Substance active érythromycine

À propos de la substance
Mise à jour : 26 janvier 2015

érythromycine : Mécanisme d'action

L'érythromycine est un antibiotique antibactérien de la famille des macrolides. Elle agit en inhibant la synthèse des protéines bactériennes en se liant à la partie 50s du ribosome et en empêchant la translocation peptidique.

Les concentrations critiques séparent les souches sensibles des souches de sensibilité intermédiaire et ces dernières, des résistantes : S <= 1 mg/l et R > 4 mg/l.

Espèces sensibles :

  • aérobies à Gram + : Bacillus cereus, Corynebacterium diphteriae, entérocoques, Rhodococcus equi, staphylococcus méti-S, staphylococcus méti-R, streptococcus B, streptococcus non groupable, Streptococcus pneumoniae, Streptococcus pyogenes ;
  • aérobies à Gram - : Bordetella pertussis, Branhamella catarrhalis, campylobacter, legionella, moraxella ;
  • anaérobies : actinomyces, bacteroides, eubacterium, mobiluncus, peptostreptococcus, porphyromonas, prevotella, Propionibacterium acnes ;
  • autres : Borrelia burgdorferi, chlamydia, coxiella, leptospires, Mycoplasma pneumoniae, Treponema pallidum.

Espèces modérément sensibles (in vitro de sensibilité intermédiaire) :

  • aérobies à Gram - : haemophilus, Neisseria gonorrhoeae ;
  • anaérobies : Clostridium perfringens ;
  • autres : Ureaplasma urealyticum.

Espèces résistantes :

  • aérobies à Gram + : Corynebacterium jeikeium, Nocardia asteroides ;
  • aérobies à Gram - : acinetobacter, entérobactéries, pseudomonas ;
  • anaérobies : fusobacterium ;
  • autres : Mycoplasma hominis.

Par voie cutanée, l'érythromycine base entraîne une diminution significative du nombre total de bactéries et de propionibactéries dans le canal pilo-sébacé. Cet effet d'inhibition des bactéries serait en partie responsable de l'activité thérapeutique de l'érythromycine par voie topique dans l'acné. Cette activité antibactérienne s'accompagne d'un effet anti-inflammatoire : utilisée in vitro, elle entraîne une diminution marquée du chimiotropisme des leucocytes humains.

érythromycine : Cas d'usage

Par voie orale, l'érythromycine est utilisée dans la prise en charge de :

  • angines,
  • bronchites aiguës surinfectées,
  • bronchites chroniques surinfectées,
  • acnés,
  • dermohypodermites infectieuses,
  • ecthymas,
  • érysipèles,
  • érythrasmas,
  • impétiginisations de dermatoses,
  • impétigos,
  • infections génitales non gonococciques,
  • infections stomatologiques,
  • pneumopathies,
  • rhumatismes articulaires aigus, chimioprophylaxie des rechutes,
  • sinusites.

Par voie injectable, l'érythromycine est utilisée dans la prise en charge de :

  • bronchites chroniques surinfectées,
  • infections cutanées,
  • infections ostéoarticulaires,
  • infections urogénitales,
  • pneumopathies,
  • septicémies.

Par voie cutanée, seule ou en association à la trétinoïne, l'érythromycine est utilisée dans la prise en charge d’acnés.

Par voie orale, en association avec le sulfafurazole, l'érythromycine est utilisée dans la prise en charge d’otites moyennes aiguës.

Fiches DCI VIDAL
Mise à jour : 15 Décembre 2022

Érythromycine (lactobionate) 1 g poudre pour solution à diluer pour perfusion

ATCRisque sur la grossesse et l'allaitementSportVigilance
J ANTIINFECTIEUX GENERAUX A USAGE SYSTEMIQUE
J01 ANTIBACTERIENS A USAGE SYSTEMIQUE
J01F MACROLIDES, LINCOSAMIDES ET STREPTOGRAMINES
J01FA MACROLIDES
J01FA01 ERYTHROMYCINE
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
Risques II

IIPrécaution

Indications et modalités d'administration

ERYTHROMYCINE (lactobionate) 1 g pdre p sol diluer p perf

Indications

Ce médicament est indiqué dans les cas suivants :

  • Infection cutanée
  • Infection ostéoarticulaire
  • Infection urogénitale
  • Pneumopathie à legionella
  • Pneumopathie aiguë
  • Prostatite
  • Septicémie
  • Surinfection de bronchite chronique

Posologie

Unité de prise
flacon
  • érythromycine (lactobionate) : 1000 mg
Modalités d'administration
  • Voie intraveineuse (en perfusion)
  • A reconstituer et à diluer avant administration
Posologie
Patient jusqu'à 15 an(s)
Patient quel que soit le poids
Patient de sexe masculin ou féminin
Infection cutanée - Infection ostéoarticulaire - Infection urogénitale - Pneumopathie aiguë - Pneumopathie à legionella - Septicémie - Surinfection de bronchite chronique
Posologie standard
  • Administrer par perfusion intraveineuse d'au moins 60 minutes
  • 30 à 40 mg/kg en 4 prises par 24 heures
Dans le cas de : Perfusion continue
  • 30 à 40 mg/kg en 1 prise par 24 heures
Patient à partir de 15 an(s)
Patient quel que soit le poids
Patient de sexe masculin ou féminin
Infection cutanée - Infection ostéoarticulaire - Infection urogénitale - Pneumopathie aiguë - Pneumopathie à legionella - Septicémie - Surinfection de bronchite chronique
Posologie standard
  • Administrer par perfusion intraveineuse d'au moins 60 minutes
  • 2 000 mg en 2 à 4 prises par 24 heures
Dans le cas de : Perfusion continue
  • 2 000 mg en 1 prise par 24 heures
Dans le cas de : Etat sévère
  • 3 000 à 4 000 mg en 1 à 4 prises par 24 heures
Patient de sexe masculin
Prostatite
Posologie standard
  • Administrer par perfusion intraveineuse d'au moins 60 minutes
  • 2 000 mg en 2 à 4 prises par 24 heures
Dans le cas de : Perfusion continue
  • 2 000 mg en 1 prise par 24 heures
Dans le cas de : Etat sévère
  • 3 000 à 4 000 mg en 1 à 4 prises par 24 heures
Populations particulières
  • Insuffisance hépatique : Adapter la posologie
  • Insuffisance rénale : Adapter la posologie
  • Sujet âgé : Adapter la posologie

Mises en garde

  • A reconstituer et à diluer avant administration
  • Administrer par perfusion intraveineuse d'au moins 60 minutes
  • Interaction phytothérapique : boldo
  • Interaction phytothérapique : bourdaine
  • Interaction phytothérapique : cascara
  • Interaction phytothérapique : réglisse
  • Interaction phytothérapique : rhubarbe
  • Interaction phytothérapique : ricin
  • Interaction phytothérapique : séné
  • Ne pas administrer en bolus
  • Ne pas administrer un traitement concomitant sur le même site
  • Traitement à arrêter en cas d'apparition de réaction d'hypersensibilité
  • Traitement à arrêter en cas de diarrhée à Clostridioides difficile (anciennement Clostridium diff.)

Incompatibilités physicochimiques

  • Compatibilité avec certains solvants
  • Incompatibilité avec tous les médicaments

Informations relatives à la sécurité du patient

ERYTHROMYCINE (lactobionate) 1 g pdre p sol diluer p perf
Niveau de risque : XCritiqueIIIElevéIIModéréIBas

Interactions médicamenteuses

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication
Erythromycine (voie IV) + Amiodarone
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Bépridil (voie systémique)
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Chloral hydrate
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Cisapride
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Citalopram
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Disopyramide
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Dofétilide
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Dolasétron (voie IV)
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Dompéridone
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Dronédarone
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Escitalopram
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Hydroxyzine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Ibutilide
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Méquitazine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Moxifloxacine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Pipéraquine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Quinidine, hydroquinidine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Sotalol (voie systémique)
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Spiramycine (voie systémique)
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Tédisamil
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Terfénadine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Tizanidine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Torémifène
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Vandétanib
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Vasopressine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Véralipride
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Vincamine (voie IV)
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie IV) + Ziprasidone
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie systémique) + Lovastatine
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (dose-dépendants) à type de rhabdomyolyse (diminution du métabolisme hépatique de l'hypocholestérolémiant).
Conduite à tenir
Erythromycine (voie systémique) + Trazodone
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Alcaloïdes de l'ergot de seigle vasoconstricteurs
Risques et mécanismesRisque de vasoconstriction coronaire ou des extrémités (ergotisme), ou de poussées hypertensives.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Avanafil
Risques et mécanismesAugmentation (très importante pour l'avanafil et le vardénafil) des concentrations plasmatiques de l'IPDE5, avec risque d'hypotension (sévère avec le vardénafil).
Conduite à tenirPour connaître les risques et les niveaux de contrainte de chaque IPDE5 avec les inhibiteurs puissants du CYP3A4, il convient de se reporter aux AMM specifiques à chacun d'eux.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Dapoxétine
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables, notamment à type de vertiges ou de syncopes.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Darifénacine
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Dompéridone
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de dompéridone par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Dronédarone
Risques et mécanismesAugmentation importante des concentrations de dronédarone par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Eliglustat
Risques et mécanismesChez les patients ayant un génotype de métaboliseurs lents du CYP2D6, risque de majoration des effets indésirables de l'éliglustat.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Eplérénone
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations plasmatiques de l'éplérénone par l'inhibiteur et de ces effets indésirables, notamment l'hyperkaliémie.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Eszopiclone
Risques et mécanismesAugmentation de l'effet sédatif de l'eszopiclone.
Conduite à tenirContre-indication : chez les patients âgés Précaution d'emploi : en cas d'association chez les sujets non âgés, une réduction de la dose d'eszopiclone peut être nécessaire.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Fésotérodine
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables.
Conduite à tenirContre-indication : en cas d'insuffisance rénale ou hépatique, modérée à sévère. Précaution d'emploi : chez le patient à fonction rénale et hépatique normales, réduire la dose à 4 mg, en cas d'association à un inhibiteur puissant du CYP3A4.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Ivabradine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de l'ivabradine et par conséquent de ses effets indésirables (inhibition de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur).
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Lodénafil
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de l'IPDE5, avec risque d'hypotension.
Conduite à tenirPour connaître les risques et les niveaux de contrainte de chaque IPDE5 avec les inhibiteurs puissants du CYP3A4, il convient de se reporter aux AMM specifiques à chacun d'eux.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Lomitapide
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques du lomitapide par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Lurasidone
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de la lurasidone par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Naloxégol
Risques et mécanismesAugmentation très importante des concentrations du naloxégol par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Ombitasvir associé au paritaprévir
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de la bithérapie par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenirContre-indication sauf avec le ritonavir.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Pimozide
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Quétiapine
Risques et mécanismesAugmentation importante des concentrations de quétiapine, avec risque de surdosage.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Ranolazine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de ranolazine par diminution de son métabolisme par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Ribociclib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, surveillance clinique étroite et réduction de la dose pendant la durée de l'association voire interruption temporaire ou définitive.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Sildénafil
Risques et mécanismesAugmentation (très importante pour l'avanafil et le vardénafil) des concentrations plasmatiques de l'IPDE5, avec risque d'hypotension (sévère avec le vardénafil).
Conduite à tenirPour connaître les risques et les niveaux de contrainte de chaque IPDE5 avec les inhibiteurs puissants du CYP3A4, il convient de se reporter aux AMM specifiques à chacun d'eux.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Simvastatine
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse par diminution du métabolisme de la simvastatine.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Solifénacine
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables.
Conduite à tenirContre-indication : en cas d'insuffisance rénale ou hépatique, modérée à sévère. Précaution d'emploi : chez le patient à fonction rénale et hépatique normales, réduire la dose à 5 mg, en cas d'association à un inhibiteur puissant du CYP3A4.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Tadalafil
Risques et mécanismesAugmentation (très importante pour l'avanafil et le vardénafil) des concentrations plasmatiques de l'IPDE5, avec risque d'hypotension (sévère avec le vardénafil).
Conduite à tenirPour connaître les risques et les niveaux de contrainte de chaque IPDE5 avec les inhibiteurs puissants du CYP3A4, il convient de se reporter aux AMM specifiques à chacun d'eux.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Télithromycine
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables, notamment à type de troubles du rythme cardiaque.
Conduite à tenirChez le patient insuffisant rénal ou hépatique sévère.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Ticagrélor
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de ticagrélor par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Vardénafil
Risques et mécanismesAugmentation très importante pour le vardénafil des concentrations plasmatiques de l'IPDE5, avec risque d'hypotension sévère.
Conduite à tenirPour connaître les risques et les niveaux de contrainte de chaque IPDE5 avec les inhibiteurs puissants du CYP3A4, il convient de se reporter aux AMM specifiques à chacun d'eux.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Vénétoclax
Risques et mécanismesAugmentation très importante des concentrations de vénétoclax par diminution de son métabolisme hépatique, avec risque de majoration de la toxicité, notamment hématologique.
Conduite à tenirContre-indication: pendant la phase de titration. Précaution d'emploi: réduction de posologie de 75% en phase de stabilisation.
Macrolides (sauf spiramycine) + Cisapride
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Macrolides (sauf spiramycine) + Colchicine
Risques et mécanismesAugmentation des effets indésirables de la colchicine, aux conséquences potentiellement fatales.
Conduite à tenir
Macrolides (sauf spiramycine) + Dihydroergotamine
Risques et mécanismesErgotisme avec possibilité de nécrose des extrémités (inhibition de l'élimination hépatique de l'alcaloïde de l'ergot de seigle).
Conduite à tenir
Macrolides (sauf spiramycine) + Ergotamine
Risques et mécanismesErgotisme avec possibilité de nécrose des extrémités (diminution de l'élimination hépatique de l'ergotamine).
Conduite à tenir
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Cocaïne
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
IIIHaut
Niveau de gravité: Association déconseillée
Erythromycine (voie IV) + Amisulpride
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Arsenieux
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Chloroquine (voie systémique)
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi cela est possible, interrompre l'un des 2 traitements. Si l'association ne peut être évitée, contrôle préalable du QT et surveillance ECG monitorée.
Erythromycine (voie IV) + Chlorpromazine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Chlorprothixène
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Crizotinib
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôles clinique et électrocardiographique réguliers.
Erythromycine (voie IV) + Cyamémazine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Délamanid
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et éléctrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Dropéridol
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Flupentixol
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Fluphénazine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Halofantrine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi cela est possible, interrompre l'un des 2 traitements. Si l'association ne peut être évitée, contrôle préalable du QT et surveillance ECG monitorée.
Erythromycine (voie IV) + Halopéridol
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Hydroxychloroquine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Lévomépromazine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Luméfantrine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi cela est possible, interrompre l'un des 2 traitements. Si l'association ne peut être évitée, contrôle préalable du QT et surveillance ECG monitorée.
Erythromycine (voie IV) + Melpérone
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Méthadone
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôles clinique et électrocardiographique réguliers.
Erythromycine (voie IV) + Pentamidine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi cela est possible, interrompre l'un des 2 traitements. Si l'association ne peut être évitée, contrôle préalable du QT et surveillance ECG monitorée.
Erythromycine (voie IV) + Pimozide
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Pipampérone
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Pipotiazine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Sertindole
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Sulfaméthoxazole associé au trimétoprime
Risques et mécanismesRisque de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôles clinique et électrocardiographique réguliers.
Erythromycine (voie IV) + Sulpiride (voie systémique)
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Sultopride
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Tiapride
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Zotépine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie IV) + Zuclopenthixol
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Erythromycine (voie systémique) + Buspirone
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de la buspirone par diminution de son métabolisme hépatique, avec majoration importante de la sédation.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie systémique) + Carbamazépine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de carbamazépine, avec signes de surdosage, par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie systémique) + Fidaxomicine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de la fidaxomicine.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie systémique) + Immunosuppresseurs
Risques et mécanismesAugmentation très importante des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirEn cas d'association, contrôle strict de la fonction rénale, dosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur et adaptation éventuelle de la posologie.
Erythromycine (voie systémique) + Théophylline (et par extrapolation, aminophylline)
Risques et mécanismesSurdosage en théophylline par diminution de son élimination hépatique, plus particulièrement à risque chez l'enfant.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Alfuzosine
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations plasmatiques de l'alfuzosine et de ses effets indésirables.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Apixaban
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de l'apixaban par l'inhibiteur, avec majoration du risque de saignement.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Axitinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Bédaquiline
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de bédaquiline par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenirSi l'association est nécessaire, une surveillance ECG plus fréquente et une surveillance des transaminases sont recommandées.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Bosutinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Cabozantinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Céritinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Cobimétinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Corticoïdes métabolisés (voie orale ou inhalée)
Risques et mécanismesEn cas d'utilisation prolongée par voie orale ou inhalée : augmentation des concentrations plasmatiques du corticoïde par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur, avec risque d'apparition d'un syndrome cushingoïde voire d'une insuffisance surrénalienne.
Conduite à tenirPréférer un corticoïde non métabolisé.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Dabrafénib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Dasatinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Délamanid
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaires, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, contrôle clinique et électrocardiographique régulier.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Entrectinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Glasdégib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables du glasdégib par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, surveillance clinique étroite.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Grazoprévir associé à l'elbasvir
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de grazoprévir et d'elbasvir.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Halofantrine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi cela est posssible, interrompre l'inhibiteur. Si l'association ne peut être évitée, contrôle préalable du QT et surveillance ECG monitorée.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Ibrutinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, surveillance clinique étroite et réduction de la dose pendant la durée de l'association voire interruption temporaire ou définitive.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Irinotécan
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'irinotécan par augmentation des concentrations plasmatiques de son métabolite actif.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Lercanidipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Luméfantrine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSi cela est possible, interrompre l'inhibiteur. Si l'association ne peut être évitée, contrôle préalable du QT et surveillance ECG monitorée.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Midazolam (voie orale)
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de midazolam par diminution de son métabolisme hépatique, avec majoration de la sédation.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Midostaurine
Risques et mécanismesAugmentation des effets indésirables de la midostaurine par l'inhibiteur.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, surveillance clinique étroite.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Nilotinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Olaparib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques d'olaparib par l'inhibiteur.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, limiter la dose d'olaparib à 150 mg 2 fois par jour.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Oxycodone
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables, notamment respiratoires, de l'oxycodone par diminution de son métabolisme par l'inhibiteur.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de l'oxycodone pendant le traitement par l'inhibiteur et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Régorafénib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de régorafénib par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Riociguat
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de riociguat par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Rivaroxaban
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de rivaroxaban, avec majoration du risque de saignement.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Silodosine
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des effets indésirables de la silodosine par l'inhibiteur, notamment à type d'hypotension orthostatique.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Siméprévir
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations plasmatiques de siméprévir par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Sunitinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Tamsulosine
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de la tamsulosine, par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Toltérodine
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Trastuzumab emtansine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques du DM1, un composant du trastuzumab emtansine, par inhibition de son métabolisme par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Vinca-alcaloïdes cytotoxiques
Risques et mécanismesRisque de majoration de la toxicité de l'antimitotique par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, surveillance clinique et biologique étroite.
Macrolides (sauf spiramycine) + Alcaloïdes de l'ergot de seigle dopaminergiques
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques du dopaminergique avec accroissement possible de son activité ou apparition de signes de surdosage.
Conduite à tenir
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Loféxidine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
IIModéré
Niveau de gravité: Précaution d'emploi
Erythromycine (voie systémique) + Afatinib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatique d'afatinib par augmentation de son absorption par l'érythromycine.
Conduite à tenirIl est recommandé d'administrer l'érythromycine le plus à distance possible de l'afatinib, en respectant de préférence un intervalle de 6 heures ou de 12 heures par rapport à la prise d'afatinib.
Erythromycine (voie systémique) + Alfentanil
Risques et mécanismesAugmentation de l'effet dépresseur respiratoire de l'analgésique opiacé par diminution de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirAdapter la posologie de l'alfentanil en cas de traitement par l'érythromycine.
Erythromycine (voie systémique) + Atorvastatine
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse par diminution du métabolisme hépatique de l'hypocholestérolémiant.
Conduite à tenirUtiliser des doses plus faibles d'hypocholestérolémiant. Si l'objectif thérapeutique n'est pas atteint, utiliser une autre statine non concernée par ce type d'interaction.
Erythromycine (voie systémique) + Edoxaban
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de l'édoxaban, avec majoration du risque de saignement.
Conduite à tenirRéduire la dose d'édoxaban de moitié.
Erythromycine (voie systémique) + Glibenclamide
Risques et mécanismesRisque d'hypoglycémie par augmentation de l'absorption et des concentrations plasmatiques de l'antidiabétique.
Conduite à tenirPrévenir le patient, renforcer l'autosurveillance glycémique et adapter éventuellement la posologie du sulfamide hypoglycémiant pendant le traitement par l'érythromycine.
Erythromycine (voie systémique) + Glimépiride
Risques et mécanismesRisque d'hypoglycémie par augmentation de l'absorption et des concentrations plasmatiques de l'antidiabétique.
Conduite à tenirPrévenir le patient, renforcer l'autosurveillance glycémique et adapter éventuellement la posologie du sulfamide hypoglycémiant pendant le traitement par l'érythromycine.
Erythromycine (voie systémique) + Nintédanib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques du nintédanib par augmentation de son absorption par l'érythromycine.
Conduite à tenirSurveillance clinique pendant l'association.
Erythromycine (voie systémique) + Quinine (voie systémique)
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de la quinine, notamment troubles du rythme ventriculaire et troubles neurosensoriels (cinchonisme).
Conduite à tenirSurveillance clinique et ECG. Adaptation éventuelle de la posologie de la quinine pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Erythromycine (voie systémique) + Talazoparib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de talazoparib avec risque de majoration de la toxicité.
Conduite à tenirRéduire la dose de talazoparib.
Erythromycine (voie systémique) + Vérapamil (voie systémique)
Risques et mécanismesBradycardie et/ou troubles de la conduction auriculo-ventriculaire, par diminution du métabolisme hépatique du vérapamil par l'érythromycine.
Conduite à tenirSurveillance clinique et ECG ; s'il y a lieu, adaptation de la posologie du vérapamil pendant le traitement par l'érythromycine et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Abémaciclib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Alfentanil
Risques et mécanismesAugmentation de l'effet dépresseur respiratoire de l'analgésique opiacé par diminution de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation de la posologie de l'analgésique opiacé en cas de traitement par un inhibiteur puissant du CYP3A4.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Amlodipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Barnidipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Bépridil (voie systémique)
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Bortézomib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables, notamment neurologiques, du bortézomib par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie du bortézomib pendant la durée du traitement par l'inhibiteur enzymatique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Bosentan
Risques et mécanismesRisque majoré des effets indésirables du bosentan, notamment d'atteintes hépatiques, par diminution de son métabolisme par l'inhibiteur.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique pendant l'association.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Brigatinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Cabazitaxel
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables dose-dépendants du cabazitaxel par inhibition de son métabolisme par l'inhibiteur enzymatique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie du cabazitaxel pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Clévidipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Crizotinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Daclatasvir
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de daclatasvir par l'inhibiteur.
Conduite à tenirLa dose de daclatasvir doit être diminuée à 30 mg 1 fois par jour en cas de co-administration avec l'inhibiteur.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Diltiazem (voie systémique)
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Disopyramide
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des effets indésirables du disopyramide par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie du disopyramide.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Docétaxel
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables dose-dépendants du docétaxel par inhibition de son métabolisme par l'inhibiteur enzymatique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie du docétaxel pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Erlotinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Félodipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Fentanyl
Risques et mécanismesRisque d'augmentation de l'effet dépresseur respiratoire de l'analgésique opiacé par légère diminution de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de l'analgésique opiacé en cas de traitement par un inhibiteur puissant du CYP3A4.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Géfitinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Giltéritinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Imatinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Isavuconazole
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques d'isavuconazole par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Isradipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Ivacaftor (seul ou associé)
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations d'ivacaftor, avec risque de majoration des effets indésirables.
Conduite à tenirSe référer à l'AMM pour les adaptations posologiques.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Ixabépilone
Risques et mécanismesAugmentation importante des concentrations de l'ixabépilone, avec risques de majoration des effets indésirables.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de l'ixabépilone pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Lacidipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Lapatinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Larotrectinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Lorlatinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Manidipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Maraviroc
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de maraviroc par l'inhibiteur.
Conduite à tenirLa dose de maraviroc doit être diminuée à 150 mg 2 fois par jour en cas de co-administration avec cet inhibiteur. A l'exception du tipranavir boosté par ritonavir où la dose de maraviroc doit être de 300 mg 2 fois par jour.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Midazolam (voies IV et sublinguale)
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de midazolam par diminution de son métabolisme hépatique, avec majoration de la sédation.
Conduite à tenirSurveillance clinique et réduction de la posologie de midazolam en cas de traitement par l'inhibiteur.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Nicardipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Nifédipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Nilvadipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Nimodipine (voie systémique)
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Nisoldipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Nitrendipine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Palbociclib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Panobinostat
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables, notamment cardiaques, du panobinostat par diminution de son métabolisme par l'inhibiteur.
Conduite à tenirSurveillance clinique et ECG. Débuter le traitement à dose réduite de moitié (10 mg).
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Pazopanib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Ponatinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Ruxolitinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Sorafénib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Sufentanil
Risques et mécanismesAugmentation de l'effet dépresseur respiratoire de l'analgésique opiacé par diminution de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation de la posologie de l'analgésique opiacé en cas de traitement par un inhibiteur puissant du CYP3A4.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Tolvaptan
Risques et mécanismesAugmentation importante (entre 2 à 5 fois en moyenne) des concentrations de tolvaptan, avec risque de majoration importante des effets indésirables, notamment diurèse importante, déshydratation, insuffisance rénale aiguë.
Conduite à tenirRéduire la posologie des deux tiers aux trois quarts, selon la dose prescrite.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Upadacitinib
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de l'inhibiteur de tyrosine kinase par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Vérapamil (voie systémique)
Risques et mécanismes- Bradycardie et/ou troubles de la conduction auriculo-ventriculaire, par diminution du métabolisme hépatique du vérapamil par l'inhibiteur. - Majoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenir- Surveillance clinique et ECG. S'il y a lieu, adaptation de la posologie du vérapamil pendant le traitement par l'inhibiteur, et après son arrêt, le cas échéant. - Surveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Macrolides (sauf spiramycine) + Antivitamines K
Risques et mécanismesAugmentation de l'effet de l'antivitamine K et du risque hémorragique.
Conduite à tenirContrôle plus fréquent de l'INR. Adaptation éventuelle de la posologie de l'antivitamine K pendant le traitement par le macrolide et après son arrêt.
Macrolides (sauf spiramycine) + Digoxine (voie orale)
Risques et mécanismesAugmentation de la digoxinémie par augmentation de son absorption.
Conduite à tenirSurveillance clinique et éventuellement de la digoxinémie pendant le traitement par le macrolide et après son arrêt.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Anagrélide
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Azithromycine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Bêta-bloquants dans l'insuffisance cardiaque
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Bradycardisants
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Ciprofloxacine (voie systémique)
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Clarithromycine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Glasdégib
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Hypokaliémiants
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirCorriger toute hypokaliémie avant d'administrer le produit et réaliser une surveillance clinique, électrolytique et électrocardiographique.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Lévofloxacine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Médicaments à l'origine d'un hypogonadisme masculin
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Norfloxacine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Ondansétron
Risques et mécanismesAvec l'ondansétron administré par voie IV, risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes + Roxithromycine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
IBas
Niveau de gravité: A prendre en compte
Erythromycine (voie systémique) + Desvenlafaxine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de desvenlafaxine avec risque de surdosage.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie systémique) + Rimonabant
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de rimonabant, avec risque de majoration de ses effets indésirables.
Conduite à tenir
Erythromycine (voie systémique) + Venlafaxine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de venlafaxine avec risque de surdosage.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Alprazolam
Risques et mécanismesPossible augmentation de l'effet sédatif de l'alprazolam.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Brentuximab
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations du métabolite actif du brentuximab, avec risque de neutropénie.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Cisapride
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables propres à chaque substrat, avec conséquences souvent sévères.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Cobicistat
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations plasmatiques du cobicistat ou de l'inhibiteur du CYP3A4.
Conduite à tenirPour connaître les risques et les niveaux de contrainte de chaque interaction, il convient de se reporter aux AMM specifiques à chaque spécialité.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Idélalisib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques d'idélalisib par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations plasmatiques de l'inhibiteur de protéase boosté par le ritonavir ou de l'inhibiteur du CYP3A4.
Conduite à tenirPour connaître les risques et les niveaux de contrainte de chaque inhibiteur de protéase boosté par le ritonavir avec les inhibiteurs puissants du CYP3A4, il convient de se reporter aux AMM spécifiques à chacun d'eux.
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Lovastatine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables propres à chaque substrat, avec conséquences souvent sévères.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Oxybutynine
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Substrats à risque du CYP3A4
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables propres à chaque substrat, avec conséquences souvent sévères.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Terfénadine
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables propres à chaque substrat, avec conséquences souvent sévères.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Zolpidem
Risques et mécanismesLégère augmentation de l'effet sédatif du zolpidem.
Conduite à tenir
Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir) + Zopiclone
Risques et mécanismesLégère augmentation de l'effet sédatif de la zopiclone.
Conduite à tenir

Contre-indications

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication absolue
  • Hypersensibilité à l'un des composants
  • Hypersensibilité aux macrolides

Précautions

IIModéré
Niveau de gravité: Précaution
  • Antécédent d'arythmie
  • Insuffisance hépatique
  • Insuffisance rénale modérée à sévère
  • Maladie cardiovasculaire
  • Nourrisson de moins de 2 mois
  • Sujet à risque d'arythmie cardiaque
  • Allaitement

Grossesse et allaitement

Contre-indications et precautions d'emploi
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
Risques II

IIPrécaution

Risques spécifiques

  • Interaction avec la cocaïne
  • Médicament non dialysable
  • Risque de colite pseudomembraneuse
  • Risque de diarrhée associée à Clostridioides difficile (anciennement Clostridium difficile)
  • Risque de pustulose exanthématique aiguë généralisée
  • Risque de réaction sévère d'hypersensibilité
  • Risque d'interférence avec les examens de laboratoire

Effets indésirables

SystèmesFréquence de moyenne à élevée(≥1/1 000)Fréquence basse (<1/1 000)Fréquence inconnue
ANOMALIE DES EXAMENS DE LABORATOIRE Phosphatases alcalines (augmentation) (Rare)
Transaminases (augmentation) (Rare)
DERMATOLOGIE Erythème polymorphe
Pustulose exanthémateuse aiguë généralisée
Syndrome de Lyell
Syndrome de Stevens-Johnson
DIVERS Fièvre (Rare)
HÉPATOLOGIE Hépatopathie (Rare)
Ictère (Rare)
IMMUNO-ALLERGOLOGIE Hypersensibilité
Réaction anaphylactique
INSTRUMENTATION Irritation au point d'injection
NUTRITION, MÉTABOLISME Anorexie
ORL, STOMATOLOGIE Acouphène (Cas isolés)
Hypoacousie (Cas isolés)
Surdité (Cas isolés)
Ototoxicité
SYSTÈME CARDIOVASCULAIRE Allongement de l'espace QT
Bloc auriculoventriculaire
Extrasystole ventriculaire
Torsades de pointes
SYSTÈME DIGESTIF Colite pseudomembraneuse (Exceptionnel)
Douleur abdominale (Rare)
Pancréatite (Rare)
Diarrhée
Douleur épigastrique
Nausée
Sténose du pylore
Vomissement
UROLOGIE, NÉPHROLOGIE Néphropathie interstitielle

Voir aussi les substances

érythromycine lactobionate

Détails sur les substances
Chimie
IUPAC(2R,3S,4S,5R,6R,8R,10R,11R,12S,13R)-5-(3-amino-3,4,6-tridésoxy-N,N-diméthyl-bêta-D-xylo-hexopyranosyloxy)-3-(2,6-didésoxy-3-C,3-O-diméthyl- alfa-L-ribo-hexopyranosyloxy)-13-éthyl-6,11,12-trihydroxy-2,4,6,8,10,12-hexaméthyl-9-oxotridecan-13-olide 4-(bêta-D-galactosido)-D-gluconate
Posologie
Defined Daily Dose (WHO)
Oral:1 g
Oral:2 g
Parenteral:1 g
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster