#Dispositifs médicaux #Produits LPPR #Prise en charge

Un premier préservatif féminin remboursable

Inscrit sur la LPPR depuis fin décembre 2023, le préservatif féminin lubrifié ORMELLE est remboursable depuis le 9 janvier 2024 en tant que contraceptif et pour la prévention de certaines infections sexuellement transmissibles. 

David Paitraud 09 janvier 2024 Image d'une montre4 minutes icon Ajouter un commentaire
1
2
3
4
5
2,7
(3 notes)
Le préservatif féminin a sa place dans l’arsenal contraceptif et la prévention de certaines IST.

Le préservatif féminin a sa place dans l’arsenal contraceptif et la prévention de certaines IST.

Inscrit sur la liste des produits et des prestations remboursables (LPPR) fin décembre 2023 [1], le préservatif féminin lubrifié ORMELLE est remboursable par l'Assurance maladie depuis le 9 janvier 2024 dans les indications suivantes :

  • contraception ;
  • prévention de certaines infections sexuellement transmissibles (IST) dont :
    • virus de l'immunodéficience humaine (VIH),
    • virus de l'herpès simplex (HSV-2),
    • papillomavirus (HPV),
    • syphilis,
    • hépatite B (VHB),
    • chlamydia,
    • gonococcies,
    • trichomonas vaginalis.

Dans son avis du 25 juillet 2023 [2], la Commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (Cnedimts) a attribué à ORMELLE un service attendu (SA) suffisant.

ORMELLE devient le premier préservatif féminin remboursable en France, en complément des préservatifs masculins EDEN, SORTEZ COUVERT et BE LOVED (cf. notre article du 29 novembre 2018) et selon les mêmes règles : 

  • prise en charge à 100 % pour les moins de 26 ans, sans prescription médicale
  • prise en charge à 60 % sur prescription médicale, pour les 26 ans et plus

En effet, depuis le 1er janvier 2023, les préservatifs inscrits sur la LPPR sont pris en charge intégralement (100 %) pour les hommes et les femmes de moins de 26 ans, sans ordonnance médicale (cf. notre article du 5 janvier 2023 et le dossier VIDAL « Les modes de contraception non hormonaux ») [3].

Les médecins, sages-femmes et centres de santé sexuelle sont habilités à prescrire tous les modes de contraception dont le préservatif féminin.

Instructions pour la manipulation en pratique

ORMELLE peut être mis plusieurs heures avant le rapport sexuel.

Il doit être utilisé conformément aux instructions suivantes [4] :

  • pour ouvrir, déchirer le coin droit de l'emballage à la main. Attention à ne pas déchirer le préservatif lors de l'ouverture avec les ongles, les dents ou des ciseaux ;
  • presser l'anneau interne, choisir une position confortable avant de mettre en place le préservatif (debout avec une jambe en chaise, assise ou couchée) et introduire soigneusement l'anneau interne dans le vagin en veillant à ce que le préservatif ne soit pas tordu. Il faut ensuite mettre le doigt (l'index) à l'intérieur du préservatif et pousser l'anneau interne aussi loin que possible ;
  • l'anneau externe doit rester en dehors du vagin et correctement recouvrir la région des lèvres ;
  • au moment du rapport sexuel, guider avec la main le pénis du partenaire à l'intérieur du préservatif (vérifier que le pénis n'entre pas entre le préservatif et le côté du vagin) ;
  • après le rapport, inutile pour l'homme de se retirer avant la fin de l'érection ;
  • pour retirer le préservatif, tordre l'anneau externe et tirer doucement le préservatif en dehors du vagin.

ORMELLE est un préservatif à usage unique. Après le rapport, il doit être remis dans son emballage et jeté à la poubelle (ne pas le jeter dans les toilettes). Il est biodégradable.

Compte tenu de sa composition, ORMELLE est contre-indiqué en cas d'allergie au latex.

Consignes à donner aux utilisatrices/utilisateurs

Les consignes suivantes doivent être respectées :

  • pour éviter de dégrader le préservatif :
    • ne pas superposer deux préservatifs (masculins et/ou féminins) car le frottement de l'un sur l'autre accentue les risques de ruptures,
    • éviter tout contact du préservatif avec de l'huile sous toutes ses formes (pétrole, gel, huile pour nourrisson, huile minérale, huile de moutarde, huile végétale, huile de massage, lotion pour nourrisson, beurre, etc.) qui risquerait d'endommager le préservatif,
    • éviter le contact avec des objets tranchants,
    • ne pas utiliser de lubrifiants à base d'huile, ni de talc ou de poudre pour nourrisson pouvant contenir de l'huile,
    • ne choisir que ceux qui sont à base d'eau, compatibles avec les préservatifs ;
  • pour ne pas nuire à l'efficacité du préservatif :
    • tenir compte du risque de glissement du préservatif pendant le rapport,
    • tenir compte du fait que le pénis peut repousser le préservatif à l'intérieur du vagin ou peut déplacer le préservatif sur le côté et pénétrer dans le vagin si l'anneau interne n'est pas inséré assez profondément.

Identité administrative

  • Marquage CE 2460, norme ISO 25841
  • Boîte de 5, EAN 3760097684305
    • Code LPPR 1110736, base de remboursement = prix limite de vente = 8,02 euros TTC [5]
  • Boîte de 10, EAN 3760097684411
    • Code LPPR 1138605, base de remboursement = prix limite de vente = 9,50 euros TTC [5]
  • Remboursable à [3
    • 60 % chez les personnes de 26 ans et plus avec une prescription médicale
    • 100 % pour toute personne de moins de 26 ans sans minimum d'âge (y compris les bénéficiaires de l'aide médicale d'État et les ressortissants de l’Union européenne) et sans prescription médicale
  • Laboratoire Sugant

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster