#Médicaments #Recommandations #Santé publique #Recommandations #Recommandations

Infections invasives à méningocoques A, C, W, Y et B : nouvelles recommandations de la HAS

Dans la stratégie vaccinale contre les infections à méningocoques, la HAS recommande de rendre obligatoire la vaccination contre les sérogroupes A, C, W, Y et B chez les nourrissons de moins de 1 an. Elle recommande aussi d'élargir la vaccination A, C, W et Y chez les 11-24 ans.

David Paitraud 03 avril 2024 Image d'une montre7 minutes icon Ajouter un commentaire
1
2
3
4
5
3,3
(3 notes)
Publicité
Une reprise de la circulation des méningocoques a été observée en France en 2022 et 2023.

Une reprise de la circulation des méningocoques a été observée en France en 2022 et 2023.

Résumé

La Haute Autorité de santé (HAS) a actualisé la stratégie vaccinale contre les infections invasives à méningocoques (IIM). Elle recommande : 

  • d'élargir l'obligation vaccinale chez le nourrisson de moins de 1 an aux sérogroupes A, W et Y au sérogroupe B, en complément du sérogroupe C. Actuellement dans cette population, seule la vaccination contre le sérogroupe C est obligatoire ; 
  • de vacciner les adolescents contre les sérogroupes A, C, W et Y selon un schéma à 1 dose entre 11 et 14 ans ;
  • de mettre en place un rattrapage vaccinal contre les sérogroupes A, C, W et Y chez les 15 à 24 ans. 

En revanche, elle ne recommande pas, à ce stade, d’élargir la vaccination contre le sérogroupe B à tous les adolescents et jeunes adultes, mais uniquement de la rendre remboursable à ceux qui souhaitent la recevoir. 

Cette actualisation tient compte de la situation épidémiologique des IIM au cours des deux dernières années, marquée par : 

  • une reprise des IIM depuis 2022 ;
  • une augmentation des IIM W et Y en 2022 et 2023 ;
  • une proportion majoritaire des IIM B chez les nourrissons et enfants de moins de 5 ans.  

À l'inverse, le nombre d'IIM C est très faible en raison de l'obligation vaccinale depuis 2018. 

Les vaccins tétravalents utilisables pour la vaccination contre les sérogroupes A, C, W et Y sont : 

  • NIMENRIX chez le nourrisson selon un schéma à 2 doses, en remplacement de NEISVAC (qui ne cible que le sérogroupe C) ;
  • NIMENRIX, MENQUADFI et MENVEO chez les adolescents et jeunes adultes. 

Pour la vaccination contre le sérogroupe B, deux vaccins sont utilisables : 

  • BEXSERO chez le nourrisson : 1 dose à 3 mois, 1 dose à 5 mois et 1 dose de rappel à 12 mois ;
  • TRUMENBA (à partir de 10 ans) et BEXSERO chez les personnes à risque ou en situation d'hyperendémie. 

Ces recommandations seront intégrées à la nouvelle version du calendrier vaccinal pour 2024. 

La Haute Autorité de santé (HAS) a actualisé la stratégie de vaccination contre les infections invasives à méningocoques (IIM) A, C, W, Y et B (cf. Encadré) [1, 2, 3].

Afin de protéger l’ensemble de la population et, plus particulièrement les nourrissons, les adolescents et les jeunes adultes, elle recommande : 

  • concernant la vaccination contre les sérogroupes A, C, W et Y : 
    • chez tous les nourrissons de moins de 1 an, d'élargir l'obligation vaccinale aux sérogroupes A, W et Y selon un schéma vaccinal à 2  doses. Actuellement, seule la vaccination contre le sérogroupe C est obligatoire dans cette population (primo-vaccination à 5 mois suivie d'un rappel à 12 mois avec le vaccin NEISVAC [4]) ; 
    • la vaccination en population adolescente, sans obligation :
      • selon un schéma à une dose administrée entre 11 et 14 ans, indépendamment de leur statut vaccinal,
      • par la mise en place à l’échelle nationale d'un rattrapage vaccinal chez les 15-24 ans ;
  • concernant le sérogroupe B : 
    • l'obligation vaccinale chez les nourrissons de moins de 1 an. Actuellement, dans cette population, cette vaccination n'est que recommandée. 

En revanche, la HAS ne recommande pas la vaccination contre le sérogroupe B chez tous les adolescents et jeunes adultes de 15 à 24 ans. « L‘incidence des IIM B, plus faible chez les 11-24 ans que chez les nourrissons, et l’absence d’efficacité du vaccin à conférer une protection indirecte aux populations non vaccinées, ont été les arguments principaux qui ont conduit à cette conclusion », justifie la HAS qui préconise néanmoins, dans cette population, le remboursement de cette vaccination pour ceux qui souhaitent se faire vacciner. 

Encadré - À propos des infections invasives à méningocoques (IIM)
  • Les infections à méningocoques sont dues à la bactérie Neisseria meningitidis, principalement des sérogroupes A, B, C, W et Y.
  • Ces infections sont mortelles dans environ 1 cas sur 10 malgré l'antibiothérapie en raison de leur caractère fulgurant. 
  • Il existe des vaccins contre ces infections : 

Une stratégie justifiée par le contexte épidémiologique

La recommandation d'élargir l'obligation vaccinale chez les nourrissons à tous les sérogroupes est justifiée par les données épidémiologiques. D'une manière générale, on observe une reprise de la circulation des méningocoques en France après une baisse pendant la crise sanitaire Covid-19 (2020, 2021). « Le nombre de cas d’infections invasives à méningocoques (IIM) a ainsi augmenté de 72 % entre 2022 et 2023, pour s’élever à 560 cas. Ces chiffres sont supérieurs aux niveaux atteints les années antérieures à la pandémie de Covid-19 », souligne la HAS.

Sur les 560 cas enregistrés en 2023, la répartition par sérogroupe était la suivante : 

  • 240 cas d’IIM B (44 % des cas de sérogroupe connu) ;
  • 160 cas d’IIM W (29 %) ;
  • 130 cas d’IIM Y (24 %) ;
  • peu de cas d'IIM C (< 1 % des cas). Cette vaccination est obligatoire depuis 2018.

Le sérogroupe B reste majoritaire

Parmi les méningites à méningocoques, le sérogroupe B reste majoritaire chez les nourrissons de moins de 1 an et les jeunes enfants de moins de 5 ans. En 2022, la couverture vaccinale était de 48,8 %. En rendant cette vaccination obligatoire, l'objectif est d'augmenter rapidement la protection contre ce sérogroupe. 

Augmentation des sérogroupes W et Y

Les données épidémiologiques montrent une augmentation constante des infections à sérogroupes W et Y chez les nourrissons et les jeunes en 2022, puis en 2023 : 

  • nombre de cas d’IIM W multiplié par 2,5 par rapport à 2022 ;
  • nombre de cas d’IIM Y multiplié par 1,7 par rapport à 2022.

Une vaccination plus soutenue permettrait d'enrayer cette tendance, d'autant plus que des vaccins tétravalents efficaces sont disponibles sur le marché français. 

« Les souches de sérogroupe W sont très virulentes et entraînent une mortalité 2 fois plus élevée que les sérogroupes B et Y », note également la HAS. 

Vaccination contre les sérogroupes A, C, W et Y en population particulière : pas de changement

Les recommandations en vigueur concernant la vaccination tétravalente A, C, W et Y dans les populations particulières pour les professionnels et autour d’un ou de plusieurs cas d’infections invasives à méningocoques demeurent inchangées : 

  • nourrissons de 6 semaines à moins de 6 mois : 2 doses de NIMENRIX en respectant un intervalle de 2 mois entre les deux doses. Une dose de rappel doit être administrée à l’âge de 12 mois en respectant un intervalle d’au moins 2 mois après la dernière vaccination par NIMENRIX ;
  • chez les nourrissons à partir de 6 mois : une dose de NIMENRIX doit être administrée (respecter un délai de 1 mois entre la vaccination avec le NIMENRIX et le NEISVAC) pour la primovaccination. Une dose de rappel doit être administrée à l’âge de 12 mois en respectant un intervalle d’au moins 2 mois après la dernière vaccination par NIMENRIX ;
  • à partir de 12 mois : 1 dose unique de NIMENRIX ou de MENQUADFI (ou MENVEO après 2 ans) (respecter un délai de 1 mois entre la vaccination avec le NIMENRIX et le NEISVAC ou MENJUGATE).

Actualisation de la stratégie vaccinale contre les IIM : tenir compte des AMM

Les vaccins actuellement disponibles sur le marché français ont des indications différentes en termes de population et de schéma d'administration : 

  • pour la vaccination contre les sérogroupes A, C, W et Y :
    • seul le vaccin tétravalent NIMENRIX est administrable à partir de l’âge de 6 semaines,
    • le vaccin tétravalent MENQUADFI peut être administré à partir de l’âge de 12 mois,
    • le vaccin tétravalent MENVEO est indiqué à partir de l'âge de 2 ans ; 
  • pour le sérogroupe B : 
    • BEXSERO est indiqué à partir de l’âge de 2 mois,
    • TRUMENBA est indiqué à partir de l’âge de 10 ans.

Les recommandations actualisées pour la stratégie vaccinale contre les IIM et les vaccins à utiliser sont résumés dans le tableau ci-dessous (extrait HAS) : 

Tableau - Récapitulatif des recommandations de la HAS [1]
Sérogroupes Nourrissons Adolescents et jeunes adultes (11-24 ans) Autres populations
A, C, W et Y

✅ Vaccination tétravalente obligatoire selon un schéma vaccinal à 2 doses :

  • Dose unique de primo-vaccination à 6 mois
  • Dose de rappel à 12 mois

en remplacement de la vaccination dirigée contre le sérogroupe C


Vaccin : NIMENRIX

✅ Vaccination tétravalente recommandée selon un schéma à une dose administrée entre 11 et 14 ans, indépendamment du statut vaccinal

✅ Rattrapage vaccinal recommandé chez les 15-24 ans

Maintien des recommandations en vigueur concernant la vaccination tétravalente pour les populations particulières, les professionnels et autour d'un ou de plusieurs cas d'infections invasives à méningocoques

Vaccins : NIMENRIX, MENQUADFI et MENVEO
B

✅ Vaccination obligatoire chez les nourrissons (recommandée depuis 2021) selon le schéma :

1re dose à 3 mois

2e dose à 5 mois

Dose de rappel à 12 mois


Vaccin : BEXSERO

❌ Ne pas élargir, à ce stade, à tous les adolescents la vaccination dirigée contre le sérogroupe B

Maintien de la stratégie en vigueur chez les personnes à risque et en situation d'hyperendémie

  Vaccins : TRUMENBA et BEXSERO

Ces nouvelles recommandations devraient être intégrées au prochain calendrier des vaccinations pour 2024 publié par le ministère de la Santé.  

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster