ROACTEMRA : pénurie mondiale et mesures de priorisation des indications

Par DAVID PAITRAUD - Date de publication : 16 septembre 2021
1
2
3
4
5
3.5
(2 notes)
vu par 3599 lecteurs
Suite à une forte augmentation de la demande mondiale en tocilizumab, en lien avec la pandémie de COVID-19, l'ensemble de la gamme ROACTEMRA est sous tension. Des mesures sont prises pour réserver les unités disponibles à certaines indications prioritaires. 
Le tocilizumab est un anticorps monoclonal humanisé qui bloque l’action des récepteurs de l’interleukine 6 (illustration).

Le tocilizumab est un anticorps monoclonal humanisé qui bloque l’action des récepteurs de l’interleukine 6 (illustration).

 
Résumé : 
Depuis plusieurs mois, les spécialités à base de tocilizumab ROACTEMRA sont soumises à de fortes tensions, notamment en raison de leur utilisation dans le traitement de la COVID-19. 

Malgré une augmentation de la production, les stocks actuels ne permettent pas de compenser l'augmentation de la demande mondiale en tocilizumab.

Pour assurer la continuité des traitements dans les indications sans alternatives thérapeutiques, le laboratoire Roche recommande : 
  • de dispenser en priorité ROACTEMRA 20 mg/mL solution à diluer pour perfusion (spécialité hospitalière) aux patients atteints du syndrome de relargage des cytokines associé aux thérapies CAR-T, 
  • de réserver ROACTEMRA 162 mg solution injectable en stylo prérempli et seringue préremplie (spécialités de ville) aux patients en cours de traitement pour l'artérite à cellules géantes. 

En parallèle, des recommandations sont formulées pour éviter tout risque de poussée de la maladie en l'absence de tocilizumab, dans l'ensemble des indications de l'autorisation de mise sur le marché (AMM). 
 
L'ensemble des spécialités de la gamme ROACTEMRA (cfEncadré 1) fait l'objet de fortes tensions au niveau mondial. 
 
Encadré 1 - Gamme ROACTEMRA
En France, 3 spécialités sont disponibles : 

Forte augmentation de la demande mondiale, en raison de la COVID-19
Ces tensions sont directement en lien avec un accroissement de la demande mondiale des spécialités à base de tocilizumab, un anticorps monoclonal inhibiteur de l'interleukine 6, potentiellement utilisé dans le traitement de la COVID-19.


Le tocilizumab a obtenu plusieurs autorisations de mise sur le marché (AMM) dans le traitement des formes sévères de l'infection à SARS-CoV-2, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie.

Au niveau mondial, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de recourir aux antagonistes de l'interleukine 6 (tocilizumab, sarilumab) pour lutter contre l'emballement de la réponse immunitaire chez les patients infectés par le SARS-CoV-2  (cf. Communiqué de presse du 6 juillet 2021).

En France, le Haut Conseil de Santé publique (HCSP) a émis un avis le 17 juin 2021 sur la place du tocilizumab dans la stratégie de lutte contre la COVID-19 (cf. Encadré 2). 

Encadré  2 - Recommandations temporaires relatives au tocilizumab - HCSP (extrait de l'avis du 17 juin 2021)
Dans toutes les situations :
  • poursuivre la démarche d'évaluation en privilégiant très fortement l'inclusion des patients dans les études cliniques randomisées existantes prévoyant un suivi prolongé jusqu'à J60 au minimum ;
  • réaliser de nouveaux essais ou adapter les essais existants pour identifier les populations cibles du traitement par tocilizumab et les conditions dans lesquelles son utilisation pourrait être bénéfique ;
  • ne pas utiliser le tocilizumab de manière systématique ;
  • ne pas utiliser le tocilizumab en cas de co-infection bactérienne ou fongique prouvée ou suspectée et/ou chez les malades fortement immunodéprimés ;
  • ne pas prescrire le tocilizumab en ambulatoire ;
  • ne pas prescrire de deuxième dose.

En unité de médecine :
  • conditionner l'utilisation du tocilizumab à une décision collégiale comportant l'évaluation du rapport bénéfice/risque de son utilisation uniquement chez les patients nécessitant une oxygénothérapie à haut débit et ayant un état inflammatoire marqué (CRP > 75 mg/L) et en absence d'amélioration après 48 h de traitement standard incluant la dexaméthasone (ou un corticoïde équivalent).

En unité de soins critiques (réanimation, unité de soins intensifs [USI]) :
  • ne pas utiliser le tocilizumab chez les patients sous ventilation mécanique invasive ;
  • conditionner l'utilisation du tocilizumab à une décision collégiale comportant l'évaluation du rapport bénéfice/risque de son utilisation chez les patients nécessitant une oxygénothérapie à haut débit ou une ventilation non invasive, en absence d'amélioration après 48 h de traitement standard incluant la dexaméthasone (ou corticoïde équivalent), dans un délai maximal de 72 heures après l'admission en réanimation.

État de lieux en France : une distribution contingentée de l'ensemble de la gamme
Malgré une augmentation de la production, le laboratoire Roche indique ne pas être en mesure de répondre à la forte hausse de la demande. Une amélioration sur le marché du tocilizumab est attendue pour décembre 2021. 


Dans ce contexte très tendu, des ruptures de stock sont à prévoir sur l'ensemble de la gamme ROACTEMRA : 
  • ROACTEMRA 20 mg/mL solution à diluer pour perfusion : distribution contingentée des flacons de 4, 10 et 20 mL
  • ROACTEMRA 162 solution injectable en stylo prérempli et seringue préremplie : distribution contingentée. 

Priorisation en fonction des indications et anticipation d'une indisponibilité
Des recommandations sont émises afin de prioriser l'utilisation de ROACTEMRA en fonction des indications :
  • pour ROACTEMRA 20 mg/mL solution à diluer pour perfusion : priorité aux patients atteints du syndrome de relargage de cytokines (SRC) associé aux thérapies CAR-T. Seul le tocilizumab intraveineux (IV) est approuvé en cas de SRC induit par une injection de CAR-T et il n'existe aujourd'hui aucune alternative efficace recommandée. Il n'est pas envisageable de débuter un traitement par CAR-T sans que la pharmacie à usage intérieur (PUI) locale ne dispose d'un stock minimal d'au moins 2 injections possible de tocilizumab. Si les réapprovisionnements dans les délais nécessaires sont compromis, 3 injections doivent pouvoir être envisagées avant l'injection des CAR-T ;
  • pour ROACTEMRA 162 mg solution injectable en stylo prérempli et en seringue préremplie : réserver aux patients en cours de traitement pour l'artérite à cellules géantes. La forme IV n'est pas indiquée dans ce traitement. En cas de rupture de stock de ces formes SC, les autres options thérapeutiques peuvent inclure la reprise ou l'augmentation de la dose d'autres traitements (les corticostéroïdes par exemple).

Quid des indications de rhumatologie ? 
Dans ce contexte de tension, l'utilisation du tocilizumab dans ses indications en rhumatologie (polyarthrite rhumatoïde, arthrite juvénile idiopathique systémique et polyarticulaire)
n'est pas considérée comme prioritaire. 

Néanmoins, des recommandations sont émises pour éviter tout risque de poussée de la maladie chez les patients en cas d'indisponibilité de ROACTEMRA : 
  • dans le cas où ni la formulation SC ni la formulation IV ne sont disponibles, le médecin prescripteur doit évaluer la possibilité d'ajouter ou d'augmenter la posologie d'autres médicaments antirhumatismaux de fond (conventionnels, biothérapies ou autres immunosuppresseurs sélectifs).

Pour aller plus loin
ROACTEMRA 20 mg/mL solution à diluer pour perfusion - Tensions d'approvisionnement (ANSM, mise à jour le 14 septembre 2021)
ROACTEMRA 162 mg, solution injectable en stylo prérempli - Tensions d'approvisionnement (ANSM, mise à jour le 14 septembre 2021)
ROACTEMRA 162 mg, solution injectable en seringue préremplie - Tensions d'approvisionnement (ANSM, mise à jour le 14 septembre 2021)

Lettre du laboratoire aux professionnels de santé - ROACTEMRA (sur le site de l'ANSM, 13 septembre 2021)

Sources : ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster