Substance active dexaméthasone

À propos de la substance
Mise à jour : 16 janvier 2013

Dexaméthasone : Mécanisme d'action

Les glucocorticoïdes physiologiques (cortisone et hydrocortisone) sont des hormones métaboliques essentielles. Les corticoïdes synthétiques, incluant la dexaméthasone sont utilisés principalement pour leur effet anti-inflammatoire. A forte dose, ils diminuent la réponse immunitaire. Leur effet métabolique et de rétention sodée est moindre que celui de l'hydrocortisone.

En ophtalmologie, il a été démontré que la dexaméthasone, corticostéroïde puissant, permettait de supprimer l'inflammation en inhibant l'oedème, les dépôts de fibrine, les fuites capillaires et la migration phagocytaire de la réponse inflammatoire. Le facteur de croissance de l'endothélium vasculaire (VEGF) est une cytokine qui atteint des concentrations élevées lors du développement de l'oedème maculaire. C'est un facteur puissant de perméabilité vasculaire. Il a été démontré que les corticostéroïdes inhibaient l'expression du VEGF. De plus, les corticostéroïdes empêchent la sécrétion de prostaglandines, dont certaines ont été identifiées comme des médiateurs de l'oedème maculaire cystoïde.

Le phosphate sodique de dexaméthasone est un ester inorganique hydrosoluble de dexaméthasone. Il s'agit d'un corticoïde de synthèse ayant une action anti-inflammatoire et antiallergique. Dans de nombreuses affections du segment antérieur de l'oeil, il supprime l'inflammation sans guérir la pathologie sous-jacente.  

Dexaméthasone : Cas d'usage

Par voie systémique, la dexaméthasone est utilisée dans la prise en charge de :
  • anémies hémolytiques auto-immunes,
  • angiomes sévères du nourrisson,
  • asthmes,
  • BPCO,
  • cancers,
  • connectivites,
  • bursites,
  • chocs anaphylactiques,
  • dermatoses,
  • dyspnées laryngées,
  • érythroblastopénies,
  • exophtalmies oedémateuses,
  • fibroses pulmonaires,
  • fièvres typhoïdes,
  • glomérulonéphrites,
  • greffes,
  • hépatites,
  • hypercalcémies,
  • hyperplasies congénitales des surrénales,
  • laryngites striduleuses,
  • leucémies aiguës lymphoblastiques (LAL),
  • lichens plans,
  • lupus érythémateux,
  • lymphomes,
  • maladies de Crohn,
  • maladies de Dupuytren,
  • maladies de Horton,
  • maladies systémiques,
  • myasthénies,
  • myélomes multiples,
  • nausées et vomissements dus à la chimiothérapie,
  • néphropathies,
  • neuropaties,
  • névralgies cervicobrachiales,
  • oedèmes cérébraux,
  • oedèmes de Quincke,
  • pemphigoïdes bulleuses,
  • phénomènes inflammatoires tubo-tympaniques,
  • pneumopathies,
  • polyarthrites,
  • polymyosites,
  • polyradiculonévrites chroniques,
  • pseudopolyarthrites rhizoméliques,
  • purpuras thrombopéniques immunologiques sévères,
  • rectocolites hémorragiques,
  • rhinites allergiques,
  • rhumatismes articulaires aigus,
  • sarcoïdoses,
  • scléroses en plaques,
  • sinusites,
  • syndromes de West,
  • syndromes de Lennox-Gastaut,
  • syndromes du canal carpien
  • talalgie,
  • tendinite,
  • thyroïdites de De Quervain
  • tuberculoses,
  • urticaires,
  • uvéites,
  • vascularites.
Par voie locale, la dexaméthasone est utilisée dans la prise en charge de :
  • cicatrices chéloïdes,
  • conjonctivites allergiques,
  • épisclérites,
  • inflammations du segment postérieur de l’œil,
  • kératites interstitielles,
  • oedèmes maculaires dus à une occlusion veineuse rétinienne,
  • otites externes,
  • sclérites,
  • suppurations auriculaires,
  • syndromes du canal carpien,
  • talalgies,
  • tendinites,
  • uvéites.

En association à la framycétine, ou à la néomycine, ou à la néomycine et à la polymyxine B, ou à l’oxytétracycline, ou à la tobramycine, la dexaméthasone est utilisée dans la prise en charge d’infections bactériennes et inflammatoires de l’œil et de ses annexes.

En association à la framycétine et à la polymyxine B, la dexaméthasone est utilisée dans la prise en charge de :
  • desmodontites d’origine médicamenteuse ou septique,
  • eczémas surinfectés du conduit auditif,
  • nécroses pulpaires,
  • otites externes.
En association au phénol et au gaïacol, ou au thymol, ou au métacrésol et au P-chlorophénol, la dexaméthasone est utilisée dans la prise en charge d’antisepsies des canaux radiculaires avant obturation.

En association au salicylamide et au salicylate d'hydroxyéthyle, la dexaméthasone est utilisée dans la prise en charge de :

  • entorses,
  • tendinites. 
Fiches DCI VIDAL
Mise à jour : 15 Décembre 2022

Dexaméthasone phosphate (sodique) 4 mg/ml solution injectable

ATCRisque sur la grossesse et l'allaitementSportVigilance
H HORMONES SYSTEMIQUES, HORMONES SEXUELLES EXCLUES
H02 CORTICOIDES A USAGE SYSTEMIQUE
H02A CORTICOIDES A USAGE SYSTEMIQUE NON ASSOCIES
H02AB GLUCOCORTICOIDES
H02AB02 DEXAMETHASONE
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIII

IIPrécaution

Indications et modalités d'administration

DEXAMETHASONE PHOSPHATE (sodique) 4 mg/ml sol inj

Indications

Ce médicament est indiqué dans les cas suivants :

  • Affection nécessitant une corticothérapie générale lorsque la voie orale est impossible
  • Asthme, traitement de la crise (d')
  • Bursite, traitement péri-articulaire (de la)
  • Chéloïde
  • Choc anaphylactique, traitement adjuvant (du)
  • Choc polytraumatique, traitement préventif des complications respiratoires (du)
  • COVID-19 chez le sujet >= 12 ans et poids >= 40 kg nécessitant une oxygénothérapie
  • Dermatose sévère
  • Dyspnée laryngée
  • Fièvre typhoïde sévère, traitement corticothérapique adjuvant (de la)
  • Insuffisance surrénale
  • Laryngite striduleuse
  • Maladie auto-immune engageant le pronostic vital
  • Maladie de Dupuytren
  • Oedème cérébral
  • Oedème de Quincke, traitement adjuvant (de l')
  • Syndrome du canal carpien
  • Talalgie
  • Tendinite, traitement péri-articulaire (de la)

Posologie

Unité de prise
ml
  • dexaméthasone phosphate (sodique) : 4 mg/1 ml
Modalités d'administration
  • Voie infiltration, voie intramusculaire, voie intraveineuse, voie péri-articulaire
Posologie
Patient de 1 mois à 15 an(s)
Patient quel que soit le poids
Choc polytraumatique, traitement préventif des complications respiratoires (du)
Dose initiale
  • Voie intramusculaire, voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • Posologie à adapter à l'état du patient
  • 40 mg en 1 prise par jour
Poids < 35 kg
Oedème cérébral
Traitement phase 1
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 20 mg 1 fois ce jour
Traitement phase 2
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 4 mg toutes les 3 heures
  • Pendant 3 jours
Traitement phase 3
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 4 mg toutes les 6 heures
  • Pendant 24 heures
Traitement phase 4
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 2 mg toutes les 6 heures
  • Pendant 4 jours
Traitement phase 5
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 1 mg en 1 prise par jour
Poids ≥ 35 kg
Oedème cérébral
Traitement phase 1
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 25 mg 1 fois ce jour
Traitement phase 2
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 4 mg toutes les 2 heures
  • Pendant 3 jours
Traitement phase 3
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 4 mg toutes les 4 heures
  • Pendant 24 heures
Traitement phase 4
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 4 mg toutes les 6 heures
  • Pendant 4 jours
Traitement phase 5
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 2 mg en 1 prise par jour
Patient à partir de 1 mois
Patient quel que soit le poids
Affection nécessitant une corticothérapie générale lorsque la voie orale est impossible - Choc anaphylactique, traitement adjuvant (du) - Dyspnée laryngée - Fièvre typhoïde sévère, traitement corticothérapique adjuvant (de la) - Laryngite striduleuse - Oedème de Quincke, traitement adjuvant (de l')
Posologie standard
  • Voie intramusculaire, voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • Posologie à adapter à l'état du patient
  • 2 à 20 mg en 1 à 4 prises par jour
Oedème cérébral
Dose initiale
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 10 mg 1 fois ce jour
Dose ultérieure
  • Voie intramusculaire
  • A diluer avant administration
  • Traitement à poursuivre jusqu'à disparition des symptômes
  • 4 mg toutes les 6 heures
  • Pendant 12 à 24 heures
Maladie auto-immune engageant le pronostic vital
Posologie standard
  • Voie intramusculaire, voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • Posologie à adapter à l'état du patient
  • 20 à 40 mg 1 fois par jour
Dermatose sévère
Posologie standard
  • Voie intramusculaire, voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • Posologie à adapter à l'état du patient
  • 20 à 40 mg 1 fois par jour
Insuffisance surrénale
Dose initiale
  • Voie intramusculaire, voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • Posologie à adapter à l'état du patient
  • 4 à 8 mg 1 fois par jour
Bursite, traitement péri-articulaire (de la)
Posologie standard
  • Voie péri-articulaire
  • 2 à 3 mg 1 fois ce jour
Tendinite, traitement péri-articulaire (de la)
Posologie standard
  • Voie péri-articulaire
  • 0,4 à 1 mg 1 fois ce jour
Chéloïde - Maladie de Dupuytren - Syndrome du canal carpien - Talalgie
Posologie standard
  • Voie infiltration
  • 2 à 6 mg 1 fois ce jour
Patient à partir de 15 an(s)
Patient quel que soit le poids
Oedème cérébral
Traitement phase 1
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 50 mg 1 fois ce jour
Traitement phase 2
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 8 mg toutes les 2 heures
  • Pendant 3 jours
Traitement phase 3
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 4 mg toutes les 2 heures
  • Pendant 24 heures
Traitement phase 4
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 4 mg toutes les 4 heures
  • Pendant 4 jours
Traitement phase 5
  • Dans le cas de : Etat sévère
  • Voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 4 mg en 1 prise par jour
Asthme, traitement de la crise (d')
Dose initiale
  • Voie intramusculaire, voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • 8 à 40 mg 1 fois par jour
Choc polytraumatique, traitement préventif des complications respiratoires (du)
Dose initiale
  • Voie intramusculaire, voie intraveineuse
  • A diluer avant administration
  • Posologie à adapter à l'état du patient
  • 40 à 100 mg en 1 prise par jour
Patient à partir de 12 an(s)
Poids ≥ 40 kg
COVID-19 chez le sujet ≥ 12 ans et poids ≥ 40 kg nécessitant une oxygénothérapie
Posologie standard
  • Voie intraveineuse
  • Posologie à adapter en fonction de la réponse clinique
  • 6 mg 1 fois ce jour
  • Pendant 10 jours

Mises en garde

  • Assurer une supplémentation potassique en cas de traitement prolongé
  • Info patient : consulter un ophtalmologiste en cas de modification de la vision
  • Instituer un traitement de relais par voie orale
  • Interaction phytothérapique : boldo
  • Interaction phytothérapique : bourdaine
  • Interaction phytothérapique : cascara
  • Interaction phytothérapique : réglisse
  • Interaction phytothérapique : rhubarbe
  • Interaction phytothérapique : ricin
  • Interaction phytothérapique : séné
  • Ne pas administrer en injection intratendineuse
  • Ne pas administrer par voie intra-discale
  • Respecter un régime hyposodé
  • Respecter une asepsie rigoureuse
  • Traitement répété à éviter

Incompatibilités physicochimiques

  • Compatibilité avec certains solvants

Surveillances du traitement

  • Surveillance clinique pendant le traitement

Informations relatives à la sécurité du patient

DEXAMETHASONE PHOSPHATE (sodique) 4 mg/ml sol inj
Niveau de risque : XCritiqueIIIElevéIIModéréIBas

Interactions médicamenteuses

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication
Dexaméthasone + Daclatasvir
Risques et mécanismesAvec la dexaméthasone à usage systémique, risque de diminution significative des concentrations plasmatiques de daclatasvir par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.
Conduite à tenir
Dexaméthasone + Rilpivirine
Risques et mécanismesAvec la dexaméthasone par voie systémique (sauf en cas de prise unique), risque de diminution des concentrations plasmatiques de rilpivirine par augmentation de son métabolisme hépatique par la dexamethasone.
Conduite à tenir
Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (voie systémique) + Vaccins vivants atténués
Risques et mécanismesA l'exception des voies inhalées et locales, et pour des posologies supérieures à 10 mg/j d'équivalent-prednisone (ou > 2 mg/kg/j chez l'enfant ou > 20 mg/j chez l'enfant de plus de 10 kg) pendant plus de deux semaines et pour les « bolus » de corticoïdes : risque de maladie vaccinale généralisée éventuellement mortelle.
Conduite à tenirEt pendant les 3 mois suivant l'arrêt de la corticothérapie.
IIIHaut
Niveau de gravité: Association déconseillée
Corticoïdes + Mifamurtide
Risques et mécanismesRisque de moindre efficacité du mifamurtide.
Conduite à tenir
Dexaméthasone + Siméprévir
Risques et mécanismesAvec la dexaméthasone à usage systémique, risque de diminution des concentrations plasmatiques de siméprévir par augmentation de son métabolisme hépatique par la dexaméthasone.
Conduite à tenir
Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (voie systémique) + Acide acétylsalicylique (voie systémique)
Risques et mécanismesMajoration du risque hémorragique.
Conduite à tenirAssociation déconseillée avec des doses anti-inflammatoires d'acide acétylsalicylique (>= 1 g par prise et/ou >= 3 g par jour). A prendre en compte avec des doses antalgiques ou antipyrétiques (>= 500 mg par prise et/ou < 3 g par jour).
IIModéré
Niveau de gravité: Précaution d'emploi
Dexaméthasone + Praziquantel
Risques et mécanismesDiminution des concentrations plasmatiques de praziquantel, avec risque d'échec du traitement, par augmentation du métabolisme hépatique du praziquantel par la dexaméthasone.
Conduite à tenirDécaler l'administration des deux médicaments d'au moins une semaine.
Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (voie systémique) + Anticoagulants oraux
Risques et mécanismesGlucocorticoïdes (voies générale et rectale) : impact éventuel de la corticothérapie sur le métabolisme de l'antivitamine K et sur celui des facteurs de la coagulation. Risque hémorragique propre à la corticothérapie (muqueuse digestive, fragilité vasculaire) à fortes doses ou en traitement prolongé supérieur à 10 jours.
Conduite à tenirLorsque l'association est justifiée, renforcer la surveillance : le cas échéant, avec les antivitamines K, contrôle biologique au 8e jour, puis tous les 15 jours pendant la corticothérapie et après son arrêt.
Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (voie systémique) + Anticonvulsivants inducteurs enzymatiques
Risques et mécanismesDiminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacité des corticoïdes par augmentation de leur métabolisme hépatique par l'inducteur : les conséquences sont particulièrement importantes chez les addisoniens traités par l'hydrocortisone et en cas de transplantation.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique ; adaptation de la posologie des corticoïdes pendant le traitement par l'inducteur et après son arrêt.
Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (voie systémique) + Cobimétinib
Risques et mécanismesAugmentation du risque hémorragique.
Conduite à tenirSurveillance clinique.
Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (voie systémique) + Inducteurs enzymatiques (sauf anticonvulsivants)
Risques et mécanismesDiminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacité des corticoïdes par augmentation de leur métabolisme hépatique par l'inducteur ; les conséquences sont particulièrement importantes chez les addisoniens traités par l'hydrocortisone et en cas de transplantation.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique ; adaptation de la posologie des corticoïdes pendant le traitement par l'inducteur et après son arrêt.
Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (voie systémique) + Isoniazide (voie systémique)
Risques et mécanismesDécrit pour la prednisolone. Diminution des concentrations plasmatiques de l'isoniazide. Mécanisme invoqué : augmentation du métabolisme hépatique de l'isoniazide et diminution de celui des glucocorticoïdes.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique.
Hypokaliémiants + Cocaïne
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirCorriger toute hypokaliémie avant d'administrer le produit et réaliser une surveillance clinique, électrolytique et électrocardiographique.
Hypokaliémiants + Digoxine (voie systémique)
Risques et mécanismesHypokaliémie favorisant les effets toxiques des digitaliques.
Conduite à tenirCorriger auparavant toute hypokaliémie et réaliser une surveillance clinique, électrolytique et électrocardiographique.
Hypokaliémiants + Hypokaliémiants
Risques et mécanismesRisque majoré d'hypokaliémie.
Conduite à tenirSurveillance de la kaliémie avec si besoin correction.
Hypokaliémiants + Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenirCorriger toute hypokaliémie avant d'administrer le produit et réaliser une surveillance clinique, électrolytique et électrocardiographique.
IBas
Niveau de gravité: A prendre en compte
Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (IV) + Curares non dépolarisants
Risques et mécanismesRisque de myopathie sévère, réversible après un délai éventuellement long (plusieurs mois).
Conduite à tenir
Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (voie systémique) + Anti-inflammatoires non stéroïdiens
Risques et mécanismesAugmentation du risque d'ulcération et d'hémorragie gastro-intestinale.
Conduite à tenir
Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (voie systémique) + Fluoroquinolones (voie systémique)
Risques et mécanismesPossible majoration du risque de tendinopathie, voire de rupture tendineuse (exceptionnelle), particulièrement chez les patients recevant une corticothérapie prolongée.
Conduite à tenir
Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone) (voie systémique) + Héparines
Risques et mécanismesAugmentation du risque hémorragique.
Conduite à tenir

Contre-indications

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication absolue
  • Arthrite infectieuse
  • Calcification péri-articulaire
  • Hépatite virale
  • Herpès
  • Hypersensibilité à l'un des composants
  • Infection contre-indiquant l'usage des corticoïdes
  • Mycose systémique
  • Patient sous anticoagulant
  • Psychose non contrôlée
  • Rupture de tendon
  • Sclérose latérale amyotrophique
  • Suspicion d'infection contre-indiquant l'usage des corticoides
  • Trouble de la coagulation
  • Vaccins vivants
  • Varicelle
  • Zona

Précautions

IIModéré
Niveau de gravité: Précaution
  • Accident vasculaire cérébral
  • Antécédent récent d'anastomose intestinale
  • Arythmie
  • Colite ulcéreuse
  • Diabète
  • Diverticulite
  • Glaucome
  • Hémopathie maligne
  • Hypertension artérielle
  • Infection
  • Insuffisance hépatique
  • Insuffisance rénale
  • Myasthénie sévère
  • Nouveau-né exposé in utero au médicament
  • Ostéoporose
  • Patient dialysé
  • Patient en hémodialyse
  • Patients atteints de la COVID-19 ne nécessitant pas d'oxygénothérapie
  • Prématuré
  • Présence d'un cas de varicelle ou rougeole dans l'entourage du patient
  • Psychose
  • Sportif
  • Sujet à risque de syndrome de lyse tumorale
  • Sujet à risque d'infection
  • Sujet âgé
  • Sujet porteur de prothèse
  • Sujet venant d'une zone d'endémie de l'anguillulose
  • Terrain allergique
  • Traitement par un médicament hypokaliémiant
  • Traitement prolongé à posologie élevée
  • Transplantation rénale
  • Traumatisme crânien
  • Tuberculose, antécédent
  • Ulcère gastroduodénal évolutif
  • Ulcère gastroduodénal, antécédent (d')
  • Allaitement
  • Grossesse

Grossesse et allaitement

Contre-indications et precautions d'emploi
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIII

IIPrécaution

Risques spécifiques

  • Interaction avec la cocaïne
  • Risque de masquage des symptômes d'une infection
  • Risque de réaction anaphylactique
  • Risque de réactivation de l'hépatite B
  • Risque de tendinopathie
  • Risque de trouble ophtalmique
  • Risque d'infection

Effets indésirables

SystèmesFréquence de moyenne à élevée(≥1/1 000)Fréquence basse (<1/1 000)Fréquence inconnue
ANOMALIE DES EXAMENS DE LABORATOIRE Hypokaliémie
DERMATOLOGIE Acné
Atrophie cutanée
Calcinose cutanée
Hypertrichose
Purpura
DIVERS Calcification locale
Retard de cicatrisation
ENDOCRINOLOGIE Atrophie corticosurrénalienne
Hypercorticisme
Sécrétion insuffisante d'ACTH
Syndrome de Cushing
GYNÉCOLOGIE, OBSTÉTRIQUE Irrégularité menstruelle
HÉMATOLOGIE Ecchymose
IMMUNO-ALLERGOLOGIE Hypersensibilité
Réaction allergique généralisée
Réaction anaphylactique
INFECTIOLOGIE D'ORIGINE BACTERIENNE Infection bactérienne
INFECTIOLOGIE D'ORIGINE FONGIQUE Mycose
INFECTIOLOGIE D'ORIGINE VIRALE Infection virale
Infection virale (aggravation)
INFECTIOLOGIE NON PRECISÉE Infection masquée
Infection opportuniste
INSTRUMENTATION Atrophie sous-cutanée au point d'injection
Réaction au point d'injection
NUTRITION, MÉTABOLISME Alcalose métabolique
Diabète
Rétention hydrosodée
Tolérance au glucose diminuée
OPHTALMOLOGIE Cataracte
Choriorétinopathie
Glaucome
Vision floue
PARASITOLOGIE Infection à Strongyloides
Infection parasitaire
PSYCHIATRIEAgitation (Fréquent)
Euphorie (Fréquent)
Insomnie (Fréquent)
Accès maniaque (Rare)
Confusion mentale (Rare)
Dépression (Rare)
Etat confuso-onirique
SYSTÈME CARDIOVASCULAIRE Arythmie
Bouffée congestive
Cardiomyopathie hypertrophique
Hypertension artérielle
Hypertension artérielle (aggravation)
Insuffisance cardiaque congestive
SYSTÈME DIGESTIF Hémorragie digestive
Hoquet
Pancréatite aiguë
Perforation digestive
Ulcère de l'intestin grêle
Ulcère gastroduodénal
SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUE Arthrite
Arthrite microcristalline
Atrophie musculaire
Faiblesse musculaire
Fracture pathologique
Ostéonécrose aseptique des têtes fémorales
Ostéoporose
Retard de croissance
Rupture de tendon
Tassement vertébral
SYSTÈME NERVEUX Convulsions (Rare) Céphalée

Voir aussi les substances

Dexaméthasone phosphate sodique

Détails sur les substances
Chimie
IUPAC9 alpha-fluoro-11 bêta,17 alpha,21-trihydroxy-16 alpha-méthylprégna-1,4-diène-3,20-dione 21-(dihydrogène phosphate)
Synonymesdexamethasone 21-(disodium orthophosphate)
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster