Kétoconazole

Mise à jour : 06 Novembre 2015

Mécanisme d'action

- En dermatologie : le kétoconazole est un antifongique à usage topique du groupe des imidazolés. Il possède une action antifongique puissante sur :

  • les dermatophytes : en particulier Trichophyton sp, Epidermophyton sp, Microsporum sp ;
  • les levures : en particulier Candida sp et Malassezia furfur (Pityrosporum ovale).

In vitro et in vivo chez l'animal, le kétoconazole inhibe la synthèse des leucotriènes.

-En endocrinologie : le kétoconazole est un inhibiteur de la stéroïdogenèse. Le kétoconazole est un dérivé de l'imidazole qui est un puissant inhibiteur de la synthèse du cortisol résultant de sa capacité à inhiber plusieurs enzymes cytochromes P450 dans les glandes surrénales. Le kétoconazole inhibe principalement l'activité de l'hydroxylase-17α, mais il inhibe également les étapes de la 11-hydroxylation et, à des doses plus élevées, l'enzyme de clivage de la chaîne latérale de cholestérol. Le kétoconazole est donc un inhibiteur de la synthèse du cortisol et de l'aldostérone. Le kétoconazole est également un puissant inhibiteur de la synthèse des androgènes, inhibant l'activité de la lyase C17-20 dans les glandes surrénales et également dans les cellules Leydig. A part l'effet bloquant des glandes surrénales, le kétoconazole peut également avoir des effets directs sur les cellules tumorales corticotropes chez les patients atteints de la maladie de Cushing.


Cas d'usage

  • En dermatologie, voie locale : le kétoconazole est utilisé dans la prise en charge de : dermites séborrhéiques, pityriasis versicolors, dermatophyties cutanées, candidoses cutanées .
  • En endocrinologie, voie orale : le kétoconazole est utilisé dans la prise en charge de syndromes de Cushing.
  • En infectiologie/ dermatologie, voie orale : le kétoconazole était utilisé dans la prise en charge d’affections/infections mycosiques systémiques ou cutanéo-muqueuses. Les médicaments correspondant à ces cas d’usage en infectiologie/ dermatologie, voie orale, ont été retirés du marché en 2011, en France, pour raison de pharmacovigilance.


Médicaments contenant la substance active en association (0)