OXYCONTIN, OXYNORM et OXYNORMORO : désormais remboursables dans les douleurs sévères non cancéreuses

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 6287 lecteurs


Le périmètre de remboursement des spécialités d'oxycodone est élargi aux douleurs aiguës sévères et aux douleurs chroniques sévères neuropathiques.
Leur prise en charge était auparavant limitée aux douleurs cancéreuses et à certaines douleurs d'origine rhumatologique (gonarthrose, coxarthrose et lombalgie). 

Cette extension de prise en charge concerne :
  • les formes à libération immédiate d'oxycodone : OXYNORM gélule, solution buvable et solution injectable, et OXYNORMORO comprimé orodispersible ;
  • les formes à libération prolongée d'oxycodone : OXYCONTIN LP comprimé à libération prolongée.

La prise en charge de l'oxycodone dans ces douleurs non cancéreuses a été approuvée sur la base des résultats d'études ayant permis de démontrer son efficacité :
  • sur la douleur post-opératoire avec une tolérance comparable à celle de la morphine ;
  • sur les douleurs neuropathiques diabétique et post-zostérienne.

Selon la Commission de la transparence, ces spécialités occupent une place de 1re ou 2e intention dans la prise en charge de la douleur aiguë sévère qui ne peut être traitée que par opioïde fort, et de 2e intention pour les douleurs neuropathiques après échec des autres traitements disponibles.

Antalgique de palier III, l'oxycodone est classée comme stupéfiant
 et doit être prescrite sur une ordonnance sécurisée pour une durée limitée à 28 jours.
Tout malade qui dit souffrir doit être entendu, cru et soigné : la législation rend obligatoire la prise en charge de la douleur (illustration).

Tout malade qui dit souffrir doit être entendu, cru et soigné : la législation rend obligatoire la prise en charge de la douleur (illustration).


Le périmètre de prise en charge des spécialités d'oxycodone, OXYNORM gélule, OXYNORMORO comprimé orodispersible et OXYCONTIN LP comprimé à libération prolongée, est désormais étendu au traitement : 
  • des douleurs aiguës sévères ;
  • et des douleurs chroniques sévères neuropathiques.
Les spécialités hospitalières, c'est-à-dire la forme buvable d'OXYNORM : OXYNORM 10 mg/mL solution buvable, et les formes injectables : OXYNORM 10 mg/mL en ampoule de 1 mL, 2 mL, 20 mL), sont également concernées par cette extension de prise en charge, dans le cadre de l'agrément aux collectivités.

Une extension de remboursement en cohérence avec l'indication de l'AMM
Bien que les spécialités OXYNORM, OXYNORMORO et OXYCONTIN LP soient indiquées depuis 2010 dans le traitement des douleurs sévères qui ne peuvent être correctement traitées que par des analgésiques opioïdes forts, en particulier dans les douleurs d'origine cancéreuse, leur remboursement était :
  • jusqu'en 2016, réservé au seul traitement des douleurs chroniques d'origine cancéreuse, intenses ou rebelles aux antalgiques de niveau plus faible, chez l'adulte à partir de 18 ans,
  • puis, en février 2016, étendu en rhumatologie dans le traitement de dernier recours des douleurs intenses et/ou rebelles rencontrées dans l'arthrose du genou ou de la hanche et dans la lombalgie chronique, à un stade où les solutions chirurgicales sont envisagées et chez des patients non candidats à une chirurgie de remplacement prothétique (notre article du 1er février 2016) ;
Par arrêté du 29 mars 2016 (textes 23 et 24), leur remboursement couvre désormais également les douleurs sévères non cancéreuses, aiguës et neuropathiques chroniques.

Un avis favorable de la HAS datant de 2012
Pour évaluer les spécialités d'oxycodone dans le traitement des douleurs sévères, la Commission de la transparence s'est appuyée en 2012 sur un ensemble d'études (avis du 19 septembre 2012) qui ont démontré leur efficacité   La Commission précisait que, sur le plan de la tolérance, "les données fournies pour cette évaluation n'ont pas fait apparaître de nouveau signal par rapport à la tolérance connue de cet opioïde fort".
Elle rappelle que "l'oxycodone, comme tout stupéfiant, peut donner lieu à une utilisation détournée et à un usage abusif" et "expose à un risque de dépendance à prendre en compte dans le cadre de son utilisation au long cours".

Dans la stratégie thérapeutique de prise en charge des douleurs, la Commission considère les spécialités à base d'oxycodone comme un médicament de 1re ou 2e intention de la douleur aiguë sévère qui ne peut être traitée que par opioïde fort, et de 2e intention des douleurs neuropathiques après échec des autres traitements disponibles.

Un schéma posologique commun à toutes les douleurs
Quelle que soit l'indication, la posologie d'oxycodone doit être adaptée à l'intensité de la douleur, à la quantité d'antalgique prise antérieurement et à la réponse clinique de chaque patient.
Une évaluation régulière par le prescripteur doit permettre d'adapter la posologie.
Les spécialités d'oxycodone sont réservées à l'adulte (Cf. VIDAL Reco "Douleur de l'adulte").

Pour mémoire
L'oxycodone est un antalgique de palier III, classé comme stupéfiant.
La prescription des spécialités d'oxycodone est limitée à 28 jours.
La prescription doit être établie sur une ordonnance sécurisée.

Pour aller plus loin
Avis de la Commission de la Transparence (HAS, 19 septembre 2012)
Arrêté du 29 mars 2016 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux (Journal officiel du 13 avril 2016 - texte 23)
Arrêté du 29 mars 2016 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités (Journal officiel du 13 avril 2016 - texte 24)

Sur VIDAL.fr
OXYCONTIN LP, OXYNORM et OXYNORMORO (oxycodone) : remboursement étendu en rhumatologie (1er février 2016)

Les études
Gaskell H et al. Single dose oral oxycodone and oxycodone plus paracetamol (acetaminophen) for acute postoperative pain in adults. Cochrane database of Systematic reviews 2009, Issue 3 (abstract)
Curtis G.B. et al. Relative potency of controlled-release oxycodone and controlled-release morphine in a postoperative pain model. Eur J Clin Pharmacol 1999 ; 55 (6) : 425-9 (abstract)
Hanna M et al. Prolonged-release oxycodone enhances the effects of existing gabapentin therapy in painful diabetic neuropathy patients. European Journal of Pain 2008 ; 12 (6) : 804-13 (abstract)
Gimbel JS et al. Controlled-release oxycodone for pain in diabetic neuropathy: a randomized controlled trial. Neurology 2003 ; 60 : 927-34 (abstract)
Watson CP et al. Efficacy of oxycodone in neuropathic pain : a randomized trial in postherpetic neuralgia. Neurology 1998 ; 50 : 1837-41 (abstract)

Sources : J.O. (Journal Officiel), HAS (Haute Autorité de Santé)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2020-07-02

Archives des Vidal News