Vaccin COMIRNATY contre la COVID-19 : quelle efficacité contre les formes sévères des personnes âgées ?

Par Stéphane KORSIA-MEFFRE - Date de publication : 27 mai 2021
1
2
3
4
5
3.0
(30 notes)
vu par 38216 lecteurs
Selon les données de vie réelle, le vaccin COMIRNATY (Pfizer-BioNTech) semble très efficace pour prévenir les formes graves de COVID-19 chez les personnes âgées de 75 ans et plus, y compris en présence de nouveaux variants.
Une protection contre les formes graves qui semble excellente chez les sujets âgés (illustration).

Une protection contre les formes graves qui semble excellente chez les sujets âgés (illustration).


Résumé :
Parce que l'âge avancé est le principal facteur de risque de forme grave de COVID-19 et donc, d'hospitalisation, il est indispensable de s'assurer que les vaccins actuellement proposés sont efficaces pour réduire ce risque chez les seniors et, ce faisant, pour alléger le fardeau de la pandémie sur les établissements de soins.

Les essais cliniques de phase 3 ayant mené à la commercialisation de ces vaccins péchaient par une sous-représentation des personnes les plus âgées, source d'imprécision (voire d'absence de données) sur leur efficacité dans cette population, en particulier pour les formes sévères, plus rares que les formes légères à modérées. Les campagnes de vaccination menées depuis fin 2020, dans divers pays, ont permis d'obtenir des données de vie réelle complémentaires à ce sujet.

La publication, le 21 mai 2021, des premières données françaises de ce type est une excellente opportunité de faire un bilan de ce que l'on sait aujourd'hui sur l'efficacité du vaccin COMIRNATY (Pfizer-BioNTech), en termes de prévention des formes graves de COVID-19 chez les personnes âgées de 75 ans et plus.

L'efficacité du vaccin COMIRNATY contre les formes sévères de COVID-19 semble excellente chez les sujets âgés (taux de protection d'au moins 90 % pour les 75-85 ans et d'au moins 80 % pour les plus de 85 ans), justifiant a posteriori le choix stratégique, fait fin 2020, de le proposer à cette population, en dépit de l'absence de données cliniques solides chez les seniors au moment de sa commercialisation. 
Cette efficacité ne semble pas significativement menacée par les nouveaux variants.


Lorsque la mise sur le marché du vaccin à ARN messager contre la COVID-19 des laboratoires Pfizer et BioNTech (COMIRNATY) a été autorisée fin 2020, les données présentées aux autorités réglementaires étaient insuffisantes pour se prononcer sur sa capacité à prévenir les formes sévères chez les personnes âgées (de 75 ans et plus).
Depuis, de vastes campagnes de vaccination, en particulier dans cette population à risque, ont permis d'évaluer, en vie réelle, l'efficacité de ce vaccin pour prévenir les formes graves (et donc réduire la surcharge hospitalière et le nombre de décès).
À l'occasion de la publication des premiers chiffres français à ce sujet, par le Groupe d'intérêt scientifique EPI-PHARE (Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé – ANSM / Caisse nationale d'assurance maladie –  CNAM), mais aussi de plusieurs articles scientifiques internationaux sur le même thème, voici une synthèse des connaissances actuelles sur l'efficacité du vaccin COMIRNATY contre les formes sévères chez les personnes âgées.

Les données actualisées de l'essai de phase 3 ayant mené à la mise sur le marché
Avant d'aborder les données issues des campagnes de vaccination, il est intéressant de se pencher sur les données actualisées de l'essai de phase 3 C4591001, mené par les laboratoires Pfizer et BioNTech. En effet, le 1er avril 2021, ces derniers ont publié de nouveaux éléments complémentant les résultats de l'étude ayant justifié son autorisation de mise sur le marché.
Dans leur communiqué de presse, Pfizer et BioNTech précisent le taux de protection obtenu contre les formes graves, au cours des 6 mois après l'administration de la 2e dose. Ce taux varie selon que l'on prend en compte la définition des formes sévères publiée par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ou celle de la Food and Drug Administration (FDA, définition un peu plus précise et un peu plus large) (voir Tableau I). Dans le premier cas, ce taux est de 100 % (IC95 % : 88,0-100), dans le second, de 95,3 % (IC95 % : 71-99,9).
Ces valeurs ont été calculées tous âges confondus. Rappelons toutefois que seulement 4,3 % des 46 307 participants avaient plus de 75 ans à l'inclusion. Le taux de protection contre les formes graves chez ces sujets âgés n'a pas été publié par les laboratoires (probablement du fait du faible effectif).

 
Tableau I - Définitions des formes sévères de COVID-19
 
Définition des Centers for Disease Control and Prevention (CDC)
  • SpO2 < 94 % à l'air ambiant au niveau de la mer, PaO2/FiO2 < 300 mmHg, fréquence respiratoire > 30 respirations/minute, ou infiltrats pulmonaires > 50 % ;
  • Insuffisance respiratoire ;
  • Choc septique ;
  • Dysfonctionnement de plusieurs organes ;
  • Décès.
Définition de la Food and Drug Administration (FDA)
  • SpO2 < 93 % à l'air ambiant au niveau de la mer ou PaO2/FiO2 < 300 mmHg, fréquence respiratoire > 30 respirations/minute, fréquence cardiaque > 125 battements par minute ;
  • Insuffisance respiratoire (définie comme nécessitant de l'oxygène à haut débit, une ventilation non invasive, une ventilation mécanique ou une ECMO) ;
  • Signes de choc (PAS < 90 mmHg, PAD < 60 mmHg, ou nécessitant des vasopresseurs).
  • Dysfonctionnement rénal, hépatique ou neurologique aigu important ;
  • Admission dans une unité de soins intensifs ;
  • Décès.
 
Les données israéliennes sur la prévention des formes sévères de COVID-19 chez les personnes âgées
En Israël, 90 % des personnes de plus 65 ans ont été vaccinées avec le vaccin COMIRNATY (1,06 sur 1,13 millions de personnes).
Mi-avril 2021, des premières données ont été publiées, issues de l'une des organisations de soin (Clalit) qui structurent la prise en charge médicale dans ce pays. Le risque de forme sévère, chez 57 000 personnes vaccinées âgées de 70 à 79 ans et 22 000 âgées de 80 ans et plus, a été comparé à celui de personnes « similaires » non vaccinées.
Entre le 20 décembre 2020 et le 1er février 2021, à compter du 7e jour après la 2e injection, le taux de protection de COMIRNATY contre les formes graves, chez les 70 ans et plus, était de 98 % (IC95% : 90-100) contre 92 % (75-100) dans l'ensemble des clients de Clalit, tous âges confondus.
Début mai 2021, un article scientifique a présenté le même type de données pour l'ensemble de la population israélienne (recueillies du 24 janvier au 3 avril 2021), toujours à partir du 7e jour après la 2e injection. Dans ce cas, le taux de protection de COMIRNATY contre les formes sévères était, chez les 75 ans et plus, de 97,6 % (96,8-98,1) et, chez les 85 ans et plus, de 97,4 % (95,9-98,3).
Concernant la protection vis-à-vis du risque de décès lié à la COVID-19, le taux était de 97,1 % (96,0-97,9) chez les 75 ans et plus, et de 97 % (94,9-98,3) chez les 85 ans et plus.

Les données britanniques sur la prévention des formes sévères de COVID-19 chez les personnes âgées
Au Royaume-Uni, la vaccination a commencé dès fin 2020, avec COMIRNATY et VAXZEVRIA (AstraZeneca). Des données concernant l'efficacité de COMIRNATY ont été publiées dès le 22 févier 2021 (collectées entre le 8 décembre 2020 et le 12 février 2021). Chez les 80 ans et plus, à partir du 7e jour suivant la 2e dose, le taux de protection contre les formes graves était de 88 % (84-90). Néanmoins, les personnes vaccinées en EHPAD n'étaient pas incluses et ces chiffres ne sont donc pas représentatifs de l'ensemble des 80 ans et plus.
Le 20 mai 2021, de nouveaux résultats ont été publiés pour la période allant de décembre 2020 à début mai 2021. Pour l'ensemble de la population vaccinée, au moins 7 jours après la 2e injection de COMIRNATY, le taux de protection contre les formes symptomatiques était estimé entre 85 et 90 %, celui contre les hospitalisations entre 90 et 95 %, et celui contre les décès liés à la COVID-19 entre 95 et 99 %. Chez les 65 ans et plus, le taux de protection contre les formes sévères a été estimé à 90 %, à partir du 14e jour après la 2e injection.

Les données de l'analyse d'EPI-PHARE en France
Les résultats israéliens et britanniques sont à mettre en regard des premières données françaises publiées le 21 mai 2021 par EPI-PHARE (collectées du 27 décembre 2020 au 24 février 2021). Elles ont été recueillies à partir du 7e jour après la 2e injection, concernent 1 422 461 personnes de 75 ans et plus vaccinées (c'est-à-dire 89 % des sujets vaccinés pendant la période de collecte des données), comparées aux donnnées obtenues chez 2 631 108 personnes non vaccinées, de même âge, sexe, régions et types de résidence, et fréquence de comorbidités. COMIRNATY était le vaccin utilisé dans 92 % des cas.
Selon cette première analyse française, le taux de protection contre les formes graves de COVID-19 a été de 87 % (IC95 % : 83-89). Il a été de 91 % (87-94) pour les 75-84 ans, et de 81 % (74-86) pour les 85 ans et plus. Si l'on considère uniquement le vaccin COMIRNATY, le taux de protection global constaté chez les 75 ans et plus a été de 86 % (82-89), un chiffre plutôt inférieur à celui obtenu dans l'ensemble de la population israélienne de même âge (97,6 %).
L'analyse préliminaire concernant la mortalité montre un taux de protection global de 91 % (87-94) chez les 75 ans et plus. Des données enrichies seront prochainement publiées (incluant cette fois celles des Hospices civils de Lyon et de l'AP-HP).

Les données qataries sur l'efficacité contre les variants anglais et sud-africain
Les diverses données présentées ci-dessus ont été collectées alors que le variant D614G (qui a sévi tout au long de 2020) était progressivement supplanté par le variant B.1.1.7 (« anglais »). La question se pose de savoir si la prédominance actuelle de B.1.1.7 et la présence, dans certains pays, du variant B.1.351 (« sud-africain ») pourraient changer ces bons résultats de protection chez les personnes âgées. À ce stade, nous manquons d'informations concernant l'efficacité de COMIRNATY contre ces deux nouveaux variants, dans cette population particulière.
Néanmoins, nous disposons, depuis début mai 2021, de données recueillies au Qatar, pays où ces deux variants sont significativement présents et où 265 000 personnes ont été vaccinées avec COMIRNATY. Un article récemment publié a présenté le taux de protection de ce vaccin contre les formes sévères dues à ces variants, tous âges confondus.
Le taux de protection au Qatar a été de 100 % (81,7-100) contre les formes graves dues au variant anglais et également de 100 % (73,7-100) contre celles dues au variant sud-africain. Lorsque les deux variants étaient considérés ensemble (pour augmenter la taille de l'effectif), ce taux de protection était de 97,4 % (92,2-99,5).
Quand tous les degrés de sévérité des formes symptomatiques ont été pris en compte, le taux de protection de COMIRNATY était de 89,5 % (85,9-92,3) contre le variant anglais et de 75 % (70,5-78,9) contre le variant sud-africain. On constate donc une efficacité quasi conservée contre le variant anglais, mais une perte d'une vingtaine de points contre le variant sud-africain, porteur d'une mutation sur l'acide aminé 484 de la protéine S, qui diminue sa sensibilité aux anticorps neutralisants.

En conclusion, l'efficacité du vaccin COMIRNATY contre les formes sévères de COVID-19 semble excellente chez les personnes âgées (au moins 90 % pour les 75-85 ans et au moins 80 % pour les plus de 85 ans), justifiant a posteriori le choix stratégique, fait fin 2020, de le proposer à cette population, en dépit de l'absence de données cliniques solides chez les seniors au moment de sa commercialisation. Logiquement, cette protection semble se traduire par une réduction de la mortalité dans cette population.

Il est probable que cette efficacité se maintienne vis-à-vis du variant anglais. Concernant les variants possédant une mutation sur l'acide aminé 484 de la protéine S (sud-africain, brésilien, indien, par exemple), cette efficacité reste bonne malgré la perte d'une vingtaine de points. Se pose néanmoins la question des plus de 85 ans chez qui le taux de protection contre les formes sévères dues à ces variants pourrait se projeter autour de 60 % (valeur néanmoins supérieure à la borne inférieure imposée par les autorités de contrôle).

Selon une synthèse des données vaccinales récemment mise en ligne (préprint), cette bonne efficacité du vaccin COMIRNATY contre les formes graves de COVID-19 semble également exister avec les vaccins Moderna et Janssen (Johnson & Johnson) et, à un moindre degré, avec VAXZEVRIA (AstraZeneca). Tous vaccins confondus, cette synthèse évoque un taux de protection de 92 % (75-100) contre les formes sévères et de 72 % (19-100) vis-à-vis des décès liés à la COVID-19.

©vidal.fr

Pour aller plus loin

Notre analyse des données de l'essai de phase 3 du vaccin COMIRNATY
Vaccin Pfizer/BioNTech contre la COVID-19 : enfin des données à analyser !, Actualités VIDAL, 10 décembre 2020.

Les données actualisées de l'essai de phase 3 Pfizer-BioNTech
Pfizer and BioNTech Confirm High Efficacy and No Serious Safety Concerns Through Up to Six Months Following Second Dose in Updated Topline Analysis of Landmark COVID-19 Vaccine Study. Communiqué de presse, 1er avril 2021.

Les données provenant des assurés de l'entreprise israélienne Clalit
Dagan N, Barda N, Kepten E et al. BNT162b2 mRNA Covid-19 Vaccine in a Nationwide Mass Vaccination Setting. N Engl J Med 2021; 384:1412-1423.

Les données obtenues sur l'ensemble de la population israélienne
Haas EJ, Angulo FJ, McLaughlin JM et al. Impact and effectiveness of mRNA BNT162b2 vaccine against SARS-CoV-2 infections and COVID-19 cases, hospitalisations, and deaths following a nationwide vaccination campaign in Israel: an observational study using national surveillance data. Lancet 2021; 397: 1819-29.

Les données d'efficacité publiées par Public Health England fin février 2021
Public Health England monitoring of the early impact and effectiveness of COVID-19 vaccination in England. 22 février 2021.

Les données d'efficacité publiées par Public Health England fin mai 2021
Public Health England COVID-19 vaccine surveillance report - Week 20. 20 mai 2021.

Les premiers résultats français obtenus par EPI-PHARE
Botton J, Dray-Spira R, Baricault et al. Estimation de l'impact de la vaccination chez les personnes âgées de 75 ans et plus sur le risque de formes graves de Covid-19 en France à partir des données du Système National des Données de Santé (SNDS) – Premiers résultats. EPI-PHARE, 21 mai 2021.

Les données obtenues sur les variants anglais et sud-africain au Qatar
Abu-Raddad LJ, Chemaitelly H & Butt AA. Effectiveness of the BNT162b2 Covid-19 Vaccine against the B.1.1.7 and B.1.351 Variants (correspondence). N Engl J Med, 5 mai 2021.

Une synthèse des connaissances sur l'efficacité des vaccins contre la COVID-19
Shapiro J, Dean NE, Madewell ZJ et al. Efficacy Estimates for Various COVID-19 Vaccines:What we Know from the Literature and Reports. medRxiv, 20 mai 2021.

Un tableau qui regroupe les données actuelles sur l'efficacité des vaccins contre la COVID-19
Table 1 : Available vaccine efficacy data, Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME).

Sources : VIDAL

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster