eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

Patinage, hockey

Mis à jour : Lundi 06 septembre 2010

Les sports de glace (hockey, patinage artistique et de vitesse) peuvent être à l'origine de nombreux accidents.

Prévenir les accidents de hockey sur glace

hockeyeur

Ce sport collectif, qu’il faut bien qualifier de brutal, est réservé aux personnes de moins de 40 ans. Les changements de rythme qu’il demande sont extrêmement violents pour le système cardiovasculaire. Sur la glace, tout va plus vite et les matchs sont longs, même si la présence de chaque joueur sur la glace est plus ou moins brève. Pour répondre à ces contraintes, un entraînement de base pour développer l’endurance doit être associé au hockey (course, rameur, vélo, etc.).

Les problèmes médicaux rencontrés dans ce sport sont essentiellement traumatologiques. Les chocs entre joueurs, contre la rambarde ou sur la glace sont monnaie courante.

Il existe d’autres formes de hockeys moins brutales (sur gazon, subaquatique).

Les points vulnérables du hockey sur glace

Les muscles prennent de nombreux coups pouvant provoquer des contusions, des déchirures ou des ruptures, notamment au niveau des bras où se produisent la plupart des contacts.

Les os peuvent se fracturer sous l’effet des chocs entre joueurs.

Les articulations des épaules peuvent être victimes d’entorses. Le hockeyeur peut parfois souffrir de bursite, une inflammation des poches de glissement qui protègent certaines articulations, à cause des frottements de l’équipement.

Les tendons sont moins touchés qu’en patinage artistique, même si des tendinites peuvent parfois se produire au niveau du pied. Le maniement de la crosse peut également entraîner des tendinites du coude ou de l’épaule.

La peau du pied frotte parfois un peu trop dans le patin. On observe alors les problèmes classiques de ce genre de situation : ampoules, brûlures, crevasses, inflammations, durillons, etc.

Les conseils de prévention du hockey sur glace

  • Avoir de bons patins est évidemment essentiel pour éviter ampoules et tendinites. L’entraîneur est à même de donner toutes les indications nécessaires pour choisir les patins les plus adaptés.
  • N’oubliez jamais de porter vos protections : un casque pour la tête avec parfois une mentonnière et une grille pour le gardien de but (qui a aussi d’autres protections), des jambières, des genouillères, une coquille, des gants, des coudières, des épaulières, etc. Des protections cervicales et une grille de protection du visage sont obligatoires pour les plus jeunes.
  • Échauffement et étirements sont le meilleur moyen d’éviter les problèmes musculaires, articulaires et tendineux autres que ceux dus aux chocs.
  • Manier la crosse, observer l’adversaire, parer les attaques… tout cela en patinant ! Il faut être un excellent patineur pour apprécier pleinement ce jeu et se faire plaisir. Tester vos capacités sur des patins peut être une bonne idée avant de commencer à vraiment s’engager.
Les protections homologuées
Dans de nombreux sports, il est indispensable voire obligatoire de porter des protections : casque, protège-tibias, protège-dents, gants, etc. Lors de l’achat de ces protections, il est important de se renseigner sur l’existence éventuelle de critères d’homologation. Les équipements homologués font l’objet de tests codifiés qui garantissent un certain degré d’efficacité.
Pour certaines activités, le port de protections homologuées est obligatoire pour être autorisé à participer à des compétitions ou pour bénéficier d'une assurance. Les protections sont des accessoires individuels qui ne doivent pas être partagés pour des raisons d'hygiène et d'adaptation à la morphologie de leur propriétaire.
Presse - CGU - Données personnelles - Mentions légales - Contact webmaster