Vers une épidémie de bronchiolite du nourrisson cet été ?

Par Stéphane KORSIA-MEFFRE - Date de publication : 22 juin 2021
1
2
3
4
5
4.0
(4 notes)
vu par 20073 lecteurs
L’hémisphère nord connaîtra-t-il cet été une vague de bronchiolite du nourrisson comme celle observée en Australie lors du dernier été austral ? Les États-Unis ont émis une alerte pour sensibiliser leurs professionnels de santé.
Les États-Unis signalent une recrudescence des cas de bronchiolite du nourrisson à la suite de la levée des gestes barrières (illustration).

Les États-Unis signalent une recrudescence des cas de bronchiolite du nourrisson à la suite de la levée des gestes barrières (illustration).


Résumé :
En cette période de réduction des mesures barrières contre la COVID-19, et considérant l'expérience australienne où une vague estivale inattendue de bronchiolite du nourrisson a été observée lors de l'été austral 2020-2021, la question se pose de savoir si le même phénomène est possible en France cet été.

Les autorités sanitaires des États-Unis, pays où les mesures barrières ont été levées plus tôt que dans notre pays, signalent une augmentation significative du nombre de cas de bronchiolite dans les états méridionaux (les premiers à supprimer l'obligation du port du masque) et alertent les professionnels de santé sur une possible épidémie estivale (faisant suite à une faible épidémie hivernale, comme en France l'hiver passé).

En France, un frémissement du nombre de cas a été signalé ces dernières semaines par Santé publique France avec une augmentation de 42 % du nombre d'hospitalisations liées à la bronchiolite entre début mai et mi-juin 2021. La vigilance reste donc de mise, d'autant plus que l'expérience australienne indique un âge moyen des enfants infectés supérieur à l'âge habituel de survenue de la bronchiolite et que les symptômes observés chez ces jeunes enfants sont proches de ceux de la COVID-19.

De plus, le signalement récent de deux foyers de COVID-19 dans des établissements scolaires en Israël (probablement en lien avec le variant delta – indien) plaide pour une recherche systématique de la cause d'une infection respiratoire chez un enfant, afin de distinguer entre virus respiratoire syncytial (responsable de la bronchiolite), SARS-CoV-2 ou un autre agent pathogène (rhinovirus, virus parainfluenza ou l'un des coronavirus du rhume, par exemple).


En France, comme dans de nombreux pays de l'hémisphère nord, l'hiver 2020-2021 a été marqué par une réduction massive du nombre de cas de bronchiolite du nourrisson, une infection respiratoire due au virus respiratoire syncytial (VRS) survenant le plus souvent chez des nourrissons âgés de moins de 12 mois, avec un pic épidémique habituellement constaté autour des fêtes de Noël.
Alors qu'une saison typique de bronchiolite est à l'origine, chaque semaine, de 5 à 6 000 passages aux urgences pédiatriques et d'environ 2 000 hospitalisations, la saison hivernale 2020-2021 a culminé autour de 2 200 passages et 1 000 hospitalisations hebdomadaires (voir Figure 1 ci-dessous). De plus, cette incidence réduite de moitié a été observée avec un retard d'environ 12 semaines sur les dates de pic habituelles (pic observé en semaines 10 à 14 de 2021). Cette réduction de l'intensité de l'épidémie saisonnière de bronchiolite pourrait être liée à la généralisation des gestes barrières, en particulier le port du masque, dans le cadre du contrôle de la pandémie de COVID-19.
L'allègement de l'obligation de ces gestes barrières, depuis début mai 2021, aura-t-il un impact sur l'incidence de la bronchiolite dans les mois à venir. Assisterons-nous à une vague estivale d'infections à VRS chez les nourrissons ? La question se pose au vu des données recueillies en Australie et aux États-Unis.

SourceDonnées de Santé publique France (bulletin épidémiologique de la semaine 23 de 2021) sur le nombre de passages aux urgences et d'hospitalisations pour bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans.

En Australie, un été marqué par une explosion du nombre de cas de bronchiolite
L'Australie fait partie des pays qui ont réussi à contrôler la pandémie de COVID-19 par des mesures sévères de confinement, puis de tracing et de quarantaine, ainsi que par un contrôle étroit de ses frontières. De ce fait, ce pays a abordé l'été austral 2020-2021 (qui correspond à notre hiver) dans une certaine sérénité et sans obligation de port du masque.
Habituellement, en Australie, la bronchiolite du nourrisson commence à sévir autour de la 7e semaine de l'année (S7) puis augmente fortement autour de S18, pour atteindre un pic autour de S27-28. En 2020, le démarrage autour de S7 s'est rapidement éteint sous l'action conjuguée des mesures de contrôle de la COVID-19, et l'Australie a connu un hiver austral quasiment sans cas de bronchiolite.
Mais, à la toute fin de 2020 (semaine S44, alors que l'été austral s'annonçait), le nombre de cas de bronchiolite s'est envolé pour atteindre un pic au début de 2021, soit en plein cœur de l'été (voir figure 2 ci-dessous). Dans l'ouest de l'Australie, l'intensité de ce pic a été plus de 2,5 fois supérieure à celle observée habituellement. De plus, l'âge moyen des enfants concernés était de 18,4 mois contre 10 mois lors d'une épidémie hivernale habituelle.
Cette épidémie estivale, inattendue, semble persister : par exemple, début avril, le nombre de cas dans la région de Brisbane (Queensland) était toujours 4 fois supérieur aux valeurs habituelles à ce moment de l'année. Aujourd'hui, les experts australiens se demandent si une vague hivernale va succéder à la vague estivale, sans véritable période de répit entre les deux.

 
Figure 2 - Dynamique des épidémies de bronchiolite dans l'ouest de l'Australie (en nombre de cas confirmés par rRT-PCR).
En noir, moyenne des années précédentes, en rouge 2020 (issu de Foley DA, Yeoh DK, Minney-Smith CA et al., 2021).
Borders closed : fermeture des frontières. Weeks : semaines. EHTD : fin de l'année. Average Epidemic Curve : courbe épidémique habituelles (moyenne des données 2012-2019).

Aux États-Unis, une augmentation significative du nombre de cas depuis la fin de l'obligation de porter le masque
Aux États-Unis, comme en France, l'hiver 2020-2021 a été marqué par une faible incidence de la bronchiolite du nourrisson. Début 2021, une campagne de vaccination massive contre la COVID-19 a été lancée avec quelques semaines d'avance sur les pays d'Europe continentale. En conséquence, dès début mars 2021, certains États (en particulier ceux du sud) ont levé l'obligation des mesures barrières.
Le 10 juin 2021, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont publié un document alertant les professionnels de santé sur une augmentation significative du nombre de cas de bronchiolites dans ces États du sud. Depuis fin mars 2021, les CDC ont relevé une augmentation des cas de bronchiolites signalés au système national de surveillance des virus respiratoires et entériques (NREVSS) en Alabama, Arkansas, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Floride, Géorgie, Kentucky, Louisiane, Mississippi, Nouveau-Mexique, Texas et Tennessee.
Pour illustrer cette tendance, dans un préprint publié le 30 mai 2021, des médecins de Houston, Texas, ont signalé que le nombre hebdomadaire de cas de bronchiolite dans cette ville avait augmenté de 160 % en mai 2021 (comparé aux valeurs moyennes recueillies entre juin 2020 et mars 2021). Ils ont également rapporté une hausse des infections dues à des rhinovirus, des entérovirus, des virus parainfluenza ou aux coronavirus des rhumes.
Les CDC précisent néanmoins que « comme cette activité intersaisonnière élevée constitue une déviation des schémas de circulation typiques du VRS, il n'est pas possible pour l'instant d'anticiper avec certitude la propagation, le pic ou la durée probable de l'activité. Les autorités sanitaires ont également identifié une circulation intersaisonnière accrue du VRS dans certaines parties de l'Australie à la fin de 2020 et en Afrique du Sud au début de 2021 ».

Les CDC publient des recommandations aux professionnels de santé
Dans leur document, les CDC précisent que, en raison de la circulation réduite du VRS au cours des mois d'hiver 2020-2021, les nourrissons et les jeunes enfants pourraient maintenant présenter un risque accru de maladie grave associée au VRS, car ils n'ont probablement pas été exposés à des niveaux habituels de VRS au cours des 15 derniers mois.
Ils alertent donc les professionnels de santé sur la possibilité que des cas d'infection par le VRS surviennent cet été, non seulement chez les nourrissons, mais également, comme cela a été le cas en Australie, chez des enfants plus âgés, voire des adultes. Pour rappel, chez ces derniers comme chez les jeunes enfants, l'infection par le VRS se traduit par une rhinorrhée, une pharyngite, de la toux, des maux de tête, de la fatigue et de la fièvre, symptômes qui ne sont pas sans rappeler ceux de la COVID-19 (en particulier lors d'infection par le variant Delta – indien – qui semble être plus fréquemment à l'origine de rhinorrhée et de pharyngite que les autres variants). Les CDC recommandent donc la pratique systématique d'un test rRT-PCR.

En France, un frémissement qu'il faudra suivre de près
Qu'en est-il en France, à l'heure où les masques tombent dans les lieux publics ? Dans son bulletin épidémiologique de la semaine 23 (du 7 au 13 juin 2021), Santé publique France signale une augmentation du nombre de cas comparé à S17 (point le plus bas au printemps) : + 49 % pour les passages aux urgences liés au VRS, + 42 % pour les hospitalisations dues au VRS et + 80 % pour les cas signalés par SOS Médecins - mais les valeurs absolues restent modérées avec, respectivement, 784 passages, 324 hospitalisations et 160 recours à SOS Médecins. Deux régions sont en alerte pré-épidémique, le Grand-Est et la Nouvelle-Aquitaine. La situation est épidémique à la Réunion et à Mayotte.
La situation impose donc de rester vigilant face à cette dynamique inhabituelle pour la saison.

En conclusion, les professionnels de santé vont devoir, cet été, rester vigilants face à un nourrisson ou un jeune enfant présentant des signes d'infection respiratoire et chercher systématiquement à identifier la cause de cette infection. Outre l'expérience australienne du dernier hiver austral, avec une explosion du nombre de cas de bronchiolite, il est important de garder à l'esprit que, en Israël, pays où la couverture vaccinale contre la COVID-19 est l'une des plus larges, les autorités sanitaires viennent d'identifier deux foyers de COVID-19 dans des établissements scolaires (concernant respectivement 11 et 44 élèves), foyers qui semblent liés au variant delta (indien).
Dans ce contexte, il est essentiel que les professionnels de santé restent particulièrement attentifs aux infections respiratoires infantiles cet été et jouent leur rôle dans le repérage précoce d'une éventuelle vague estivale de bronchiolite ou l'apparition d'infections par le variant Delta de SARS-CoV-2.

©vidal.fr

Pour aller plus loin
Les données épidémiologiques françaises sur la saison 2020-2021
Le point épidémiologique Bronchiolite de la semaine 17 (du 26 avril au 2 mai 2021), Santé publique France.

Le point épidémiologique Bronchiolite de la semaine 23 (du 7 au 13 juin 2021), Santé publique France.

Les données observées en Australie en 2020 et 2021
Foley DA, Yeoh DK, Minney-Smith CA et al. The Interseasonal Resurgence of Respiratory Syncytial Virus in Australian Children Following the Reduction of Coronavirus Disease 2019–Related Public Health Measures. Clin Infect Dis. 17 février 2021.

RSV cases on the increase, Queensland Government, 22 avril 2021.

Les données concernant les États-Unis au printemps 2021
Increased Interseasonal Respiratory Syncytial Virus (RSV) Activity in Parts of the Southern United States, CDC Health Alert Network, 10 juin 2021.

Hodjat P, Christensen PA, Subedi S et al. The rapid reemergence of seasonal respiratory viruses in Houston, Texas, after relaxing COVID-19 restrictions. medRxiv, 30 mai 2021.

Sur les symptômes liés au variant Delta
Delta variant Covid symptoms ‘include headaches, sore throat and runny nose'. The Guardian, 14 juin 2021.

Les deux foyers possiblement liés au variant Delta dans les écoles israéliennes
In 2nd school outbreak, 44 kids catch COVID — apparently the Delta variant. The Times of Israel, 19 juin 2021.

Sources : Santé Publique France , VIDAL

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster