#Médicaments #AMM #Vigilance

Drépanocytose : ADAKVEO perd son AMM

Après évaluation, l'EMA recommande le retrait de l'AMM d'ADAKVEO en prévention des crises vaso-occlusives de la drépanocytose. Aucun traitement ne doit être initié. Les prescripteurs doivent informer les patients traités et discuter avec eux d'autres solutions thérapeutiques. 

David Paitraud 16 juin 2023 Image d'une montre3 minutes icon Ajouter un commentaire
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
Publicité
L'efficacité du crizanlizumab n'est pas confirmée. La balance bénéfice/risque est jugée défavorable.

L'efficacité du crizanlizumab n'est pas confirmée. La balance bénéfice/risque est jugée défavorable.

À l'issue de cinq mois d'évaluation (cf. notre article du 21 février 2023), l'Agence européenne du médicament (EMA) recommande d'abroger l'autorisation de mise sur le marché (AMM) d'ADAKVEO 10 mg/mL solution à diluer pour perfusion (crizanlizumab) en raison d'une balance bénéfice/risque jugée désormais défavorable [1, 2].

Cette AMM a été accordée en octobre 2020, dans la prévention des crises vaso-occlusives (CVO) récurrentes dans la drépanocytose chez les patients âgés de 16 ans et plus.

Elle était conditionnée aux résultats de l'étude de phase III STAND évaluant l'efficacité et la sécurité du crizanlizumab versus placebo chez les patients adultes et adolescents atteints de drépanocytose avec crises vaso-occlusives (CVO).

Pas d'efficacité démontrée

L'analyse récente et définitive des données de l'étude STAND n'a pas confirmé le bénéfice clinique d’ADAKVEO dans son indication thérapeutique. 

Selon les conclusions de l'EMA [2], l’étude ne montre pas :

  • de différence sur les taux annualisés de CVO conduisant à une visite médicale au cours de la première année, entre le groupe traité avec ADAKVEO 5 mg/kg (2,49 ; IC95% [1,90-3,26]) et celui traité par le placebo (2,30 ; IC95% [1,75-3,01]). Le ratio des taux était de 1,08 ; IC95% [0,76-1,55] ;
  • ni de bénéfice clinique sur les taux annualisés ajustés de l’ensemble des CVO conduisant à une visite médicale et traitées à domicile (critère clé d’efficacité secondaire) : les taux étaient de 4,70 ; IC95% [3,60-6,14] dans le bras crizanlizumab 5 mg/kg comparé à 3,87 ; IC95% [3,00-5,01] dans le bras placebo. Le ratio des taux était de 1,21 ; IC95% [0,87-1,70] dans le bras crizanlizumab 5 mg/kg comparé au placebo.

En plus de l’étude STAND, l'EMA a examiné les données d’autres études, d’un programme d'usage compassionnel et des données de vie réelle. Ces dernières, de méthodologie limitée, ne sont pas suffisantes pour faire basculer la balance bénéfice/risque en faveur d'ADAKVEO. 

En termes de sécurité, aucun nouveau problème n’a été identifié. L'EMA rappelle cependant que des taux plus élevés d’événements indésirables de grade ≥ 3 ainsi que des taux plus élevés d’événements indésirables graves ont été rapportés avec le crizanlizumab comparé au placebo (cf. notre article du 21 février 2023).

Sans AMM, ADAKVEO ne peut plus être utilisé

En prévision de l'abrogation prochaine de cette AMM (par la Commission européenne), aucun traitement par ADAKVEO ne doit être initié chez de nouveaux patients [3].

Dès à présent, les prescripteurs doivent informer les patients en cours de traitement de l'interdiction imminente de mise sur le marché d'ADAKVEO, et discuter des alternatives thérapeutiques avec eux.

 

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - CGV VIDAL Expert - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster