#Médicaments #Nouvelle spécialité

Hémopathies malignes : BRUKINSA, nouvel inhibiteur de la tyrosine kinase de Bruton

BRUKINSA 80 mg gélule est indiqué dans plusieurs hémopathies malignes impliquant les lymphocytes B. Son principe actif, le zanubrutinib est un inhibiteur de la tyrosine kinase de Bruton. BRUKINSA peut être délivré en ville et à l'hôpital, sur prescription restreinte.

David Paitraud 01 février 2024 Image d'une montre7 minutes icon Ajouter un commentaire
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
Une indication dans plusieurs types d'hémopathies malignes impliquant les lymphocytes B.

Une indication dans plusieurs types d'hémopathies malignes impliquant les lymphocytes B.

Résumé

BRUKINSA 80 mg gélule est un nouvel anticancéreux oral indiqué dans le traitement de plusieurs types de cancers hématologiques impliquant les lymphocytes B : macroglobulinémie de Waldenström (MW), lymphome de la zone marginale (LZM), leucémie lymphoïde chronique (LLC) et lymphome folliculaire (LF).

BRUKINSA contient du zanubrutinib, un nouvel inhibiteur de la tyrosine kinase de Bruton. 

Dans toutes ses indications thérapeutiques, la dose de zanubrutinib recommandée est de 320 mg par jour (4 gélules de BRUKINSA) en 1 ou 2 prises (160 mg 2 fois par jour).
Des ajustements posologiques doivent être envisagés en cas de survenue d'effets indésirables graves ou de prise concomitante de certains médicaments connus pour interagir avec le zanubrutinib. 

Les patients sous BRUKINSA doivent faire l'objet d'une surveillance étroite afin de détecter et prendre en charge une toxicité hématologique ou cardiaque. 

BRUKINSA peut être délivré en ville ou à l'hôpital. La prescription doit être établie par un spécialiste en hématologie hospitalier.

BRUKINSA est agréé aux collectivités et remboursable à 100 %.

En hématologie/oncologie, BRUKINSA 80 mg gélule (zanubrutinib) est indiqué pour traiter plusieurs types de cancers du sang impliquant les lymphocytes B : 

  • macroglobulinémie de Waldenström (MW) : BRUKINSA en monothérapie est indiqué pour le traitement de patients adultes atteints de MW qui ont reçu au moins un traitement antérieur, ou pour le traitement en première intention de patients inéligibles à une chimio-immunothérapie ;
  • lymphome de la zone marginale (LZM) : BRUKINSA en monothérapie est indiqué pour le traitement de patients adultes atteints de LZM ayant reçu au moins un traitement antérieur à base d'anticorps anti-CD20 ;
  • leucémie lymphoïde chronique (LLC) : BRUKINSA en monothérapie est indiqué pour le traitement de patients adultes atteints de LLC ;
  • lymphome folliculaire (LF) : BRUKINSA en association avec l'obinutuzumab est indiqué pour le traitement de patients adultes atteints de LF réfractaire ou en rechute qui ont reçu au moins deux traitements systémiques antérieurs.

BRUKINSA a obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne en 2021. En France, une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) a permis de disposer de ce médicament de 2021 à 2022 (ATU nominative puis de cohorte) dans le traitement de la MW. 

BRUKINSA fait l'objet d'une surveillance supplémentaire qui permettra l'identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de la santé déclarent tout effet indésirable suspecté.

Évaluation médico-économique du zanubrutinib

Le principe actif de BRUKINSA est le zanubrutinib, un nouveau représentant de la classe des inhibiteurs de la tyrosine kinase de Bruton

BRUKINSA a fait l'objet d'une évaluation médico-économique par la Commission de la transparence (CT) pour trois de ses indications thérapeutiques : macroglobulinémie de Waldenström [1], lymphome de la zone marginale [2] et leucémie lymphoïde chronique [3].

Un avis mitigé dans la maladie de Waldenström

Dans le traitement de la macroglobulinémie de Waldenström (MW), la CT a attribué :

  • un service médical rendu (SMR) faible uniquement en monothérapie pour le traitement de patients adultes atteints de MW qui ont reçu au moins un traitement antérieur ;
  • un SMR insuffisant en monothérapie pour le traitement en première intention de patients adultes atteints de MW inéligibles à une chimio-immunothérapie. 

Pour la CT, BRUKINSA n'apporte pas d'amélioration du service médical rendu (ASMR) par rapport à IMBRUVICA (ibrutinib) en monothérapie dans le traitement de la MW chez les patients adultes qui ont reçu au moins un traitement antérieur.

La CT s'est appuyée sur les données de l'étude de phase III de supériorité ASPEN, menée versus ibrutinib en termes d'efficacité c'est-à-dire le taux de RC/TBRP (réponse complète, très bonne réponse partielle) évalué par un comité de revue indépendant (CRI) ; les résultats ne permettent pas de démontrer la supériorité de BRUKINSA par rapport à IMBRUVICA (ibrutinib).

Un SMR important dans le lymphome de la zone marginale

En octobre 2022, BRUKINSA a obtenu une indication dans le traitement de patients adultes atteints de lymphome de la zone marginale (LZM) ayant reçu au moins un traitement antérieur à base d’anticorps anti-CD20.

Dans cette indication, la CT a attribué à BRUKINSA un SMR important sur la base des données de l'étude de phase II non comparative MAGNOLIA. Le critère de jugement principal était le taux de réponse globale.

Leucémie lymphoïde chronique : SMR important dans un périmètre restreint

Dans le traitement de la leucémie lymphoïde chronique (LLC), la CT a attribué à BRUKINSA un SMR important :

  • chez les patients non précédemment traités, uniquement en présence d’une délétion 17p et/ou mutation TP53 ou chez les patients ne présentant pas de délétion 17p ou de mutation TP53 et inéligibles à un traitement à base de fludarabine. Chez les patients ne répondant pas à ces critères, le SMR est jugé insuffisant ;
  • chez les patients ayant reçu au moins un traitement antérieur.

La CT conclut par ailleurs à une ASMR mineure :

  • dans la LLC non précédemment traitée, chez les patients ne présentant pas de délétion 17p ou de mutation TP53 et inéligibles à un traitement à base de fludarabine, au même titre qu’IMBRUVICA (ibrutinib), par rapport au protocole rituximab-bendamustine ;
  • dans la LLC en rechute/réfractaire, chez les patients adultes ayant reçu au moins un traitement antérieur, par rapport à l'ibrutinib dans la stratégie thérapeutique actuelle.

BRUKINSA en pratique

La dose quotidienne totale recommandée de zanubrutinib est de 320 mg (4 gélules de BRUKINSA 80 mg) selon deux schémas de prise, au choix :

  • en prise unique, soit 4 gélules 1 fois par jour ;
  • ou en 2 prises de 160 mg par jour, soit 2 gélules 2 fois par jour.

Les gélules peuvent être prises avec ou sans nourriture. Elles doivent être avalées entières avec de l'eau (ne pas ouvrir, rompre ni mâcher les gélules).

Lymphome folliculaire : prendre BRUKINSA avant l'obinutuzumab

Dans le traitement du lymphome folliculaire, BRUKINSA doit être administré par voie orale avant la perfusion d'obinutuzumab (GAZYVARO).

Une dose de 1 000 mg d'obinutuzumab par voie intraveineuse est recommandée les jours 1, 8 et 15 du cycle 1, et le jour 1 de chaque cycle de 28 jours des cycles 2 à 6. À la discrétion du médecin, l'obinutuzumab peut être administré à raison de 100 mg le jour 1 et de 900 mg le jour 2 du cycle 1 au lieu de 1 000 mg le jour 1 du cycle 1.

Un traitement d'entretien par obinutuzumab (une perfusion tous les 2 mois pendant un maximum de deux ans) peut être prescrit.

Toxicité ou interaction médicamenteuse : modification de la posologie de BRUKINSA

Une réduction de la posologie de BRUKINSA ou une interruption du traitement sont à envisager :

  • en cas de survenue d'effets indésirables graves (toxicité non hématologique, neutropénie ou thrombopénie) ;
  • en cas de traitement concomitant par inhibiteur ou inducteur de CYP3A.

La conduite à tenir (interruption du traitement ou adaptation posologique) est décrite dans la monographie VIDAL de BRUKINSA

Points de surveillance

Les patients traités par BRUKINSA doivent faire l'objet d'une surveillance particulière : 

  • surveillance des signes et symptômes de saignement : BRUKINSA peut augmenter le risque d'hémorragie chez les patients sous traitement antiplaquettaire ou anticoagulant ;
  • surveillance de la formule sanguine complète pendant le traitement en raison du risque de toxicité hématologique ;
  • surveillance de la toxicité cardiaque : recherche de signes et symptômes de fibrillation et de flutter auriculaires.

Avant d'initier le traitement par BRUKINSA, le statut des patients vis-à-vis du virus de l'hépatite B (VHB) doit être établi.

Chez les femmes en âge de procréer, une méthode de contraception hautement efficace doit être prescrite pendant le traitement et jusqu'à 1 mois après l'arrêt. Un test de grossesse est recommandé avant d'instaurer le traitement par BRUKINSA.

Identité administrative

  • Liste I
  • Prescription hospitalière réservée aux spécialistes en hématologie ou aux médecins compétents en maladies du sang 
  • Surveillance particulière pendant le traitement
  • Flacon de 120, CIP 3400930242391
  • Remboursable à 100 % [4] (cf. Encadré)
  • Prix public TTC = 4 750,87 euros [5]
  • Agrément aux collectivités [6] (cf. Encadré)
  • Laboratoire Beigene
Encadré - Périmètre de prise en charge de BRUKINSA

BRUKINSA est pris en charge par l'Assurance maladie : 

  • en monothérapie dans le traitement de patients adultes atteints de lymphome de la zone marginale (LZM) ayant reçu au moins un traitement antérieur à base d'anticorps anti-CD20 ;
  • dans le traitement des patients adultes atteints d'une leucémie lymphoïde chronique (LLC) non précédemment traités, uniquement :
    • chez les patients ne présentant pas de délétion 17p et/ou de mutation TP53 et inéligibles à un traitement à base de fludarabine à pleine dose ;
    • chez les patients présentant une délétion 17p et/ou une mutation TP53 ;
  • dans le traitement des patients adultes atteints de LLC ayant reçu au moins un traitement antérieur ;
  • en monothérapie dans le traitement de patients adultes atteints de macroglobulinémie de Waldenström (MW) qui ont reçu au moins un traitement antérieur.

Au 31 janvier 2024, BRUKINSA n'est pas pris en charge  dans le traitement,  en association avec l'obinutuzumab, de patients adultes atteints de lymphome folliculaire (LF) réfractaire ou en rechute qui ont reçu au moins deux traitements systémiques antérieurs (demandes à l’étude).

 

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster