Gemcitabine

Mise à jour : 16 Janvier 2013

Mécanisme d'action

La gemcitabine possède une activité cytotoxique significative sur diverses cellules murines et cellules tumorales humaines en culture. La gemcitabine est un antimétabolique spécifique de la phase S du cycle cellulaire, phase de synthèse de l'ADN (acide désoxyribonucléique). Elle bloque, dans certaines circonstances, la progression cellulaire au-delà de la phase G1/S. In vitro, l'action cytotoxique de la gemcitabine dépend à la fois de sa concentration et du temps.

Dans les modèles de tumeurs chez l'animal, l'activité antitumorale de la gemcitabine dépend du schéma d'administration. Administrée quotidiennement, la gemcitabine entraîne la mort des animaux avec une activité antitumorale minimale. Toutefois, lorsque l'on a recours à un schéma thérapeutique avec administration tous les 3 ou 4 jours, la gemcitabine peut être administrée à des doses non létales pourvues d'une excellente action antitumorale sur un grand nombre de tumeurs de la souris.

La gemcitabine (dFdC) est métabolisée dans les cellules par des nucléosides kinases en nucléosides diphosphate (dFdCDP) et triphosphate (dFdCTP) actifs. L'action cytotoxique de la gemcitabine semble due à l'inhibition de la synthèse de l'ADN par la double action du dFdCDP et du dFdCTP. D'abord, le dFdCDP inhibe la ribonucléotide réductase qui agit comme unique catalyseur des réactions qui produisent des désoxynucléosides triphosphates destinés à la synthèse de l'ADN. L'inhibition de cette enzyme par le dFdCDP entraîne une réduction des concentrations de désoxynucléosides en général, et du dCTP en particulier. En second lieu, le dFdCTP entre en compétition avec le dCTP pour son incorporation dans l'ADN (auto-potentialisation).

De la même manière, une faible quantité de gemcitabine peut aussi être incorporée dans l'ARN (acide ribonucléique). Ainsi, la réduction de la concentration intracellulaire du dCTP potentialise l'incorporation du dFdCTP dans l'ADN. L'ADN polymérase epsilon est incapable d'écarter la gemcitabine et de réparer les chaînes d'ADN en cours de formation.

Après incorporation de la gemcitabine dans l'ADN, un nucléotide supplémentaire s'ajoute aux chaînes d'ADN en cours d'élongation. A la suite de cette adjonction, on assiste à une inhibition complète de la synthèse de l'ADN (terminaison de chaîne masquée). Après son incorporation dans l'ADN, la gemcitabine induit le processus de lyse cellulaire programmée : l’apoptose. 


Cas d'usage

La gemcitabine est utilisée dans la prise en charge de :

  • cancers bronchopulmonaires non à petites cellules,
  • cancers de l’ovaire,
  • cancers de la vessie,
  • cancers du pancréas,
  • cancers du sein.


Médicaments contenant la substance active en association (0)

Monographies disponibles

Pas de monographie disponible.

Substance citée dans