XAGRID et génériques : ne pas arrêter brutalement le traitement

Par David Paitraud - Date de publication : 31 mars 2022
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 2048 lecteurs
De récentes données de pharmacovigilance font état d'un risque de complications thrombotiques, parfois d'issue fatale, suite à l'arrêt brutal d'un traitement par anagrélide (XAGRID et génériques). Dans ce contexte, il est recommandé d'instaurer une surveillance étroite de la numération plaquettaire en cas d'arrêt ou de suspension du traitement.
XAGRID est indiqué en deuxième intention dans la réduction du nombre élevé de plaquettes chez les patients à risque atteints de thrombocytémie essentielle (illustration).

XAGRID est indiqué en deuxième intention dans la réduction du nombre élevé de plaquettes chez les patients à risque atteints de thrombocytémie essentielle (illustration).

 
Résumé
L'arrêt brutal d'un traitement par des médicaments à base d'anagrélide, XAGRID 0,5 mg gélule et génériques, doit être évité ; il expose à un risque de complications thrombotiques, pouvant entraîner le décès du patient, selon les données de pharmacovigilance des laboratoires commercialisant ces médicaments.

En conséquence, il convient, lors de l'arrêt ou de l'interruption du traitement :
  • de mettre en place une surveillance étroite de la numération plaquettaire ;
  • d'informer le patient sur le risque thrombotique et sur les signes évocateurs imposant une prise en charge médicale immédiate. 


L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et l'Agence européenne du médicament (EMA) mettent en garde les professionnels de santé contre les risques associés à un arrêt brutal d'un traitement par anagrélide (XAGRID 0,5 mg gélule et génériques - cf. Encadré ci-dessous).
 
Encadré - Indication thérapeutique de XAGRID
Réduction du nombre élevé de plaquettes chez les patients à risque atteints de thrombocytémie essentielle (TE), présentant une intolérance à leur traitement actuel ou dont le nombre élevé de plaquettes n'est pas réduit à un niveau acceptable par leur traitement actuel.

Un patient à risque de thrombocytémie essentielle est défini par un ou plusieurs des critères suivants :
  • âge > 60 ans ou ;
  • numération plaquettaire > 1 000 x 109/L ou ;
  • antécédents thrombo-hémorragiques.

Arrêt brutal de l'anagrélide : un facteur de risque d'infarctus cérébral
Selon les données issues des bases de pharmacovigilance des laboratoires commercialisant l'anagrélide (recueil des données jusqu'au 6 août 2021), quinze événements de complications thrombotiques (dont l'infarctus cérébral) ont été rapportés après l'arrêt récent d'un traitement par anagrélide. 

L'analyse de ces événements indique que l'arrêt brutal de l'anagrélide (mais également une posologie inadéquate ou une efficacité insuffisante du traitement) constitue un facteur de risque d'infarctus cérébral et autres complications thrombotiques.


Le mécanisme de l'infarctus cérébral est lié à une augmentation soudaine des plaquettes (rebond de la numération plaquettaire) observée dans les 4 jours suivant l'arrêt du traitement, avant de revenir aux valeurs de base en 1 à 2 semaines (avec un rebond possible au-dessus des valeurs initiales).

Surveillance des plaquettes et sensibilisation des patients
Pour limiter ce risque, si une interruption ou un arrêt du traitement par anagrélide sont envisagés, les mesures suivantes doivent être appliquées :
  • contrôler fréquemment la numération plaquettaire, en tenant compte du fait que l'augmentation du nombre de plaquettes intervient dans un délai de 4 jours après l'arrêt ;
  • informer les patients du risque thrombotique et leur apprendre à identifier les premiers signes et symptômes évocateurs de complications thrombotiques, telles que l'infarctus cérébral. En présence de signes évocateurs, le patient doit consulter immédiatement un médecin.

Pour aller plus loin
Anagrélide (XAGRID et génériques) : Risque de thrombose incluant un infarctus cérébral en cas d'arrêt brutal du traitement (ANSM, 22 février 2022)
Lettre aux professionnels de santé : médecins spécialisés en hématologie, oncologie, médecine interne, et pharmaciens hospitaliers (sur le site de l'ANSM, 22 février 2022)

 

Sources : ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster