Bétahistine

Mise à jour : 16 Janvier 2013

Mécanisme d'action

Le mécanisme d'action de la bétahistine est partiellement connu.

In vitro, la bétahistine facilite la transmission histaminergique par son effet agoniste partiel sur les récepteurs H1, et un effet antagoniste des récepteurs de type H3.

Elle diminue l'activité électrique des neurones polysynaptiques des noyaux vestibulaires après administration IV chez l'animal. Elle n'a pas d'effet sédatif.

Elle dispose d’actions analogues à celles de l'histamine.

En pharmacologie animale : la bétahistine augmente le débit sanguin des artères labyrinthiques et basilaires.

La bétahistine produit une vasodilatation des artérioles précapillaires et augmente le débit sanguin dans la strie vasculaire et dans le ligament spiral de la cochlée. On suppose que la bétahistine diminue la pression de l'endolymphe par suite de ces vascularisations accrues. L'augmentation du débit sanguin cochléaire, provoquée par la bétahistine, est comparable à celle produite par le vasodilatateur physiologique qu'est le CO2. Cette augmentation est supérieure à celle observée après administration des produits de référence classiques (histamine, papavérine, acide nicotinique).

En pharmacologie clinique : la bétahistine, administrée par voie orale, à des doses répétées, atténue la symptomatologie fonctionnelle de la fonction labyrinthique des patients souffrant de la maladie de Ménière.


Cas d'usage

La bétahistine est utilisée dans la prise en charge de vertiges.


Médicaments contenant la substance active en association (0)

Monographies disponibles

Substance citée dans