Méta-analyse : pas de lien avéré entre vaccinations et survenue d'un diabète de type 1

Par Stéphane KORSIA-MEFFRE -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 5407 lecteurs


Ces dernières décennies, l'augmentation progressive du nombre de cas de diabète de type 1, maladie auto-immune, a fait suspecter un possible rôle favorisant de la vaccination (qui joue sur l'immunité). 

Afin de vérifier ou d'infirmer cette hypothèse, une méta-analyse de 23 études observationnelles
portant sur 13 323 enfants ayant développé un diabète de type 1 a été publiée en janvier 2016 dans la revue Diabetologia.

L'analyse des auteurs est rassurante : ils ne constatent pas de lien entre les vaccinations infantiles courantes et un risque ultérieur aggravé de développer un diabète de type 1.
Les vaccinations infantiles ne semblent pas augmenter le risque de diabète de type 1

Les vaccinations infantiles ne semblent pas augmenter le risque de diabète de type 1


Plusieurs analyses soulèvent l'hypothèse d'un lien entre vaccinations infantiles et diabète auto-immun
A travers le monde, l'incidence du diabète de type 1 augmente depuis le début des années 1950 (Diabetes 2002). En raison de cette augmentation survenant au moment de l'introduction des programmes de vaccinations de masse dans les pays occidentaux, certains scientifiques se sont inquiétés du possible rôle de ces vaccinations dans l'apparition de cette maladie auto-immune (Diabetologia 2000).

L'amélioration de l'hygiène, et donc la diminution des infections, a aussi été évoquée comme facteur favorisant d'un dérèglement immunitaire ("théorie hygiéniste"), augmentant le risque de maladies auto-immunes (Immunology Today 1998)

Par ailleurs, une étude controversée réalisée chez les rongeurs dans les années 90 (Classen JB, 1996) semblait indiquer une augmentation du risque de développer un diabète auto-immun chez les souris vaccinées précocement, avec un effet du séquençage des injections (calendrier de vaccination).
 
Une méta-analyse d'études observationnelles effectuées depuis 1947
Pour tester cette hypothèse, une équipe de la Queen's University de Belfast, dirigée par Chris Patterson, a réalisé une méta-analyse des études observationnelles faites sur ce thème entre 1947 et 2013. Les résultats ont été publiés dans la revue Diabetologia en janvier 2016.

Pour cette analyse, 2 156 articles ont été identifiés, dont 43 présentaient une étude observationnelle des éventuels liens entre vaccinations infantiles et diabète auto-immun.

Après critique méthodologique, 17 articles ont été retenus faisant état de 23 études portant sur 13 323 enfants ayant développé un diabète de type 1.

Dans ces études, l'ensemble des vaccins courants étaient étudiés, ainsi que quelques vaccins qui ne sont pas ou plus dans le calendrier vaccinal général actuel (BCG, variole, encéphalite à tiques et grippe H1N1).
 
Pas de lien avéré entre vaccinations infantiles et diabète de type 1
La méta-analyse réalisée par Chris C. Paterson et son équipe ne révèle pas d'augmentation du risque de diabète auto-immun, quels que soient les vaccins administrés. Divers tests statistiques ont été mis en œuvre pour essayer de mettre en évidence des biais liés à la santé globale des enfants, au niveau d'éducation des parents, etc. Les données des études retenues ont résisté à ces tests et aucune corrélation n'a été mise en évidence, ni même suggérée.

La plupart des études retenues portaient sur les vaccins destinés à protéger contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (DTP), la rougeole, les oreillons, la rubéole (ROR), la coqueluche, l'hépatite B, l'haemophilus influenzae (HiB) et la tuberculose (BCG), y compris les valences coqueluche, rougeole, rubéole, D, T et P prises séparément.

À titre d'exemple, les risques relatifs rapprochés (OR, odds ratio) confondus variaient de 0,58 (vaccin ROR) à 1,04 (vaccin HiB).
 
L'hypothèse du rôle du calendrier vaccinal n'est pas éliminée
Si les résultats de cette méta-analyse confortent ceux de la seule étude (Diabete Autoimmune Study, Graves PM et al., 1999) ayant exploré l'impact des vaccins courants sur la présence dans le sang d'anticorps dirigés contre les cellules bêta des ilots de Langerhans (à l'origine du diabète de type 1), une inconnue persiste.

En effet, dans la série d'études retenues par l'équipe de Belfast, seules 2 études exploraient un possible effet des dates des primo-injections et des rappels, et ce pour deux vaccins seulement, contre l'HiB et l'hépatite B. Ces deux études écartent un "effet calendrier" pour ces deux valences, mais aucune donnée de ce type n'existe pour les autres types de vaccins.

Il reste donc théoriquement un doute sur l'éventuelle influence des dates d'injections des autres vaccins. Pour lever ce doute, il faudrait pratiquer d'autres études.

Les auteurs concluent en insistant sur la nécessité de ce type d'études pour écarter définitivement la possibilité d'une influence des vaccinations sur l'apparition de diabète auto-immun.
 
Pour aller plus loin :
La méta-analyse publiée dans Diabetologia
Eileen Morgan et al. « Vaccinations and childhood type 1 diabetes mellitus: a meta-analysis of observational studies. », Diabetologia (2016) 59:237–243
 
L'étude portant sur l'influence de la vaccination sur le diabète auto-immun des rongeurs
Classen JB « The timing of immunization affects the development of diabetes in rodents. », Autoimmunity (1996) 24:137–145
 
L'étude sur les liens entre vaccination et présence d'anticorps dirigés contre les cellulees bêta (Diabete Autoimmune Study)
Graves PM et al. « Lack of association between early childhood immunizations and beta-cell autoimmunity. », Diabetes Care (1999) 22:1694–1697

Sur VIDAL.fr : 
VIDAL Reco "Vaccinations"
VIDAL Reco "Diabète de type 1"
Vaccins : les mesures annoncées pour lutter contre la défiance et les ruptures de stock (janvier 2015)
Une enquête de l'Inserm confirme l'"hésitation vaccinale" d'une partie des médecins généralistes français (août 2015)
Enquête LEEM – Ipsos 2015 : confiance globale dans le médicament en hausse, mais stagnation pour les génériques et vaccins (juin 2015)
Indicateurs "médicaments" de la ROSP : l'Assurance Maladie annonce des résultats positifs sur 3 ans, sauf sur la vaccination (mai 2015)
L'obligation de vaccination par le DTP est légitime, juge le Conseil Constitutionnel. Mais doit-elle être maintenue ? (mars 2015)
 

Sources : Diabetologia

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News