1
2
3
4
5
4.5
(4 notes)
L’injection du rappel aux personnes dont le statut complet remonte à plus de 6 mois améliore fortement la protection vaccinale contre les décès liés à la COVID-19 (illustration).

L’injection du rappel aux personnes dont le statut complet remonte à plus de 6 mois améliore fortement la protection vaccinale contre les décès liés à la COVID-19 (illustration).

#Santé Publique #COVID-19
Par David Paitraud - Date de publication : 21 Décembre 2021

Décès lié à la COVID-19 : un risque fortement réduit par le rappel vaccinal

Selon une nouvelle analyse des données françaises issues des bases SI-DEP*, SI-VIC** et VAC-SI***, la Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (DREES) démontre le bénéfice très marqué du rappel vaccinal pour réduire le risque de décès lié à la COVID-19.

*
Système d'Informations de DEPistage ; **Système d'Information pour le suivi des VICtimes d'attentats et de situations sanitaires exceptionnelles ; ***Système d'Information VACcin COVID
 
Résumé
La Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (DREES) a publié une nouvelle analyse croisée à partir des données françaises issues des systèmes d'information COVID-19 SI-VIC (hospitalisations), SI-DEP (dépistage) et VAC-SI (vaccination)

Ce travail montre l'impact positif du rappel vaccinal pour réduire le risque de décès lié à la COVID-19, conférant une protection de l'ordre de 98 % environ. 

 

Chaque semaine, la Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (DREES) analyse les données pseudonymisées issues des trois principales plateformes d'information françaises créées dans le cadre de la pandémie de COVID-19 : SI-VIC (hospitalisation), SI-DEP (dépistage) et VAC-SI (vaccination). 

Pour rappel, une précédente analyse a démontré une surreprésentation des personnes non vaccinées parmi les patients hospitalisés et ceux décédés des suites de la COVID-19 (cf. notre article du 14 décembre 2021 et Encadré 1).


Le travail publié le 17 décembre 2021 porte plus spécifiquement sur la relation entre le rappel vaccinal et le risque de décès par COVID-19. 

Encadré 1 - Sur-représentation des personnes non vaccinées parmi les cas de COVID-19 (symptomatiques, nécessitant une hospitalisation ou d'issue fatale)
Entre le 8 novembre et le 5 décembre 2021, bien que minoritaires, les personnes non vaccinées de 20 ans et plus (9 % de la population) représentent :
  • près de 25 % des tests PCR positifs chez les personnes symptomatiques,
  • 41 % des admissions en hospitalisation conventionnelle,
  • 52 % des entrées en soins critiques,
  • 38 % des décès.

Le rappel vaccinal réduit fortement le risque de décès par COVID-19
Selon la DREES, "en tenant compte des structures démographiques et de l'intensité épidémique, les risques de décès sont nettement réduits par l'injection d'une dose de rappel à plus de 6 mois".
 
En s'appuyant sur une modélisation appliquée aux décès après hospitalisation pour COVID-19, les auteurs ont estimé les ratios de risque de décès selon les différents statuts vaccinaux, y compris le statut non vacciné, dans toutes les tranches d'âge après 40 ans (cf. Figure 1) :
  • la protection vaccinale contre les décès dans les premiers mois suivant un schéma vaccinal complet sans rappel est élevée pour toutes les classes d'âge, comprise entre 90 % et 95 % ;
  • la protection contre les décès s'atténue dans le temps, malgré un schéma vaccinal complet, jusqu'à descendre autour de 80 % 6 mois après l'obtention du statut complet ;
  • l'injection du rappel aux personnes dont le statut complet remonte à plus de 6 mois permet de rétablir et d'améliorer le niveau de protection contre le risque de décès, de 98 % environ.
 
Figure 1 - Risques relatifs de décès après hospitalisation avec test RT-PCR positif selon l'âge et le statut vaccinal, par rapport aux non vaccinés (extrait du rapport de la DREES)

La réduction du risque relatif de décès, calculé par rapport au risque des non vaccinés de la tranche d'âge des 80 ans et plus, s'observe dans toutes les tranches d'âge (cfFigure 2). À tranche d'âge comparable, le risque de décès le plus faible est observé dans la population des personnes ayant un schéma de primovaccination complet de 6 mois et une dose de rappel. 
 
Figure 2 - Risques relatifs de décès selon l'âge et le statut vaccinal, par rapport au non vaccinés de 80 ans et plus
 
Enfin, les données de cette analyse montrent que proportionnellement au risque d'hospitalisation, les plus de 80 ans ont moins de risque d'entrer en soins critiques et plus de risque de décéder que les autres tranches d'âges (cf. Figure 3).
 
Figure 3 - Risques relatifs d'hospitalisations et de décès selon l'âge chez les non vaccinés

Ces résultats, qui sont actualisés chaque semaine, y compris concernant l'ancienneté de la vaccination et le rappel, sont disponibles sur le site de données ouvertes de la DREES.

Pour aller plus loin
Le rappel vaccinal réduit fortement le risque de décès lié au Covid-19 (DREES, 17 décembre 2021)

 
Sources

DREES

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Dans la même rubrique
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster