TDAH : la prescription de méthylphénidate peut désormais être initiée en ville

Par DAVID PAITRAUD - Date de publication : 23 septembre 2021
1
2
3
4
5
4.5
(2 notes)
vu par 8916 lecteurs
Depuis le 13 septembre 2021, la prescription initiale des spécialités à base de méthylphénidate (MEDIKINETQUASYMRITALINE, RITALINE LPCONCERTA  et génériques) dans le TDAH* est ouverte aux médecins neurologues, psychiatres ou pédiatres exerçant en ville. 

*
Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité
Les symptômes du TDAH se manifestent durant l’enfance dans 3 dimensions cliniques : l’attention, l’impulsivité et l’hyperactivité (illustration).

Les symptômes du TDAH se manifestent durant l’enfance dans 3 dimensions cliniques : l’attention, l’impulsivité et l’hyperactivité (illustration).

 
Résumé : 
La prescription initiale de MEDIKINET, QUASYM, RITALINE, RITALINE LPCONCERTA  et génériques (méthylphénidate) n'est plus réservée à l'hôpital. Depuis le 13 septembre 2021 en effet, leur prescription dans le TDAH 
peut être initiée en ville par les neurologues, psychiatres et pédiatres. 

Cette évolution des conditions de prescription du méthylphénidate, sur décision de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), vise à améliorer la prise en charge précoce du TDAH.

Depuis le 13 septembre 2021, la prescription initiale hospitalière dans le TDAH n'est plus requise pour les spécialités à base de méthylphénidate (cf. Encadré 1). Désormais, cette prescription peut être établie par des médecins spécialistes en neurologie, psychiatrie ou pédiatrie exerçant en ville, en plus des neurologues, psychiatres et pédiatres hospitaliers.

NB. La prescription initiale annuelle de RITALINE 10 mg comprimé peut également être établie par les médecins exerçant dans les centres du sommeil, en lien avec l'indication de cette spécialité dans la narcolepsie.
 
Encadré 1 - Spécialités à base de méthylphénidate disponibles en France et bénéficiant des nouvelles conditions de prescription dans le TDAH

Les autres modalités de prescription du méthylphénidate ne changent pas : 
  • Prescription initiale annuelle.
  • Renouvellement possible par tout médecin au cours de l'année. 
  • Prescription en conformité avec la réglementation des stupéfiants : prescription en toutes lettres, sur ordonnance sécurisée, limitée à 28 jours.
  • Sur l'ordonnance, mention par le médecin du nom du pharmacien en charge de la délivrance du traitement (condition pour la  prise en charge par l'Assurance maladie).
En outre, les spécialités contenant du méthylphénidate sont soumises à des mesures additionnelles de réduction du risque, élaborées au niveau européen.

Une décision concertée, pour une prise en charge optimisée du TDAH
La décision de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) vise à améliorer la prise en charge précoce du TDAH (cf. Encadré 2). 
La possibilité d'initier le traitement par un spécialité exerçant en ville ou à l'hôpital doit permettre de limiter le retard au diagnostic et le délai d'accès aux soins.
 
Encadré 2 - Indication thérapeutique du méthylphénidate et recommandations pour l'instauration de traitement
Le méthylphénidate est indiqué dans le cadre d'une prise en charge globale du Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité (TDAH - cfVIDAL Reco "TDAH") chez l'enfant de 6 ans et plus, lorsque des mesures correctives seules s'avèrent insuffisantes. Une prise en charge globale comporte également des mesures psychologiques, éducatives et sociales.

Le traitement doit être initié et suivi par un spécialiste des troubles du comportement de l'enfant. Le diagnostic doit être établi selon les critères du DSM ou les recommandations de l'ICD et doit se fonder sur l'anamnèse et sur une évaluation complète du patient.

Un traitement par méthylphénidate n'est pas indiqué chez tous les enfants présentant un TDAH et la décision d'utiliser ce médicament devra se fonder sur une évaluation approfondie de la sévérité et de la chronicité des symptômes de l'enfant, en tenant compte de son âge.

Après concertation des différentes sociétés savantes concernées, des associations de patients et des laboratoires commercialisant des spécialités à base de méthylphénidate, l'ANSM a considéré qu'il était désormais adapté de permettre aux médecins spécialistes du TDAH hors cadre hospitalier d'initier la prescription de ces médicaments.

Cet élargissement de la population des prescripteurs et la levée de la restriction d'une prescription exclusivement hospitalière ont été suggérés à plusieurs reprises, notamment par la Haute Autorité de Santé en 2020 lors de la réévaluation du service médical rendu (SMR) de RITALINE et RITALINE LP, dans l'objectif de faciliter l'accès à ces traitements :
"Prenant en compte les données disponibles sur l'efficacité et la tolérance, les données d'utilisation, de non-conformité de certaines prescriptions qui pourraient éviter un retard à la prise en charge, la nécessité de diagnostic/prise en charge précoce du TDAH et la nécessité de maintien d'encadrement des prescriptions à l'indication AMM, la Commission s'interroge sur l'opportunité de revoir les conditions de primo-prescription définies dans l'AMM du méthylphénidate afin de garantir un meilleur accès à ces traitements pour les patients qui en ont besoin tout en préservant les gardes fous nécessaires au regard du profil de tolérance de ce médicament".
 
Pour aller plus loin
Lettre aux médecins (généralistes, pédiatres, neurologues, psychiatres) et pharmaciens hospitaliers et d'officine - Médicaments à base de méthylphénidate (CONCERTA LP, RITALINE, RITALINE LP, MEDIKINET, QUASYM LP et génériques): modification des conditions de prescription et de délivrance (ANSM, septembre 2021 - sur le site MEDDISPAR)

Recommandation de bonnes pratiques : Conduite à tenir en médecine de premier recours devant un enfant ou un adolescent susceptible d'avoir un trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (HAS, décembre 2014)

Proposition de modification des conditions de prescription du méthylphénidate dans le TDAH par la Commission de la Transparence (HAS, 30 septembre 2020 - Réévaluation du SMR de RITALINE/RITALINE LP)

Sources : ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster