1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
Le satralizumab, un nouvel anticorps monoclonal inhibiteur de l'interleukine 6

Le satralizumab, un nouvel anticorps monoclonal inhibiteur de l'interleukine 6

#Médicaments #Nouvelle spécialité
Par David Paitraud - Date de publication : 17 janvier 2023 - Image d'une montre Lecture : 8 minutes

ENSPRYNG (satralizumab) : nouvel anticorps monoclonal dans le traitement de fond de la neuromyélite optique

ENSPRYNG 120 mg solution injectable en seringue préremplie est une spécialité formulée à partir d'un nouvel anticorps monoclonal, le satralizumab. Il est indiqué dans le traitement de fond de la neuromyélite optique chez l'adulte et l'adolescent.

Résumé

ENSPRYNG 120 mg solution injectable en seringue préremplie est un nouveau médicament indiqué dans le traitement des troubles du spectre de la neuromyélite optique (TSNMO), une maladie neurologique rare. ENSPRYNG peut être utilisé chez l'adulte et l'adolescent à partir de 12 ans (40 kg et plus).

Son principe actif, le satralizumab, est un nouvel anticorps monoclonal inhibiteur de l'interleukine 6. 

Dans la stratégie thérapeutique de la TSNMO, ENSPRYNG constitue un traitement de fond pouvant être utilisé en monothérapie ou en association avec un immunosuppresseur. Selon la Commission de la transparence (CT), l'utilisation d'ENSPRYNG doit intervenir en seconde intention, chez les patients en échec des traitements de fond immunosuppresseurs (rituximab, azathioprine, mycophénolate mofétil). À ce titre, le périmètre de prise en charge d'ENSPRYNG est restreint à cette population. 

ENSPRYNG se présente en seringue préremplie prête à l'emploi et à usage unique. Ce dispositif est conçu pour injecter 120 mg de satralizumab par voie sous-cutanée (SC). 

Le schéma posologique débute par une dose de charge (120 mg toutes les 2 semaines pour les 3 premières administrations) suivie de doses d'entretien (120 mg toutes les 4 semaines). 

La surveillance pendant le traitement porte sur la fonction hépatique, les neutrophiles (afin de repérer une neutropénie) et les plaquettes (pour repérer une thrombopénie). 

ENSPRYNG est agréé aux collectivités et remboursable en ville à 65 % (boîte unitaire, 8 403,63 euros TTC) dans un périmètre restreint par rapport à l'indication de l'autorisation de mise sur le marché (AMM). En outre, cette prise en charge est subordonnée à des conditions de prescription supplémentaires.
La prescription est réservée aux neurologues et neuropédiatres.

La spécialité ENSPRYNG 120 mg solution injectable en seringue préremplie est indiquée en monothérapie ou en association avec un traitement immunosuppresseur (TIS) dans le traitement des troubles du spectre de la neuromyélite optique (TSNMO - cf. Encadré 1) chez les patients adultes et les adolescents à partir de 12 ans (40 kg ou plus) qui sont séropositifs pour les IgG anti-aquaporine-4 (AQP4-IgG).

Elle est formulée à partir d'un nouvel anticorps monoclonal, le satralizumab, qui cible de manière spécifique les récepteurs de l’interleukine 6 (anti-IL-6) [cf. Encadré 1].

ENSPRYNG est considéré comme un médicament orphelin. Il est distribué en ville et à l'hôpital.

Encadré 1 - Le satralizumab et la neuromyélite optique

Les troubles du spectre de la neuromyélite optique (TSNMO) sont des maladies inflammatoires rares (incidence de 0,05 à 0,4 pour 100 000) affectant principalement le nerf optique et la moelle épinière ; elles évoluent par poussées, et entraînent notamment des troubles de la vision, une perte de sensation, une perte de contrôle de la vessie, une faiblesse et une paralysie au niveau des bras et des jambes [1]. 

En France, ces maladies ont fait l'objet d'un protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) en 2021, selon lequel [2] : 

  • la prise en charge d'une poussée de neuromyélite optique est une urgence thérapeutique ;
  • un traitement de fond est indispensable afin de réduire le risque de poussées.

Le satralizumab agit par blocage de l'activité de l'interleukine 6 (IL-6), induisant une réduction de la production d'anticorps dirigés contre la protéine AQP4. Ce mécanisme d'action permet de restaurer l'activité de cette protéine, importante pour le bon fonctionnement des cellules nerveuses. 

La population cible en France est estimée à 554 patients au maximum.

ENSPRYNG fait l'objet d'une surveillance supplémentaire qui permettra l'identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté.

Évaluation médico-économique

La demande de prise en charge d'ENSPRYNG a fait l'objet d'un avis de la Commission de la transparence (CT) en janvier 2022 [1].

La CT a attribué à ENSPRYNG un service médical rendu (SMR) :

  • important en monothérapie ou en association avec un traitement immunosuppresseur (TIS) dans le traitement des TSNMO uniquement chez les patients adultes et les adolescents à partir de 12 ans, séropositifs pour les IgG anti-aquaporine-4 (AQP4IgG), et qui sont atteints de la forme récurrente de la maladie et en échec des traitements de fond immunosuppresseurs (rituximab, azathioprine, mycophénolate mofétil). Dans cette indication,  la CT estime qu'ENSPRYNG apporte une amélioration du service médical rendu (ASMR) modérée (niveau III) ;
  • insuffisant dans les autres situations couvertes par l'autorisation de mise sur le marché (AMM). 

Étude versus placebo : supériorité démontrée

La demande d’inscription d'ENSPRYNG repose sur 2 études cliniques de phase III de supériorité, randomisées, en double-aveugle, contrôlées versus placebo : 

  • l’étude SAkuraStar [3], dont l’objectif principal était de démontrer la supériorité du satralizumab en monothérapie en termes d’efficacité chez des patients (n = 95) adultes atteints de NMO ou de TSNMO ; 
  • l'étude SAkuraSky [4], dont l’objectif principal était de démontrer la supériorité de satralizumab en association avec un traitement immunosuppresseur en termes d’efficacité chez les patients adultes et adolescents atteints de NMO ou de TSNMO (n = 83) : la supériorité de l'association satralizumab + immunosuppresseurs a été démontrée versus placebo + immunosuppresseurs sur la réduction du risque de poussée : HR = 0,38 ; IC95% [0,16 ; 0,88] ; p = 0,0184.

Le critère principal de jugement au cours de ces deux études était le délai avant la première poussée au cours de la période de traitement en double aveugle, confirmé par le Comité d’adjudication indépendant dans la population en ITT.

Ces études ont montré respectivement :

  • une réduction statistiquement significative du risque de poussée de 55 % dans le groupe satralizumab par rapport au placebo (HR = 0,45 ; IC95% [0,23 ; 0,89] ; p=0,0184). Le délai médian jusqu’à la poussée a été 128,3 semaines dans le groupe placebo et n’a pas été atteint pour le groupe satralizumab (cf. Figure 1) ;
  • une réduction statistiquement significative du risque de poussée de 62 % dans le groupe satralizumab en association aux immunosuppresseurs par rapport au groupe immunosuppresseurs seul (HR = 0,38 ; IC95% [0,16 ; 0,88] ; p=0,0184) [cf. Figure 2].

Figure 1 -  Courbes de Kaplan-Meier du délai avant la première poussée (population ITT) – Etude SAkuraStar

Figure 2 -  Courbes de Kaplan-Meier du délai avant la première poussée (population ITT) – Etude SAkuraSky

Place dans la stratégie thérapeutique : traitement de fond de seconde intention

Dans la stratégie thérapeutique des TNSMO, la CT considère ENSPRYNG comme un traitement de fond chez les patients adultes et les adolescents à partir de 12 ans qui sont séropositifs pour les IgG anti-aquaporine (AQP4 IgG), atteints de la forme récurrente de la maladie et en échec des traitements de fond immunosuppresseurs (rituximab, azathioprine, mycophénolate mofétil). 

Chez l'adulte, ENSPRYNG représente une option thérapeutique supplémentaire au même titre que SOLIRIS (éculizumab), faute de données comparatives directes (SOLIRIS ne dispose d'une indication que chez l'adulte). 

ENSPRYNG en pratique

ENSPRYNG se présente en seringue préremplie de 1 mL, prête à l'emploi et à usage unique. La seringue préremplie est conçue pour une injection sous-cutanée (SC) de 120 mg de satralizumab (1 mL de solution injectable).

ENSPRYNG peut être utilisé en monothérapie ou en association avec des corticoïdes oraux, de l'azathioprine, ou du mycophénolate mofétil.

Schéma posologique : recommandation et ajustement

La posologie chez les patients adolescents de 12 ans et plus avec un poids corporel supérieur ou égal à 40 kg et chez les patients adultes est identique.

Le schéma posologique recommandé est le suivant :

  • une dose de charge : 120 mg par injection SC toutes les 2 semaines pour les 3 premières administrations (semaines 0, 2 et 4) ;
  • doses d'entretien : 120 mg par injection SC toutes les 4 semaines.

Certaines situations imposent d'ajuster la posologie voire d'interrompre le traitement :

  • anomalie des enzymes hépatiques : taux d'alanine aminotransférase (ALAT) ou d'aspartate transaminase (ASAT), bilirubine ;
  • neutropénie ;
  • thrombopénie.

Ces paramètres biologiques (enzymes hépatiques, neutrophiles, plaquettes) doivent être étroitement surveillés : 

  • contrôle des enzymes hépatiques ALAT et ASAT toutes les 4 semaines pendant les 3 premiers mois de traitement, puis tous les 3 mois pendant 1 an, et par la suite si indiqué d'un point de vue clinique ;
  • contrôle du nombre de neutrophiles 4 à 8 semaines après le début du traitement et par la suite si indiqué d'un point de vue clinique.

Modalités d'injection : consignes à rappeler aux patients

Les sites d'injection SC recommandés sont l'abdomen et la cuisse. Il est conseillé d'alterner les sites d'injection.

Le patient ou l'aidant peuvent injecter ENSPRYNG, sous réserve de l'accord du médecin et après avoir reçu une formation. La première auto-injection ou injection par l'aidant doit être effectuée sous la surveillance d'un professionnel de santé qualifié.

ENSPRYNG est conservé au réfrigérateur entre 2 et 8 °C. Le médicament peut être laissé (dans son emballage extérieur non ouvert) à une température ambiante pendant une période unique pouvant aller jusqu'à 8 jours. Après conservation à température ambiante, ENSPRYNG ne doit pas être remis au réfrigérateur et doit être utilisé ou jeté. 

Lors de l'injection, la seringue doit être retirée de sa boîte et laissée à température ambiante pendant 30 minutes.

Une seringue est composée [5] : 

  • d'un corps contenant la solution injectable, et muni d'ailettes ;
  • d'une aiguille recouverte d'un capuchon ;
  • d'un piston entouré de clips d'activation de protection de l'aiguille. Après l'injection, le dispositif de protection recouvre l'aiguille.

Après le retrait du capuchon, l'injection doit être réalisée immédiatement ou, au plus tard, dans les 5 minutes. Le patient ne doit pas retirer le capuchon de l'aiguille avant d'être prêt à pratiquer l'injection.

Identité administrative

Liste I
Prescription hospitalière réservée aux spécialistes et services de neurologie et neuropédiatrie
Surveillance particulière pendant le traitement
Boîte de 1 seringue préremplie, CIP 3400930234433
Remboursable à 65 % (cf. Encadré 2) [6]
Prix public TTC = 8 403,63 euros [7]
Agrément aux collectivités (cf. Encadré 2) [8]
Laboratoire Roche

Encadré 2 - Périmètre de prise en charge d'ENSPRYNG et condition

En monothérapie ou en association avec un traitement immunosuppresseur (TIS) dans le traitement des troubles du spectre de la neuromyélite optique (NMOSD), uniquement chez les patients adultes et les adolescents à partir de 12 ans :

  • séropositifs pour les IgG anti-aquaporine-4 (AQP4 IgG),
  • et qui sont atteints de la forme récurrente de la maladie
  • et en échec des traitements de fond immunosuppresseurs (rituximab, azathioprine, mycophénolate mofétil).

En outre, la prise en charge de la spécialité, dans cette indication, est subordonnée à une prescription effectuée dans un centre de ressources et de compétences de la sclérose en plaques ou dans un centre du réseau MIRCEM (maladies inflammatoires rares du cerveau et de la moelle), avec une prescription restreinte aux neurologues dans le cadre d'une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP).

 

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Dans la même rubrique
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster