Les facteurs de risque de la maladie de Raynaud

Mis à jour : Lundi 22 juin 2020

Quels sont les facteurs de risque de la maladie de Raynaud ?

Différents facteurs peuvent favoriser ou déclencher la maladie de Raynaud.

Outre le fait d’être une jeune femme (75 à 90 % des cas), d’autres situations peuvent augmenter la probabilité de souffrir d’une maladie de Raynaud :

  • vivre dans une région froide et humide ;
  • pratiquer des activités de plein air en période de grand froid ;
  • avoir subi des engelures au niveau des extrémités ;
  • avoir un apparenté du premier degré (parent, frère, sœur, enfant) qui souffre d’une maladie de Raynaud primitive (augmentation de 30 % du risque) ;
  • fumer du tabac ou du cannabis ;
  • prendre certains drogues comme la cocaïne, les amphétamines ou le LSD ;
  • avoir un métier qui demande d’utiliser ses mains comme un marteau (par exemple, carreleur ou carrossier) ou d’avoir les poignets posés sur une surface en permanence (taper sur un clavier, pratiquer le piano de manière intensive, par exemple) ;
  • avoir un métier qui expose les mains et les bras à des vibrations (par exemple, utiliser un marteau-piqueur) ou au froid (par exemple, les poissonniers qui manipulent de la glace pilée) ;
  • travailler dans une usine qui emploie du chlorure de vinyle ;
  • prendre certains médicaments, par exemple contre les maladies cardiaques, le rhume, les cancers ou les migraines ;
  • chez les femmes, utiliser un mode de contraception hormonal contenant des estrogènes et de la progestérone (pilule, implant, etc.) ;
  • enfin, dans certains cas, le stress ou les émotions fortes peuvent déclencher une crise.

Les maladies qui peuvent provoquer une maladie de Raynaud secondaire

Plusieurs maladies peuvent induire la maladie de Raynaud dite secondaire. Ces maladies sont :

  • la sclérodermie, une maladie auto-immune qui se traduit par un épaississement et un durcissement de la peau et de certains organes, et dont 90 % des patients présentent une maladie de Raynaud ;
  • la connectivite mixte, ou syndrome de Sharp, une maladie du tissu qui relie les cellules (tissu conjonctif), où 85 % des patients sont touchés par la maladie de Raynaud ;
  • le lupus systémique ou le lupus érythémateux disséminé, des maladies auto-immunes, dont 30 % des patients souffrent de maladie de Raynaud ;
  • le syndrome de Gougerot-Sjögren, qui se traduit par une sécheresse des muqueuses de la bouche, des yeux et du vagin, dont 30 % des patients présentent également une maladie de Raynaud.
  • la polyarthrite rhumatoïde, qui touche les articulations ;
  • la dermatomyosite et la polymyosite (des inflammations de certains muscles et zones de la peau).

D’autres maladies peuvent augmenter le risque de développer une maladie de Raynaud secondaire : syndrome du canal carpien, troubles de la thyroïde, athérosclérose (dépôt de plaques de cholestérol dans les artères), maladie de Buerger (inflammation de certains vaisseaux qui se bouchent, empêchant la circulation normale du sang dans les pieds et les mains), etc.

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Ressource laboratoire1Cardiologie et maladies cardiovasculaires
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster