Les causes de la grippe

Mis à jour : Lundi 09 janvier 2023

Quelles sont les causes de la grippe ?

La grippe est causée par les virus influenza, classés en 3 groupes : A, B et C. Les plus fréquents sont ceux du groupe A. Ces virus évoluent régulièrement. Ils se transmettent aisément d’une personne à l’autre par les minuscules gouttelettes projetées dans l’air en éternuant ou en toussant. Ils peuvent également être transmis par contact avec des objets souillés (poignée de porte, téléphone…) par une personne malade. C’est notamment pour cela qu’ils se manifestent plus fréquemment à la mauvaise saison où les locaux sont moins aérés et où nous vivons les uns près des autres dans des milieux confinés, ce qui facilite la contagion.

La période d'incubation du virus de la grippe dure de 24 à 48 heures. Après cette période d'incubation, les premiers symptômes apparaissent. Une personne grippée est contagieuse pendant environ six jours, y compris le jour qui précède le début de ses symptômes.

La grippe, une maladie sous surveillance
La grande instabilité des virus de la grippe et leur capacité à se propager ont conduit les autorités sanitaires internationales à mettre en place depuis 1952 une surveillance épidémiologique et virologique de la grippe. Il existe en France un système de surveillance de la grippe assuré par l'agence nationale de santé publique (Santé publique France). Le dispositif repose sur un réseau de médecins de ville (médecins généralistes, pédiatres, etc.) et de médecins hospitaliers, urgentistes, etc. Ils fournissent pendant la période d’épidémie le décompte du nombre de malades reçus, le type de virus incriminé, les complications observées. Ces données sont rassemblées et un bulletin hebdomadaire, consultable sur le site de Sante publique France, est publié chaque semaine.

Et la grippe aviaire ?

La grippe aviaire (également appelée « influenza aviaire ») est une infection respiratoire des oiseaux due à des virus Influenza de type A, comme pour certaines grippes humaines. Comme celles-ci, les variants à l’origine des épidémies de grippe aviaire changent régulièrement. En France, par exemple, en 2017, il s’agissait du variant H5N8. Depuis 2021, il s’agit du variant H5N1.

La grippe aviaire touche tous les oiseaux mais certaines espèces sont plus à risque de formes sévères, souvent mortelles : les canards, les oies, les cygnes, les mouettes, les goélands, mais aussi les rapaces et les échassiers.

Les virus de la grippe aviaire sont extrêmement contagieux. Au début d’une épidémie, ils se transmettent des oiseaux sauvages aux oiseaux domestiques par contact direct. Ensuite, il peut y avoir transmission entre les élevages via les fientes et le fumier, mais aussi par transport involontaire de matières infectieuses par les personnes, le matériel d’élevage, les véhicules, etc. Pour empêcher ces transmissions, il est nécessaire d’éliminer tous les oiseaux d’un élevage, de désinfecter l’exploitation agricole, de définir un périmètre d’isolement autour de celle-ci et de contrôler les mouvements de personnes ou de véhicules entre les élevages (avec des mesures de désinfection drastiques).

Il existe des cas de transmission de la grippe aviaire à l’homme. Cette transmission est rare et se fait au sein des élevages par le biais d’aérosols (les excrétions respiratoires des oiseaux infectés, ou leurs fientes séchées pulvérisées). Il n’y pas de transmission par les viandes ou les produits alimentaires issus des oiseaux. Chez l’homme, les symptômes sont semblables à ceux de la grippe humaine mais le risque de complications est élevé : troubles respiratoires sévères, voire fatals. Le traitement vise avant tout à soulager les symptômes, même si certains antiviraux peuvent également être utilisés.

La capacité d’un virus de la grippe aviaire à infecter l’homme varie selon les variants. Elle est plus importante pour les souches H5N1 (environ 1000 cas et 500 décès dans le monde depuis 2003, aucun en France à ce jour) et H7N9 (environ 1600 cas et 600 décès dans le monde depuis 2013). Ces chiffres sont modestes si l’on considère le nombre d’oiseaux victimes de la grippe aviaire pendant cette période (probablement plusieurs centaines de millions). La très vaste majorité des cas de transmission chez l’homme ont eu lieu en Asie.

À noter, il n’a pas été décrit de cas de transmission interhumaine de ces virus : les personnes malades n'ont pas transmis le virus de la grippe aviaire à leur entourage.

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Les plus récents
Les plus récents Les plus suivis Les mieux votés
FrancoiseC Il y a 11 jours 0 commentaire associé

Bien que rares des transmissions de virus aviaires entre humain ont été décrites de façon convaincantes , voir par exemple Herstal Eurosurveillance 2014

le risque deviendrait majeur si des mutations rendaient des virus aviaires plus aptes à pénétrer dans les cellules humaines

Signaler un contenu inapproprié

Vous venez de signaler ce commentaire. Confirmez-vous votre choix?

+1 -0
YoussToubib Il y a 11 jours 0 commentaire associé

Merci beaucoup.

Signaler un contenu inapproprié

Vous venez de signaler ce commentaire. Confirmez-vous votre choix?

+0 -0
Actualités liées 9
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster