KINERET : extension de prise en charge dans la fièvre méditerranéenne familiale

Par DAVID PAITRAUD - Date de publication : 20 mai 2021
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 1201 lecteurs
L'inhibiteur de l'interleukine 1 KINERET 100 mg/0,67 mL solution injectable en seringue préremplie (anakinra) est désormais remboursable et agréé aux collectivités dans le traitement de la fièvre méditerranéenne familiale, en seconde intention. 
La fièvre méditerranéenne familiale est une maladie génétique, incurable, rare, auto-inflammatoire (illustration).

La fièvre méditerranéenne familiale est une maladie génétique, incurable, rare, auto-inflammatoire (illustration).

 
Résumé :
La prise en charge en ville (remboursement à 65 %) et à l'hôpital (agrément aux collectivités) de 
KINERET 100 mg/0,67 mL solution injectable en seringue préremplie (anakinraest étendue au traitement des patients atteints de fièvre méditerranéenne familiale (FMF) ayant une résistance, une intolérance ou une contre-indication à la colchicine.
L'utilisation de KINERET dans cette maladie a fait l'objet de recommandations nationales (un protocole national de diagnostic et de soin) et européenne. 
Comme pour les autres indications, le taux de remboursement applicable est de 65 %, avec un statut de médicament d'exception. 

L'inhibiteur de l'interleukine 1 à base d'anakinra, KINERET 100 mg/0,67 mL solution injectable en seringue préremplie, est désormais remboursable au taux de 65 % sous le statut de médicament d'exception et agréée aux collectivités dans le traitement des patients atteints de fièvre méditerranéenne familiale (FMF) ayant une résistance, une intolérance ou une contre-indication à la colchicine.

Une indication remboursable restreinte que celle de l'AMM
Dans la FMF, le périmètre de prise en charge est restreint par rapport l'indication de l'autorisation de mise sur le marché (AMM - cf. Encadré 1), sur demande du laboratoire. En effet, la prise en charge est accordée dans le cadre d'une utilisation en seconde intention, lorsque la colchicine ne peut pas être utilisée (
résistance, intolérance ou contre-indication)

L'indication dans le traitement de la FMF a été attribuée à KINERET en avril 2020.
Il était cependant utilisé hors AMM depuis plusieurs années pour traiter les patients souffrant de cette affection. 

 
Encadré 1 - Indications thérapeutiques de KINERET
  • Polyarthrite rhumatoïde (PR) [cf. VIDAL Reco "Polyarthrite rhumatoïde"] : traitement des signes et symptômes de la PR en association avec le méthotrexate, chez les adultes dont la réponse au méthotrexate seul n'est pas satisfaisante.
  • Syndromes de fièvre périodique : traitement des syndromes de fièvre périodique auto-inflammatoire suivants chez les adultes, les adolescents, les enfants et les nourrissons à partir de 8 mois, pesant au moins 10 kg :
    • Syndromes périodiques associés à la cryopyrine (Cryopyrin-Associated Periodic Syndromes ou CAPS) notamment :
      • le syndrome chronique infantile neurologique, cutané et articulaire (CINCA) / la maladie systémique inflammatoire à début néo-natal (NOMID),
      • le syndrome de Muckle-Wells (MWS),
      • le syndrome familial auto-inflammatoire au froid (FCAS) ;
    • Fièvre méditérranéenne familiale (FMF)traitement de la fièvre méditérranéenne familiale (FMF). KINERET doit être administré en association avec la colchicine, s'il y a lieu.
  • Maladie de Still (cfVIDAL Reco "Arthrite juvénile idiopathique") : chez les adultes, les adolescents, les enfants et les nourrissons à partir de 8 mois, pesant au moins 10 kg, dans le traitement de la maladie de Still, notamment l'arthrite juvénile idiopathique (AJI) systémique et la maladie de Still de l'adulte (MSA), associée à des manifestations systémiques actives d'une intensité modérée à sévère de la maladie, ou en cas d'activité persistante de la maladie après un traitement par des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou des glucocorticoïdes.

Anakinra et FMF : un traitement de seconde intention
Selon le protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) relatif à la fièvre méditerranéenne familiale élaboré en 2013, ainsi que les recommandations de la ligue européenne de lutte contre les rhumatismes inflammatoires (EULAR) de 2016, la colchicine est efficace en prévention des crises et de l'amylose.
Elle est recommandée en 1re intention et doit être prise à vie quotidiennement, en tenant compte néanmoins de son profil de sécurité et des contre-indications (insuffisance rénale et hépatique sévères).

Le recours à un traitement biologique, dont l'anakinra (anti-interleukine 1) est envisagé en seconde intention chez les patients non répondeurs ou résistants à la colchicine (3 à 5 %), si possible en association avec la colchicine (sauf en cas d'intolérance ou de contre-indication à celle-ci). 

Dans le traitement de la FMF, la dose d'anakinra recommandée est :
  • chez les patients pesant 50 kg ou plus : 100 mg/jour en injection sous- cutanée (SC) ;
  • chez les patients pesant moins de 50 kg : dose définie en fonction du poids, la dose recommandée étant de 1 à 2 mg/kg/jour.

Évaluation médico-économique par la HAS
La prise en charge de KINERET par l'Assurance maladie, dans le traitement de la FMF, a fait l'objet d'une évaluation médico-économique par la Commission de la Transparence (CT) et d'un avis publié le 18 novembre 2020

La CT a attribué à KINERET un service médical rendu (SMR) important dans cette indication, en s'appuyant notamment sur les résultats de l'étude clinique de Ben-Zvi et Coll. (1). Ces derniers ont démontré la supériorité de l'anakinra par rapport au placebo en termes de nombre moyen de crises mensuelles, 1er critère de jugement principal (1,7 [+ 1,7] versus 3,5 [+ 1,9] ; p = 0,037).


En outre, l'anakinra fait l'objet d'un usage bien établi en pratique clinique chez les patients souffrant de FMF (utilisation hors AMM avant l'octroi de l'AMM). La CT relève que cette utilisation est par ailleurs validée "dans les recommandations nationales (PNDS) et européennes, et par les experts".

La CT considère que KINERET n'apporte pas d'amélioration du SMR (ASMR V), considérant notamment les limites méthodologiques de l'étude clinique et le faible niveau des données observationnelles
. La CT a également pris en compte l'absence de données comparatives au canakinumab (ILARIS), autre anti-IL1 indiqué dans la FMF depuis 2017 et seul comparateur cliniquement pertinent chez les patients résistants à la colchicine. L'absence de démonstration de la prévention de l'amylose secondaire, complication majeure susceptible d'engager le pronostic vital, et le caractère quotidien des injections sous-cutanées de l'anakinra, comparativement aux injections mensuelles du canakinumab, ont également été considérés.

La CT a émis les recommandations suivantes :
  • prise de décision d'instauration du traitement par KINERET (anakinra) après proposition documentée issue d'une réunion de concertation thérapeutique avec un centre de référence et de compétences dans la prise en charge de la FMF et,
  • réalisation de la 1re injection sous-cutanée de ce médicament dans une structure de soins adaptée compte tenu du risque identifié rare, mais grave, de réactions systémiques à l'injection incluant des réactions anaphylactiques avec l'anakinra (ainsi qu'avec les autres traitements de fond biologiques).

Pour aller plus loin
Arrêté du 26 avril 2021 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux - Fiche d'information thérapeutique de KINERET (Journal officiel du 30 avril 2021, texte 66)
Arrêté du 26 avril 2021 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics - KINERET (Journal officiel du 30 avril 2021, texte 67)
Avis de la Commission de la Transparence - KINERET et FMF (HAS, 18 novembre 2020)

L'étude pivot 
(1) Ben-Zvi I. et Coll. Anakinra for Colchicine-Resistant Familial Mediterranean Fever: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial. Arthritis Rheumatol  2017 Apr;69(4):854-862. doi: 10.1002/art.39995.

 

Sources : J.O. (Journal Officiel) , EMA (European Medicines Agency) , HAS (Haute Autorité de Santé)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster