1
2
3
4
5
4,0
(1 note)
Le syndrome du QT long expose les patients qui en sont atteints à un risque significatif de torsades de pointes ou de fibrillation ventriculaire (illustration @Jer5150 sur Wikimedia).

Le syndrome du QT long expose les patients qui en sont atteints à un risque significatif de torsades de pointes ou de fibrillation ventriculaire (illustration @Jer5150 sur Wikimedia).

#Médicaments #Bon usage
Par David Paitraud - Date de publication : 24 mai 2022 - Image d'une montre Lecture : 3 minutes

Citalopram/escitalopram : rappel des recommandations pour réduire le risque d'allongement du QT

L'ANSM rappelle les recommandations d'utilisation (posologie, contre-indications) du citalopram et de l’escitalopram visant à minimiser le risque d’allongement de l’intervalle QT associé à ces antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de recapture de la sérotonine.
 
Résumé
L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)  rappelle aux professionnels de santé le risque dose-dépendant d'allongement de l'intervalle QT associé au citalopram (SEROPRAM) et à l'escitalopram (SEROPLEX).

Pour améliorer le profil de sécurité de ces antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), les recommandations suivantes doivent être suivies : 
  • respecter les posologies maximales, lesquelles sont réduites chez le sujet âgé ;
  • identifier les situations de contre-indications (médicamenteuses ou associées au profil du patient) ;
  • corriger les anomalies électrolytiques avant de débuter un traitement par citalopram ou escitalopram. 
À l'appui de ce rappel, l'ANSM présente les résultats d'une étude française datant de 2019, réalisée à partir des prescriptions hospitalières. Selon cette étude, un nombre élevé de prescriptions de citalopram ou d'escitalopram présente une contre-indication médicamenteuse majorant le risque d'allongement du QT.

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) rappelle aux professionnels de santé les risques cardiaques associés au citalopram (SEROPRAM et génériques) et à l'escitalopram (SEROPLEX et génériques), et les recommandations pour sécuriser l'utilisation de ces antidépresseurs [12].

Allongement du QT : un risque dose-dépendant

Le citalopram et l'escitalopram exposent à un risque d'allongement de l'intervalle QT.

Ce risque est dose-dépendant. 

Il est connu et mentionné dans les documents d'information des spécialités à base de citalopram et d'escitalopram [3] depuis 2011 (cf. notre article du 9 décembre 2011). 

L'allongement de l'intervalle QT sur l'électrocardiogramme entraîne des troubles du rythme ventriculaire (torsades de pointes, fibrillation ventriculaire) aux conséquences potentiellement graves. 


Des prescriptions hospitalières qui ne tiennent pas compte des contre-indications
Malgré les recommandations mentionnées dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP), une étude menée en 2019 [4] montre que le
 citalopram ou l'escitalopram restent prescrits en association avec d'autres médicaments connus pour induire un allongement de l'intervalle QT.

Plus précisément, cette étude a porté sur des prescriptions hospitalières et avait pour objectif d'évaluer la prévalence et l'impact des interventions des pharmaciens en présence d'une contre-indication.

Dans cette étude, les classes de médicaments les plus fréquemment retrouvées en association avec le citalopram ou l'escitalopram, alors qu'une contre-indication existe, étaient :

Sécuriser la prescription : respect de la posologie, identification des situations à risque
Majoration du risque cardiaque avec des doses élevées
Dès 2011, la mise en évidence du risque dose-dépendant d'allongement de l'intervalle QT a conduit à diminuer les doses maximales autorisées, notamment chez le sujet âgé : 
  • citalopram : dose maximale de 40 mg par jour chez l'adulte, et 20 mg par jour chez les sujets âgés de plus de 65 ans et/ou présentant une insuffisance hépatique ;
  • escitalopram : dose maximale de 20 mg par jour chez l'adulte et 10 mg par jour chez les sujets âgés de plus de 65 ans et/ou présentant une insuffisance hépatique.

Majoration du risque cardiaque par la prise de médicaments : contre-indications médicamenteuses
Le risque d'allongement de l'intervalle QT associé au
citalopram ou à  l'escitalopram peut être majoré par la prise concomitante d'autres médicaments exposant à ce risque.

Les médicaments connus pour induire un allongement de l'intervalle QT et par conséquent contre-indiqués avec le citalopram et l'escitalopram sont notamment 
:
Majoration du risque cardiaque selon le profil du patient : situations contre-indiquées
Le risque cardiaque associé au citalopram ou à l'escitalopram est également majoré chez certains patients.

À ce titre, les médicaments antidépresseurs sont : 
  • contre-indiqués chez les patients présentant un allongement acquis ou congénital de l'intervalle QT [5] ;
  • à utiliser avec prudence chez les patients à risque, notamment ceux présentant : 
    • une bradycardie significative ;
    • un infarctus aigu du myocarde récent ;
    • une insuffisance cardiaque non équilibrée.
Il est de plus nécessaire de corriger les anomalies électrolytiques avant de débuter le traitement. En effet, l'hypokaliémie ou une hypomagnésémie augmentent le risque d'arythmie.

Pour aller plus loin
[1] Citalopram et Escitalopram (Seropram, Seroplex, génériques) : rappel sur le risque d'allongement dose-dépendant de l'intervalle QT (ANSM, 24 mai 2022)
[2] Lettre aux professionnels de santé (médecins généralistes, psychiatres, pharmaciens d'officine et hospitaliers) (sur le site de l'ANSM, 24 mai 2022)
[3] Liste des médicaments contenant du citalopram ou de l'escitalopram commercialisés en France (ANSM, 24 mai 2022)


[4] Chastang A, Renet S, Corny J, et al. Impact of hospital pharmacist interventions on the combination of citalopram or escitalopram with other QT-prolonging drugs. Int J Clin Pharm, 2019; 41(1): 42-48. doi:10.1007/s11096-018-0724-7

[5] Protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) : syndrome du QT long (HAS, mai 2021)
 
* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Dans la même rubrique
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster