#Médicaments #Disponibilité

Le bêtabloquant CORGARD réservé à deux troubles du rythme d'origine génétique

En raison de fortes tensions d’approvisionnement touchant CORGARD 80 mg, des recommandations ont été élaborées afin de réserver les stocks disponibles aux patients pour lesquels le traitement ne peut être ni arrêté ni substitué sans risque vital.

Laurence Houdouin 07 Novembre 2023 Image d'une montre5 minutes icon 2 commentaires
1
2
3
4
5
4,0
(5 notes)
Publicité
Contingentement qualitatif strict : environ 15 000 patients sont concernés.

Contingentement qualitatif strict : environ 15 000 patients sont concernés.

Résumé

CORGARD 80 mg comprimé sécable (nadolol) fait l'objet de fortes tensions d'approvisionnement. Ce bêtabloquant doit être réservé aux patients présentant les deux troubles du rythme cardiaque d'origine génétique : le syndrome du QT long congénital et la tachycardie ventriculaire polymorphe catécholaminergique, pour lesquels ce médicament ne peut être substitué, ni arrêté sans risque vital.

Face au très fort risque de rupture d'approvisionnement concernant CORGARD 80 mg comprimé sécable (nadolol) [1, 2], l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a défini un protocole spécifique pour sa délivrance qui fait désormais l'objet d'un contingentement qualitatif strict [3].

Ce protocole à l'intention des professionnels de santé (dont les pharmaciens d’officine et hospitaliers) permet de sécuriser la mise à disposition de ce médicament auprès des patients présentant les deux troubles du rythme cardiaque d'origine génétique suivants pour lesquels CORGARD constitue le traitement de référence en France : 

Pour ces patients, dont le nombre est d'environ 15 000 en France, aucune alternative thérapeutique n’est envisageable et l’absence de nadolol peut mettre en jeu leur pronostic vital.

Pour rappel, CORGARD est un bêtabloquant non sélectif indiqué dans plusieurs pathologies (cf. Encadré).

Encadré - Indications thérapeutiques de CORGARD 80 mg
  • Hypertension artérielle ;
  • Prophylaxie des crises d'angor d'effort ;
  • Signes fonctionnels des cardiomyopathies obstructives ;
  • Traitement de certains troubles du rythme : supraventriculaires (tachycardies, flutters et fibrillations auriculaires, tachycardies jonctionnelles) ou ventriculaires (extrasystolie ventriculaire, tachycardies ventriculaires) ;
  • Manifestations cardiovasculaires des hyperthyroïdies.

À l’instar des mesures mises en place pour le flécaïnide LP (cf. notre article du 10 octobre 2023), ce protocole repose sur un dispositif spécifique qui comporte :

Ces recommandations ont été élaborées avec les représentants des professionnels de santé et des patients, des sociétés savantes telles que la Société française de cardiologie (SFC), ainsi que les CRMR et CCMR spécialisés dans les troubles du rythme cardiaque héréditaires ou rares.

Contact et information des patients

Le pharmacien identifie les patients sous CORGARD et doit contacter :

  • le cardiologue ou le médecin généraliste de ces patients afin qu'il se mette en lien avec eux ; 
  • directement le patient pour l’informer de la situation et de la conduite à tenir en fonction de sa pathologie (cf. Protocole [3]).

En cas de « pathologie prioritaire »

Une indication est dite prioritaire si « CORGARD ne peut être ni arrêté ni substitué sans risque vital ». Sont concernés les patients souffrant d'un des deux troubles du rythme cardiaque d'origine génétique précités : un syndrome du QT long congénital (SQTL) ou une tachycardie ventriculaire polymorphe catécholaminergique (TVPC).

Obtenir une nouvelle prescription d'un CRMR/CCMR

Les patients atteints d'une « pathologie prioritaire » devront être orientés vers un CRMR ou un CCMR spécialisé dans les troubles du rythme cardiaque héréditaires ou rares de la filière Cardiogen [4] afin d'obtenir une ordonnance spécifique qui permettra ensuite d'obtenir le traitement en pharmacie.  

  • Les patients déjà suivis dans un CRMR/CCMR contacteront leur médecin qui établira et leur fera parvenir une nouvelle ordonnance de CORGARD précisant :
    • la posologie du traitement,
    • sa durée,      
    • et l’attestation du trouble du rythme ;
  • Les patients non suivis dans un CRMR/CCMR s'adresseront à leur cardiologue ou à leur médecin généraliste, qui les mettra en lien avec un CRMR ou un CCMR de la filière Cardiogen [4]. Ils devront ensuite contacter ce centre pour obtenir l'ordonnance spécifique selon la procédure détaillée ci-dessus. 

Seuls les CRMR et les CCMR sont habilités à établir cette nouvelle ordonnance, que les patients soient ou non suivis au préalable dans un tel centre.

Dispensation du traitement

La dispensation du traitement médicamenteux s’effectuera en plusieurs étapes : 

  • le patient se rend dans sa pharmacie habituelle avec son ordonnance de CORGARD émise par un CRMR /CCMR ;
  • le pharmacien saisit le formulaire spécifique pour commander au laboratoire Cheplapharm la quantité de traitement adaptée ;
  • le laboratoire Cheplapharm envoie 3 mois de traitement au pharmacien ;
  • le pharmacien délivre un mois de traitement au patient et lui réserve les autres boîtes pour les dispensations suivantes.

Les ordonnances venant de cardiologues non rattachés à des CRMR/CCMR ou de médecins généralistes ne seront pas prises en compte.

En cas d’indications non prioritaires

Si le patient est traité pour une autre indication non prioritaire, comme une hypertension artérielle :

  • le cardiologue ou le médecin traitant remplace le CORGARD par un autre traitement (les stocks des autres traitements sont disponibles en quantité suffisante) ;
  • la SFC recommande d’utiliser des bêtabloquants, comme : l'aténolol (50 à 100 mg), le bétaxolol (10 à 20 mg), l'acébutolol (200 à 400 mg), le nébivolol (5 à 10 mg), ou encore le bisoprolol (2,5 à 10 mg), À L'EXCEPTION DU sotalol ;
  • si le remplacement par un bêtabloquant n’est pas adapté, la SFC recommande de remplacer CORGARD par une association d’autres classes thérapeutiques (IEC, ARA2, inhibiteur calcique, diurétique).

Un retour à la normale attendu au printemps 2024

Cette tension d’approvisionnement signalée en septembre 2023 (cf. notre article du 19 septembre 2023) devrait se poursuivre jusqu’à la fin du premier trimestre 2024. Un retour à la normale est ainsi attendu pour fin mars 2024. Le laboratoire Cheplapharm indique que l’origine de cette rupture est un défaut d'approvisionnement en matière première [5].

 

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Les plus récents
Les plus récents Les plus suivis Les mieux votés
Ktee2707 Il y a 2 mois 1 commentaire associé

Je prends du corgard en traitement de fond de mes migraines. Ma neurologue m'a prescrit du propranolol en remplacement, j'ai des insomnies et le traitement ne fonctionne pas. Quel est le bêta bloquant qui se rapproche le plus du corgard?

Signaler un contenu inapproprié

Vous venez de signaler ce commentaire. Confirmez-vous votre choix?

+0 -0
Modérateur Il y a 2 mois 0 commentaire associé

Bonjour

Pour l'effet anti-migraineux, c'est malheureusement le propranolol. Il faudra rediscuter du traitement avec votre médecin.

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster