Substance active vérapamil

À propos de la substance
Mise à jour : 03 février 2016

Vérapamil : Mécanisme d'action

Le vérapamil est un antagoniste calcique spécifique, c'est-à-dire qu'il diminue les mouvements transmembranaires du calcium sans modifier, aux concentrations représentatives des concentrations thérapeutiques, les mouvements des autres ions.

Au niveau cardiaque : il provoque une dépression de l'activité du nœud sinusal. Il entraîne un ralentissement de la vitesse de conduction et un allongement des périodes réfractaires au niveau du nœud auriculoventriculaire proportionnels aux concentrations. Ces effets expliquent que le vérapamil soit le prototype des antiarythmiques de classe IV et qu'il soit efficace sur les troubles du rythme impliquant la jonction auriculoventriculaire. Le vérapamil ne modifie ni la vitesse de conduction ni les périodes réfractaires des oreillettes, du système His-Purkinje, des ventricules, des voies accessoires. Le vérapamil déprime la contractilité du myocarde (effet inotrope négatif).

Au niveau artériel, le vérapamil entraîne une relaxation et s'oppose à la contraction des fibres musculaires lisses artérielles. L'abaissement des résistances s'observe dans tous les territoires et entraîne une baisse de la pression artérielle. La bradycardie (habituellement modérée), la dépression de la contractilité, la diminution de la postcharge concourent à une diminution du travail cardiaque et donc à une diminution de la consommation d'oxygène par le myocarde. La vasodilatation coronaire entraîne une augmentation du débit coronaire sans effet de vol. Le débit sanguin rénal est augmenté.

Chez la plupart des malades, l'effet dépresseur myocardique est contrebalancé par la diminution de la postcharge et par la mise en jeu réflexe du système sympathique, comme en témoigne l'absence de diminution de l'index cardiaque. Cependant, chez les sujets à fonction cardiaque altérée, une détérioration de la fonction ventriculaire peut se produire en cas de prise de bêtabloquants ou d'autres médicaments dépresseurs cardiaques.

L’association du vérapamil au trandolapril entraîne un effet antihypertenseur plus important que celui de chacun des composants utilisés seuls.

Vérapamil : Cas d'usage

Le vérapamil est utilisé dans la prise en charge de :
  • angors,
  • hypertensions artérielles,
  • infarctus du myocarde,
  • tachycardies.
En association au trandolapril, il est utilisé dans la prise en charge d’hypertensions artérielles.

 

Le vérapamil  bénéficie d’une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) en France dans la prise en charge prophylactique d’algies vasculaires de la face.

Voir la RTU du Vérapamil (ANSM, octobre 2015)

Fiches DCI VIDAL
Mise à jour : 18 Octobre 2022

Vérapamil chlorhydrate 240 mg comprimé à libération prolongée

ATCRisque sur la grossesse et l'allaitementSportVigilance
C SYSTEME CARDIOVASCULAIRE
C08 INHIBITEURS CALCIQUES
C08D INHIBITEURS CALCIQUES SELECTIFS A EFFETS CARDIAQUES DIRECTS
C08DA DERIVES DE LA PHENYLALKYLAMINE
C08DA01 VERAPAMIL
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIII

IIPrécaution

Indications et modalités d'administration

VERAPAMIL CHLORHYDRATE 240 mg cp LP

Indications

Ce médicament est indiqué dans les cas suivants :

  • Angor
  • Hypertension artérielle

Posologie

Unité de prise
comprimé
  • vérapamil chlorhydrate : 240 mg
Modalités d'administration
  • Voie orale
  • Administrer avec une quantité suffisante de liquide
  • Administrer pendant ou juste après le repas
  • Ne pas mâcher
  • Ne pas sucer
Posologie
Patient à partir de 15 an(s)
Patient quel que soit le poids
Hypertension artérielle
Posologie standard
  • Administrer le matin
  • 240 mg 1 fois par jour
Dans le cas de : Patient faiblement répondeur
  • 360 mg en 1 à 2 prises par jour
Patient de 15 an(s) à 70 an(s)
Patient quel que soit le poids
Angor
Posologie standard
  • 240 mg 1 à 2 fois par jour
Patient à partir de 70 an(s)
Patient quel que soit le poids
Angor
Posologie standard
  • 120 mg 1 à 2 fois par jour
Populations particulières
  • Insuffisance hépatique : Adapter la posologie
  • Sujet âgé : Adapter la posologie

Administration

Précautions particulières à prendre lors de l'administration de ce médicament :

  • Administrer avec une quantité suffisante de liquide
  • Administrer pendant ou juste après le repas

Mises en garde

  • Interaction phytothérapique : millepertuis
  • Ne pas absorber d'alcool pendant le traitement
  • Ne pas mâcher
  • Ne pas sucer
  • Traitement à arrêter en cas d'augmentation des enzymes hépatiques
  • Traitement à arrêter en cas d'ictère

Informations relatives à la sécurité du patient

VERAPAMIL CHLORHYDRATE 240 mg cp LP
Niveau de risque : XCritiqueIIIElevéIIModéréIBas

Interactions médicamenteuses

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication
Vérapamil (voie systémique) + Dantrolène (perfusion)
Risques et mécanismesChez l'animal, des cas de fibrillations ventriculaires mortelles sont constamment observés lors de l'administration de vérapamil et de dantrolène par voie IV. L'association d'un antagoniste du calcium et de dantrolène est donc potentiellement dangereuse. Cependant, quelques patients ont reçu l'association nifédipine et dantrolène sans inconvénient.
Conduite à tenir
Vérapamil (voie systémique) + Ivabradine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de l'ivabradine et de ses effets indésirables, notamment cardiaques (augmentation de son absorption et inhibition de son métabolisme hépatique par le vérapamil), qui s'ajoutent aux effets bradycardisants de ces deux médicaments.
Conduite à tenir
Vérapamil (voie systémique) + Millepertuis (voie orale)
Risques et mécanismesRéduction importante des concentrations de vérapamil, avec risque de perte de son effet thérapeutique.
Conduite à tenir
Vérapamil (voie systémique) + Pimozide
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaires, notamment, de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Vérapamil (voie systémique) + Sertindole
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
IIIHaut
Niveau de gravité: Association déconseillée
Bradycardisants + Fingolimod
Risques et mécanismesPotentialisation des effets bradycardisants pouvant avoir des conséquences fatales. Les bêta-bloquants sont d'autant plus à risque qu'ils empêchent les mécanismes de compensation adrénergique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et ECG continu pendant les 24 heures suivant la première dose.
Bradycardisants + Ozanimod
Risques et mécanismesPotentialisation des effets bradycardisants pouvant avoir des conséquences fatales. Les bêta-bloquants sont d'autant plus à risque qu'ils empêchent les mécanismes de compensation adrénergique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et ECG pendant au moins 6 heures.
Vérapamil (anti-arythmique) + Bépridil (anti-arythmique)
Risques et mécanismesDe nombreux antiarythmiques sont dépresseurs de l'automatisme, de la conduction et de la contractilité cardiaques. L'association d'antiarythmiques de même classe est déconseillée, sauf cas exceptionnel, en raison du risque accru d'effets indésirables cardiaques.
Conduite à tenir
Vérapamil (anti-arythmique) + Diltiazem (anti-arythmique)
Risques et mécanismesDe nombreux antiarythmiques sont dépresseurs de l'automatisme, de la conduction et de la contractilité cardiaques. L'association d'antiarythmiques de même classe est déconseillée, sauf cas exceptionnel, en raison du risque accru d'effets indésirables cardiaques.
Conduite à tenir
Vérapamil (anti-arythmique) + Hydroquinidine (anti-arythmique)
Risques et mécanismesDe nombreux antiarythmiques sont dépresseurs de l'automatisme, de la conduction et de la contractilité cardiaques. L'association d'antiarythmiques de même classe est déconseillée, sauf cas exceptionnel, en raison du risque accru d'effets indésirables cardiaques.
Conduite à tenir
Vérapamil (voie systémique) + Bêta-bloquants (sauf esmolol) (y compris collyres)
Risques et mécanismesTroubles de l'automatisme (bradycardie excessive, arrêt sinusal), troubles de la conduction sino-auriculaire et auriculo-ventriculaire et défaillance cardiaque.
Conduite à tenirUne telle association ne doit se faire que sous surveillance clinique et ECG étroite, en particulier chez le sujet âgé ou en début de traitement.
Vérapamil (voie systémique) + Bêta-bloquants dans l'insuffisance cardiaque
Risques et mécanismesEffet inotrope négatif avec risque de décompensation de l'insuffisance cardiaque, troubles de l'automatisme (bradycardie, arrêt sinusal) et troubles de la conduction sino-auriculaire et auriculo-ventriculaire.
Conduite à tenir
Vérapamil (voie systémique) + Colchicine
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de la colchicine, par augmentation de ses concentrations plasmatiques par le vérapamil.
Conduite à tenir
Vérapamil (voie systémique) + Esmolol
Risques et mécanismesTroubles de l'automatisme (bradycardie excessive, arrêt sinusal), troubles de la conduction sino-auriculaire et auriculo-ventriculaire et défaillance cardiaque.
Conduite à tenirAssociation déconseillée : en cas d'altération de la fonction ventriculaire gauche. Précaution d'emploi : si la fonction ventriculaire gauche est normale. Surveillance clinique et ECG.
Vérapamil (voie systémique) + Fidaxomicine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de la fidaxomicine.
Conduite à tenir
Vérapamil (voie systémique) + Ibrutinib
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations plasmatiques d'ibrutinib par diminution de son métabolisme hépatique par le vérapamil.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, surveillance clinique étroite et réduction de la dose d'ibrutinib à 280 mg par jour pendant la durée de l'association.
Vérapamil (voie systémique) + Olaparib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques d'olaparib par le vérapamil.
Conduite à tenirSi l'association ne peut être évitée, limiter la dose d'olaparib à 200 mg 2 fois par jour.
Vérapamil (voie systémique) + Quinidine
Risques et mécanismesRisque de majoration importante des effets hémodynamiques du vérapamil, avec hypotension et bradycardie sévères.
Conduite à tenir
IIModéré
Niveau de gravité: Précaution d'emploi
Antagonistes des canaux calciques + Idélalisib
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, à type d'hypotension orthostatique, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation de la posologie de l'antagoniste calcique pendant le traitement par l'idélalisib et après son arrêt.
Bradycardisants + Cocaïne
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Bradycardisants + Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et électrocardiographique pendant l'association.
Médicaments abaissant la pression artérielle + Tizanidine
Risques et mécanismesMajoration du risque d'hypotension, notamment orthostatique.
Conduite à tenir
Médicaments administrés par voie orale + Colestipol
Risques et mécanismesLa prise de résine chélatrice peut diminuer l'absorption intestinale et, potentiellement, l'efficacité d'autres médicaments pris simultanément.
Conduite à tenirD'une façon générale, la prise de la résine doit se faire à distance de celle des autres médicaments, en respectant un intervalle de plus de 2 heures, si possible.
Médicaments administrés par voie orale + Résines chélatrices
Risques et mécanismesLa prise de résine chélatrice peut diminuer l'absorption intestinale et, potentiellement, l'efficacité d'autres médicaments pris simultanément.
Conduite à tenirD'une façon générale, la prise de la résine doit se faire à distance de celle des autres médicaments, en respectant un intervalle de plus de 2 heures, si possible.
Médicaments administrés par voie orale + Topiques gastro-intestinaux, antiacides et adsorbants
Risques et mécanismesDiminution de l'absorption de ces substances.
Conduite à tenirPar mesure de précaution, il convient de prendre ces topiques ou antiacides à distance de tout autre médicament (plus de 2 heures, si possible).
Vérapamil (voie orale) + Amiodarone
Risques et mécanismesRisque de bradycardie ou de bloc auriculoventriculaire, notamment chez les personnes âgées.
Conduite à tenirSurveillance clinique et ECG.
Vérapamil (voie systémique) + Afatinib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatique d'afatinib par augmentation de son absorption par le vérapamil.
Conduite à tenirIl est recommandé d'administrer le vérapamil le plus à distance possible de l'afatinib, en respectant de préférence un intervalle de 6 heures ou de 12 heures par rapport à la prise d'afatinib.
Vérapamil (voie systémique) + Aliskirène
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques d'aliskirène et majoration du risque de ses effets indésirables.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Vérapamil (voie systémique) + Anticonvulsivants inducteurs enzymatiques
Risques et mécanismesDiminution des concentrations plasmatiques de l'antagoniste du calcium par augmentation de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de l'antagoniste du calcium pendant le traitement par l'anticonvulsivant et après son arrêt.
Vérapamil (voie systémique) + Atorvastatine
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse par diminution du métabolisme hépatique de l'hypocholestérolémiant.
Conduite à tenirUtiliser des doses plus faibles d'hypocholestérolémiant. Si l'objectif thérapeutique n'est pas atteint, utiliser une autre statine non concernée par ce type d'interaction.
Vérapamil (voie systémique) + Buspirone
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de la buspirone par diminution de son métabolisme hépatique par le vérapamil, avec augmentation de ses effets indésirables.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation de la posologie de la buspirone si nécessaire.
Vérapamil (voie systémique) + Carbamazépine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de carbamazépine et de sa neurotoxicité par inhibition de son métabolisme par le vérapamil. De plus, diminution des concentrations du vérapamil par augmentation de son métabolisme par la carbamazépine.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation éventuelle des posologies des deux médicaments.
Vérapamil (voie systémique) + Ciclosporine (voie systémique)
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de la ciclosporine (diminution de son métabolisme hépatique), et majoration du risque de gingivopathies.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de la ciclosporine, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après son arrêt.
Vérapamil (voie systémique) + Dabigatran
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de dabigatran, avec majoration du risque de saignement.
Conduite à tenirDans l'indication post-chirurgicale : surveillance clinique et adaptation de la posologie du dabigatran à 150 mg/j en une prise, voire 75 mg/j en cas d'insuffisance rénale modérée. Dans l'indication fibrillation auriculaire : surveillance clinique et adaptation de la posologie du dabigatran à 220 mg/j en deux prises.
Vérapamil (voie systémique) + Digoxine (voie systémique)
Risques et mécanismesBradycardie excessive et bloc auriculo-ventriculaire par majoration des effets de la digoxine sur l'automatisme et la conduction et par diminution de l'élimination rénal et extrarénale de la digoxine.
Conduite à tenirSurveillance clinique, ECG et, éventuellement, contrôle de la digoxinémie. S'il y a lieu, adaptation de la posologie de la digoxine pendant le traitement par le vérapamil et après son arrêt.
Vérapamil (voie systémique) + Dronédarone
Risques et mécanismesRisque de bradycardie ou de bloc auriculo-ventriculaire, notamment chez le sujet âgé. Par ailleurs, légère augmentation des concentrations de dronédarone par diminution de son métabolisme par l'antagoniste des canaux calciques.
Conduite à tenirDébuter le traitement par l'antagoniste calcique aux posologies minimales recommandées, et ajuster les doses en fonction de l'ECG.
Vérapamil (voie systémique) + Erythromycine (voie systémique)
Risques et mécanismesBradycardie et/ou troubles de la conduction auriculo-ventriculaire, par diminution du métabolisme hépatique du vérapamil par l'érythromycine.
Conduite à tenirSurveillance clinique et ECG ; s'il y a lieu, adaptation de la posologie du vérapamil pendant le traitement par l'érythromycine et après son arrêt.
Vérapamil (voie systémique) + Evérolimus
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de l'évérolimus par diminution de son métabolisme hépatique par le vérapamil.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après son arrêt.
Vérapamil (voie systémique) + Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir)
Risques et mécanismes- Bradycardie et/ou troubles de la conduction auriculo-ventriculaire, par diminution du métabolisme hépatique du vérapamil par l'inhibiteur. - Majoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenir- Surveillance clinique et ECG. S'il y a lieu, adaptation de la posologie du vérapamil pendant le traitement par l'inhibiteur, et après son arrêt, le cas échéant. - Surveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Vérapamil (voie systémique) + Lovastatine
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse, par diminution du métabolisme hépatique de l'hypocholestérolémiant.
Conduite à tenirNe pas dépasser la posologie de 40 mg/jour de lovastatine. Si l'objectif thérapeutique n'est pas atteint à cette posologie, utiliser une autre statine non concernée par ce type d'interaction.
Vérapamil (voie systémique) + Midazolam (voie systémique)
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de midazolam par diminution de son métabolisme hépatique avec majoration de la sédation.
Conduite à tenirSurveillance clinique et réduction de la posologie de midazolam pendant le traitement par le vérapamil.
Vérapamil (voie systémique) + Naloxégol
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de naloxégol par le vérapamil.
Conduite à tenirAdaptation posologique pendant l'association.
Vérapamil (voie systémique) + Nintédanib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques du nintédanib par augmentation de son absorption par le vérapamil.
Conduite à tenirSurveillance clinique pendant l'association.
Vérapamil (voie systémique) + Rifampicine
Risques et mécanismesDiminution des concentrations plasmatiques de l'antagoniste du calcium par augmentation de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de l'antagoniste du calcium pendant le traitement par la rifampicine et après son arrêt.
Vérapamil (voie systémique) + Ritonavir
Risques et mécanismes- Bradycardie et/ou troubles de la conduction auriculo-ventriculaire, par diminution du métabolisme hépatique du vérapamil par l'inhibiteur. - Majoration des effets indésirables de l'antagoniste des canaux calciques, le plus souvent à type d'hypotension et d'oedèmes, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenir- Surveillance clinique et ECG. S'il y a lieu, adaptation de la posologie du vérapamil pendant le traitement par l'inhibiteur, et après son arrêt, le cas échéant. - Surveillance clinique et adaptation posologique pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt.
Vérapamil (voie systémique) + Simvastatine
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (dose-dépendants) à type de rhabdomyolyse (diminution du métabolisme hépatique de l'hypocholestérolémiant).
Conduite à tenirNe pas dépasser la posologie de 20 mg/j de simvastatine. Si l'objectif thérapeutique n'est pas atteint à cette posologie, utiliser une autre statine non concernée par ce type d'interaction.
Vérapamil (voie systémique) + Sirolimus
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines du sirolimus (diminution de son métabolisme hépatique par le vérapamil).
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après son arrêt.
Vérapamil (voie systémique) + Tacrolimus (voie systémique)
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines du tacrolimus (diminution de son métabolisme hépatique par le verapamil).
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après son arrêt.
Vérapamil (voie systémique) + Talazoparib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de talazoparib avec risque de majoration de la toxicité.
Conduite à tenirRéduire la dose de talazoparib.
Vérapamil (voie systémique) + Tamsulosine
Risques et mécanismesRisque de majoration des effets indésirables de la tamsulosine, par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation de la posologie de la tamsulosine pendant le traitement par l'inhibiteur enzymatique et après son arrêt, le cas échéant.
Vérapamil (voie systémique) + Ténofovir alafénamide
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques du ténofovir alafénamide par augmentation de son absorption.
Conduite à tenirEn cas de co-administration avec le vérapamil, la dose de ténofovir alafénamide doit être limitée à 10 mg par jour.
Vérapamil (voie systémique) + Tolvaptan
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de tolvaptan, avec risque de majoration importante des effets indésirables, notamment diurèse importante, déshydratation, insuffisance rénale aiguë.
Conduite à tenirRéduire la posologie de tolvaptan de moitié.
Vérapamil (voie systémique) + Vénétoclax
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des effets indésirables du vénétoclax par diminution de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique régulière, notamment hématologique, et adaptation de la posologie du vénétoclax.
IBas
Niveau de gravité: A prendre en compte
Antihypertenseurs sauf alpha-bloquants + Alphabloquants à visée urologique (sauf doxazosine)
Risques et mécanismesMajoration de l'effet hypotenseur. Risque d'hypotension orthostatique sévère.
Conduite à tenir
Antihypertenseurs sauf alpha-bloquants + Antihypertenseurs alpha-bloquants (sauf doxazosine)
Risques et mécanismesMajoration de l'effet hypotenseur. Risque majoré d'hypotension orthostatique.
Conduite à tenir
Antihypertenseurs sauf alpha-bloquants + Doxazosine
Risques et mécanismesMajoration de l'effet hypotenseur. Risque d'hypotension orthostatique sévère.
Conduite à tenir
Bradycardisants + Bradycardisants
Risques et mécanismesRisque de bradycardie excessive (addition des effets).
Conduite à tenir
Médicaments abaissant la pression artérielle + Médicaments à l'origine d'une hypotension orthostatique
Risques et mécanismesRisque de majoration d'une hypotension, notamment orthostatique.
Conduite à tenir
Médicaments abaissant la pression artérielle + Nésiritide
Risques et mécanismesMajoration du risque d'hypotension, notamment orthostatique.
Conduite à tenir
Médicaments administrés par voie orale + Laxatifs (type macrogol)
Risques et mécanismesAvec les laxatifs, notamment en vue d'explorations endoscopiques : risque de diminution de l'efficacité du médicament administré avec le laxatif.
Conduite à tenirEviter la prise d'autres médicaments pendant et après l'ingestion dans un délai d'au moins 2 h après la prise du laxatif, voire jusqu'à la réalisation de l'examen.
Vérapamil (anti-arythmique) + Amiodarone (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Brétylium
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Cibenzoline (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Disopyramide (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Dofétilide (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Dronédarone (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Flécaïnide (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Ibutilide (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Lidocaïne (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Mexilétine (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Propafénone (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Quinidine (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Sotalol (anti-arythmique)
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (anti-arythmique) + Tédisamil
Risques et mécanismesL'association d'antiarythmiques de classes différentes peut apporter un effet thérapeutique bénéfique, mais s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Conduite à tenirSurveillance clinique étroite et un contrôle de l'ECG.
Vérapamil (voie systémique) + Antihypertenseurs centraux
Risques et mécanismesTroubles de l'automatisme (troubles de la conduction auriculo-ventriculaire par addition des effets négatifs sur la conduction).
Conduite à tenir
Vérapamil (voie systémique) + Doxorubicine
Risques et mécanismesRisque de majoration de la toxicité de la doxorubicine par augmentation de ses concentrations plasmatiques.
Conduite à tenir
Vérapamil (voie systémique) + Pamplemousse (jus et fruits)
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de vérapamil, avec risque de survenue d'effets indésirables.
Conduite à tenir
Vérapamil (voie systémique) + Ticagrélor
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations plasmatiques de ticagrelor par diminution de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenir

Contre-indications

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication absolue
  • Bloc auriculoventriculaire de 2e degré
  • Bloc auriculoventriculaire de 3e degré
  • Bloc sino-auriculaire
  • Choc cardiogénique
  • Enfant de moins de 15 ans
  • Fibrillation auriculaire associée à un syndrome de Wolff-Parkinson-White
  • Fibrillation auriculaire avec syndrome de préexcitation ventriculaire
  • Flutter auriculaire associée à un syndrome de Wolff-Parkinson-White
  • Flutter auriculaire avec syndrome de préexcitation ventriculaire
  • Hypersensibilité à l'un des composants
  • Hypersensibilité aux inhibiteurs calciques
  • Hypotension artérielle
  • Insuffisance cardiaque non contrôlée
  • Maladie du sinus
  • Trouble sévère de la conduction cardiaque

Précautions

IIModéré
Niveau de gravité: Précaution
  • Angor
  • Bloc auriculoventriculaire du premier degré
  • Bradycardie
  • Dystrophie musculaire de Duchenne
  • Infarctus du myocarde en phase aiguë
  • Insuffisance cardiaque
  • Insuffisance hépatique
  • Insuffisance rénale
  • Myasthénie sévère
  • Port d'un stimulateur cardiaque
  • Sujet âgé
  • Syndrome de Lambert-Eaton
  • Traitement prolongé
  • Trouble de la conduction cardiaque
  • Trouble neuromusculaire
  • Allaitement
  • Grossesse, 3 derniers mois (de la)
  • Grossesse, 6 premiers mois (de la)

Grossesse et allaitement

Contre-indications et precautions d'emploi
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIII

IIPrécaution

Risques spécifiques

  • Interaction avec la cocaïne
  • Risque d'asystolie
  • Risque d'augmentation des enzymes hépatiques
  • Risque de bradycardie
  • Risque de trouble de la conduction cardiaque
  • Risque d'hépatite cholestatique
  • Risque d'hépatite cytolytique
  • Risque d'ictère

Interactions alimentaires

  • Alcool
  • Jus de pamplemousse

Effets indésirables

SystèmesFréquence de moyenne à élevée(≥1/1 000)Fréquence basse (<1/1 000)Fréquence inconnue
ANOMALIE DES EXAMENS DE LABORATOIRE Enzymes hépatiques (augmentation)
Hyperkaliémie
Hyperprolactinémie
Hypoglycémie
Hypokaliémie
Phosphatases alcalines (augmentation)
Transaminases (augmentation)
DERMATOLOGIE Lucite (Très rare) Alopécie
Eruption maculopapuleuse
Erythème cutané
Erythème polymorphe
Exanthème
Hyperhidrose
Prurit
Purpura
Syndrome de Stevens-Johnson
Urticaire
DIVERS Fatigue
Fièvre
Oedème des chevilles
Oedème périphérique
ENDOCRINOLOGIE Galactorrhée
Gynécomastie
HÉPATOLOGIE Hépatite cholestatique
Hépatite cytolytique
Ictère
Insuffisance hépatique
IMMUNO-ALLERGOLOGIE Hypersensibilité
Oedème de Quincke
NUTRITION, MÉTABOLISMETolérance au glucose diminuée (Peu fréquent)
OPHTALMOLOGIE Trouble de la vision
ORL, STOMATOLOGIE Atteinte gingivo-dentaire (Rare)
Gingivite (Rare)
Hyperplasie gingivale (Rare)
Acouphène
Bourdonnement d'oreille
Gingivorragie
Oedème gingival
Sensation de vertige
Vertige
PSYCHIATRIE Agitation
Nervosité
SYSTÈME CARDIOVASCULAIRE Arrêt cardiaque
Asystolie
Bloc auriculoventriculaire complet
Bloc auriculoventriculaire de 2e degré
Bloc auriculoventriculaire du premier degré
Bouffée de chaleur
Bradycardie
Bradycardie sinusale
Choc cardiogénique
Erythromélalgie de Weir Mitchell
Hypotension artérielle
Hypotension orthostatique
Insuffisance cardiaque
Insuffisance cardiaque (aggravation)
Insuffisance cardiaque congestive
Insuffisance cardiaque congestive (aggravation)
Malaise
Palpitation
Pause sinusale
Tachycardie
SYSTÈME DIGESTIF Constipation
Diarrhée
Douleur abdominale
Gêne abdominale
Iléus
Nausée
Sensation d'inconfort abdominal
Trouble abdominal
Vomissement
SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUE Douleur articulaire
Douleur musculaire
Faiblesse musculaire
SYSTÈME NERVEUX Dystrophie musculaire de Duchenne (aggravation) (Très rare)
Myasthénie (aggravation) (Très rare)
Syndrome de Lambert-Eaton (aggravation) (Très rare)
Syndrome extrapyramidal (Exceptionnel)
Céphalée
Convulsions
Epilepsie (crise)
Myasthénie
Neuropathie
Paralysie
Paresthésie
Somnolence
Tremblement
Trouble de l'équilibre
SYSTÈME RESPIRATOIRE Bronchospasme
Dyspnée
Oedème pulmonaire
UROLOGIE, NÉPHROLOGIE Impuissance
Insuffisance rénale
Trouble de l'érection

Voir aussi les substances

Vérapamil chlorhydrate

Détails sur les substances
Chimie
IUPACchlorhydrate de 5-[(3,4-diméthoxyphénéthyl)méthylamino]-2-(3,4-diméthoxyphényl)-2 isopropylvaleronitrile
Synonymesiproveratril hydrochloride, verapamil hydrochloride
Posologie
Defined Daily Dose (WHO)
Oral:0.24 g
Parenteral:0.24 g
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster