Vaccination contre la COVID-19 par les pharmaciens, sages-femmes et infirmiers : décryptage

- Date de publication : 08 mars 2021
1
2
3
4
5
3.5
(4 notes)
vu par 12808 lecteurs
Conformément aux recommandations de la HAS* émises le 1er mars 2021, un décret ministériel élargit la vaccination (prescription et/ou administration) contre la COVID-19 à d'autres professionnels de santé que les médecins et sous certaines conditions : 
  • sages-femmes et pharmaciens d'officine : autorisation de prescrire et d'administrer les vaccins contre la COVID-19, 
  • infirmiers/ères : autorisation d'administrer les vaccins contre la COVID-19. 

Suite à la parution de ce décret, la DGS** a publié deux documents DGS-Urgent (DGS-Urgent du 7 mars 2021 et DGS-Urgent du 8 mars 2021) afin de décrire les modalités d'organisation de la campagne vaccinale (commande et livraison des doses de vaccin).

Dans les pharmacies d'officine, cette campagne devrait débuter à compter du 15 mars 2021, à réception des doses de vaccin (347 000 livrées en semaine 11) : 
  • dans les départements à forte circulation virale (18 départements), une livraison de 1 flacon de vaccin AstraZeneca par pharmacie est prévue, le 11 ou 12 mars (flux poussé) ;
  • pour le reste du territoire, les doses de vaccin AstraZeneca devraient être livrées le 18 ou 19 mars 2021 en pharmacie, pour leur propre besoin (1 à 2 flacons par officine). 

* Haute Autorité de Santé
** Direction générale de la Santé

 
Pharmaciens, sages-femmes et infirmiers vont participer à la campagne de vaccination contre la COVID-19 (illustration).

Pharmaciens, sages-femmes et infirmiers vont participer à la campagne de vaccination contre la COVID-19 (illustration).


Le gouvernement a décidé de suivre les recommandations de la HAS du 1er mars 2021 (cf. notre article du 2 mars 2021) visant à élargir les compétences vaccinales des pharmaciens, sages-femmes et infirmiers pour accélérer la campagne de vaccination contre la COVID-19 en ville.
 
Le décret du 4 mars 2021 publié au Journal officiel du 5 mars 2021 définit ces compétences, en termes de prescription, d'injection et de population vaccinable ou non par ces professionnels de santé. Les dispositions sont applicables dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire.

Prescription par les pharmaciens et sages-femmes
Selon ce décret, la prescription des vaccins contre la COVID-19 (cf. Encadré 1) peut être réalisée par : 
  • les sages-femmes : prescription aux femmes et à l'entourage de la femme enceinte et de l'enfant pendant la période post-natale, à l'exception des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection ; 
  • les pharmaciens d'officine, de pharmacies mutualistes et de secours minières (NB : regroupés sous le terme de pharmacien d'officine dans la suite de l'article) : prescription des vaccins à toute personne, exception faite des femmes enceintes, des personnes présentant un trouble de l'hémostase (les personnes sous traitement anticoagulant ne sont pas concernées par cette restriction) et des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection. 

Encadré 1 - Liste des vaccins pouvant être prescrits et injectés par les pharmaciens d'officine et les sages-femmes (5 mars 2021)

Vaccination (injection de la dose de vaccin) par les pharmaciens, les sages-femmes et les infirmiers/ères
L'administration des vaccins anti-COVID-19 est autorisée pour les professionnels de santé suivants : 
  • les sages-femmes : injection possible à toute personne, à l'exception des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection ;
  • les pharmaciens d'officine : injection possible à toute personne, à l'exception des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection :
    • les vaccins à vecteur viral peuvent être administrés à l'officine, ou dans les centres vaccination ;
    • les vaccins à ARNm doivent être administrés en centres de vaccination (cf. DGS-Urgent du 7 mars 2021) ;
  • les infirmiers/ères (sur prescription établie par une sage-femme, un médecin ou un pharmacien) : à toute personne, à l'exception des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection, sous réserve, pour les vaccins à ARNm, qu'un médecin puisse intervenir à tout moment.

Pas de formation spécifique à la vaccination COVID-19
Pour les sages-femmes et les infirmiers/ères, aucune formation spécifique à la vaccination contre la COVID-19, ni complémentaire à la formation initiale n'est requise. 

La vaccination contre la COVID-19 est autorisée uniquement pour les pharmaciens formés (dans le cadre de la vaccination contre la grippe saisonnière) et ayant déclaré cette activité à l'ARS de tutelle.

Cible prioritaire : les 50 - 74 ans avec comorbidités, voire les plus de 75 ans
Dans l'attente d'un approvisionnement "plus confortable" en doses de vaccins, les populations suivantes restent prioritaires pour une vaccination avec le vaccin AstraZeneca :
  • patients de 50 à 74 ans dès lors qu'ils présentent des comorbidités avec facteurs de comorbidité (cf. Encadrés 2 et 3) ;
  • tous les patients âgés de 75 ans et plus, sans comorbidités ;
  • les professionnels de santé et du médico-social.
 
Encadré 2 - Liste des comorbidités ouvrant droit à la priorisation pour la vaccination contre la COVID-19 (Extrait de l'annexe - Questionnaire Officine - DGS du 7 mars 2021)
  • Trisomie 21
  • Transplantation d'organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques
  • Insuffisance rénale chronique terminale (insuffisants rénaux dialysés)
  • Diabète (type 1 et 2)
  • Obésité (IMC > 30 kg/m2)
  • Cancers (solide ou hématologique)
  • Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et insuffisance respiratoire
  • Insuffisance cardiaque
  • Hypertension artérielle compliquée (notamment complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales)
  • Maladies hépatiques chroniques et en particulier la cirrhose
  • Troubles psychiatriques
  • Démence
  • Antécédent d'accident vasculaire cérébral
 
Encadré 3 - Pathologies à très haut risque de décès, justifiant une priorisation quel que soit l'âge (cf. Portfolio à destination des médecins et infirmiers)
  • Cancers et maladies hématologiques, malignes en cours de traitement par chimiothérapie
  • Maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés
  • Transplantés d'organes solides
  • Transplantés par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques
  • Polypathologies chroniques et aux moins 2 insuffisances d'organes
  • Certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d'infection
  • Trisomie 21

Les vaccins à ARNm sont préférentiellement réservés aux personnes âgées de plus de 75 ans et les publics cibles prioritaires à très haut risque quel que soit leur âge (cf. Portfolio "Vaccination contre la COVID-19 à destination des médecins et infirmiers" - page 4).

Avant l'injection du vaccin contre la COVID-19, les patients doivent répondre à un questionnaire de vaccination, validé par la Société française de pharmacie clinique (SFPC) et l'Association nationale des enseignants de pharmacie clinique (ANEPC).

Ce questionnaire permet d'exclure certains patients qui ne relèvent pas de la vaccination en officine :
  • patient ayant développé une infection COVID-19 (confirmée par test PCR ou antigénique) au cours de 3 derniers mois : pour les patients immunocompétents, il est recommandé de réaliser leur vaccination au-delà de ce délai de 3 mois après l'infection, de préférence dans un délai proche de 6 mois (cf. DGS-Urgent 2021_24) ;
  • patients avec de la fièvre le jour de la vaccination ;
  • patients ayant reçu un autre vaccin dans un délai inférieur à 14 jours. Il est recommandé d'espacer les vaccinations de 14 jours ; 
  • patients ayant un trouble de l'hémostase. Ces patients doivent être orientés vers le médecin traitant ; 
  • patients ayant des antécédents d'allergie ou d'hypersensibilité à certaines substances ou avec d'autres vaccins. Ces patients doivent être orientés vers le médecin traitant ;
  • femmes enceintes (à orienter vers le médecin ou la sage-femme). 
  
Organisation : pour vacciner, il faut des doses
Autorisée en théorie, la vaccination en pharmacie ne pourra débuter qu'à réception des doses de vaccin AstraZeneca, annoncée pour la semaine du 15 mars 2021.
Pour les sages-femmes, aucune date n'est précisée par la DGS. 

Dans un DGS-Urgent du 7 mars 2021, la DGS a donné ses consignes relatives aux commandes par les pharmaciens d'officine pour leur propre besoin. Les premières livraisons (347 000 doses au total) sont organisées selon 2 flux : 
  • livraison en flux poussé de 1 flacon de vaccin AstraZeneca (flacons issus du stock résiduel de doses prévues pour les médecins : 67 000 doses) le jeudi 11 mars ou vendredi 12 mars dans les 6 756 pharmacies vaccinant contre la grippe et situées dans les 18 départements à la circulation épidémique la plus forte au 5 mars 2021 (cf. Encadré 4) ;
  • livraison en flux tiré à compter du 15 mars, tenant compte des commandes passées par les pharmacies entre le 8 et le 12 mars via le portail de télédéclaration des officines. Les commandes sont limitées à 2 flacons maximum par officine (280 000 doses au total, pour cette dotation). Les flacons surnuméraires seront envoyés à hauteur d'un flacon supplémentaire par pharmacie située dans une zone à la circulation épidémique la plus forte. En cas de surcommande, les officines recevront a minima 1 flacon. La livraison est annoncée pour le jeudi 18 mars ou le vendredi 19 mars (doses, aiguilles et seringues).

Encadré 4 - Départements identifiés comme étant à forte circulation virale à la date du 5 mars 2021
Drôme, Rhône, Eure-et-Loir, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Somme, Paris, Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val d'Oise, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var

Pas de doses pour les médecins en semaine 11
Dans un DGS-Urgent du 8 mars, la DGS indique que 400 000 doses de vaccins ont été administrées en ville aux patients éligibles depuis le début de la campagne vaccinale en ville.
Une dotation de 765 000 doses de vaccin AstraZeneca doit être livrée entre le 11 et le 12 mars 2021 pour les médecins de ville (
sur 1,6 millions de doses livrées aux médecins depuis le 22 février 2021)

Entre le 8 et le 10 mars, la commande de vaccin n'est ouverte que pour les besoins propres des officines ; contrairement aux semaines précédentes, aucune commande ne peut être passée pour les médecins compte tenu du nombre de doses livrées par AstraZeneca (environ 28 000 flacons disponibles à la commande).

En l'absence de commandes, les médecins ne devraient par conséquent disposer d'aucune dose pour la vaccination de leurs patients en semaine 11 (15 au 21 mars).

Les commandes devraient être à nouveau réouvertes à l'ensemble des professionnels de santé pouvant vacciner en ville à partir du lundi 15 mars, pour une livraison la semaine suivante. 

À venir : référencement des pharmacies sur sante.fr
Comme pour les centres de vaccination, la DGS prévoit le référencement, sur le site sante.fr, des pharmacies disposant d'un service de vaccination.
Pour être référencées, les pharmaciens seront invités dans le courant du mois de mars à remplir un formulaire de déclaration des informations administratives/organisationnelles liées à la vaccination (jour où la vaccination est possible, accessibilité du lieu pour les personnes en situation de handicap, etc.).

En revanche, contrairement aux centres de vaccination, il n'est pas proposé d'offre nationale de système de gestion de la prise de rendez-vous en officine. Chaque officine est libre de s'équiper, si elle le souhaite, du logiciel de prise de rendez-vous de son choix.

Pour aller plus loin
Décret n° 2021-248 du 4 mars 2021 modifiant les décrets n° 2020-1262 du 16 octobre 2020 et n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire (Journal officiel du 5 mars 2021)
CAMPAGNE DE VACCINATION EN OFFICINE CONTRE LA COVID-19 (DGS-Urgent n° 2021_26 - 7 mars 2021)
CLARIFICATION DES MODALITÉS DE COMMANDE DU VACCIN ASTRAZENECA APRÈS LE DGS URGENT DU 07 MARS 2021 (DGS-Urgent n° 2021_27 - 8 mars 2021)
Questionnaire officines (DGS-urgent n° 2021_26, complément du 7 mars 2021)
Portfolio "Vaccination anti-COVID" à destination des médecins et infirmiers (ministère des solidarités et de la santé, mars 2021)
Portfolio "Vaccination anti-COVID" à destination des pharmaciens (ministère des solidarités et de la santé, mars 2021)


Sur VIDAL.fr
COVID-19 : LES RECOMMANDATIONS DE LA HAS POUR VACCINER PLUS ET PLUS RAPIDEMENT (2 mars 2021)

 

Sources : J.O. (Journal Officiel) , DGS

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster