Alprostadil

Mise à jour : 11 Février 2015

Mécanisme d'action

L'alprostadil (ou prostaglandine E1) appartient à une famille d'acides gras naturels ayant des effets pharmacologiques variés.

La vasodilatation, l'inhibition de l'agrégation plaquettaire et la stimulation des muscles lisses de l'intestin et de l'utérus sont parmi les effets notables.

En urologie, des études in vitro et chez de nombreuses espèces animales ont permis de conclure aux propriétés relaxantes de l'alprostadil au niveau des corps caverneux. Chez le singe, l'administration d'alprostadil augmente le flux sanguin de l'artère caverneuse, le degré et la durée de relaxation du muscle lisse caverneux étant dose-dépendants chez ce type d'animal. Chez l'homme, une injection intracaverneuse d'alprostadil produit une érection.

En cardiologie, des injections intraveineuses de 1 à 10 μg d'alprostadil par kg de poids corporel abaissent la pression sanguine chez les mammifères en réduisant la résistance périphérique. La baisse de la pression artérielle s'accompagne d'une augmentation réflexe du débit cardiaque. Le muscle lisse du canal artériel est spécialement sensible à l'alprostadil et des lambeaux de ductus d'agneau se relâchent sensiblement en présence du produit. En outre, l'administration d'alprostadil rouvre le ductus déjà fermé chez les rats, lapins et agneaux nouveau-nés.


Cas d'usage

Par voie caverneuse ou urétrale, l’alprostadil est utilisé dans la prise en charge de troubles de l’érection.

Par voie systémique injectable, il est utilisé dans la prise en charge de maintiens de la perméabilité du canal artériel.



Médicaments contenant la substance active en association (0)