Surdosage aux opioïdes : mise à disposition de NYXOÏD, spécialité à base de naloxone en pulvérisation nasale

Par DAVID PAITRAUD - Date de publication : 07 Octobre 2021
1
2
3
4
5
3.5
(2 notes)
vu par 1588 lecteurs
NYXOÏD 1,8 mg solution pour pulvérisation nasale en flacon unidose est la deuxième spécialité à base de naloxone prête à l'emploi mise à disposition en ville, dans le traitement d'urgence des surdosages aux opioïdes.
La naloxone est le principal antagoniste des récepteurs de la morphine, alcaloïde majoritaire de l'opium ou latex du pavot somnifère (illustration).

La naloxone est le principal antagoniste des récepteurs de la morphine, alcaloïde majoritaire de l'opium ou latex du pavot somnifère (illustration).

 
Résumé : 
Une deuxième spécialité à base de naloxone en kit prêt à l'emploi est mise à disposition en France, dans les pharmacies et les établissements de santé, dans le traitement d'urgence des surdosages aux opioïdes chez l'adulte ou l'adolescent de 14 ans et plus : 
  • NYXOÏD 1,8 mg solution pour pulvérisation nasale en récipient unidose

NYXOÏD se présente en flacon pulvérisateur de 0,1 mL, pour administration nasale ; chaque flacon contient une seule dose (flacon unidose) correspondant à 1,8 mg de naloxone. Une boîte de NYXOÏD contient 2 flacons.

Le schéma posologique comporte une première pulvérisation (soit 1,8 mg de naloxone), dans une narine. Si l'état du patient ne s'améliore pas, ou s'il se dégrade à nouveau, une seconde dose ou plus peuvent être administrées. 
Dans tous les cas, il est important de prévenir les secours.


NYXOÏD est un médicament soumis à prescription médicale obligatoire. 
Il est agréé aux collectivités et remboursable à 65 % (31,40 euros la boîte de 2 flacons).

La spécialité à base de naloxone NYXOÏD 1,8 mg solution pour pulvérisation nasale en récipient unidose est destinée à une administration immédiate en tant que traitement d'urgence des surdosages aux opioïdes, connu ou suspecté, se manifestant par une dépression respiratoire et/ou du système nerveux central, à la fois dans un environnement non médical et un environnement de soins (cf. VIDAL Reco "Dépendance aux opiacés (traitement de substitution)").

NYXOÏD est indiqué chez les adultes et les adolescents âgés de 14 ans et plus. 
Ce médicament ne se substitue pas aux soins d'urgence.

Une deuxième spécialité de naloxone prête à l'emploi
En France, NYXOÏD est la deuxième spécialité de naloxone disponible en kit prêt à l'emploi (cf. Encadré 1), après PRENOXAD 0,91 mg/mL solution injectable en seringue préremplie (cf. notre article du 5 juin 2019). 
Elle s'en distingue par :
  • sa voie d'administration, en pulvérisation nasale, alors que PRENOXAD s'administre par voie intramusculaire (IM),
  • la population concernée par l'autorisation de mise sur le marché (AMM), à savoir l'adulte et l'adolescent à partir de 14 ans, alors que PRENOXAD est indiqué uniquement chez l'adulte ;
  • ses conditions de délivrance : NYXOÏD est soumis à prescription médicale obligatoire (ce que regrette la Commission de la Transparence dans son avis du 5 février 2020), alors que PRENOXAD peut être délivré en pharmacie sans ordonnance médicale. 

Jusqu'en 2020, une autre spécialité à base de naloxone en pulvérisation nasale, NALSCUE 0,9 mg/0,1 mL, était disponible dans les structures hospitalières, les CSAPA et les CAARUD. Elle n'a jamais été proposée en ville, faute d'accord sur le prix.

Enfin, dans les établissements hospitaliers, il existe des spécialités à base de naloxone injectable pour administration intraveineuse (IV), en ampoule (NALOXONE MYLAN et 
NARCAN 0,4 mg/mL solution injectable).

Encadré 1 - La position française : encourager la détention de naloxone pour sauver des vie
Depuis 2019, le ministère de la Santé et l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM - cf. notre article du 5 septembre 2019) encouragent la mise à disposition de solution de naloxone prêtes à l'emploi : " toute personne à risque devrait se voir délivrer ou prescrire un kit de naloxone, et recevoir dans le même temps les informations clés sur la conduite à tenir en cas de suspicion de surdose aux opioïdes".

En France, les opioïdes concentrent la majorité des décès par surdose (8 décès par surdose sur 10 sont associés au opioïdes). Le recours plus fréquent à la naloxone, antidote validé, pourrait éviter 4 décès par surdose sur 5.


Une campagne de sensibilisation a été initiée en juillet 2020 ; elle s'inscrit dans la feuille de route 2019 - 2022 du ministère de la Santé pour prévenir et agir face aux surdoses d'opioïdes

Un flyer est également mis à disposition des professionnels de santé et des usagers, dans lequel sont décrites les instructions pour l'utilisation de PRENOXAD (voie IM) ou NYXOÏD (voie nasale).

Évaluation médico-économique de la naloxone par voie nasale
La naloxone est un antagoniste spécifique des récepteurs opioïdes ; sa très grande affinité pour ces récepteurs permet de déplacer les agonistes et les antagonistes partiels opioïdes. En outre, la naloxone ne possède pas l'activité agoniste ou morphine-like, et ne présente aucune activité pharmacologique fondamentale.

Voie intranasale : une absorption rapide de la naloxone
L'intérêt de recourir à la voie intranasale dans le cadre d'un traitement d'urgence est la rapidité de l'absorption ; après pulvérisation intranasale de naloxone, les données montrent une apparition très précoce (dès 1 minute après l'administration) de la substance active dans la circulation sanguine.

Selon une étude britannique de bioéquivalence (MR903-1501) ayant comparé le profil pharmacocinétique de la naloxone intranasale (1 mg, 2 mg et 4 mg) avec celui de la naloxone IM et IV (0,4 mg), on observe que le tmax médian associé à l'administration intranasale de naloxone était de :
  • 15 (10-60) minutes pour des doses intranasales de 1 mg,
  • 30 (8-60) minutes pour des doses intranasales de 2 mg,
  • 15 (10-60) minutes pour des doses intranasales de 4 mg.
Ce tmax médian était de 10  minutes (4-90) pour des doses IM de 0,4 mg et de 2 minutes (1-15) pour des doses IV de 0,4 mg.

Un SMR important et une ASMR mineure
Sur la base des données disponibles lors de l'évaluation de NYXOÏD, la Commission de la Transparence a émis un avis le 5 février 2020, dans lequel elle attribue à cette spécialité : 
  • un service médical rendu (SMR) important,
  • une amélioration du SMR mineure (ASMR IV).
La Commission regrette que NYXOÏD soit soumis à une obligation de prescription médicale, "qui limite l'élargissement de la mise à disposition de la naloxone prête à l'emploi auprès des usagers".

NYXOÏD en pratique
Une seule dose par flacon pulvérisateur
NYXOÏD se présente en flacon pulvérisateur unidose de 0,1 mL délivrant une seule dose de 1,8 mg de naloxone (sous forme de chlorhydrate dihydraté). Le dispositif ne doit donc pas être amorcé ou testé avant son administration.

Une dose ou plus...

NYXOÏD doit être administré dès que possible pour éviter des lésions du système nerveux central ou le décès.

La dose recommandée est de 1,8 mg de naloxone, soit 1 pulvérisation de NYXOÏD dans une narine (cf. Encadré 2).  
Une deuxième dose ou plus peuvent être nécessaires, si l'état du patient ne s'améliore pas dans les 2 à 3 minutes après la première dose, ou si l'état du patient se dégrade après une amélioration ; les symptômes de surdosage peuvent en effet réapparaître, notamment en cas d'intoxication aux opioïdes à demi-vie longue (méthadone), du fait de la courte demi-vie d'élimination de la naloxone. 
La seconde dose est administrée dans l'autre narine. 

Encadré 2 - Instructions pour l'utilisation du pulvérisateur NYXOÏD
  • Mettre le patient sur le dos
  • Soutenir sa nuque et incliner sa tête en arrière
  • Tenir le pulvérisateur nasal avec le pouce positionné sur le bas du piston et l'index et le majeur sur les deux côtés de l'embout. 
  • Insérer doucement l'embout du dispositif dans une narine et appuyer fermement sur le piston jusqu'à obtention du clic pour administrer la dose.
  • Retirer l'embout de la narine après avoir administré la dose.

Après la pulvérisation de NYXOÏD : prévenir les secours et PLS
En cas de surdosage aux opioïdes, les secours doivent toujours être prévenus. 

En attendant leur arrivée, après avoir administré NYXOÏD, le patient doit être placé en position latérale de sécurité (PLS) :
  • patient allongé sur le côté avec la bouche ouverte orientée vers le sol,
  • main du patient sous sa tête,
  • jambe supérieure pliée.

Former et informer les patients ou accompagnants
Un surdosage aux opioïdes peut être identifié par l'association de trois signes et symptômes : un trouble de la conscience pouvant aller jusqu'au coma, un myosis bilatéral serré et une bradypnée. Le prescripteur doit décrire aux usagers et aux accompagnants les symptômes évocateurs d'un surdosage en opioïdes : 
  • difficulté à marcher, parler, rester éveillé ;
  • lèvres ou ongles bleus ;
  • pupilles très petites ;
  • peau froide et moite ;
  • étourdissements et confusion;
  • somnolence extrême ;
  • bruits de suffocation, gargouillements ou ronflements ;
  • respiration lente, faible ou inexistante ;
  • incapacité à se réveiller, même si la personne est secouée ou qu'on lui crie après.

Lors de la prescription et de la dispensation de NYXOÏD, le professionnel de santé doit informer les patients/usagers de la bonne utilisation de ce médicament et de la procédure à suivre. 
Il est également recommandé aux personnes à risque d'informer leur entourage (amis, famille) qu'ils détiennent NYXOÏD et d'en expliquer le fonctionnement.

Identité administrative

Pour aller plus loin
Avis de la Commission de la Transparence - NYXOÏD (HAS, 5 février 2020)
Surdoses (overdose) d'opioïdes : la naloxone est utilisable par tous et peut sauver la vie (ministère de la Santé, actualisation du 23 février 2021)
Mesures additionnelles de réduction du risque validées par l'ANSM et diffusées par le(s) laboratoire(s) exploitant(s) le(s) médicament(s) :
 
Sur VIDAL.fr
SURDOSAGE AUX OPIOÏDES : PRENOXAD (NALOXONE), DISPONIBLE EN VILLE SUR PRESCRIPTION MÉDICALE FACULTATIVE (5 juin 2019)
SURDOSAGE OU OVERDOSE AUX OPIOÏDES : L'ANSM FAIT LE POINT SUR L'OFFRE THÉRAPEUTIQUE DE LA NALOXONE EN FRANCE (5 septembre 2019)
SURDOSAGE EN MÉTHADONE : L'ANSM ENCOURAGE LA DÉTENTION DE NALOXONE (17 juillet 2020)

 

Sources : J.O. (Journal Officiel) , EMA (European Medicines Agency) , HAS (Haute Autorité de Santé) , ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster