Bon usage d'HERCEPTIN (trastuzumab) : améliorer la surveillance cardiaque

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 6390 lecteurs


Le laboratoire Roche a adressé aux prescripteurs et pharmaciens hospitaliers un rappel de bon usage concernant l'anticancéreux HERCEPTIN (trastuzumab).
Le message porte sur l'importance de la surveillance cardiaque pendant le traitement pour réduire la fréquence et la sévérité des dysfonctionnements ventriculaires gauches et des insuffisances cardiaques congestives (ICC).

Cette initiative, validée par l'ANSM et l'EMA, fait suite à des enquêtes ayant montré que la surveillance cardiaque pouvait être améliorée, d'autant plus que le risque de dysfonctionnement cardiaque lié au traitement par trastuzumab est réversible chez certains patients après l’arrêt du traitement

Le laboratoire rappelle donc aux professionnels de santé les aspects importants de cette surveillance qui concerne les 2 spécialités d'HERCEPTIN actuellement commercialisées en France, l'une dosée à 600 mg/5 ml de trastuzumab et présentée sous forme de solution injectable en flacon, l'autre dosée à 150 mg de trastuzumab et présentée en poudre pour solution à diluer pour perfusion. 

La surveillance de la fonction cardiaque s'applique également aux patients traités par trastuzumab emcitabine (KADCYLA 100 mg poudre pour solution à diluer pour perfusion).
La surveillance cardiaque des patients traités par trastuzumab repose sur la mesure de la FEVG par un échocardiogramme ou une scintigraphie cardiaque (illustration).

La surveillance cardiaque des patients traités par trastuzumab repose sur la mesure de la FEVG par un échocardiogramme ou une scintigraphie cardiaque (illustration).


Améliorer la surveillance cardiaque pour réduire les effets indésirables
Le laboratoire Roche souhaite renforcer le bon usage de l'antinéoplasique hospitalier HERCEPTIN (trastuzumab). Dans un courrier adressé aux médecins prescripteurs et aux pharmaciens hospitaliers, il rappelle l'importance de surveiller la fonction cardiaque chez les patients traités par cet anticorps monoclonal, qu'il s'agisse d'HERCEPTIN 150 mg poudre pour solution à diluer pour perfusion ou d'HERCEPTIN 600 mg/5 mL solution injectable. 

La surveillance de la fonction cardiaque chez les patients traités par trastuzumab vise à
 réduire la fréquence et la sévérité des dysfonctionnements ventriculaires gauches et des insuffisances cardiaques congestives (ICC). 
Une diminution de la fraction d'éjection a été observée lorsque le trastuzumab est administré en association avec des taxanes après un traitement par des anthracyclines.

Mentionnés dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) d'HERCEPTIN, ces événements cardiaques n'ont pas fait l'objet d'un nouveau signal, mais des enquêtes ont montré que le respect de la surveillance cardiaque pouvait être amélioré


Surveillance de la fonction cardiaque : en pratique 
La fonction cardiaque des sujets traités par trastuzumab doit être évaluée :
  • à l'initiation du traitement, 
  • puis tous les 3 mois au cours du traitement,
  • tous les 6 mois après l'arrêt du traitement, jusqu'à 24 mois après la dernière administration de trastuzumab.
    • La durée de surveillance post-traitement est allongée à 5 ans, avec une surveillance annuelle, chez les patients ayant reçu une chimiothérapie à base d'anthracycline.
    • Elle est encore allongée si une diminution durable de la FEVG est observée.

La surveillance repose sur la mesure de la fraction d'éjection ventriculaire gauche (FEVG) par un échocardiogramme ou une scintigraphie cardiaque (MUGA).
En complément de cette méthode, il est possible d'utiliser les biomarqueurs pour des patients présentant un risque spécifique d'ICC (peptides natriurétiques : BNP et NT-proBNP).

Cette surveillance de la FEVG et la prise en charge appropriée des événements cardiaques sont d'autant plus importants que le risque de dysfonctionnement cardiaque lié au traitement par trastuzumab est réversible chez certains patients après l'arrêt du traitement par trastuzumab.

Les patients traités par trastuzumab emtansine (KADCYLA), un autre anticorps monoclonal hospitalier indiqué dans la prise en charge du cancer du sein HER2 posisitif métastatique ou localement avancé non résécable, doivent également bénéficier de ces mesures de prévention.

Survenue d'événements cardiaques : conduite à tenir
  • En cas de diminution de la FEVG
Le traitement par trastuzumab doit être suspendu si le pourcentage de FEVG diminue de 10 points ou plus par rapport à la valeur initiale ET qu'il est inférieur à 50 %.
Dans ce cas, une nouvelle évaluation de la FEVG doit être réalisée dans un délai d'environ 3 semaines après l'arrêt du traitement.

 
  • En cas de survenue d'une ICC
Si une insuffisance cardiaque symptomatique se développe pendant le traitement par trastuzumab, celle-ci doit être traitée avec les médicaments habituellement utilisés dans cette indication, comprenant :
- un inhibiteur de l'enzyme de conversion (IEC) ou un antagoniste du récepteur de l'angiotensine (ARA), 
- et un bêtabloquant.

HERCEPTIN et anthracyclines
En raison du risque d'événements cardiaques, le trastuzumab ne doit pas être administré en association aux anthracyclines chez les patients atteints d'un cancer du sein métastatique, ainsi qu'en situation adjuvante chez les patients atteints d'un cancer du sein précoce.

Les patients qui reçoivent des anthracyclines après l'arrêt de HERCEPTIN peuvent présenter un risque accru de dysfonctionnement cardiaque. Dans la mesure du possible, les médecins doivent éviter les traitements à base d'anthracyclines jusqu'à 7 mois après l'arrêt de HERCEPTIN. 

Mobilisation de l'ensemble des intervenants
Les prescripteurs doivent informer le médecin traitant et les autres médecins impliqués dans le suivi des patients traités par trastuzumab de l'importance de poursuivre une surveillance cardiaque régulière.


Pour mémoire
HERCEPTIN 150 mg poudre pour solution à diluer pour perfusion et d'HERCEPTIN 600 mg/5 mL solution injectable sont indiqués dans le traitement du cancer du sein HER2 positif précoce ou métastatique (Cf. VIDAL Reco "Cancer du sein") [Cf. Encadré 1].

HERCEPTIN 150 mg poudre pour solution à diluer pour perfusion est également indiqué dans la prise en charge du cancer gastrique métastatique (Cf. Encadré 2).

HERCEPTIN ne doit être utilisé que chez les patients dont les tumeurs présentent soit une surexpression de HER2, soit une amplification du gène HER2 déterminée par une méthode précise et validée.

 
Encadré 1 - HERCEPTIN dans le cancer du sein
  • Cancer du sein métastatique : traitement de patients adultes atteints d'un cancer du sein métastatique HER2 positif :
    • en monothérapie, chez les patients déjà pré-traités par au moins deux protocoles de chimiothérapie pour leur maladie métastatique. Les chimiothérapies précédentes doivent au moins inclure une anthracycline et un taxane, à moins que ces traitements ne conviennent pas aux patients. Les patients répondeurs à l'hormonothérapie doivent également être en échec à l'hormonothérapie, à moins que ces traitements ne leur conviennent pas.
    • en association avec le paclitaxel, chez les patients non pré-traités par chimiothérapie pour leur maladie métastatique et chez lesquels le traitement par anthracyclines ne peut pas être envisagé.
    • en association avec le docétaxel, chez les patients non pré-traités par chimiothérapie pour leur maladie métastatique.
    • en association à un inhibiteur de l'aromatase, chez les patientes ménopausées ayant des récepteurs hormonaux positifs, non traitées précédemment par trastuzumab.
 
  • Cancer du sein précoce : traitement de patients adultes atteints d'un cancer du sein précoce HER2 positif :
    • après chirurgie, chimiothérapie (néoadjuvante ou adjuvante) et radiothérapie (si indiquée).
    • après une chimiothérapie adjuvante avec la doxorubicine et le cyclophosphamide, en association avec le paclitaxel ou le docétaxel.
    • en association à une chimiothérapie adjuvante associant le docétaxel et le carboplatine.
    • en association à une chimiothérapie néoadjuvante, suivie d'un traitement adjuvant avec HERCEPTIN, chez les patients ayant une maladie localement avancée (y compris inflammatoire) ou des tumeurs mesurant plus de 2 cm de diamètre.

Encadré 2 - HERCEPTIN dans le cancer gastrique métastatique
  • Cancer gastrique métastatique :
    • Traitement de l'adénocarcinome métastatique de l'estomac ou de la jonction œsogastrique HER2 positif, en association à la capécitabine ou au 5-fluoro-uracile et au cisplatine, chez les patients adultes n'ayant pas été précédemment traités pour leur maladie métastatique.
    • HERCEPTIN doit être utilisé uniquement chez les patients atteints d'un cancer gastrique métastatique dont les tumeurs présentent une surexpression de HER2 définie par IHC2+ confirmée par un résultat FISH+ ou SISH+, ou par IHC3+. Des méthodes d'analyse précises et validées doivent être utilisées.

Pour aller plus loin
Communiqué - Herceptin® (trastuzumab) : rappel de l'importance des mesures de surveillance cardiaque pendant le traitement pour réduire la fréquence et la sévérité des dysfonctionnements ventriculaires gauches et des insuffisances cardiaques congestives (ANSM, 28 mars 2017)

Lettre du laboratoire aux professionnels de santé (sur le site de l'ANSM, 28 mars 2017)

Sources : EMA (European Medicines Agency), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2019-05-23

Archives des Vidal News