1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
Le mésothéliome malin est un cancer primitif développé à partir d’une séreuse, le plus souvent la plèvre, de façon moins fréquente le péritoine et exceptionnellement le péricarde ou la tunique vaginale testiculaire (illustration).

Le mésothéliome malin est un cancer primitif développé à partir d’une séreuse, le plus souvent la plèvre, de façon moins fréquente le péritoine et exceptionnellement le péricarde ou la tunique vaginale testiculaire (illustration).

#Médicaments #Prise en charge
Par David Paitraud - Date de publication : 08 mars 2022

Mésothéliome pleural malin non résécable : extension de prise en charge pour OPDIVO et YERVOY en association

L'association des spécialités OPDIVO injectable (nivolumab) et YERVOY injectable (ipilimumab) bénéficie d'une extension de prise en charge (agrément aux collectivités et GHS) dans le mésothéliome pleural malin non résécable.
 
Résumé
Les spécialités à base de nivolumab OPDIVO 10 mg solution à diluer pour perfusion et d'ipilimumab YERVOY 5 mg/mL solution à diluer pour perfusion bénéficient, en association, d'une extension de prise en charge (agrément aux collectivités, GHS) dans le traitement de 1re ligne des patients adultes atteints de mésothéliome pleural malin non résécable. 

La prise en charge des immunothérapies OPDIVO (nivolumab) et YERVOY (ipilimumab), utilisées en association, est étendue au traitement de 1re ligne des patients adultes atteints de mésothéliome pleural malin non résécable :  Cette indication, acccordée à OPDIVO et YERVOY en juin 2021, repose sur l'association du nivolumab (inhibiteur du PD-L1, programmed death ligand 1) et de l'ipilimumab (inhibiteur du CTLA-4, antigène 4 des lymphocytes T cytotoxiques), déjà utilisée et agréée aux collectivités dans le traitement d'autres cancers (mélanome, cancer du rein à cellules claires, cancer colorectal). 

Une supériorité démontrée en termes de survie globale après un délai de traitement supérieur à cinq mois
Pour réaliser l'évaluation médico-économique de l'association nivolumab/ipilimumab dans le mésothéliome pleural malin (avis du 17 novembre 2021), la Commission de la transparence (CT) s'est appuyée sur les résultats de l'étude de phase III, de supériorité, multicentrique, en ouvert, en deux groupes parallèles, randomisée, CheckMate 743 (1), dont l'objectif était de démontrer la supériorité de cette association versus l'association pemetrexed + sels de platine, en termes de survie globale (cf. Figure ci-dessous).
Cette étude a été réalisée chez des patients ayant un mésothéliome pleural malin non résécable n'ayant pas reçu de traitement systémique auparavant (1re ligne de traitement).

 
Figure - Schéma de l'étude CheckMate 743 (extrait de l'avis du 17 novembre 2021)

Selon les résultats de cette étude, la supériorité de l'association nivolumab + ipilimumab a été démontrée par rapport à la chimiothérapie seule (pemetrexed + sels de platine) en termes de survie globale, avec une médiane de survie globale :
  • de 18,1 mois [IC95% : 16,8-21,5] dans le groupe nivolumab + ipilimumab ;
  • versus 14,1 mois [IC95% : 12,5-16,2] dans le groupe chimiothérapie ;
  • soit une estimation ponctuelle du gain absolu de 4 mois, HR = 0,74 [IC96,6% : 0,60-0,91], p = 0,0020.
La CT note toutefois que ce gain de survie n'a commencé à apparaître qu'après un délai supérieur à 5 mois (croisement des courbes de survie à 5 mois).
Elle signale par ailleurs « la difficulté à distinguer la part attribuable (efficacité et toxicité) à chaque immunothérapie (nivolumab/ipilimumab), et donc l'intérêt propre de la combinaison de ces deux molécules par rapport à une monothérapie (nivolumab ou ipilimumab) liée au schéma de l'étude CheckMate 743 ».

En termes de tolérance, le profil de toxicité de nivolumab + ipilimumab a été marqué par la survenue d'effets indésirables (EI) d'origine immunologique (rashs : 13,0 %, hypothyroïdie/thyroïdite : 11,7 %, diarrhée/colite : 8,7 %, et pneumonie : 6,7 %), mentionnés dans le RCP, de survenue plus fréquente lorsque le nivolumab est administré en association à l'ipilimumab, comparativement au nivolumab en monothérapie, ainsi que de réactions liées à la perfusion.
À noter enfin, la nécessité d'arrêter définitivement le traitement pour 29,3 % des patients dans le groupe nivolumab + ipilimumab versus 20,4 % dans le groupe chimiothérapie.


SMR important, ASMR mineure
Sur la base des données disponibles au moment de son évaluation, la CT a attribué à l'association nivolumab/ipilimumab dans le traitement de 1re ligne des patients adultes atteints de mésothéliome pleural malin non résécable (avis du 17 novembre 2021) :
  • un service médical rendu (SMR) important ;
  • une amélioration du service médical rendu mineure (ASMR IV) par rapport à la chimiothérapie à base de pemetrexed et de sels de platine.
La CT considère que la décision thérapeutique concernant ces patients doit être prise après proposition documentée issue d'une réunion de concertation pluridisciplinaire. Elle recommande une utilisation prudente de la double immunothérapie chez les patients à haut risque de progression/décès précoce, compte tenu du risque de décès et de progression initialement augmenté (cinq premiers mois pour les décès et huit premiers mois pour la progression tumorale) chez les patients ayant reçu l'association nivolumab/ipilimumab, par rapport à ceux ayant reçu de la chimiothérapie.
La population cible est estimée à environ 1 100 patients par an.

OPDIVO/YERVOY : recommandations posologiques
En pratique, dans le traitement du mésothéliome pleural malin, la dose recommandée est de :
  • 360 mg de nivolumab (OPDIVO) administrée par voie intraveineuse (IV) pendant 30 minutes toutes les 3 semaines ;
  • en association avec 1 mg/kg d'ipilimumab administrée par voie IV pendant 30 minutes toutes les 6 semaines.
Le traitement est poursuivi jusqu'à 24 mois chez les patients sans progression de la maladie. 

Pour aller plus loin

Avis de la Commission de la transparence - OPDIVO et carcinome rénal (HAS, 22 septembre 2021)

Arrêté du 12 janvier 2022 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics - OPDIVO et carcinome rénal (Journal officiel du 15 février 2022 - texte 33)

Arrêté du 10 février 2022 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques prises en charge en sus des prestations d'hospitalisation - OPDIVO et carcinome rénal (Journal officiel du 15 février 2022 - texte 43)


Avis de la Commission de la transparence - OPDIVO/YERVOY mésothéliome pleural malin (HAS, 17 novembre 2021)

Arrêté du 12 janvier 2022 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics - OPDIVO/YERVOY mésothéliome pleural (Journal officiel du 15 février 2022 - texte 34)

Arrêté du 10 février 2022 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques prises en charge en sus des prestations d'hospitalisation - OPDIVO/YERVOY mésothéliome pleural (Journal officiel du 15 février 2022 - texte 44)


L'étude pivot : 
(1) Baas P, Scherpereel A, Nowak AK et al. First-line nivolumab plus ipilimumab in unresectable malignant pleural mesothelioma (CheckMate 743): a multicentre, randomised, open-label, phase 3 trial. Lancet, 2021, Jan 30; 397(10272): 375-386.

 
* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Dans la même rubrique
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster