire (G-CSF), pour la mobilisation des cellules souches hématopoïétiques dans le sang périphérique avant leur collecte en vue d'une autogreffe chez les enfants atteints de lymphomes ou de tumeurs malignes solides soit :

  • de manière préemptive, lorsque le taux de cellules souches circulantes est supposé insuffisant, le jour prévu de la collecte après une mobilisation adéquate par G-CSF (avec ou sans chimiothérapie), pour obtenir le greffon de cellules souches hématopoïétiques désiré, ou si ;
  • une collecte de cellules souches hématopoïétiques en nombre suffisant a échoué précédemment.

L'indication prise en charge correspond au périmètre défini par l'autorisation de mise sur le marché (AMM). 

La demande de prise en charge a fait l'objet d'un avis favorable de la CT [22] en 2020, qui a attribué à MOZOBIL pour cette indication : 

  • un SMR important ;
  • une amélioration du SMR mineure (ASMR IV).

La CT s'est appuyée sur les résultats d'une étude de phase I/II non publiée (étude MOZAIC), réalisée en accord avec le plan d’investigation pédiatrique, ayant pour critère de jugement principal le doublement des cellules CD34+ dans le sang périphérique entre le matin précédant le jour de la 1re cytaphérèse et le matin avant la 1re cytaphérèse.

En pédiatrie (de 1 an jusqu’à moins de 18 ans), la dose quotidienne recommandée de plérixafor par injection sous-cutanée (SC) est de 0,24 mg/kg.

Le taux de prise en charge en rétrocession est fixé à 100 %.
 

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Dans la même rubrique
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster