AKYNZEO (nétupitant, palonosétron) : nouvel antiémétisant dans les chimiothérapies anticancéreuses

- Date de publication : 23 Novembre 2017
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 1710 lecteurs
AKYNZEO 300 mg/0,5 mg gélule est un nouveau médicament antiémétique indiqué dans la prévention, chez l'adulte, des nausées et vomissements aigus et retardés associés aux chimiothérapies anticancéreuses :
  • hautement émétisantes à base de cisplatine ;
  • modérément émétisantes.

AKYNZEO associe 2 principes actifs :
  • le nétupitant, un nouvel antagoniste des récepteurs NK1, à raison 300 mg par gélule ;
  • le palonosétron à la dose de 0,5 mg par gélule, un antagoniste des récepteurs 5-HT3 de la sérotonine (sétron).

Selon la Commission de la transparence (avis du 22 mars 2017), AKYNZEO représente une alternative au traitement de référence (sétron + aprépitant + corticoïde) dans la prévention des nausées et vomissements associés aux chimiothérapies hautement émétisantes à base de cisplatine. Dans cette indication, AKYNZEO apporte un service médical rendu (SMR) important, sans amélioration du SMR (ASMR V).
Sa place n'est pas établie en cas de chimiothérpie anticancéreuse moyennement émétisante, où son SMR est jugé insuffisant.

En pratique, la gélule d'AKYNZEO est à 
prendre environ 1 heure avant le début de chaque cycle de chimiothérapie. Il ne doit pas être utilisé après la chimiothérapie.
La dose recommandée de dexaméthasone orale doit être diminuée de moitié environ en cas d'administration concomitante avec AKYNZEO.

Médicament d'exception, AKYNZEO doit être prescrit en conformité avec la fiche d'information thérapeutique. Il est remboursable à 65 % et agréé aux collectivités uniquement en prévention des nausées et vomissements associés à une chimiothérapie hautement émétisante à base de cisplatine
Son prix public (hors honoraires de dispensation) s'élève à 71,51 euros (boîte unitaire).

 
La gélule d'AKYNZEO doit être administrée environ une heure avant le début de chaque cycle de chimiothérapie (illustration).

La gélule d'AKYNZEO doit être administrée environ une heure avant le début de chaque cycle de chimiothérapie (illustration).


Nouvelle spécialité orale dans la prévention des nausées et vomissements associés aux chimiothérapie 
AKYNZEO est une nouvelle spécialité antiémétisante et antinauséeuse orale indiquée chez l'adulte dans la prévention des nausées et vomissements aigus (survenus au cours de 24 premières heures après le début de la chimiothérapie [T0]) et retardés (survenus entre 24 h et 5 à 7 jours après T0) associés aux chimiothérapies anticancéreuses (Cf. VIDAL Reco "Cancers : complications des chimiothérapies") :
  • hautement émétisantes (survenue chez 90 % des patients) à base de cisplatine ;
  • modérément émétisantes (survenue chez 30 à 90 % des patients).

AKYNZEO se présente sous forme de gélule contenant :
  • 300 mg de nétupitant, un nouvel antagoniste des récepteurs NK1 (neurokinine 1) ;
  • 0,5 mg de palonosétron, un antagoniste des récepteurs 5-HT3 de la sérotinine. Le palonosétron est déjà disponible à l'hôpital dans une spécialité injectable (ALOXI 250 µg solution injectable, laboratoire Vifor).

Un SMR important dans la chimiothérapie hautement émétisante à base de cisplatine
Dans son avis du 22 mars 2017, la Commission de la transparence a attribué à AKYNZEO :
  • un service médical rendu (SMR) important dans la prévention des nausées et vomissements aigus et retardés associés aux chimiothérapies anticancéreuses hautement émétisantes à base de cisplatine ;
  • un SMR insuffisant dans le cadre des chimiothérapies modérément émétisantes, où il n'a pas été évalué : il n'est pas établi que la prescription d'une trithérapie antiémétisante à base de nétupitant + palonosétron + dexaméthasone soit pertinente par rapport à un traitement ne comprenant qu'un sétron et un corticoïde.

Concernant les chimiothérapies hautement émétisantes à base de cisplatine, la Commission a considéré qu'AKYNZEO n'apportait pas d'amélioration du service médical rendu (ASMR V) par rapport au traitement de référence (Cf. Figure 1) associant un sétron, l'aprépitant et un corticoïde, prenant en compte :
  • la démonstration de non-infériorité d'AKYNZEO + dexaméthasone par rapport à l'association antiémétiques de référence granisétron + aprépitant + dexaméthasone (étude NETU 12-07 non publiée et non disponible au moment de l'AMM, conduite dans 4 pays asiatiques : Chine, Taïwan, Corée et Thaïlande) ;
  • le doute sur la transposabilité des données obtenues dans cette étude à la pratique et aux patients français, cette étude ayant été réalisée chez des patients asiatiques.

Au total, la place d'AKYNZEO dans la stratégie thérapeutique préventive des nausées et vomissements aigus et retardés associés aux chimiothérapies anticancéreuses (Cf. Figure 1hautement émétisantes à base de cisplatine est celle d'une alternative au traitement de référence ; sa place n'est pas établie pour les chimiothérapies moyennement émétisantes.
 
Figure 1 - Stratégie thérapeutique : Complications des chimiothérapie - Vomissements 
(extrait de VIDAL Reco "Cancers : complications des chimiothérapies")
 
En pratique : 1 gélule en prise unique, 1 heure avant la chimiothérapie
Chez l'adulte, la posologie d'AKYNZEO 300 mg/0,5 mg est de 1 gélule à prendre environ une heure avant le début de chaque cycle de chimiothérapie. Ce médicament ne doit pas être utilisé après la chimiothérapie.

En cas d'administration concomitante d'AKYNZEO et de dexaméthasone, la dose recommandée de dexaméthasone orale doit être diminuée d'environ 50 %
En effet, AKYNZEO et la dexaméthasone étant tous deux des inhibiteurs du CYP3A4 (Cf. infra), la concentration plasmatique de dexaméthazone peut être augmentée par le nétupitant.

Chez le sujet âgé, aucune adaptation de la posologie n'est nécessaire mais l'utilisation de ce médicament chez les patients de plus de 75 ans doit être prudente en raison de la longue demi-vie des substances actives et de l'expérience limitée dans cette population.

La gélule doit être avalée entière. Elle peut être prise au cours ou en dehors des repas.

Précautions d'emploi : surveillance du patient et interactions médicamenteuses
La surveillance des patients traités par AKYNZEO doit porter sur :
  • la constipation, liée au palonosétron, et les signes d'occlusion  ;
  • les symptômes d'un syndrome sérotoninergique, lié au sétron ;
  • l'intervalle QT, en cas d'administration concomitante avec des médicaments qui allongent l'intervalle QT ou chez les patients présentant ou susceptibles de présenter un allongement de l'intervalle QT. 

Le nétupitant est un inhibiteur modéré du CYP3A4 ; il peut augmenter l'exposition systémique aux médicaments de chimiothérapie qui sont des substrats du CYP3A4, par exemple le docétaxel.
Par conséquent, les patients doivent être surveillés pour détecter une augmentation de la toxicité des médicaments de chimiothérapie qui sont des substrats du CYP3A4, dont l'irinotécan.
De plus, le nétupitant peut modifier l'efficacité des médicaments de chimiothérapie qui nécessitent une activation métabolique par le CYP3A4.

Enfin, AKYNZEO doit être utilisé avec précaution chez les patients recevant de façon concomitante des substances actives administrées par voie orale à marge thérapeutique étroite qui sont métabolisées essentiellement par le CYP3A4 telles que la ciclosporine, le tacrolimus, le sirolimus, l'évérolimus, l'alfentanil, la dihydroergotamine, l'ergotamine, le fentanyl et la quinidine 

Identité administrative
  • Liste I
  • Boîte unitaire, CIP 3400930038628
  • Remboursable à 65 % selon la procédure des médicaments d'exception : prescription en conformité avec la Fiche d'information thérapeutique (Journal officiel du 7 novembre 2017, texte 10
  • Prix public TTC = 71,51 euros
  • Agrément aux collectivités (Journal officiel du 7 novembre 2017, texte 11)
  • Indication prise en charge : prévention des nausées et vomissements aigus et retardés uniquement lorsqu'ils sont associés aux chimiothérapies anticancéreuses hautement émétisantes à base de cisplatine  
  • Laboratoire Vifor France

Pour aller plus loin
Avis de la Commission de la transparence (HAS, 22 mars 2017)

Fiche d'information thérapeutique AKYNZEO (Journal officiel du 7 novembre 2017, texte 10)

Sources : J.O. (Journal Officiel) , EMA (European Medicines Agency) , HAS (Haute Autorité de Santé) , ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster