#Santé publique #Recommandations

Vaccination contre la rougeole en Ardèche et dans la Drôme : une troisième dose à envisager

En raison d'une épidémie de rougeole, un rattrapage de vaccination est recommandé chez tous les adolescents des collèges d'Ardèche et de la Drôme. Une troisième dose est recommandée chez les adolescents ayant reçu leur première dose de vaccin avant l'âge de 12 mois.

David Paitraud 21 Novembre 2023 Image d'une montre4 minutes icon Ajouter un commentaire
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
La contagiosité de la rougeole débute plusieurs jours avant l'éruption cutanée.

La contagiosité de la rougeole débute plusieurs jours avant l'éruption cutanée.

En réponse à l'épidémie de rougeole qui sévit dans le secteur de Guilherand-Granges (Ardèche) depuis le 19 septembre 2023, des recommandations vaccinales spécifiques ont été élaborées ; elles s'appliquent à tous les adolescents scolarisés dans les collèges des départements de l'Ardèche et de la Drôme, et prévoient de compléter le schéma vaccinal dans les situations suivantes [1] :  

  • administrer une 3e dose de vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) si la personne a déjà reçu 2 doses, dont une 1re dose administrée avant l’âge de 12 mois ;
  • administrer une 2e dose de vaccin ROR si 1 seule dose a été administrée après l’âge de 12 mois, conformément aux recommandations générales chez les personnes nées à partir de 1980 [2] ;
  • vacciner selon un schéma à 2 doses avec un vaccin ROR, en respectant un délai minimum de 1 mois entre les doses, si le patient n’a jamais été vacciné contre la rougeole, n’a jamais contracté la rougeole, ou n’a reçu que 1 seule dose avant l’âge de 12 mois.

Ces recommandations locales ont été émises par la cellule d’aide à la décision (CAD) composée d’experts en vaccinologie, de pédiatres, de représentants de l’Éducation nationale, du Centre national de référence de la rougeole, rubéole et des oreillons et d’épidémiologistes de Santé publique France.

La souche à l'origine du foyer épidémique est couverte par les vaccins commercialisés en France (cf. Encadré 1).

Point épidémiologique : la situation se stabilise au 8 novembre 2023

Dans le DGS-Urgent adressé aux professionnels de santé autorisés à vacciner (médecins, sages-femmes, infirmiers, pharmaciens) [1], la direction générale de la Santé (DGS) indique que « l'épidémie de rougeole s’est déclarée le 19 septembre dans et autour d’un collège de la commune de Guilherand-Granges en Ardèche ». Cette commune est limitrophe avec la Drôme, dont une diffusion secondaire possible dans ce département. La DGS précise que « le cas index est un adolescent drômois de retour d’un voyage en Indonésie. La souche virale identifiée chez ce patient circule en Indonésie, pays qui connaît actuellement une circulation virale active »

Selon l'Agence régionale de santé (ARS) d'Auvergne-Rhône-Alpes [3], 64 cas de rougeole étaient confirmés au 10 novembre 2023, et le dernier cas signalé datait du 6 novembre. 

« La situation semble désormais se stabiliser avec un nombre de cas très inférieur aux semaines précédentes et à la semaine 2023-40* où le pic épidémique a été atteint », note la DGS.

*du 2 au 8 octobre 2023.

Une épidémie qui touche majoritairement les adolescents

La majorité des cas a été signalée chez des adolescents nés entre 2009 et 2011. Dans 9 cas sur 10, il s'agissait d'élèves scolarisés dans le collège de la commune.

Sur les 64 cas signalés : 

  • 40 % étaient non (0 dose) ou incomplètement vaccinés (1 seule dose) 
  • 60 % étaient vaccinés avec 2 doses de ROR

Une moindre efficacité en cas d'initiation précoce de la vaccination

Dans la population des sujets ayant développé une rougeole malgré une vaccination complète, une analyse précise des carnets de santé a mis en évidence que, pour 73 % de ces adolescents, la vaccination contre la rougeole avait été initiée de façon précoce, c'est-à-dire avec une 1re dose administrée avant l’âge de 12 mois. Et, entre 2009 et 2011 (années de naissance de la majorité des cas), les recommandations prévoyaient en effet d'initier la vaccination dès 9 mois chez les enfants gardés en collectivité. De plus, durant ces années, il y a eu également une épidémie majeure de rougeole en Rhône-Alpes, notamment en Ardèche, mais aussi dans la Drôme, ayant pu renforcer la vaccination précoce avant l'âge de 12 mois.

Les données concernant la situation en Ardèche montrent un taux d'attaque :

  • de 3 % chez les collégiens vaccinés à 2 doses après 12 mois ;
  • de 10 % chez les collégiens vaccinés à 2 doses, dont la première avant 12 mois ;
  • de 100 % chez les non-vaccinés. 

Elles confirment qu’une vaccination précoce avant 12 mois peut entraîner une moindre immunité à long terme, et qu'un rattrapage avec une 3e dose est nécessaire dans cette situation.

Un schéma à 2 doses à partir de 12 mois

Pour rappel, en cas d'injection de 1 dose de vaccin contre la rougeole avant l'âge de 1 an (cf. Encadré 2), la HAS recommande de maintenir un schéma à 2 doses à partir de 12 mois, soit 3 doses au total (cf. notre article du 18 avril 2018).

Encadré 2 - Situations pour lesquelles une vaccination contre la rougeole avant 12 mois d'âge est recommandée
La HAS recommande l'utilisation des vaccins trivalents ROR chez les nourrissons âgés de plus de 6 mois et de moins de 12 mois en cas de situation à risque : 
  • prophylaxie postexposition (contact du nourrisson avec une personne atteinte de rougeole) ;
  • voyage en zone d'endémie ;
  • infection par le VIH ou attente de transplantation.

 

Sources

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster