eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

Comment réagir en cas d’allergie au lait de vache ?

Mis à jour : Lundi 22 juin 2020

Quand consulter le médecin en cas d’allergie aux protéines de lait de vache ?

Que fait le médecin en cas d’allergie aux protéines de lait de vache ?

S’il soupçonne une allergie aux protéines de lait de vache (ou à un autre aliment), le médecin prescrit des examens complémentaires destinés à diagnostiquer qu’il s’agit bien d’une allergie et à identifier la substance responsable. Il peut avoir recours à diverses techniques.

  • Le test de provocation labiale consiste à déposer une goutte de la substance suspecte (dans ce cas, du lait de vache) sur un côté de la lèvre inférieure de l’enfant. Après quelques heures, il recherche la présence de signes d’inflammation là où la goutte a été déposée. Un test de provocation orale (au cours duquel on fait ingérer des doses croissantes de la substance suspecte) peut également être pratiqué en milieu hospitalier.
  • Le prick-test consiste à déposer un peu de substance suspecte sous la peau (à l’aide d’une aiguille courte). Si le nourrisson y est allergique, une inflammation apparaît au point d’injection. En règle générale, chez les bébés, ce test est pratiqué avec six substances : lait de vache, blanc d’œuf, poisson, farine de blé, arachide (cacahuète) et soja.
  • Une prise de sang peut être prescrite pour rechercher la présence d’anticorps dirigés contre les protéines de lait de vache.

Pour confirmer son diagnostic, le médecin peut avoir recours à la mise en place d’un régime d’éviction/réintroduction qui se déroule à l'hôpital : le bébé est nourri avec un lait spécial où les protéines ont été découpées en tout petits fragments. Si les symptômes disparaissent, puis réapparaissent lorsque les protéines de lait de vache sont réintroduites, cela confirme la nature de l’allergie.

Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Contact webmaster