Mise à jour : 05 juillet 2023

À condition que leur diabète soit équilibré par les traitements, les personnes diabétiques peuvent voyager dans le monde entier, même si celles traitées par insuline doivent être plus vigilantes. Il serait imprudent d’entreprendre un voyage en cas de diabète instable ou compliqué. Les autocontrôles de la glycémie devront être faits plus fréquemment qu’à l’habitude pendant tout le séjour pour tenir compte des changements d’alimentation et d’activité liés au voyage. Une visite médicale s’impose avant de partir.

Les personnes diabétiques traitées par insuline sont celles qui doivent faire le plus attention en voyage, à cause du risque de malaise hypoglycémique en cas de surdosage. En cas de doute sur la dose à injecter, rappelez-vous qu'une glycémie un peu trop élevée pendant quelques heures est moins grave que les risques d'un malaise hypoglycémique, en particulier en voyage. En règle générale, les personnes diabétiques devraient éviter de voyager seules.

Choisir sa destination lorsqu'on est diabétique

femme diabétique en voyage

Si vous décidez de voyager dans des pays en voie de développement, il est préférable de voyager en groupe organisé. Si vous devez absolument voyager, et que votre diabète est instable ou compliqué, limitez au maximum votre séjour. Vérifiez la présence d’un centre de soins spécialisé sur place.

Si votre enfant est diabétique, mieux vaut ne pas l'envoyer en voyage organisé avant l'âge de douze ou treize ans.

Les vaccins du voyageur diabétique

Il n’existe aucune contre-indication aux diverses vaccinations en cas de diabète. La vaccination contre la grippe est recommandée, ainsi que celle contre les infections à pneumocoque chez les personnes souffrant de diabète sévère.

La prévention du paludisme en cas de diabète

Le diabète n’empêche pas de recevoir une chimioprophylaxie antipaludique.

Les voyageurs diabétiques pendant le transport

  • La Fédération française des diabétiques et la Direction générale de l'aviation civile proposent un guide, disponible en ligne, "Le diabète à l'aéroport" (voir Sources) qui explique comment préparer son sac et passer sereinement les contrôles de sécurité.
  • Vous devez prévoir un éventuel retard pendant le trajet, voire l’absence de repas, et pouvoir prévenir un malaise hypoglycémique.
  • Avec l’aide de votre médecin, établissez un programme horaire des prises alimentaires et des injections d’insuline adapté au mode de transport choisi. Ce plan horaire doit tenir compte des heures de départ et d’arrivée, des collations servies ou des arrêts repas, ainsi que du décalage horaire. Si votre médecin est d’accord, réduisez de deux à quatre unités votre dose d’insuline du matin du départ pour éviter de vous retrouver en hypoglycémie si un repas était retardé ou impossible.
  • Méfiez-vous des voyages aériens trop bon marché qui peuvent être fortement retardés.
  • Emportez avec vous une collation de secours associant sucres lents et sucres rapides : sandwich, fruits secs, biscuits, etc. Certaines compagnies aériennes proposent des plateaux-repas pour diabétiques, renseignez-vous avant de partir.
  • Contrôlez plus fréquemment votre glycémie pendant le trajet.
  • Avertissez de votre diabète les personnes qui vous accompagnent ; si vous voyagez seul, prévenez le personnel de l’avion ou du train par exemple.
  • Attention, les porteurs de pompe à insuline externe doivent avoir un certificat médical pour ne pas être soumis aux portiques détecteurs de métaux. Si vous ne pouvez pas déroger à ces contrôles, vérifiez que votre pompe n’a pas été déprogrammée par les détecteurs.
  • Durant le vol, des bulles d’air peuvent se former dans le dispositif des pompes à insuline (cartouche et ligne) du fait des variations de pression en cabine. Au décollage, lorsque la pression baisse, les bulles peuvent conduire à un excès d’administration d’insuline, et à des hypoglycémies durant le vol. Inversement, à l’atterrissage, l’augmentation de pression suspend à nouveau dans la solution l’air des bulles et peut entraîner des diminutions de la dose administrée et des hyperglycémies. On peut donc être amené à déconnecter la pompe au décollage, puis à la reconnecter en altitude de croisière après avoir purgé les bulles, et répéter la même procédure à l’atterrissage. Attention, certains appareils de mesure continue de la glycémie peuvent également dysfonctionner en situation de pression atmosphérique plus faible.
Le traitement du diabète en cas de décalage horaire
Les problèmes de décalage horaire surgissent lorsque celui-ci est supérieur à trois heures. Quelques règles essentielles peuvent vous aider à adapter votre traitement. Votre médecin vous aidera à construire un programme horaire adapté à votre voyage.
  • Partez plutôt le matin ou le soir, le déphasage des repas en est facilité par rapport à un départ en milieu de journée.
  • Ne changez pas l’heure de votre montre avant votre premier repas dans le pays de destination : la répartition des prises alimentaires et le suivi de la durée d’action de l’insuline seront plus simples.
  • Contrôlez votre glycémie toutes les six heures et corrigez si besoin avec des aliments sucrés ou de l’insuline ordinaire, selon sa valeur.

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster