À propos de Atracurium bésilate
Mise à jour : 16 janvier 2013
Atracurium bésilate : Mécanisme d'action

Le bésilate d'atracurium est un agent bloquant neuromusculaire non dépolarisant (code ATC M03AC04) à durée d'action intermédiaire, administré par voie intraveineuse pour provoquer un relâchement des muscles striés.

Les agents bloquants neuromusculaires non dépolarisants antagonisent l'action du neurotransmetteur acétylcholine en se liant d'une manière compétitive aux sites des récepteurs cholinergiques sur la plaque motrice de la jonction neuro-musculaire; ces effets peuvent être inhibés ou neutralisés par l'administration d'anticholinestérasiques tels que la néostigmine ou la pyridostigmine.

Comme pour d'autres agents bloquants neuromusculaires, le délai d'apparition de la paralysie est réduit, et la durée de l'effet maximal est prolongée, avec des doses croissantes d'atracurium.

Une fois débutée, la récupération de l'effet bloquant neuromusculaire de l'atracurium se poursuit plus rapidement que dans le cas de la tubocurarine, de l'alcuronium et du pancuronium. Indépendamment de la dose d'atracurium, le laps de temps qui sépare le début de la récupération (du bloc complet) et la récupération complète (mesurée par le rétablissement de la réponse tétanique à 95 % par rapport à la normale) est de l'ordre de 30 minutes sous anesthésie équilibrée et de 40 minutes sous anesthésie à l'halothane, à l'enflurane ou à l'isoflurane. Des doses répétées n'ont pas d'effet cumulatif sur la vitesse de récupération.

Pour des doses initiales de bésilate d'atracurium allant jusqu'à 0,5 mg/kg, les taux plasmatiques d'histamine augmentent de 15 % de façon dose-dépendante, mais les modifications hémodynamiques restent minimes dans cette fourchette de posologies. Après administration de 0,6 mg/kg de bésilate d'atracurium, les taux plasmatiques d'histamine ont augmenté de 92 %, et sont corrélés avec une baisse transitoire (5 minutes) de la pression artérielle et un bref épisode (2 à 3 minutes) de rougeur de la peau. Bien que ces effets aient peu de signification clinique chez la plupart des patients, il faut faire attention au risque de libération importante d'histamine aux doses recommandées chez les individus sensibles ou chez les patients pour lesquels une libération importante d'histamine serait particulièrement dangereuse (par ex. patients atteints d'une pathologie respiratoire ou cardiovasculaire sérieuse).

Des études chez le porc sensible à l'hyperthermie maligne ont montré que le bésilate d'atracurium ne déclenche pas ce syndrome. La même constatation a été faite au cours d'études cliniques chez les patients présentant des antécédents d'hyperthermie maligne.

Le bésilate d'atracurium ne semble pas modifier la pression intra-oculaire, et est donc un produit adapté pour la chirurgie ophtalmique. 

Fiche DCI Vidal

Les fiches DCI Vidal constituent une base de connaissances pharmacologiques et thérapeutiques, proposée aux professionnels de santé, en complément des documents réglementaires publiés.

+ Lire la politique éditoriale des Fiches DCI VIDAL

Atracurium bésilate 10 mg/ml solution injectable/pour perfusion

Dernière modification : 15/04/2021 - Révision : NA

ATCRisque sur la grossesse et l'allaitementDopantVigilance
M - MUSCLE ET SQUELETTE
M03 - MYORELAXANTS
M03A - MYORELAXANTS A ACTION PERIPHERIQUE
M03AC - AUTRES AMMONIUMS QUATERNAIRES
M03AC04 - ATRACURIUM
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIII

II Précaution

vigilance picto

Attention, danger : ne pas conduire

INDICATIONS ET MODALITÉS D'ADMINISTRATION

ATRACURIUM BESILATE 10 mg/ml sol inj/p perf

Indications

Ce médicament est indiqué dans les cas suivants :

  • Adjuvant de l'anesthésie générale
  • Adjuvant de la sédation en unité de soins intensifs (USI)
  • Curarisation

Posologie

Unité de prise
ml
  • atracurium bésilate : 10 mg
Modalités d'administration
  • Voie intraveineuse, voie intraveineuse (en perfusion)
Posologie
Patient à partir de 1 mois
Patient quel que soit le poids
Adjuvant de l'anesthésie générale - Curarisation
Dose initiale
Voie intraveineuse
  • Administrer par voie intraveineuse en bolus
  • 0,3 à 0,6 mg/kg 1 fois ce jour
Dose ultérieure éventuelle
Voie intraveineuse
  • Fréquence d'administration à adapter en fonction du protocole
  • 0,1 à 0,2 mg/kg 1 fois ce jour
Voie intraveineuse (en perfusion)
  • 0,3 à 0,6 mg/kg 1 fois par heure
Adjuvant de la sédation en unité de soins intensifs (USI)
Dose initiale éventuelle
Voie intraveineuse
  • Administrer par voie intraveineuse en bolus
  • 0,3 à 0,6 mg/kg 1 fois ce jour
Dose ultérieure
Voie intraveineuse (en perfusion)
  • Posologie à adapter à l'état du patient
  • 0,65 à 0,78 mg/kg 1 fois par heure

Incompatibilités physico-chimiques

  • Compatibilité avec certains solvants
  • Incompatibilité avec certains médicaments
  • Incompatibilité avec certains solvants

INFORMATIONS RELATIVES À LA SÉCURITÉ DU PATIENT

ATRACURIUM BESILATE 10 mg/ml sol inj/p perf
Niveau de risque : X Critique III Haut II Modéré I Bas

Contre-indications

X Critique
Niveau de gravité : Contre-indication absolue
  • Hypersensibilité à l'un des composants
  • Hypersensibilité aux ammoniums quaternaires
  • Hypersensibilité aux curares

Précautions

II Modéré
Niveau de gravité : Précautions
  • Allaitement
  • Antécédent d'asthme
  • Asthme
  • Bradycardie induite par les anesthésiques
  • Bradycardie induite par un réflexe vagal péri-opératoire
  • Brûlure
  • Césarienne
  • Grossesse
  • Hypovolémie
  • Insuffisance cardiaque
  • Maladie cardiovasculaire
  • Myasthénie
  • Nouveau-né de moins de 1 mois
  • Patient en unité de soins intensifs
  • Sujet âgé
  • Sujet allergique
  • Sujet à risque d'hypotension artérielle
  • Syndrome de Lambert-Eaton
  • Terrain allergique
  • Transfusion sanguine incompatible
  • Trouble hydroélectrolytique
  • Trouble neuromusculaire

Interactions médicamenteuses

II Modéré
Niveau de gravité : Précaution d'emploi

Curares + Aminosides

Curares + Colistine (voie parentérale ou péritonéale)

Curares + Lincosanides (voies parentérale et péritonéale)

Risques et mécanismesPotentialisation des curares lorsque l'antibiotique est administré par voies parentérale et/ou péritonéale, avant, pendant ou après l'agent curarisant.
Conduite à tenirSurveiller le degré de curarisation en fin d'anesthésie.

Curares + Polymyxine B (voies parentérale et péritonéale)

Risques et mécanismesPotentialisation des curares lorque l'antibiotique est administré par voie parentérale et/ou péritonéale avant, pendant ou après l'agent curarisant.
Conduite à tenirSurveiller le degré de curarisation en fin d'anesthésie.
I Bas
Niveau de gravité : A prendre en compte

Curares non dépolarisants + Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (IV)

Risques et mécanismesRisque de myopathie sévère, réversible après un délai éventuellement long (plusieurs mois).
Conduite à tenir

Grossesse et allaitement

Contre-indications et précautions d'emploi
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIII

II Précaution

Risques liés au traitement

  • Risque de réaction d'hypersensibilité

Surveillances du patient

  • Surveillance médicale avec disponibilité de matériel de réanimation pendant le traitement
  • Surveillance monitorisée de la fonction neuro-musculaire pendant le traitement

Mesures à associer au traitement

  • Interrompre l'allaitement pendant au moins 24 heures suivant l'injection
  • Traitement à administrer en service spécialisé

Information des professionnels de santé et des patients

  • Info du patient :ce trt peut altérer la capacité à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Effets indésirables

SystèmesFréquence de moyenne à élevée (?1/1 000)Fréquence basse (Fréquence inconnue
DERMATOLOGIE
  • Erythème cutané (Fréquent)
  • Urticaire (Rare)
  • Eruption cutanée
  • Erythème généralisé
  • IMMUNO-ALLERGOLOGIE
  • Réaction anaphylactique (Très rare)
  • Réaction anaphylactoïde (Très rare)
  • Hypersensibilité
  • Oedème de Quincke
  • ORL, STOMATOLOGIE
  • Laryngospasme
  • SYSTÈME CARDIOVASCULAIRE
  • Hypotension artérielle (Fréquent)
  • Choc (Très rare)
  • Insuffisance circulatoire (Très rare)
  • Bouffée de chaleur (Imputabilité incertaine)
  • Arrêt cardiaque (Très rare)
  • Hypertension artérielle (Imputabilité incertaine)
  • Tachycardie
  • Bradycardie
  • Vasodilatation
  • SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUE
  • Myopathie (Imputabilité incertaine)
  • Faiblesse musculaire (Imputabilité incertaine)
  • SYSTÈME NERVEUX
  • Convulsions (Imputabilité incertaine)
  • Curarisation prolongée
  • Curarisation insuffisante
  • SYSTÈME RESPIRATOIRE
  • Bronchospasme (Peu fréquent)
  • Hypoxie
  • Sifflement respiratoire
  • Dyspnée
  • Voir aussi les substances

    Atracurium bésilate

    Chimie
    IUPACdibenzènesulfonate de 2,2'-[1,5-pentanediylbis-[oxy(3-oxo-3,1-propanediyl)]]bis[1-[(3,4-diméthoxyphényl)-méthyl]-1,2,3,4-tétrahydro-6,7-diméthoxy-2-méthylisoquinoléinium]
    VIDAL Recos1
    Actualités liées40
    Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster