Cancer du poumon

Mise à jour : 27 juillet 2022
La maladie

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Diagnostic

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Quels patients traiter ?

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Objectifs de la prise en charge

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Prise en charge
Cancer bronchique non à petites cellules - Stades I et II
Cancer bronchique non à petites cellules - Stades I et II
1
Détermination du stade de la maladie
La stratégie thérapeutique est guidée par le stade de la maladie d'après la classification TNM.
Stades
N0 N1 N2 N3 M1a-b
Tout N
M1c
Tout N
T1a IA-1 IIB IIIA IIIB IV-A IV-B
T1b IA-2 IIB IIIA IIIB IV-A IV-B
T1c IA-3 IIB IIIA IIIB IV-A IV-B
T2a IB IIB IIIA IIIB IV-A IV-B
T2b IIA IIB IIIA IIIB IV-A IV-B
T3 IIB IIIA IIIB IIIC IV-A IV-B
T4 IIIA IIIA IIIB IIIC IV-A IV-B
2
Critères d'éligibilité à la chirurgie
La chirurgie est le traitement de référence du CBNPC de stades I et II.
Le terrain (fonction respiratoire notamment) ou le refus du patient sont les seules contre-indications à une prise en charge chirurgicale.
3
Chimiothérapie néoadjuvante (préopératoire)
Elle peut être une alternative à la chimiothérapie adjuvante (postopératoire).
Le protocole recommandé est une bithérapie à base de sel de platine.
4
Chirurgie d'exérèse
L'objectif est une résection macroscopique et microscopique complète (R0). Chez les patients à risque opératoire standard, l'exérèse est au moins une lobectomie. Toutefois, en cas de tumeur de moins de 2 cm sans atteinte ganglionnaire associée, une segmentectomie peut être discutée. Le curage ganglionnaire médiastinal systématique est recommandé.
5
Facteurs de mauvais pronostic
Ce sont en particulier : la taille de la tumeur, l'atteinte ganglionnaire médiastinale, la présence d'un envahissement vasculaire, lymphatique ou de la plèvre viscérale ou encore d'un engainement périnerveux.
6
Chimiothérapie adjuvante (postchirurgicale)
Le protocole recommandé est une bithérapie à base de sel de platine. L'association cisplatine-vinorelbine est le schéma le mieux validé.
Le protocole thérapeutique consiste en 4 cycles à 21 jours d'intervalle, chacun associant cisplatine à J1 et vinorelbine à J1 et J8.
7
Radiothérapie
Une radiothérapie (externe) conformationnelle (limitée au volume tumoral) à visée curative est systématiquement envisagée.
Une radiothérapie stéréotaxique ou un traitement par radiofréquence peuvent être proposés dans le cas particulier d'une petite tumeur non opérable.
1
Détermination du stade de la maladie
La stratégie thérapeutique est guidée par le stade de la maladie d'après la classification TNM.
Stades
N0 N1 N2 N3 M1a-b
Tout N
M1c
Tout N
T1a IA-1 IIB IIIA IIIB IV-A IV-B
T1b IA-2 IIB IIIA IIIB IV-A IV-B
T1c IA-3 IIB IIIA IIIB IV-A IV-B
T2a IB IIB IIIA IIIB IV-A IV-B
T2b IIA IIB IIIA IIIB IV-A IV-B
T3 IIB IIIA IIIB IIIC IV-A IV-B
T4 IIIA IIIA IIIB IIIC IV-A IV-B
2
Critères d'éligibilité à la chirurgie
La chirurgie est le traitement de référence du CBNPC de stades I et II.
Le terrain (fonction respiratoire notamment) ou le refus du patient sont les seules contre-indications à une prise en charge chirurgicale.
3
Chimiothérapie néoadjuvante (préopératoire)
Elle peut être une alternative à la chimiothérapie adjuvante (postopératoire).
Le protocole recommandé est une bithérapie à base de sel de platine.
4
Chirurgie d'exérèse
L'objectif est une résection macroscopique et microscopique complète (R0). Chez les patients à risque opératoire standard, l'exérèse est au moins une lobectomie. Toutefois, en cas de tumeur de moins de 2 cm sans atteinte ganglionnaire associée, une segmentectomie peut être discutée. Le curage ganglionnaire médiastinal systématique est recommandé.
5
Facteurs de mauvais pronostic
Ce sont en particulier : la taille de la tumeur, l'atteinte ganglionnaire médiastinale, la présence d'un envahissement vasculaire, lymphatique ou de la plèvre viscérale ou encore d'un engainement périnerveux.
6
Chimiothérapie adjuvante (postchirurgicale)
Le protocole recommandé est une bithérapie à base de sel de platine. L'association cisplatine-vinorelbine est le schéma le mieux validé.
Le protocole thérapeutique consiste en 4 cycles à 21 jours d'intervalle, chacun associant cisplatine à J1 et vinorelbine à J1 et J8.
7
Radiothérapie
Une radiothérapie (externe) conformationnelle (limitée au volume tumoral) à visée curative est systématiquement envisagée.
Une radiothérapie stéréotaxique ou un traitement par radiofréquence peuvent être proposés dans le cas particulier d'une petite tumeur non opérable.

Ce contenu est en accès réservé : Connectez-vous pour acéder à ce contenu

Ce contenu est en accès réservé : Connectez-vous pour acéder à ce contenu

Conseils aux patients
L'adhésion du patient au projet thérapeutique nécessite un apprentissage et une évaluation régulière de ses connaissances et de celles de son entourage.
L'éducation thérapeutique du patient et de ses proches doit être initiée dès l'annonce du diagnostic, en tenant compte de l'état psychologique du patient, de son projet de vie et de son environnement.
Elle aborde en particulier les thèmes suivants :
les mécanismes de la maladie ;
les traitements disponibles, les modalités de choix entre ces différents traitements, la possibilité éventuelle de participer à des essais thérapeutiques ;
les effets indésirables éventuels de la chirurgie, de la radiothérapie et de la chimiothérapie, et leur prévention ;
les possibilités de traitement à domicile ;
la planification du suivi après traitement ;
les possibilités de reprise d'une activité physique ou sportive ;
les modalités de reprise d'une activité professionnelle ;
l'accès aux ressources et aides disponibles pour la prise en charge, avec le concours des assistants socio-éducatifs. Le recours aux associations de patients est systématiquement proposé.
L'attention du patient doit être attirée sur le fait que l'absence d'effets indésirables en cours de chimiothérapie ne remet nullement en cause l'efficacité du traitement.
Le sevrage tabagique doit être fortement conseillé aux patients qui continuent à fumer, notamment lorsque leur maladie est localisée. Cette mesure facilite un geste chirurgical (diminution du risque de toux postchirurgicale), augmente l'espérance de vie et réduit le risque de second cancer lié au tabac.
Traitements

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Références

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster