Calendrier vaccinal 2022 : de nouvelles recommandations relatives à la coqueluche et aux IIM B

Par David Paitraud - Date de publication : 28 avril 2022
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 7145 lecteurs
Le ministère des Solidarités et de la Santé a publié le 20 avril 2022 une version actualisée du calendrier vaccinal. De nouvelles recommandations relatives aux vaccinations contre la coqueluche, les infections invasives à méningocoque B et la grippe saisonnière sont introduites. 
Chaque année, le ministère des Solidarités et de la Santé rend public le calendrier des vaccinations après avis de la Haute autorité de santé (illustration @Tiraden sur Wikimedia).

Chaque année, le ministère des Solidarités et de la Santé rend public le calendrier des vaccinations après avis de la Haute autorité de santé (illustration @Tiraden sur Wikimedia).

 
Résumé
Les principales nouveautés introduites dans le calendrier vaccinal 2022 concernent : 
  • la vaccination contre la coqueluche, désormais recommandée à chaque grossesse à partir du deuxième trimestre. Cette mesure vise à améliorer la protection des nouveau-nés, en attendant qu'ils soient vaccinés ; 
  • la vaccination contre les infections à méningocoque B, désormais recommandée chez tous les nourrissons à partir de 2 mois, avec le vaccin BEXSERO ;
  • la vaccination contre la grippe saisonnière, désormais recommandée chez les professionnels exposés dans le cadre professionnel aux virus porcins et aviaires, afin d'éviter une transmission des virus influenza humains aux animaux.
Les auteurs de cette version 2022 évoquent par ailleurs : 
  • l'augmentation de la couverture vaccinale chez les enfants nés après 2018, suite à l'élargissement de l'obligation vaccinale de 3 à 11 vaccinations ; 
  • l'extension des compétences vaccinales accordée aux infirmiers, pharmaciens d'officine et sages-femmes, pour simplifier l'accès à la vaccination.


Le ministère des Solidarités et de la Santé a publié, le 20 avril 2022, la version 2022 du Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales [1]. 
Cette version actualisée par la Commission technique des vaccinations (CTV) remplace la précédente, éditée en 2021.
Elle introduit de nouvelles recommandations pour la vaccination en France, et fait le point sur les nouveautés réglementaires relatives à la vaccination.  

Coqueluche : la vaccination recommandée chez la femme enceinte pour améliorer la protection du nouveau-né
Conformément à l'avis de la Haute Autorité de santé (HAS) émis début avril 2022 [2] (cf. notre article du 14 avril 2022), la vaccination contre la coqueluche chez la femme enceinte est désormais recommandée à partir du deuxième trimestre de grossesse, en privilégiant la période comprise entre la 20e et la 36e semaine d'aménorrhée.

Cette démarche, qui s'ajoute à la vaccination dès les premiers mois de vie et aux mesures de cocooning (cf. Encadré 1), vise à améliorer la protection du nouveau-né contre cette maladie, par transfert transplacentaire passif des anticorps maternels. Cette vaccination est recommandée à chaque grossesse, y compris chez les femmes déjà vaccinées.

La vaccination pendant la grossesse est réalisée avec les vaccins tétravalents dTcaP (vaccins combinés diphtérie, tétanos, poliomyélite et coqueluche à doses réduites d'anatoxine diphtérique et d'antigènes coquelucheux) : 

Encadré 1 - Protection des nouveau-nés contre la coqueluche
Trois stratégies complémentaires sont désormais mises en œuvre pour protéger les nourrissons contre la coqueluche et réduire le risque de formes graves :
  • vaccination directe : primo-vaccination des nourrissons dès qu'ils sont en âge d'être vaccinés, c'est-à-dire à partir de l'âge de 2 mois, et l'administration de rappels itératifs jusqu'à l'âge adulte ;
  • protection indirecte par la vaccination des femmes enceintes, pour assurer une protection dès la naissance en attendant la vaccination directe ;
  • stratégie de cocooning : en l'absence de vaccination de la mère au cours de la grossesse, la vaccination des personnes susceptibles d'être en contact étroit avec le nourrisson durant ses six premiers mois de vie permet de limiter le risque de contamination et de protéger l'enfant en attendant qu'il soit vacciné.

Vaccination contre le méningocoque B : recommandée chez tous les nourrissons dès 2 mois
Autre nouveauté de l'édition 2022, la vaccination contre les infections invasives à méningocoques (IIM) de sérogroupe B est désormais recommandée avec le vaccin BEXSERO
 chez l'ensemble des nourrissons, dès l'âge de 2 mois et avant l'âge de 2 ans, selon le schéma M3, M5, M12 :
  • première dose (0,5 mL) à l'âge de 3 mois ;
  • deuxième dose à 5 mois ;
  • dose de rappel à 12 mois.
Un intervalle minimal de 2 mois doit être respecté entre les doses de primo-vaccination.
Le délai entre la dernière dose de primo-vaccination et la dose de rappel est
d'au moins 6 mois.

Il est possible de coadministrer ce vaccin avec les autres vaccins du calendrier vaccinal, en fonction de l'acceptabilité des parents et du médecin.

EDIT du 29 avril 2022 : Le périmètre de remboursement et d'agrément aux collectivités de BEXSERO est étendu à tous les nourrissons à partir de l'âge de 2 mois et avant l'âge de 2 ans. Cette extension de prise en charge publiée au Journal officiel [7] [8] du 29 avril 2022  met en cohérence les modalités de prise en charge et les recommandations vaccinales en vigueur. /FIN EDIT


Deux variantes en cas de vaccination plus tardive
Si la vaccination par BEXSERO intervient plus tardivement (à partir de 6 mois) chez le nourrisson, les recommandations vaccinales sont les suivantes : 
  • nourrissons de 6 à 11 mois : 2 doses de 0,5 mL chacune espacées de 2 mois au moins, et 1 dose de rappel au cours de la deuxième année avec un intervalle d'au moins 2 mois entre la primo-vaccination et la dose de rappel ;
  • nourrissons de 12 à 23 mois : 2 doses de 0,5 mL chacune espacées de 2 mois au moins, et 1 dose de rappel avec un intervalle de 12 à 23 mois entre la primo-vaccination et la dose de rappel. 

Vaccination de l'entourage familial des personnes à risque
Les personnes aspléniques ou ayant un déficit en fraction terminale du complément ou en properdine ou recevant un traitement anticomplément, et celles ayant reçu une greffe de cellules souches hématopoïétiques, sont considérées comme des populations à risque. 

La vaccination contre le méningocoque B est par conséquent recommandée pour l'entourage familial de ces personnes à risque élevé d'infections invasives à méningocoques.

Un 
rappel est recommandé tous les 5 ans en cas de risque continu d'exposition.

TRUMENBA : nouveau vaccin contre le méningocoque de type B, pour les personnes de 10 ans et plus
La version 2022 du calendrier vaccinal ajoute le vaccin TRUMENBA pour la vaccination
 contre le méningocoque de type B. Ce vaccin a été commercialisé en septembre 2021 (cf. notre article du 30 septembre 2021). 

Alors que le vaccin BEXSERO peut être utilisé dès l'âge de 2 mois et est recommandé chez tous les nourrissons, le vaccin TRUMENBA est :
  • indiqué à partir de l'âge de 10 ans ; 
  • recommandé pour la prévention contre les maladies invasives méningococciques causées par Neisseria meningitidis de sérogroupe B, chez les personnes à risque accru d'infection à méningocoques et pour les populations ciblées dans le cadre de situations spécifiques (cf. notre article du 30 septembre 2021 - Encadrés 1 et 2). 

À partir de 10 ans, deux schémas de primo-vaccination sont possibles :
  • schéma à 2 doses : 2 doses (de 0,5 mL chacune) administrées à 6 mois d'intervalle ;
  • ou schéma à 3 doses : 2 doses (de 0,5 mL chacune) administrées à au moins 1 mois d'intervalle, suivies d'une troisième dose administrée au moins 4 mois après la deuxième dose.
TRUMENBA n'est pas remboursable à la date du 28 avril 2022. Une demande est en cours. 

Grippe saisonnière : extension de la liste des professionnels éligibles à la vaccination
Concernant la vaccination contre la grippe saisonnière, la liste des professionnels éligibles compte désormais les professionnels exposés dans le cadre professionnel aux virus porcins et aviaires (cf. Encadré 2).

Encadré 2 - Liste des professionnels pour lesquels la vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée
  • Professionnels de santé et tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère ;
  • Personnel navigant des bateaux de croisière et des avions ;
  • Personnel de l'industrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs (guides) ;
  • Professionnels exposés aux virus influenza porcins et aviaires.

La vaccination dans cette catégorie professionnelle est une mesure de protection collective recommandée par le Haut Conseil de santé publique (HCSP) dans un avis du 10 décembre 2021 [3]. Elle vise :
  • à éviter la transmission aux animaux de virus influenza humains ;
  • à réduire le risque de recombinaisons génétiques avec les virus influenza porcins et aviaires.
Il ne s'agit pas d'une mesure de protection individuelle contre le virus zoologiques porcins ou aviaires.

Prise en compte de l'extension de remboursement d'INFLUVAC TETRA chez le nourrisson
Dans le cadre de la vaccination contre la grippe saisonnière, la version 2022 prend en compte l'extension de remboursement du vaccin INFLUVAC TETRA chez les nourrisson à partir de 6 mois (cf. notre article du 10 mars 2022), au lieu de 3 ans auparavant.

COVID-19 : se référer au site du ministère des Solidarités et de la Santé
Comme dans l'édition 2021, l'édition 2022 du calendrier vaccinal ne détaille pas la stratégie de vaccination contre la COVID-19, étant donné son évolution rapide et sa définition en fonction des données épidémiologiques et des données disponibles sur les vaccins.
Les professionnels de santé doivent se référer au site du ministère chargé de la santé [4], aux messages DGS-Urgent [5], ou aux informations détaillées dans l'espace réservé aux professionnels de santé sur le site vaccination info services [6].


Vaccinations obligatoires chez l'enfant : une couverture vaccinale en hausse
En introduction de l'édition 2022, les auteurs présentent un bilan de la deuxième année (années 2019 et 2020) de mise en œuvre de la réforme des vaccins obligatoires chez l'enfant. Pour rappel, 8 nouvelles vaccinations sont devenues obligatoires depuis 1
er janvier 2018, en plus des vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (cf. notre article du 18 janvier 2018).

D'une manière générale, cette décision a eu un effet positif en termes d'augmentation de la couverture vaccinale pour tous les vaccins des enfants nés en 2018, 2019 et 2020, en comparaison à ceux nés en 2017 : 
  • vaccin hexavalent 3 doses (DTP, Coqueluche, Haemophilus influenzae de type b et Hépatite B) : augmentation de 6,4 points chez les enfants de 21 mois et nés au premier trimestre 2019 (90,5 %) par rapport à celle estimée chez les enfants, au même âge, nés au premier trimestre 2017 (84,1 %) ;
  • vaccin contre le pneumocoque : augmentation de 1,7 point chez les enfants de 21 mois et nés au premier trimestre 2019 (91 %) par rapport à celle estimée chez les enfants, au même âge, nés au premier trimestre 2017 (89,3 %)
  • vaccin contre le méningocoque C 1 dose : augmentation de 12,2 points chez les enfants de 8 mois et nés au premier trimestre 2020 par rapport à celle estimée chez les enfants, au même âge, nés au premier trimestre 2018. La couverture vaccinale du vaccin contre le méningocoque C 2 doses a augmenté de 9,2 points entre ces mêmes cohortes de naissance.

Nouveautés réglementaires : extension des compétences vaccinales des sages-femmes, infirmiers et pharmaciens d'officine
Enfin, les auteurs évoquent l'extension de compétences vaccinales des sages-femmes, 
infirmiers et pharmaciens d'officine dont l'objectif est d'accentuer la dynamique vaccinale tout en simplifiant le parcours de soins :
  • vaccination contre la grippe saisonnière : depuis la saison 2021-2022, les infirmiers et pharmaciens d'officine peuvent vacciner l'ensemble des personnes majeures (sauf contre-indications), y compris celles non ciblées par les recommandations vaccinales ; 
  • autres vaccinations : les sages-femmes, les pharmaciens d'officine et les infirmiers, sans prescription médicale préalable de l'acte, peuvent administrer certains vaccins non vivants aux personnes de 16 ans et plus ciblées par les recommandations vaccinales (cf. notre article du 28 avril 2022). 
Dans le même objectif, les vaccins du calendrier vaccinal prescrits par les médecins du travail (hors vaccinations liées à l'exercice professionnel) et les médecins scolaires sont désormais remboursés par l'Assurance maladie. 

Pour aller plus loin
[1] Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2022 (ministère des Solidarités et de la Santé, avril 2022)

[2] Recommandation vaccinale contre la coqueluche chez la femme enceinte (HAS, 7 avril 2022)

[3] Avis relatif à la prévention de la transmission à l'homme des virus influenza porcins et aviaires (HCSP 10 décembre 2021, mis en ligne le 14 janvier 2022)

[4] Site du ministère des Solidarités et de la Santé 

[5] DGS-Urgent : messages urgents pour les professionnels de santé

[6] Vaccinations Info Service.fr Espace Professionnels


EDIT du 29 avril 2022
[7] Arrêté du 25 avril 2022 - Extension des indications remboursables de BEXSERO (Journal officiel du 29 avril 2022, texte 54)
[8] Arrêté du 25 avril 2022 - Extension de l'agrément aux collectivités de BEXSERO (Journal officiel du 29 avril 2022, texte 55)
/FIN EDIT

 

Sources : Ministère des Solidarités et de la Santé

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster