IVG médicamenteuse : nouveau dosage de MIFEGYNE à 600 mg de mifépristone

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
4.0
(2 notes)
vu par 10608 lecteurs


Un nouveau dosage de MIFEGYNE comprimé à 600 mg de mifépristone est désormais disponible, en complément de MIFEGYNE 200 mg comprimé, déjà commercialisé.

MIFEGYNE 600 mg est adapté à l'un des deux protocoles en vigueur pour l'IVG (interruption volontaire de grossesse) médicamenteuse, selon lequel une dose de 600 mg de mifépristone doit être administrée en initiation de protocole. 
Jusqu'à présent, la dose de 600 mg de mifépristone était obtenue avec 3 comprimés de MIFEGYNE 200 mg.

Comme les autres spécialités indiquées dans le cadre de l'IVG, MIFEGYNE 600 mg peut être prescrit et délivré en établissement de santé. Hors établissement de santé, l'utilisation est réservée aux professionnels de santé (médecins, sages-femmes, centre de planification ou centre de santé) ayant une convention avec un établissement de santé. 

MIFEGYNE 600 mg comprimé est pris en charge dans le cadre du forfait afférent à l'IVG par mode médicamenteux, au prix de 70,61 euros TTC (hors honoraire de dispensation).
En France, toute femme enceinte, y compris mineure, qui ne souhaite pas poursuivre une grossesse peut demander à un médecin ou une sage-femme de l'interrompre dans un délai de 12 semaines (illustration).

En France, toute femme enceinte, y compris mineure, qui ne souhaite pas poursuivre une grossesse peut demander à un médecin ou une sage-femme de l'interrompre dans un délai de 12 semaines (illustration).


Dans le cadre de l'IVG (interruption volontaire de grossesse) médicamenteuse, MIFEGYNE comprimé est désormais disponible sous un nouveau dosage à 600 mg de mifépristone (cf. Encadré 1), en complément de MIFEGYNE 200 mg comprimé

Encadré 1 - Indication thérapeutique de MIFEGYNE 600 mg
Dans l'interruption de grossesse (cf. VIDAL Reco "Interruption de grossesse"), la prescription et l'administration d'un antiprogestérone comme la mifépristone ou d'un analogue de prostaglandine doivent respecter la législation en vigueur (cf. Figure 1).
  1. Interruption médicamenteuse de grossesse intra-utérine évolutive. En association séquentielle à un analogue de prostaglandine, au plus tard au 63e jour d'aménorrhée.
  2. Préparation à l'action des analogues de prostaglandines lors des interruptions de grossesse pour raisons médicales (au-delà du premier trimestre). 
  3. Induction du travail lors de mort fœtale in utero. Lorsque les prostaglandines ou l'ocytocine ne peuvent être utilisées.

MIFEGYNE 600 mg : un dosage adapté au protocole d'IVG médicamenteuse
En France, deux protocoles relatifs à l'IVG médicamenteuse sont validés par la HAS (Haute Autorité de santé, 2018). 
Un de ces deux protocoles prévoit l'administration d'une dose de 600 mg de mifépristone, suivie de l'administration d'une prostaglandine (cf. Figure 1). 
Jusqu'à présent, la dose de 600 mg de mifépristone était obtenue avec 3 comprimés de MIFEGYNE 200 mg.

Figure 1 - Protocole recommandé par la HAS pour l'IVG médicamenteuse d'après les AMM (juin 2018)

Périmètre d'utilisation des médicaments indiqués dans les protocoles d'IVG
MIFEGYNE 200 mg et 600 mg comprimés (mifépristone), GYMISO 200 µg comprimé (misoprostol) et MISOONE 400 µg comprimé sécable (misoprostol) sont prescrits et délivrés en établissement de santé (publics ou privés).
Hors établissement de santé, ces médicaments peuvent être utilisés uniquement par des médecins ou sages-femmes exerçant en cabinet de ville, centre de planification ou centre de santé et ayant établi une convention avec un établissement de santé.

CERVAGEM 1 mg ovule (géméprost) est disponible uniquement à l'hôpital.


À noter qu'en avril 2019, l'autre spécialité à base de mifépristone, MIFFEE 200 mg comprimé, a fait l'objet d'un avis de la Commission de la Transparence, selon lequel son intérêt clinique est "insuffisant pour justifier le maintien de son remboursement dans l'interruption médicamenteuse de grossesse", considérant les "incertitudes concernant un éventuel mésusage de MIFFEE en France  (prescription ne respectant pas les termes de l'AMM : association avec le misoprostol documentée dans plusieurs études effectuées à l'étranger [...], dose administrée supérieure à 200 mg) et ses possibles conséquences pour les femmes".

Identité administrative

Encadré 2 - Périmètre de prise en charge de MIFEGYNE 600 mg dans le cadre de l'agrément aux collectivités
  • Interruption médicamenteuse de grossesse intra-utérine évolutive. En association séquentielle à un analogue des prostaglandines, au plus tard au 63e jour d'aménorrhée.
  • Préparation à l'action des analogues de prostaglandines lors des interruptions de grossesse pour raisons médicales (au-delà du premier trimestre).
  • Induction du travail lors de mort fœtale in utero. Lorsque les prostaglandines ou l'ocytocine ne peuvent être utilisées.

Pour aller plus loin 
Interruption volontaire de grossesse par méthode médicamenteuse : les protocoles à respecter (HAS, juin 2018)

Sur VIDAL.fr
IVG médicamenteuse ou chirurgicale : mise à jour des protocoles (fiche bon usage de la HAS) (5 juillet 2018)
Conseils et prescription de la contraception chez l'adolescente : préconisations de la HAS (mai 2018)
IVG médicamenteuse : le risque de douleurs intenses nécessite anticipation et adaptation thérapeutique (décembre 2016)
Les sages-femmes peuvent réaliser des IVG médicamenteuses et des vaccinations depuis le 6 juin 2016 (juin 2016)
Nouvelles mesures pour améliorer l'accès à l'IVG en 2016 (janvier 2016)

Sources : J.O. (Journal Officiel), HAS (Haute Autorité de Santé)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News