1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
Les différents verres standard contiennent la même quantité d'alcool, environ 10 g.

Les différents verres standard contiennent la même quantité d'alcool, environ 10 g.

#Médicaments #Prise en charge
Par David Paitraud - Date de publication : 01 septembre 2022 - Image d'une montre Lecture : 4 minutes

Dépendance à l'alcool : le Conseil d'État suspend la prise en charge à 30 % de BACLOFENE ZENTIVA

Conformément à la décision du Conseil d'État du 13 juin 2022, l'Assurance maladie confirme l'arrêt du remboursement de BACLOFENE ZENTIVA 10 mg comprimé sécable dans l'indication relative à la réduction de consommation d'alcool. 

Résumé

Saisi par le laboratoire Ethypharm (BACLOCUR), le Conseil d'État a décidé d'annuler l'arrêté d'extension de prise en charge de la spécialité BACLOFENE ZENTIVA 10 mg comprimé sécable relatif au remboursement dans le traitement de la dépendance alcoolique. Concrètement, BACLOFENE ZENTIVA n'est donc plus remboursable à ce jour dans la réduction de la consommation d'alcool chez des sujets dépendants à l'alcool. 

Dans cette indication et malgré un service médical rendu (SMR) jugé faible (associé à un taux de remboursement de 15 %), BACLOFENE ZENTIVA bénéficiait du même taux de remboursement, à 30 % (SMR modéré), que pour son indication dans le traitement de la spasticité.

En parallèle, un taux de remboursement de 15 % s'applique à BACLOCUR, qui ne dispose pas d'autres indications que celle de la réduction de la consommation d'alcool. Cette différence de taux de remboursement entre ces deux spécialités, pour une même indication thérapeutique avec un SMR identique (faible) est à l'origine du litige porté devant le Conseil d'État.

S'il est applicable, le taux de remboursement à 15 % de BACLOFENE ZENTIVA dans l'indication en addictologie devra faire l'objet d'un nouvel avis au Journal officiel.

Par une décision du 13 juin 2022 [1], le Conseil d'État a annulé l'arrêté d'extension de prise en charge [2] de la spécialité BACLOFENE ZENTIVA 10 mg comprimé sécable dans la réduction de la consommation d'alcool chez les patients dépendants à l'alcool (cf. Encadré ci-dessous).

Suite à cette décision, l'Assurance maladie a confirmé l'arrêt du remboursement de BACLOFENE ZENTIVA 10 mg comprimé sécable à 30 % dans son indication en alcoologie n'est plus applicable [3].

Pour le reste de ses indications thérapeutiques (contractures spastiques), BACLOFENE ZENTIVA 10 mg comprimé sécable reste remboursable à 30 %. 
 

Encadré - Indications thérapeutiques de BACLOFENE ZENTIVA

Indications chez l'adulte
Le baclofène est indiqué comme traitement des contractures spastiques (cf. VIDAL Reco « Spasticité ») :
  • de la sclérose en plaques ;
  • des affections médullaires (d'étiologie infectieuse, dégénérative, traumatique, néoplasique) ;
  • d'origine cérébrale.
Le baclofène est indiqué pour réduire la consommation d'alcool, après échec des autres traitements médicamenteux disponibles, chez les patients adultes ayant une dépendance à l'alcool et une consommation d'alcool à risque élevé (> 60 g/jour pour les hommes ou > 40 g/jour pour les femmes) (cf. VIDAL Reco « Alcool : sevrage »).
Indication en population pédiatrique (6 à 18 ans)
Le baclofène est indiqué comme traitement symptomatique :
  • des contractures spastiques d'origine cérébrale (infirmité motrice cérébrale infantile, accident cérébro-vasculaire, maladie cérébrale néoplasique ou dégénérative) ;
  • de la spasticité musculaire survenant dans les maladies de la moelle épinière d'origine infectieuse dégénérative, traumatique, néoplasique ou secondaire à une sclérose en plaques, une paralysie spinale spastique, une sclérose latérale amyotrophique, une syringomyélie, une myélite transverse.

Un taux de remboursement différent pour une indication identique

La demande d'annulation du remboursement de BACLOFENE ZENTIVA en alcoologie a été formulée auprès du Conseil d'État par le laboratoire Ethypharm, qui commercialise les spécialités BACLOCUR comprimé pelliculé sécable.

En alcoologie, BACLOCUR et BACLOFENE ZENTIVA disposent de la même indication thérapeutique (cf. Encadré ci-dessus). 

Dans cette indication, la Commission de la transparence a attribué un service médical rendu (SMR) faible, associé à un taux de remboursement de 15 % par l'Assurance maladie, et une amélioration du service médical rendu de niveau V (absence). 

Cependant, en raison de son indication dans le traitement de la spasticité (qui bénéficie d'un SMR modéré), BACLOFENE ZENTIVA bénéficie d'un taux de remboursement de 30 %. Autrement dit, le taux le plus élevé s'applique à toutes les indications de la spécialité. 

Pour le Conseil d’État, une décision guidée par la dépense publique

Dans son avis du 13 juin, le Conseil d'État relève que le remboursement du BACLOFENE ZENTIVA à un taux de 30 % dans l'indication de la réduction de la consommation d'alcool est associé à une augmentation des dépenses de l'Assurance maladie, en comparaison à un taux de 15 % : « le coût du traitement par le Baclofène Zentiva 10 mg, au tarif de 2,48 euros par boîte, revient à l'assurance maladie à la somme de 0,744 euro tandis que pour le Baclocur 10 mg, au tarif par boîte de 4,57 euros, ce coût est de 0,6855 euro »

Un changement de taux en prévision

Suite à la décision du Conseil d'État, seules les spécialités BACLOCUR restent remboursables dans le traitement de la réduction de la consommation d'alcool par baclofène.

Dans un message à l'APMnews, le laboratoire Zentiva rappelle néanmoins que sa spécialité peut prétendre à un remboursement à 15 % dans son indication en alcoologie au vu du SMR faible qui lui a été attribué.

Une modification du taux de remboursement pour cette indication spécifique ne peut être applicable qu'après parution d'un nouvel arrêté d'extension de prise en charge assorti d'un nouvel avis portant fixation du taux de remboursement au Journal officiel
 

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Dans la même rubrique
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster