Protoxyde d'azote

Mise à jour : 16 Janvier 2013

Mécanisme d'action

Le protoxyde d'azote est un gaz incolore, presque inodore, comburant et plus lourd que l'air. Il agit comme dépresseur du système nerveux central, avec un effet dose-dépendant. Son pouvoir anesthésique faible (du fait de son faible cœfficient de solubilité dans le sang et dans l'huile) explique que, pour l'anesthésie, il doit être utilisé en association avec d'autres anesthésiques volatils ou administrés par voie intraveineuse. Son début d'action est rapide, tout comme son élimination à l'arrêt de l'administration.

Son pouvoir analgésique s'observe à dose faible (concentration basse). Il agit en augmentant le seuil douloureux. Il est dépresseur de la transmission synaptique des messages nociceptifs et active le système nerveux sympathique dont les neurones noradrénergiques jouent un rôle dans la nociception.

Il a un effet amnésique faible et procure un très faible relâchement musculaire.

Au niveau respiratoire, on observe une augmentation du rythme avec diminution du volume courant sans hypercapnie.

Au niveau cardiaque, on observe une dépression myocardique, à prendre en compte en cas d'insuffisance ventriculaire gauche.

Il existe une baisse modérée de la contractilité, un effet mineur sur les conditions de charge ventriculaire gauche. Cette dépression circulatoire modérée est, en grande partie, compensée par l'élévation du tonus sympathique.


Cas d'usage

Le protoxyde d'azote est utilisé dans la prise en charge de :
  • anesthésies générales,
  • anesthésies antalgiques.
En association à l’oxygène, le protoxyde d’azote est utilisé dans la prise en charge d’analgésies de courtes durées.