Obstétrique : mise à jour des règles de bon usage des médicaments à base de dinoprostone

Par DAVID PAITRAUD - Date de publication : 03 Novembre 2021
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 1480 lecteurs
Suite à une évaluation du profil de sécurité de la dinoprostone, les éléments d'information relatifs aux médicaments contenant cette prostaglandine E2 ont été actualisés au niveau européen pour renforcer leur bon usage. 
La dinoprostone est un médicament hospitalier, administrée par voie intracervicale ou vaginale, pour l'induction de la maturation/dilatation du col chez les patientes à terme (illustration).

La dinoprostone est un médicament hospitalier, administrée par voie intracervicale ou vaginale, pour l'induction de la maturation/dilatation du col chez les patientes à terme (illustration).

 
Résumé : 
Le risque d'hyperstimulation et de rupture utérine, de même que ses conséquences potentielles (mort fœtale/néonatale), sont connus et mentionnés dans les documents d'information (RCP et notice) des médicaments à base de dinoprostone.

Pourtant, une analyse récente des données de sécurité montre que le profil de risque de la dinoprostone est majoré par le non-respect des recommandations d'usage de ce médicament.

Dans ce contexte, et sur demande de l'Agence européenne du médicament (EMA), les laboratoires commercialisant des médicaments à base de cette prostaglandine E2 (PROSTINE E2, PREPIDIL et PROPESS) rappellent les consignes de bon usage de la dinoprostone (notamment en termes de doses, intervalle de doses, contre-indication avec l'oxytocine).

En outre, l'utilisation de ces médicaments hospitaliers est restreinte aux professionnels de santé qualifiés dans un cadre permettant une surveillance fœtale et utérine continue. 


Une récente analyse des données de sécurité de la dinoprostone suggère que les recommandations d'usage (doses, intervalle de doses, contre-indications) ne sont pas suffisamment respectées (cf. Encadré 1), ce qui expose à un risque de mort fœtale ou néonatale. 

Encadré 1 - Spécialités à base de dinoprostone commercialisées en France et indication thérapeutique
  • PROSTINE E2 1 mg/3 g gel vaginal (CIP 3400955774839)
  • PROSTINE E2 2 mg/3 g gel vaginal (CIP 3400955775089)
  • PREPIDIL INTRACERVICAL gel stérile intracervical (CIP 3400955591207)
  • PROPESS 10 mg système de diffusion vaginal (CIP 3400956197446)

La dinoprostone est un médicament hospitalier, administrée par voie intracervicale ou vaginale, pour l'induction de la maturation/dilatation du col chez les patientes à terme.

Non respect des recommandations d'usage : principal facteur de risque d'effet indésirable associé à la dinoprostone
Selon une évaluation des dernières données de sécurité portant plus particulièrement sur le risque de mort fœtale/néonatale consécutif à une hyperstimulation/rupture utérine, le non-respect des recommandations d'usage de la dinoprostone apparaît comme le principal facteur de risque de survenue d'effets indésirables utérins : 
  • doses trop élevées,
  • administrations rapprochées de dinoprostone,
  • administration concomitante d'oxytocine, un ocytocique de synthèse qui augmente la fréquence et l'intensité des contractions utérines ;
  • antécédents de césarienne. 

Rappel de bon usage pour limiter le risque d'effets indésirables utérins
Le risque d'hyperstimulation/rupture utérine associée à la dinoprostone, et ses conséquences potentielles (mort fœtale/néonatale), est connu ; des contre-indications et précautions d'emploi relatives à ce risque sont déjà mentionnées dans les documents d'information (résumé des caractéristiques du produit [RCP] et notice) des spécialités à base de dinoprostone.

Afin de réduire ces risques, l'Agence européenne du médicament (EMA) a décidé de porter à l'attention des praticiens les éléments actualisés des documents d'information et les messages de bon usage.


Une utilisation encadrée
L'utilisation de la dinoprostone est restreinte aux professionnels de santé qualifiés, au sein d'hôpitaux et cliniques disposant d'unités obstétriques spécialisées et dotées d'installations permettant une surveillance fœtale et utérine continue.

Un meilleur respect des doses maximales et des intervalles de dose
Il est également rappelé aux professionnels de santé concernés de respecter la dose maximale et l'intervalle de dose de dinoprostone (cfEncadré 2), dans le cadre de l'induction de la maturation cervicale et de la dilatation du col à terme ou à proximité du terme.

Encadré 2 - Recommandations posologiques selon les spécialités de dinoprostone
PROSTINE E2 (gel vaginal)
  • Dose initiale de 1 mg dans le cul de sac vaginal postérieur,
  • après 6 heures, une deuxième dose de 1 ou 2 mg, peut être administrée selon la réponse à la dose initiale :
    • en l'absence de réponse à la dose initiale de 1 mg, on administrera une dose supplémentaire de 2 mg,
    • pour accroître une réponse à la dose initiale de 1 mg, on administre une dose supplémentaire de 1 mg.
La dose recommandée ne doit pas être dépassée et l'intervalle d'administration ne doit pas être raccourci.
PREPIDIL (gel intracervical)
L'intégralité du contenu de la seringue (0,5 mg) doit être administrée lentement, dans le canal cervical 1 cm au-dessus de l'orifice externe du col, afin d'éviter le passage du principe actif dans l'espace extra-amniotique.
La dose recommandée ne doit pas être dépassée.
PROPESS (système de diffusion vaginal)
Il est impératif de placer le système dans le cul-de-sac vaginal postérieur et de prendre garde à ne pas le positionner en intra-cervical extra-amniotique.
Le système de diffusion vaginal doit être retiré après 24 heures, que la maturation cervicale soit achevée ou non.
Une seule administration est recommandée.

Dinoprostone et oxytocine : contre-indication à prendre en compte
L'utilisation concomitante de dinoprostone et oxytocine est contre-indiquée, et un  délai minimal est à respecter entre l'administration de ces deux médicaments :
  • PROPESS : 30 minutes avant d'instaurer une perfusion intraveineuse d'oxytocine ;
  • PROSTINE E2 et PREPIDIL : 6 heures avant d'instaurer une perfusion intraveineuse d'oxytocine.
Ce délai ne doit pas être raccourci car cela augmente le risque d'hyperstimulation utérine, de rupture utérine, d'hémorragie utérine et de mort fœtale et néonatale

Situations pour lesquelles la dinoprostone est contre-indiquée ou doit être utilisée avec prudence
L'utilisation d'oxytociques, y compris la dinoprostone, est contre-indiquée en cas d'antécédents de chirurgie de l'utérus (césarienne, chirurgie à risque de rupture).
 
La dinoprostone doit être utilisée avec prudence chez les patientes présentant :
  • une grossesse multiple ;
  • une rupture prématurée des membranes.

Pour aller plus loin
Rappels sur le bon usage des spécialités à base de dinoprostone pour limiter les risques d'hyperstimulation utérine, de rupture utérine et de mort fœtale/néonatale (ANSM, 2 novembre 2021)
Courrier des laboratoires Pfizer et Ferring aux professionnels de santé - Bon usage des spécialités de dinoprostone (sur le site de l'ANSM, 12 octobre 2021)

 

Sources : EMA (European Medicines Agency) , ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster