Amiodarone

Mise à jour : 16 Janvier 2013

Mécanisme d'action

L’amiodarone possède les propriétés antiarythmiques suivantes :
  • allongement de la phase 3 du potentiel d'action des cellules cardiaques sans modification de sa hauteur ni de sa vitesse d'ascension (classe III de Vaughan-Williams). L'allongement isolé de la phase 3 du potentiel d'action résulte d'un ralentissement du courant potassique sans modification des courants sodique et calcique ;
  • effet bradycardisant par diminution de l'automatisme sinusal : cet effet n'est pas antagonisé par l'atropine ;
  • effet antiadrénergique non compétitif alpha et bêta ;
  • ralentissement de la conduction sino-auriculaire, auriculaire et nodale d'autant plus marqué que le rythme est plus rapide ;
  • pas de modification de la conduction au niveau ventriculaire ;
  • augmentation des périodes réfractaires et diminution de l'excitabilité myocardique à l'étage auriculaire, nodal et ventriculaire ;
  • ralentissement de la conduction et allongement des périodes réfractaires dans les voies accessoires auriculoventriculaires ;
  • absence d'effet inotrope négatif.

Elle diminue également la consommation d'oxygène par chute modérée des résistances périphériques et réduction de la fréquence cardiaque.

Elle augmente le débit coronaire par effet direct sur la musculature lisse des artères myocardiques et maintien du débit cardiaque par diminution de la pression et des résistances périphériques et absence d'effet inotrope négatif.


Cas d'usage

L’amiodarone est utilisée dans la prise en charge de :
  • fibrillations,
  • flutters,
  • tachycardies,
  • arrêts cardiaques,
  • syndromes de Wolff-Parkinson-White.


Médicaments contenant la substance active en association (0)