#Médicaments #Vigilance #Bon usage #Prescription - Délivrance

Rhume : l'ANSM recommande explicitement d'éviter la pseudoéphédrine orale

L'ANSM et plusieurs représentants des médecins et des pharmaciens recommandent explicitement d'éviter la pseudoéphédrine orale pour soulager les symptômes du rhume, en raison des effets indésirables cardiovasculaires auxquels les vasoconstricteurs exposent. 

David Paitraud 26 Octobre 2023 Image d'une montre4 minutes icon Ajouter un commentaire
1
2
3
4
5
3,0
(2 notes)
Publicité
Le rhume guérit spontanément en 7 à 10 jours sans traitement.

Le rhume guérit spontanément en 7 à 10 jours sans traitement.

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) recommande d'éviter les médicaments vasoconstricteurs par voie orale pour soulager les symptômes du rhume [1]. 

Cette recommandation vise la pseudoéphédrine, dernier représentant des vasoconstricteurs oraux disponible sur le marché français et en vente en pharmacie sans ordonnance (cf. Encadré 1). 

Encadré 1 - Liste des spécialités per os contenant de la pseudoéphédrine

Selon les spécialités, la pseudoéphédrine (vasoconstricteur) est associée au paracétamol (antalgique) ou à l'ibuprofène (anti-inflammatoire/antipyrétique), et à un antihistaminique (diphénydramine, doxylamine, chlorphénamine, triprolidine).

Ces traitements ne doivent pas être utilisés plus de 4 à 5 jours (selon les spécialités) sans avis médical. Ils sont contre-indiqués dans diverses situations listées dans la fiche d'aide à la dispensation.  

Des cas de pharmacovigilance persistants et des nouveaux signaux de sécurité

Les vasoconstricteurs oraux exposent à des effets indésirables cardiovasculaires ou neurologiques, de type infarctus du myocarde ou accidents vasculaires cérébraux. « Ce risque est très faible mais ces événements peuvent se produire quelles que soient la dose et la durée du traitement », souligne l'ANSM qui note une « persistance des cas en dépit des actions déjà mises en place ».

En outre, une réévaluation européenne de cette classe de médicaments est actuellement en cours, depuis février 2023, afin de préciser le risque de syndromes d'encéphalopathie réversible postérieure (PRES) et de syndromes de vasoconstriction cérébrale réversible (RCVS). Des cas ont été rapportés par le dispositif de pharmacovigilance et dans la littérature médicale après la prise d’un vasoconstricteur oral contenant de la pseudoéphédrine. 

Une position explicite et partagée pour écarter la pseudoéphédrine...

La recommandation de l'ANSM de ne pas utiliser les formes orales des médicaments vasoconstricteurs pour soulager les symptômes du rhume (rhinopharyngite bénigne d’origine virale) est partagée par plusieurs représentants des médecins (Collège de la médecine générale, Conseil national professionnel d'ORL) et de pharmaciens (Ordre national des pharmaciens et syndicats patronaux de pharmaciens d’officine USPO et FSPF).

Depuis plusieurs années, l'ANSM met en garde contre les effets indésirables associés aux vasoconstricteurs, au regard des bénéfices modestes et de la bénignité du rhume. Différentes mesures ont été mises en place pour encadrer l'utilisation de ces médicaments : 

Avec cette nouvelle recommandation d'éviter le recours aux vasoconstricteurs par voie orale en cas de rhume, l'ANSM affirme sa position. Jusqu'à présent en effet, elle indiquait simplement de ne pas utiliser les vasoconstricteurs en première intention, sans toutefois les écarter.

Encadré 2 - Les consignes d'hygiène pour soulager le rhume (ANSM)

Le rhume guérit spontanément en 7 à 10 jours. 

Les consignes pour soulager l’inconfort lié aux symptômes du rhume reposent sur des gestes simples :

  • humidifier l’intérieur du nez avec des solutions de lavage adaptées : sérum physiologique, sprays d’eau thermale ou d’eau de mer…
  • boire suffisamment ;
  • dormir la tête surélevée ;
  • maintenir une atmosphère fraîche (18-20 °C) et aérer régulièrement les pièces.

...mais les AMM restent maintenues à ce jour

À ce jour, les spécialités de pseudoéphédrine per os conservent leurs autorisations de mise sur le marché (AMM).

Toutefois, dans l'attente des conclusions de l'évaluation européenne, l'ANSM n'écarte pas la mise en place de mesures restrictives complémentaires vis-à-vis de ces médicaments afin de protéger les patients.

 

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster