Substance active morphine

À propos de la substance
Mise à jour : 16 janvier 2013

Morphine : Mécanisme d'action

Sur le système nerveux central, la morphine est dotée d'une action analgésique dose-dépendante. Elle peut agir sur le comportement psychomoteur et provoquer, selon les doses et le terrain, sédation ou excitation. Sur les centres respiratoires et celui de la toux, la morphine exerce, dès les doses thérapeutiques, une action dépressive. Les effets dépresseurs respiratoires de la morphine s'atténuent en cas d'administration chronique. La triple action sur le centre du vomissement, éventuellement sur le centre cochléovestibulaire ainsi que sur la vidange gastrique (cf infra), lui confère des propriétés émétisantes variables. La morphine provoque enfin un myosis d'origine centrale.

Sur le muscle lisse, la morphine diminue le tonus et le péristaltisme des fibres longitudinales et augmente le tonus des fibres circulaires, ce qui provoque un spasme des sphincters (pylore, valvule iléo-cæcale, sphincter anal, sphincter d'Oddi, sphincter vésical). 

Morphine : Cas d'usage

La morphine est utilisée dans la prise en charge de :
  • douleurs intenses,
  • douleurs cancéreuses.
Fiches DCI VIDAL
Mise à jour : 18 Octobre 2022

Morphine chlorhydrate 10 mg/ml solution injectable

ATCRisque sur la grossesse et l'allaitementSportVigilance
N SYSTEME NERVEUX
N02 ANALGESIQUES
N02A OPIOIDES
N02AA ALCALOÏDES NATURELS DE L'OPIUM
N02AA01 MORPHINE
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIX

XContre-indication absolueIIPrécaution

Soyez très prudent
Soyez très prudent

Indications et modalités d'administration

MORPHINE CHLORHYDRATE dix milligrammes par millilitre sol inj

Indications

Ce médicament est indiqué dans les cas suivants :

  • Douleur intense
  • Douleur rebelle

Posologie

Unité de prise
ml
  • morphine chlorhydrate : 10 mg
Modalités d'administration
  • Voie intramusculaire, voie intrathécale, voie intraveineuse, voie intraveineuse (en perfusion), voie intraventriculaire, voie péridurale, voie sous-cutanée, voie sous-cutanée (perfusion)
  • Posologie à adapter au besoin analgésique pendant le traitement
Posologie
Patient de 3 mois à 6 an(s)
Patient quel que soit le poids
Douleur intense - Douleur rebelle
Posologie standard
Dans le cas de : Douleur aiguë
Voie péridurale
  • 0,03 à 0,05 mg/kg 1 à 2 fois par jour
Traitement initial
Dans le cas de : Douleur aiguë
Voie intraveineuse
  • 0,025 à 0,1 mg/kg 1 fois ce jour
Dans le cas de : Douleur chronique, Patient naïf aux opioïdes
Voie intraveineuse (en perfusion)
  • 0,3 mg/kg 1 fois ce jour
Traitement ultérieur
Dans le cas de : Douleur aiguë
Voie intraveineuse
  • 0,025 mg/kg 1 fois ce jour toutes les 5 à 10 minutes
Traitement ultérieur éventuel
Dans le cas de : Douleur aiguë
Voie intraveineuse (en perfusion)
  • 0,01 à 0,02 mg/kg 1 fois par heure
Patient de 6 an(s) à 15 an(s)
Patient quel que soit le poids
Douleur intense - Douleur rebelle
Posologie standard
Dans le cas de : Douleur aiguë
Voie péridurale
  • 0,03 à 0,05 mg/kg 1 à 2 fois par jour
Traitement initial
Dans le cas de : Douleur aiguë
Voie intraveineuse
  • 0,025 à 0,1 mg/kg 1 fois ce jour
Dans le cas de : Douleur chronique, Patient naïf aux opioïdes
Voie intraveineuse (en perfusion)
  • 0,3 mg/kg 1 fois ce jour
Traitement ultérieur
Dans le cas de : Douleur aiguë
Voie intraveineuse
  • 0,025 mg/kg 1 fois ce jour toutes les 5 à 10 minutes
Traitement ultérieur éventuel
Dans le cas de : Douleur aiguë
Voie intraveineuse (en perfusion)
  • 0,01 à 0,02 mg/kg 1 fois par heure
Dans le cas de : Analgésie contrôlée par le patient, Douleur aiguë
Voie intraveineuse
  • 0,015 à 0,02 mg/kg 1 fois ce jour toutes les 10 à 15 minutes
Patient à partir de 15 an(s)
Patient quel que soit le poids
Douleur intense - Douleur rebelle
Posologie standard
Dans le cas de : Douleur aiguë
Voie péridurale
  • 2 à 6 mg 1 à 2 fois par jour
Voie intrathécale
  • 0,1 à 0,2 mg 1 à 2 fois par jour
Traitement initial
Dans le cas de : Douleur aiguë
Voie intraveineuse
  • 1 à 3 mg 1 fois ce jour toutes les 10 minutes
Dans le cas de : Douleur chronique, Patient naïf aux opioïdes
Voie sous-cutanée (perfusion)
  • 0,5 mg/kg 1 fois ce jour
Voie intraveineuse (en perfusion)
  • 0,3 mg/kg 1 fois ce jour
Dans le cas de : Douleur chronique
Voie intraventriculaire
  • 0,1 à 0,2 mg 1 fois ce jour
Traitement ultérieur
Dans le cas de : Analgésie contrôlée par le patient, Douleur aiguë
Voie intraveineuse
  • 0,5 à 1 mg 1 fois ce jour toutes les 10 minutes
Dans le cas de : Douleur aiguë
Voie intramusculaire, voie sous-cutanée
  • 5 à 10 mg toutes les 4 à 6 heures
Voie intramusculaire, voie intrathécale, voie intraveineuse, voie intraveineuse (en perfusion), voie intraventriculaire, voie péridurale, voie sous-cutanée, voie sous-cutanée (perfusion)
  • Une augmentation de 30 à 50% de la posologie journalière antérieure est effectuée, ensuite il n'y a pas de limite supérieure tant que les effets indésirables peuvent être contrôlés.
Populations particulières
  • Insuffisance hépatique : Adapter la posologie
  • Insuffisance rénale : Adapter la posologie
  • Sujet âgé : Adapter la posologie

Mises en garde

  • Administrer la solution pure ou diluée
  • Info du patient :ce trt peut altérer la capacité à conduire des véhicules et à utiliser des machines
  • Ne pas absorber d'alcool pendant le traitement
  • Posologie à adapter au besoin analgésique pendant le traitement
  • S'assurer de la compatibilité des excipients avec la voie d'administration
  • Traitement à arrêter progressivement

Incompatibilités physicochimiques

  • Compatibilité du médicament en mélange à vérifier
  • Incompatibilité avec certains médicaments

Surveillances du traitement

  • Surveillance clinique pendant le traitement
  • Surveillance de la fonction respiratoire pendant le traitement

Informations relatives à la sécurité du patient

MORPHINE CHLORHYDRATE dix milligrammes par millilitre sol inj
Niveau de risque : XCritiqueIIIElevéIIModéréIBas

Interactions médicamenteuses

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication
Analgésiques morphiniques de palier III + Morphiniques agonistes-antagonistes
Risques et mécanismesDiminution de l'effet antalgique par blocage compétitif des récepteurs, avec risque d'apparition d'un syndrome de sevrage.
Conduite à tenir
Analgésiques morphiniques de palier III + Morphiniques antagonistes partiels
Risques et mécanismesRisque de diminution de l'effet antalgique.
Conduite à tenir
Morphiniques + Oxybate de sodium
Risques et mécanismesRisque majoré de dépression respiratoire, pouvant être fatale en cas de surdosage.
Conduite à tenir
IIIHaut
Niveau de gravité: Association déconseillée
Médicaments sédatifs + Alcool éthylique (boisson ou excipient)
Risques et mécanismesMajoration par l'alcool de l'effet sédatif de ces substances. L'altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l'utilisation de machines.
Conduite à tenirEviter la prise de boissons alcoolisées et de médicaments contenant de l'alcool.
Médicaments sédatifs + Oxybate de sodium
Risques et mécanismesMajoration de la dépression centrale. L'altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l'utilisation de machines.
Conduite à tenir
IIModéré
Niveau de gravité: Précaution d'emploi
Morphine + Rifampicine
Risques et mécanismesDiminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacité de la morphine et de son métabolite actif.
Conduite à tenirSurveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de la morphine pendant le traitement par la rifampicine et après son arrêt.
IBas
Niveau de gravité: A prendre en compte
Analgésiques morphiniques agonistes + Analgésiques morphiniques agonistes
Risques et mécanismesRisque majoré de dépression respiratoire, pouvant être fatale en cas de surdosage.
Conduite à tenir
Analgésiques morphiniques agonistes + Antitussifs morphine-like
Risques et mécanismesRisque majoré de dépression respiratoire, pouvant être fatale en cas de surdosage.
Conduite à tenir
Analgésiques morphiniques agonistes + Antitussifs morphiniques vrais
Risques et mécanismesRisque majoré de dépression respiratoire, pouvant être fatale en cas de surdosage.
Conduite à tenir
Analgésiques morphiniques agonistes + Dextropropoxyphène
Risques et mécanismesRisque majoré de dépression respiratoire, pouvant être fatale en cas de surdosage.
Conduite à tenir
Médicaments sédatifs + Dextropropoxyphène
Risques et mécanismesMajoration de la dépression centrale. L'altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l'utilisation de machines.
Conduite à tenir
Médicaments sédatifs + Loféxidine
Risques et mécanismesMajoration de la dépression centrale. L'altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l'utilisation de machines.
Conduite à tenir
Médicaments sédatifs + Médicaments sédatifs
Risques et mécanismesMajoration de la dépression centrale. L'altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l'utilisation de machines.
Conduite à tenir
Morphiniques + Barbituriques
Risques et mécanismesRisque majoré de sédation et de dépression respiratoire pouvant entraîner coma et décès, notamment chez le sujet âgé. Il convient de limiter autant que possible les doses et la durée de l'association.
Conduite à tenir
Morphiniques + Benzodiazépines et apparentés
Risques et mécanismesRisque majoré de sédation et de dépression respiratoire pouvant entraîner coma et décès, notamment chez le sujet âgé. Il convient de limiter autant que possible les doses et la durée de l'association.
Conduite à tenir
Morphiniques + Médicaments atropiniques
Risques et mécanismesRisque important d'akinésie colique, avec constipation sévère.
Conduite à tenir

Contre-indications

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication absolue
  • Coma
  • Douleur abdominale non diagnostiquée
  • Epilepsie non contrôlée
  • Hypersensibilité à l'un des composants
  • Hypersensibilité aux morphiniques
  • Hypertension intracrânienne
  • Iléus paralytique
  • Infection au site d'injection
  • Insuffisance hépatique sévère
  • Insuffisance respiratoire sévère
  • Traumatisme crânien
  • Trouble de la coagulation
  • Allaitement en cas de traitement au long cours

Précautions

IIModéré
Niveau de gravité: Précaution
  • Affection des voies biliaires
  • Antécédent d'alcoolisme
  • Antécédent de toxicomanie
  • Asthme
  • Choc hypovolémique
  • Coeur pulmonaire chronique
  • Constipation
  • Drépanocytose
  • Hypertrophie bénigne de la prostate
  • Hypotension artérielle
  • Hypothyroïdie
  • Hypovolémie
  • Insuffisance hépatique légère à modérée
  • Insuffisance rénale légère à modérée
  • Insuffisance respiratoire
  • Insuffisance surrénale
  • Maladie inflammatoire de l'intestin
  • Myasthénie
  • Nourrisson de moins de 3 mois
  • Nouveau-né exposé in utero au médicament
  • Occlusion intestinale
  • Patient traité à posologie élevée
  • Sportif
  • Sujet âgé
  • Sujet débilité
  • Traitement prolongé
  • Grossesse

Grossesse et allaitement

Contre-indications et precautions d'emploi
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIX

XContre-indication absolueIIPrécaution

Risques spécifiques

  • Risque d'abus
  • Risque de dépendance
  • Risque de dépression respiratoire
  • Risque de diminution du taux d'hormones sexuelles
  • Risque de dysurie
  • Risque de rétention urinaire
  • Risque de syndrome de sevrage
  • Risque de tachyphylaxie
  • Risque d'échec secondaire du traitement
  • Risque d'hyperalgésie
  • Risque d'hyperprolactinémie
  • Risque d'hypertension intracrânienne
  • Risque d'insuffisance surrénale

Interactions alimentaires

  • Alcool

Effets indésirables

SystèmesFréquence de moyenne à élevée(≥1/1 000)Fréquence basse (<1/1 000)Fréquence inconnue
DERMATOLOGIE Dermatite de contact (Cas isolés) Eruption cutanée
Eruption urticarienne
Erythème cutané
Hyperhidrose
Hypersudation
Prurit
Urticaire
DIVERS Frisson
Hypothermie
Syndrome pseudogrippal
HÉPATOLOGIE Spasme des voies biliaires
Spasme du sphincter d'Oddi
IMMUNO-ALLERGOLOGIE Réaction anaphylactique (Rare) Réaction anaphylactoïde
INSTRUMENTATION Douleur au point d'injection
Réaction au point d'injection
NUTRITION, MÉTABOLISME Anorexie
OPHTALMOLOGIE Hypersécrétion lacrymale
Mydriase
Myosis
Trouble de la vision
ORL, STOMATOLOGIE Hyposialie
Rhinorrhée
Sécheresse buccale
Vertige
PSYCHIATRIE Agitation
Anxiété
Cauchemar
Confusion mentale
Dépendance physique
Dépendance psychique
Dysphorie
Euphorie
Hallucination
Insomnie
Irritabilité
Pharmacodépendance
Trouble de la libido
Trouble de l'humeur
Trouble du comportement
SYSTÈME CARDIOVASCULAIRE Bouffée congestive
Bouffée de chaleur
Bradycardie
Choc
Collapsus cardiovasculaire
Hypertension artérielle
Hypotension artérielle
Hypotension orthostatique
Palpitation
Tachycardie
SYSTÈME DIGESTIF Colique abdominale
Constipation
Crampe abdominale
Diarrhée
Nausée
Syndrome douloureux abdominal aigu
Vomissement
SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUE Courbature
Douleur articulaire
Douleur musculaire
Rigidité musculaire
SYSTÈME NERVEUX Myoclonie (Exceptionnel) Allodynie
Bâillement
Céphalée
Hyperalgésie
Hypertension intracrânienne
Sédation
Somnolence
Syndrome des jambes sans repos
Tremblement
SYSTÈME RESPIRATOIRE Apnée
Dépression respiratoire
TOXICOLOGIE Syndrome de sevrage
UROLOGIE, NÉPHROLOGIE Dysurie
Rétention urinaire
Trouble urinaire

Voir aussi les substances

Morphine chlorhydrate

Détails sur les substances
Chimie
IUPACchlorhydrate de (5 alfa, 6 alfa)-7,8-didehydro-4,5-époxy-17-méthylmorphinan-3,6-diol
Synonymesmorphine hydrochloride
Posologie
Defined Daily Dose (WHO)
Oral:0.1 g
Parenteral:30 mg
Rectal:30 mg
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster