TECENTRIQ 1 200 mg (atézolizumab) : prise en charge étendue au carcinome hépatocellulaire

Par DAVID PAITRAUD - Date de publication : 04 Octobre 2021
1
2
3
4
5
5.0
(1 note)
vu par 854 lecteurs
La prise en charge (agrément aux collectivités, GHS) de l'anticorps monoclonal hospitalier TECENTRIQ 1 200 mg solution à diluer pour perfusion (atézolizumab) est étendue au traitement du carcinome hépatocellulaire (CHC), en association avec le bévacizumab
Le carcinome hépatocellulaire est le plus fréquent des cancers primitifs du foie (80 à 90 %), avec la particularité de se développer dans plus de 75 % des cas sur un foie atteint de cirrhose (illustration).

Le carcinome hépatocellulaire est le plus fréquent des cancers primitifs du foie (80 à 90 %), avec la particularité de se développer dans plus de 75 % des cas sur un foie atteint de cirrhose (illustration).

 
Résumé :
L'anticorps monoclonal 
TECENTRIQ 1 200 mg solution à diluer pour perfusion (atézolizumab) est désormais pris en charge à l'hôpital, dans le cadre de son agrément aux collectivités et du remboursement en sus des GHS, dans le traitement du carcinome hépatocellulaire (CHC) avancé ou non résécable, en association avec le bévacizumab

L'indication remboursable est restreinte par rapport à celle prévue par l'autorisation de mise sur le marché (AMM) puisqu'elle ne concerne que les patients avec une fonction hépatique préservée (stade Child-Pugh A), un score ECOG 0 ou 1 et non éligibles aux traitements locorégionaux ou en échec à l'un de ces traitements.

Suite à une extension d'indication octroyée en octobre 2020 dans le traitement du carcinome hépatocellulaire (CHC), le périmètre de prise en charge de TECENTRIQ 1 200 mg solution à diluer pour perfusion (atézolizumab) en flacon de 20 mL (60 mg/mL) est étendu : 
  • au traitement, en association au bévacizumab, des patients adultes atteints d'un carcinome hépatocellulaire (CHC) avancé ou non résécable, n'ayant pas reçu de traitement systémique antérieur, uniquement chez les patients avec une fonction hépatique préservée (stade Child-Pugh A), un score ECOG 0 ou 1 et non éligibles aux traitements locorégionaux ou en échec à l'un de ces traitements.

Cette extension de prise en charge s'applique dans le cadre de l'agrément aux collectivités et du remboursement en sus des GHS. 

Dans cette indication, TECENTRIQ 1 200 mg a bénéficié d'une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) de cohorte à partir de juin 2020.  

Le dosage TECENTRIQ 840 mg n'est pas concerné par cette extension de prise en charge, bien qu'indiqué dans le traitement du CHC. 


Indication remboursable versus indication de l'AMM
TECENTRIQ 1 200 mg a obtenu l'indication dans le traitement du carcinome hépatocellulaire en octobre 2020 (cf. Encadré 1 - Indications thérapeutiques de TECENTRIQ 1 200 mg). 

Selon l'autorisation de mise sur le marché (AMM) dans le CHC, TECENTRIQ 1 200 mg est indiqué
en association au bévacizumab chez les patients adultes atteints d'un carcinome hépatocellulaire (CHC) avancé ou non résécable, n'ayant pas reçu de traitement systémique antérieur.

Le périmètre de prise en charge dans le CHC est donc restreint par rapport à l'indication de l'AMM, sur proposition du laboratoire, à savoir uniquement chez les patients avec une fonction hépatique préservée (Child-Pugh A) et non éligibles aux traitements locorégionaux ou en échec à l'un de ces traitements) lors de sa demande de remboursement auprès de la Commission de la Transparence (CT).  

Encadré 1 - Indications thérapeutiques de TECENTRIQ 1 200 mg
Carcinome urothélial
  • en monothérapie, traitement des patients adultes atteints d'un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique :
    • après une chimiothérapie antérieure à base de platine, ou
    • considérés inéligibles au cisplatine et dont les tumeurs présentent une expression de PD-L1 > 5 %.
Cancer bronchique non à petites cellules (cf. VIDAL Reco "Cancer du poumon")
  • en association au bévacizumab, paclitaxel et carboplatine, en première ligne de traitement des patients adultes atteints d'un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) non épidermoïde métastatique. Chez les patients atteints d'un CBNPC avec EGFR muté ou réarrangement du gène ALK (ALK-positif), TECENTRIQ, en association au bévacizumab, paclitaxel et carboplatine, est indiqué seulement après échec des thérapies ciblées appropriées ;
  • en association au nab-paclitaxel et carboplatine, en première ligne de traitement des patients adultes atteints d'un CBNPC non épidermoïde métastatique sans EGFR muté ou réarrangement du gène ALK (ALK-positif) ; 
  • en monothérapie dans le traitement de première ligne des patients adultes atteints d'un CBNPC métastatique dont les tumeurs présentent une expression de PD-L1 > 50 % sur les cellules tumorales (TC) ou > 10 % sur les cellules immunitaires infiltrant la tumeur (IC) et qui ne sont pas atteints d'un CBNPC avec EGFR muté ou réarrangement du gène ALK (ALK-positif) ;
  • en monothérapie dans le traitement des patients adultes atteints d'un CBNPC localement avancé ou métastatique après une chimiothérapie antérieure. Les patients atteints d'un CBNPC avec EGFR muté ou réarrangement du gène ALK (ALK-positif) doivent également avoir reçu des thérapies ciblées avant de recevoir TECENTRIQ.
Cancer bronchique à petites cellules
  • en association au carboplatine et à l'étoposide, en première ligne de traitement des patients adultes atteints d'un cancer bronchique à petites cellules (CBPC) de stade étendu.
Cancer du sein triple négatif
  • en association au nab-paclitaxel, dans le traitement des patients adultes atteints d'un cancer du sein triple négatif localement avancé non résécable ou métastatique, dont les tumeurs présentent une expression de PD-L1 > 1 % et n'ayant pas précédemment reçu de chimiothérapie en situation métastatique.
Carcinome hépatocellulaire
  • en association au bévacizumab, dans le traitement des patients adultes atteints d'un carcinome hépatocellulaire (CHC) avancé ou non résécable, n'ayant pas reçu de traitement systémique antérieur.

Évaluation médico-économique de TECENTRIQ dans le CHC
La demande de prise en charge de TECENTRIQ 1 200 mg dans le traitement du CHC a été examinée par la CT début 2021 (avis du 21 février 2021).

À l'issue de cette évaluation, la CT a attribué à TECENTRIQ 1 200 mg : 
  • un service médical rendu (SMR) important dans le traitement des patients adultes atteints d'un carcinome hépatocellulaire avancé ou non résécable, n'ayant pas reçu de traitement systémique antérieur, avec une fonction hépatique préservée (stade Child-Pugh A), un score ECOG 0 ou 1, et non éligibles aux traitements locorégionaux ou en échec à l'un de ces traitements ;
  • une amélioration du service médical rendu modérée (ASMR III) par rapport au sorafénib, uniquement pour ce profil de patients (cf. ci-dessus SMR). 

Pour rendre cet avis, la CT s'est appuyée sur les données de l'étude clinique IMbrave 150 (1)
  • étude de phase III, en ouvert, randomisée, en 2 groupes parallèles, ayant évalué l'efficacité et la tolérance de l'association atézolizumab + bévacizumab versus sorafénib seul chez 501 patients ayant un CHC localement avancé ou métastatique, et n'ayant pas reçu de thérapie systémique auparavant). Les critères de jugement principal retenus étaient la survie globale (SG) et la survie sans progression (SSP).

Selon les résultats de cette étude :
  • en termes de survie globale : la médiane n'a pas été atteinte dans le groupe atézolizumab + bévacizumab versus 13,2 mois dans le groupe sorafénib (HR stratifié = 0,58 [IC95 % : 0,42-0,79]), avec une estimation ponctuelle du gain absolu non estimable ;
  • en termes de  survie sans progression : la médiane a été de 6,8 mois dans le groupe atézolizumab + bévacizumab versus 4,3 mois dans le groupe sorafénib (HR stratifié = 0,59 [IC95 % : 0,47-0,76]), avec une estimation ponctuelle du gain de 2,5 mois.
Des résultats similaires obtenus lors de l'analyse descriptive réalisée avec 12 mois de suivi supplémentaire :
  • survie globale : médiane de 19,2 mois versus 13,4 mois (HR stratifié = 0,66 [IC95 % : 0,52-0,85]), avec une estimation ponctuelle du gain absolu de 5,8 mois ;
  • survie sans progression (co-critère de jugement principal) : médiane de 6,9 mois versus 4,3 mois (HR stratifié = 0,65 [IC95 % : 0,53-0,81]), avec une estimation ponctuelle du gain de 2,6 mois.

En termes de tolérance, le profil de l'association atézolizumab/bévacizumab apparaît similaire à celui du sorafénib (bien que chaque molécule présente ses propres spécificités), marqué notamment par la survenue plus importante des réactions lors de la perfusion, et des hypo et hyperthyroïdies d'origine immunologique.

TECENTRIQ dans le CHC : en pratique
TECENTRIQ doit être initié et surveillé par des médecins expérimentés dans le traitement du cancer.
Dans le traitement du CHC, la posologie recommandée d'atézolizumab est la suivante :  
  • 840 mg toutes les 2 semaines,
  • ou 1 200 mg toutes les 3 semaines,
  • ou 1 680 mg toutes les 4 semaines.

TECENTRIQ doit être administré avant le bévacizumab (15 mg/kg de poids corporel toutes les 3 semaines) lorsque l'administration a lieu le même jour.

Le traitement est maintenu jusqu'à perte du bénéfice clinique ou survenue d'une toxicité inacceptable.

Pour aller plus loin

Arrêté du 26 août 2021 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics - TECENTRIQ 1 200 mg (Journal officiel du 30 septembre - texte 39)
Arrêté du 27 septembre 2021 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques prises en charge en sus des prestations d'hospitalisation mentionnée à l'article L. 162-22-7 du code de la sécurité sociale - TECENTRIQ 1 200 mg (Journal officiel du 30 septembre 2021 - texte 42)

Avis de la Commission de la Transparence - TECENTRIQ 1 200 mg (HAS, 3 février 2021)

Étude pivot :
S Finn et coll. A phase III, open-label, randomized study of atezolizumab in combination with bevacizumab compared with sorafenib in patients with untreated locally advanced or metastatic hepatocellular carcinoma. New England Journal of Medicine
 

Sources : J.O. (Journal Officiel) , EMA (European Medicines Agency) , HAS (Haute Autorité de Santé) , ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster