Substance active ciclosporine

À propos de la substance
Mise à jour : 30 juin 2015

Ciclosporine : Mécanisme d'action

La ciclosporine (également appelée ciclosporine A) est un polypeptide cyclique immunomodulateur possédant des propriétés immunosuppressives. Il a été montré que la ciclosporine prolonge la survie des greffes allogéniques chez l'animal et améliore significativement la survie du greffon pour toutes les transplantations d'organes solides chez l'humain.
La ciclosporine a également montré un effet anti-inflammatoire. Les études chez l'animal suggèrent que la ciclosporine inhibe le développement des réactions à médiation cellulaire. Il a également été montré que la ciclosporine inhibe la production et/ou la libération des cytokines pro-inflammatoires, notamment l'interleukine 2 (IL-2) ou le facteur de croissance des lymphocytes T (TCGF). Il est également connu que la ciclosporine régule positivement la libération des cytokines anti-inflammatoires. La ciclosporine semble bloquer les lymphocytes quiescents en phase G0 ou G1 du cycle cellulaire. Toutes les données disponibles suggèrent que la ciclosporine agit de manière spécifique et réversible sur les lymphocytes. Elle ne diminue pas l'hématopoïèse et n'exerce aucun effet sur la fonction des cellules phagocytaires.
Chez les patients atteints de sécheresse oculaire, une maladie dont le mécanisme serait immuno-inflammatoire, la ciclosporine, après administration oculaire, est passivement absorbée par les infiltrats lymphocytaires T dans la cornée et la conjonctive, et inactive la phosphatase calcineurine. L'inactivation de la calcineurine induite par la ciclosporine inhibe la déphosphorylation du facteur de transcription NF-AT et empêche la translocation du NF-AT dans le noyau, ce qui bloque la libération des cytokines pro-inflammatoires telles que l'IL-2.

 

Ciclosporine : Cas d'usage

La ciclosporine est utilisée dans la prise en charge de :

  • greffes,
  • syndromes néphrotiques,
  • psoriasis,
  • dermatites atopiques,
  • polyarthrites rhumatoïdes.
  • uvéites,
  • kératites sévères,
  • aplasies médullaires.

 

Gammes contenant la substance

Fiches DCI VIDAL
Mise à jour : 15 Décembre 2022

CICLOSPORINE 100 mg caps molle

ATCRisque sur la grossesse et l'allaitementSportVigilance
L ANTINEOPLASIQUES ET IMMUNOMODULATEURS
L04 IMMUNOSUPPRESSEURS
L04A IMMUNOSUPPRESSEURS
L04AD INHIBITEURS DE LA CALCINEURINE
L04AD01 CICLOSPORINE
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIII

IIPrécaution

Indications et modalités d'administration

CICLOSPORINE 100 mg caps molle

Indications

Ce médicament est indiqué dans les cas suivants :

  • Dermatite atopique sévère
  • Nephrotique, syndrome, traitement de deuxième intention (du)
  • Polyarthrite rhumatoïde sévère, traitement de fond (de la)
  • Psoriasis sévère, traitement de 2e intention (du)
  • Réaction du greffon contre l'hôte après greffe de moelle osseuse
  • Réaction du greffon contre l'hôte après greffe de moelle osseuse, traitement préventif (de la)
  • Rejet après allogreffe de moelle osseuse et greffe de cellules souches, traitement préventif (du)
  • Rejet de greffe d'organe solide, traitement de 2e intention (du)
  • Rejet de greffe d'organe solide, traitement préventif (du)
  • Uvéite de Behçet avec poussées inflammatoires répétées atteignant la rétine
  • Uvéite intermédiaire ou postérieure, traitement de 2e intention (de l')

Posologie

Unité de prise
capsule
  • ciclosporine : 100 mg
Modalités d'administration
  • Voie orale
  • Administrer chaque jour à la même heure
  • Administrer de préférence en 2 prises équivalentes
  • Administrer entier
Posologie
Patient de 1 an à 18 an(s)
Patient quel que soit le poids
Nephrotique, syndrome, traitement de deuxième intention (du)
Posologie standard
  • Rechercher la posologie minimale efficace après amélioration des symptômes
  • 6 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 3 à 6 mois
  • Posologie maximale: 6 mg par 24 heures
Rejet de greffe d'organe solide, traitement préventif (du)
Traitement initial
  • Administrer environ 12 heures avant l'intervention chirurgicale
  • 10 à 15 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 1 à 2 semaines
Traitement ultérieur
  • 2 à 6 mg/kg en 2 prises par jour
Rejet de greffe d'organe solide, traitement de 2e intention (du)
Posologie standard
Dans le cas de : Traitement associé
  • Administrer environ 12 heures avant l'intervention chirurgicale
  • 3 à 6 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 1 à 2 semaines
Rejet après allogreffe de moelle osseuse et greffe de cellules souches, traitement préventif (du) - Réaction du greffon contre l'hôte après greffe de moelle osseuse, traitement préventif (de la)
Traitement initial
  • Administrer la veille de l'intervention
  • 12,5 à 15 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 1 à 2 semaines
Traitement ultérieur
  • 12,5 mg/kg 2 fois par jour
  • Pendant 6 mois à 1 an
  • Ne pas administrer moins de 3 mois.
Réaction du greffon contre l'hôte après greffe de moelle osseuse
Posologie standard
  • 10 à 12,5 mg/kg en 2 prises par jour
Patient à partir de 18 an(s)
Patient quel que soit le poids
Nephrotique, syndrome, traitement de deuxième intention (du)
Posologie standard
  • Rechercher la posologie minimale efficace après amélioration des symptômes
  • 5 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 3 à 6 mois
  • Posologie maximale: 5 mg/kg par 24 heures
Rejet de greffe d'organe solide, traitement préventif (du)
Traitement initial
  • Administrer environ 12 heures avant l'intervention chirurgicale
  • 10 à 15 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 1 à 2 semaines
Traitement ultérieur
  • 2 à 6 mg/kg en 2 prises par jour
Rejet de greffe d'organe solide, traitement de 2e intention (du)
Posologie standard
Dans le cas de : Traitement associé
  • Administrer environ 12 heures avant l'intervention chirurgicale
  • 3 à 6 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 1 à 2 semaines
Rejet après allogreffe de moelle osseuse et greffe de cellules souches, traitement préventif (du) - Réaction du greffon contre l'hôte après greffe de moelle osseuse, traitement préventif (de la)
Traitement initial
  • Administrer la veille de l'intervention
  • 12,5 à 15 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 1 à 2 semaines
Traitement ultérieur
  • 12,5 mg/kg 2 fois par jour
  • Pendant 6 mois à 1 an
  • Ne pas administrer moins de 3 mois.
Réaction du greffon contre l'hôte après greffe de moelle osseuse
Posologie standard
  • 10 à 12,5 mg/kg en 2 prises par jour
Uvéite de Behçet avec poussées inflammatoires répétées atteignant la rétine - Uvéite intermédiaire ou postérieure, traitement de 2e intention (de l')
Traitement initial
  • Association aux corticoïdes possible lors des poussées
  • 5 mg/kg en 2 prises par jour
Dans le cas de : Patient faiblement répondeur
  • Association aux corticoïdes possible lors des poussées
  • Traitement à poursuivre jusqu'à l'obtention d'une rémission
  • 5 à 7 mg/kg en 2 prises par jour
Traitement ultérieur
  • Rechercher la posologie minimale efficace après amélioration des symptômes
  • Traitement à poursuivre jusqu'à l'obtention d'une rémission
  • 5 mg/kg en 2 prises par jour
  • Posologie maximale: 5 mg/kg par jour
Polyarthrite rhumatoïde sévère, traitement de fond (de la)
Traitement initial
  • Association aux corticoïdes possible lors des poussées
  • 3 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 6 semaines
Traitement ultérieur
  • Association aux corticoïdes possible lors des poussées
  • Posologie à adapter en fonction de la tolérance
  • Rechercher la posologie minimale efficace après amélioration des symptômes
  • 3 à 5 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 12 semaines
  • Posologie maximale: 5 mg/kg par jour
Psoriasis sévère, traitement de 2e intention (du)
Traitement initial
  • 2,5 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 1 mois
Traitement ultérieur
  • Rechercher la posologie minimale efficace après amélioration des symptômes
  • 2,5 à 5 mg/kg en 2 prises par jour
  • Posologie maximale: 5 mg/kg par jour
Dermatite atopique sévère
Traitement initial
  • 2,5 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 2 semaines
Dans le cas de : Etat très sévère
  • Posologie à diminuer progressivement après amélioration des symptômes
  • 5 mg/kg en 2 prises par jour
Traitement ultérieur
  • Rechercher la posologie minimale efficace après amélioration des symptômes
  • 2,5 à 5 mg/kg en 2 prises par jour
  • Pendant 8 semaines à 1 an
  • Posologie maximale: 5 mg/kg par 24 heures
Populations particulières
  • Insuffisance hépatique : Adapter la posologie
  • Insuffisance rénale : Adapter la posologie

Mises en garde

  • Administrer entier
  • Information du patient : ne pas s'exposer directement au soleil ou aux rayonnements UV
  • Interaction phytothérapique : millepertuis

Surveillances du traitement

  • Surveillance biologique adaptée pendant le traitement
  • Surveillance clinique pendant le traitement
  • Surveillance de la fonction hépatique pendant le traitement
  • Surveillance de la fonction rénale avant et pendant le traitement
  • Surveillance de la pression artérielle pendant le traitement
  • Surveillance du bilan lipidique avant et pendant le traitement
  • Surveillance du taux sanguin de ciclosporine pendant le traitement
  • Surveillance par un médecin spécialisé pendant le traitement

Informations relatives à la sécurité du patient

CICLOSPORINE 100 mg caps molle
Niveau de risque : XCritiqueIIIElevéIIModéréIBas

Interactions médicamenteuses

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication
Ciclosporine (voie systémique) + Aliskirène
Risques et mécanismesAugmentation de près de 5 fois des concentrations plasmatiques d'aliskirène et majoration du risque de ses effets indésirables.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Bosentan
Risques et mécanismesDiminution importante des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur et augmentation des concentrations plasmatiques du bosentan.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Dabigatran
Risques et mécanismesAugmentation de plus du double des concentrations plasmatiques de dabigatran, avec majoration du risque de saignement.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Grazoprévir associé à l'elbasvir
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de grazoprévir et d'elbasvir.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Mifamurtide
Risques et mécanismesRisque d'atteinte des macrophages spléniques et des cellules phagocytaires mononuclées.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Pitavastatine
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse, ou de néphrotoxicité, par diminution du métabolisme de la pravastatine.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Rosuvastatine (posologie < 40 mg)
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse, ou de néphrotoxicité, par diminution du métabolisme de la rosuvastatine.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Rosuvastatine (posologie de 40 mg)
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse, ou de néphrotoxicité, par diminution du métabolisme de la rosuvastatine.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Simvastatine
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse par diminution du métabolisme hépatique de la simvastatine.
Conduite à tenir
Immunosuppresseurs + Millepertuis (voie orale)
Risques et mécanismesDiminution des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, en raison de l'effet inducteur enzymatique du millepertuis, avec risque de baisse d'efficacité voire d'annulation de l'effet dont les conséquences peuvent être éventuellement graves (rejet de greffe).
Conduite à tenir
Immunosuppresseurs + Stiripentol
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur (diminution de son métabolisme hépatique).
Conduite à tenir
Immunosuppresseurs + Vaccins vivants atténués
Risques et mécanismesRisque de maladie vaccinale généralisée éventuellement mortelle.
Conduite à tenirEt pendant les 3 mois suivant l'arrêt du traitement.
IIIHaut
Niveau de gravité: Association déconseillée
Ciclosporine (voie orale) + Orlistat
Risques et mécanismesDiminution des concentrations sanguines de ciclosporine par diminution de son absorption intestinale, avec risque de perte de l'activité immunosuppressive.
Conduite à tenirPrendre l'orlistat à distance de la ciclosporine (au moins 3 heures). Contrôle renforcé des dosages sanguins de ciclosporine, notamment en début d'association, et lors d'augmentation éventuelle de la posologie de l'orlistat.
Ciclosporine (voie systémique) + Amiodarone
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de ciclosporine, par diminution de son métabolisme hépatique, avec risque d'effets néphrotoxiques.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de ciclosporine, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie de la ciclosporine pendant le traitement par l'amiodarone.
Ciclosporine (voie systémique) + Colchicine
Risques et mécanismesRisque d'addition des effets indésirables neuromusculaires et augmentation de la toxicité de la colchicine avec risque de surdosage par inhibition de son élimination par la ciclosporine, notamment en cas d'insuffisance rénale préexistante.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Diurétiques épargneurs de potassium (seuls ou associés) sauf spironolactone et éplérénone
Risques et mécanismesHyperkaliémie potentiellement létale, surtout lors d'une insuffisance rénale (addition des effets hyperkaliémiants).
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Eplérénone
Risques et mécanismesHyperkaliémie potentiellement létale, surtout lors d'une insuffisance rénale (addition des effets hyperkaliémiants).
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Ezétimibe
Risques et mécanismesD'une part, risque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse, par augmentation des concentrations d'ézétimibe ; d'autre part, possible augmentation des concentrations de ciclosporine.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Fidaxomicine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de la fidaxomicine.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Modafinil
Risques et mécanismesRisque de diminution des concentrations sanguines et de l'efficacité de l'immunosuppresseur.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Nifédipine
Risques et mécanismesAddition d'effets indésirables à type de gingivopathies.
Conduite à tenirUtiliser une autre dihydropyridine.
Ciclosporine (voie systémique) + Orlistat
Risques et mécanismesDiminution des concentrations sanguines de ciclosporine par diminution de son absorption intestinale, avec risque de perte de l'activité immunosuppressive.
Conduite à tenirPrendre l'orlistat à distance de la ciclosporine (au moins 3 heures). Contrôle renforcé des dosages sanguins de ciclosporine, notamment en début d'association, et lors d'augmentation éventuelle de la posologie de l'orlistat.
Ciclosporine (voie systémique) + Ozanimod
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des effets indésirables de l'ozanimod.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Potassium
Risques et mécanismesPour une quantité de potassium > à 1 mmol/prise, hyperkaliémie potentiellement létale, notamment chez l'insuffisant rénale (addition des effets hyperkaliémiants).
Conduite à tenirSauf en cas d'hypokaliémie.
Ciclosporine (voie systémique) + Répaglinide
Risques et mécanismesAugmentation de plus du double des concentrations du répaglinide par augmentation de son absorption.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Siméprévir
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de siméprevir par la ciclosporine.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Spironolactone
Risques et mécanismesHyperkaliémie potentiellement létale, surtout lors d'une insuffisance rénale (addition des effets hyperkaliémiants).
Conduite à tenir
Immunosuppresseurs + Apalutamide
Risques et mécanismesRisque de diminution très importante des concentrations des immunosuppresseurs, et perte d‘efficacité, par augmentation de leur métabolisme hépatique par l'apalutamide.
Conduite à tenir
Immunosuppresseurs + Clarithromycine
Risques et mécanismesAugmentation très importante des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirEn cas d'association, contrôle strict de la fonction rénale, dosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur et adaptation éventuelle de la posologie.
Immunosuppresseurs + Dronédarone
Risques et mécanismesAugmentation importante des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenir
Immunosuppresseurs + Erythromycine (voie systémique)
Risques et mécanismesAugmentation très importante des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirEn cas d'association, contrôle strict de la fonction rénale, dosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur et adaptation éventuelle de la posologie.
Immunosuppresseurs + Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir
Risques et mécanismesAugmentation très importante des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirEn cas d'association, contrôle strict de la fonction rénale, dosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur et adaptation de sa posologie.
Immunosuppresseurs + Itraconazole (voie systémique)
Risques et mécanismesAugmentation très importante des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirEn cas d'association, contrôle strict de la fonction rénale, dosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur et adaptation éventuelle de la posologie.
Immunosuppresseurs + Kétoconazole (voie systémique)
Risques et mécanismesAugmentation très importante des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirEn cas d'association, contrôle strict de la fonction rénale, dosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur et adaptation éventuelle de la posologie.
Immunosuppresseurs + Pamplemousse (jus et fruits)
Risques et mécanismesAugmentation de la biodisponibilité de l'immunosuppresseur et par conséquent de ses effets indésirables.
Conduite à tenir
Immunosuppresseurs + Posaconazole (voie systémique)
Risques et mécanismesAugmentation très importante des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirEn cas d'association, contrôle strict de la fonction rénale, dosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur et adaptation éventuelle de la posologie.
Immunosuppresseurs + Télithromycine
Risques et mécanismesAugmentation très importante des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirEn cas d'association, contrôle strict de la fonction rénale, dosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur et adaptation éventuelle de la posologie.
Immunosuppresseurs + Vémurafénib
Risques et mécanismesRisque de diminution des concentrations des immunosuppresseurs, avec pour conséquence un risque d'inefficacité.
Conduite à tenir
Substrats à risque du CYP3A4 + Crizotinib
Risques et mécanismesRisque de majoration de la toxicité de ces molécules par diminution de leur métabolisme et/ou augmentation de leur biodisponibilité par le crizotinib.
Conduite à tenir
Substrats à risque du CYP3A4 + Idélalisib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques du substrat par diminution de son métabolisme hépatique par l'idélalisib.
Conduite à tenir
IIModéré
Niveau de gravité: Précaution d'emploi
Ciclosporine (voie orale) + Analogues de la somatostatine
Risques et mécanismesAvec la ciclosporine administrée par voie orale : baisse des concentrations sanguines de ciclosporine (diminution de son absorption intestinale).
Conduite à tenirAugmentation des doses de ciclosporine sous contrôle des concentrations plasmatiques et réduction de la posologie après l'arrêt du traitement par l'analogue de la somatostatine.
Ciclosporine (voie systémique) + Afatinib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatique d'afatinib par augmentation de son absorption par la ciclosporine.
Conduite à tenirIl est recommandé d'administrer la ciclosporine le plus à distance possible de l'afatinib, en respectant de préférence un intervalle de 6 heures ou de 12 heures par rapport à la prise d'afatinib.
Ciclosporine (voie systémique) + Anti-inflammatoires non stéroïdiens
Risques et mécanismesRisque d'addition des effets néphrotoxiques, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveiller la fonction rénale en début de traitement par l'AINS.
Ciclosporine (voie systémique) + Atorvastatine
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse (diminution du métabolisme hépatique de l'hypocholesterolémiant).
Conduite à tenirNe pas dépasser la posologie de 10 mg/jour d'atorvastatine. Si l'objectif thérapeutique n'est pas atteint à cette posologie, utiliser une autre statine non concernée par ce type d'interaction.
Ciclosporine (voie systémique) + Azithromycine
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations sanguines de ciclosporine et de la créatininémie.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de la ciclosporine, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après l'arrêt du macrolide.
Ciclosporine (voie systémique) + Chloroquine (voie systémique)
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations sanguines de ciclosporine et de la créatininémie.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de ciclosporine, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après l'arrêt de la chloroquine.
Ciclosporine (voie systémique) + Clindamycine
Risques et mécanismesDiminution des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, avec risque de perte de l'activité immunosuppressive.
Conduite à tenirContrôle renforcé des dosages sanguins de ciclosporine et augmentation éventuelle de sa posologie.
Ciclosporine (voie systémique) + Danazol
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de ciclosporine par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de ciclosporine, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après son arrêt.
Ciclosporine (voie systémique) + Edoxaban
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de l'édoxaban, avec majoration du risque de saignement.
Conduite à tenirRéduire la dose d'édoxaban de moitié.
Ciclosporine (voie systémique) + Evérolimus
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de l'évérolimus par la ciclosporine. La néphrotoxicité de la ciclosporine est également augmentée lors de l'association.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines d'évérolimus, éventuellement adaptation de la posologie et contrôle de la fonction rénale, pendant l'association et après son arrêt.
Ciclosporine (voie systémique) + Fénofibrate
Risques et mécanismesRisque d'augmentation de la néphrotoxicité de la ciclosporine.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique de la fonction rénale, pendant et après l'association.
Ciclosporine (voie systémique) + Fluvastatine
Risques et mécanismesAugmentation modérée des concentrations de fluvastatine, avec risque musculaire non exclu.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique pendant l'association.
Ciclosporine (voie systémique) + Josamycine
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations sanguines de ciclosporine et de la créatininémie.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de la ciclosporine, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après l'arrêt du macrolide.
Ciclosporine (voie systémique) + Lercanidipine
Risques et mécanismesAugmentation modérée des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur et augmentation plus notable des concentrations de la lercanidipine.
Conduite à tenirDécaler les prises des deux médicaments. Dosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, et adaptation si nécessaire de sa posologie pendant l'association et après son arrêt.
Ciclosporine (voie systémique) + Métamizole
Risques et mécanismesRisque d'addition des effets néphrotoxiques, notamment chez le sujet âgé.
Conduite à tenirSurveiller la fonction rénale en début de traitement par l'AINS.
Ciclosporine (voie systémique) + Méthotrexate (voie systémique)
Risques et mécanismesAugmentation de la toxicité du méthotrexate et de la ciclosporine avec augmentation de la créatininémie : diminution réciproque des clairances des deux médicaments.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de ciclosporine et de méthotrexate. Adaptation posologique si nécessaire pendant l'association et après son arrêt.
Ciclosporine (voie systémique) + Midécamycine
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations sanguines de ciclosporine et de la créatininémie.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de la ciclosporine, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après l'arrêt du macrolide.
Ciclosporine (voie systémique) + Nintédanib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques du nintédanib par augmentation de son absorption par la ciclosporine.
Conduite à tenirSurveillance clinique pendant l'association.
Ciclosporine (voie systémique) + Pravastatine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de pravastatine, avec risque musculaire non exclu.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique pendant l'association. Débuter le traitement à la dose minimale de pravastatine.
Ciclosporine (voie systémique) + Roxithromycine
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations sanguines de ciclosporine et de la créatininémie.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de la ciclosporine, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après l'arrêt du macrolide.
Ciclosporine (voie systémique) + Sirolimus
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de sirolimus par la ciclosporine. La néphrotoxicité de la ciclosporine est également augmentée lors de l'association.
Conduite à tenirIl est recommandé d'administrer le sirolimus 4 heures après la ciclosporine. Contrôle de la fonction rénale, pendant l'association et après son arrêt.
Ciclosporine (voie systémique) + Sulfinpyrazone
Risques et mécanismesDiminution des concentrations sanguines de ciclosporine par augmentation de son métabolisme par la sulfinpyrazone.
Conduite à tenirContrôle des concentrations sanguines de ciclosporine et adaptation éventuelle de sa posologie pendant le traitement par sulfinpyrazone et après son arrêt.
Ciclosporine (voie systémique) + Talazoparib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de talazoparib avec risque de majoration de la toxicité.
Conduite à tenirRéduire la dose de talazoparib.
Ciclosporine (voie systémique) + Ténofovir alafénamide
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques du ténofovir alafénamide par augmentation de son absorption.
Conduite à tenirEn cas de co-administration avec la ciclosporine, la dose de ténofovir alafénamide doit être limitée à 10 mg par jour.
Ciclosporine (voie systémique) + Terbinafine
Risques et mécanismesDiminution des concentrations sanguines de ciclosporine.
Conduite à tenirContrôle des concentrations sanguines de ciclosporine et adaptation éventuelle de sa posologie pendant le traitement par terbinafine et après son arrêt.
Ciclosporine (voie systémique) + Ticlopidine
Risques et mécanismesDiminution des concentrations sanguines de ciclosporine.
Conduite à tenirAugmentation de la posologie de la ciclosporine sous contrôle des concentrations sanguines. Réduction de la posologie en cas d'arrêt de la ticlopidine.
Ciclosporine (voie systémique) + Tigécycline
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, avec risque d'effets néphrotoxiques.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant le traitement par la tigécycline.
Ciclosporine (voie systémique) + Vérapamil (voie systémique)
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de la ciclosporine (diminution de son métabolisme hépatique), et majoration du risque de gingivopathies.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de la ciclosporine, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après son arrêt.
Ciclosporine (voie systémique) + Voriconazole
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique par le voriconazole.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après son arrêt.
Immunosuppresseurs + Anticonvulsivants inducteurs enzymatiques
Risques et mécanismesDiminution des concentrations sanguines et de l'efficacité de l'immunosuppresseur, par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.
Conduite à tenirAugmentation de la posologie de l'immunosuppresseur sous contrôle des concentrations sanguines. Réduction de la posologie après l'arrêt de l'inducteur.
Immunosuppresseurs + Bocéprévir
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur (notable pour la ciclosporine, extrêmement importante pour le tacrolimus).
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de sa posologie pendant l'association et après son arrêt.
Immunosuppresseurs + Dalfopristine, quinupristine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après son arrêt.
Immunosuppresseurs + Diltiazem (voie systémique)
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par diminution de son métabolisme.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de la posologie pendant l'association et après son arrêt.
Immunosuppresseurs + Fluconazole
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme et de la créatininémie.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de sa posologie pendant l'association et après son arrêt.
Immunosuppresseurs + Inducteurs enzymatiques (sauf anticonvulsivants)
Risques et mécanismesDiminution des concentrations sanguines et de l'efficacité de l'immunosuppresseur, par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.
Conduite à tenirAugmentation de la posologie de l'immunosuppresseur sous contrôle des concentrations sanguines. Réduction de la posologie après l'arrêt de l'inducteur.
Immunosuppresseurs + Létermovir
Risques et mécanismesAugmentation, éventuellement très importante, des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme et de la créatininémie.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique renforcée.
Immunosuppresseurs + Nicardipine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de l'immunodépresseur, par inhibition de son métabolisme.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de sa posologie pendant le traitement et après l'arrêt.
Immunosuppresseurs + Pristinamycine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de sa posologie pendant l'association et après son arrêt.
Immunosuppresseurs + Ranolazine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme par la ranolazine.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique, et adaptation éventuelle de la posologie de l'immunosuppresseur.
Immunosuppresseurs + Télaprévir
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique par le télaprévir.
Conduite à tenirDosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur, contrôle de la fonction rénale et adaptation de sa posologie pendant l'association et après son arrêt.
Médicaments administrés par voie orale + Colestipol
Risques et mécanismesLa prise de résine chélatrice peut diminuer l'absorption intestinale et, potentiellement, l'efficacité d'autres médicaments pris simultanément.
Conduite à tenirD'une façon générale, la prise de la résine doit se faire à distance de celle des autres médicaments, en respectant un intervalle de plus de 2 heures, si possible.
Médicaments administrés par voie orale + Résines chélatrices
Risques et mécanismesLa prise de résine chélatrice peut diminuer l'absorption intestinale et, potentiellement, l'efficacité d'autres médicaments pris simultanément.
Conduite à tenirD'une façon générale, la prise de la résine doit se faire à distance de celle des autres médicaments, en respectant un intervalle de plus de 2 heures, si possible.
Médicaments administrés par voie orale + Topiques gastro-intestinaux, antiacides et adsorbants
Risques et mécanismesDiminution de l'absorption de ces substances.
Conduite à tenirPar mesure de précaution, il convient de prendre ces topiques ou antiacides à distance de tout autre médicament (plus de 2 heures, si possible).
IBas
Niveau de gravité: A prendre en compte
Ciclosporine (voie systémique) + Acide ascorbique
Risques et mécanismesRisque de diminution des concentrations sanguines de la ciclosporine, notamment en cas d'association avec la vitamine E.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Acide ursodésoxycholique
Risques et mécanismesRisque de variation des concentrations sanguines de ciclosporine.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Ambrisentan
Risques et mécanismesDoublement des concentrations d'ambrisentan, avec majoration de l'effet vasodilatateur (céphalées).
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Aminosides
Risques et mécanismesAugmentation de la créatininémie plus importante que sous ciclosporine seule, avec majoration du risque néphrotoxique.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Amphotéricine B (voie IV)
Risques et mécanismesAvec l'amphotéricine B administrée par voie IV : augmentation de la créatininémie plus importante que sous ciclosporine seule (synergie des effets néphrotoxiques des deux substances).
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Cimétidine
Risques et mécanismesAvec la cimétidine utilisée à des doses supérieures ou égales à 800 mg/j : augmentation des concentrations sanguines de ciclosporine.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Diurétiques hypokaliémiants
Risques et mécanismesRisque d'augmentation de la créatininémie sans modification des concentrations sanguines de ciclosporine, même en l'absence de déplétion hydrosodée. Egalement, risque d'hyperuricémie et de complications comme la goutte.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Méthylprednisolone (voie IV)
Risques et mécanismesAugmentation possible des concentrations sanguines de ciclosporine et de la créatininémie. Mécanisme invoqué : diminution de l'élimination hépatique de la ciclosporine.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Prednisolone
Risques et mécanismesAugmentation des effets de la prednisolone : aspect cushingoïde, réduction de la tolérance aux glucides (diminution de la clairance de la prednisolone).
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Triméthoprime (voie IV)
Risques et mécanismesLa diminution des concentrations sanguines de ciclosporine peut être très importante avec disparition possible du pouvoir immunosuppresseur.
Conduite à tenir
Ciclosporine (voie systémique) + Triméthoprime (voie orale)
Risques et mécanismesAugmentation de la créatininémie avec diminution possible des concentrations sanguines de ciclosporine.
Conduite à tenir
Hyperkaliémiants + Hyperkaliémiants
Risques et mécanismesRisque de majoration de l'hyperkaliémie, potentiellement létale.
Conduite à tenir
Immunosuppresseurs + Cytotoxiques
Risques et mécanismesImmunodépression excessive avec risque de syndrome lymphoprolifératif.
Conduite à tenir
Immunosuppresseurs + Flucytosine
Risques et mécanismesRisque de majoration de la toxicité hématologique.
Conduite à tenir
Immunosuppresseurs + Globulines antilymphocytaires
Risques et mécanismesImmunodépression excessive avec risque de lymphoprolifération.
Conduite à tenir
Médicaments administrés par voie orale + Laxatifs (type macrogol)
Risques et mécanismesAvec les laxatifs, notamment en vue d'explorations endoscopiques : risque de diminution de l'efficacité du médicament administré avec le laxatif.
Conduite à tenirEviter la prise d'autres médicaments pendant et après l'ingestion dans un délai d'au moins 2 h après la prise du laxatif, voire jusqu'à la réalisation de l'examen.
Médicaments néphrotoxiques (sauf aminosides) + Aminosides
Risques et mécanismesRisque de majoration de la néphrotoxicité.
Conduite à tenir
Médicaments néphrotoxiques (sauf aminosides) + Médicaments néphrotoxiques (sauf aminosides)
Risques et mécanismesRisque de majoration de la néphrotoxicité.
Conduite à tenir
Substrats à risque du CYP3A4 + Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir)
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables propres à chaque substrat, avec conséquences souvent sévères.
Conduite à tenir
Substrats à risque du CYP3A4 + Ritonavir
Risques et mécanismesMajoration des effets indésirables propres à chaque substrat, avec conséquences souvent sévères.
Conduite à tenir

Contre-indications

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication absolue
  • Hypersensibilité à l'un des composants

Précautions

IIModéré
Niveau de gravité: Précaution
  • Dermatite atopique sévère
  • Exposition au soleil ou aux rayonnements UV
  • Hyperuricémie
  • Insuffisance hépatique
  • Insuffisance rénale
  • Interchangeabilité
  • Pathologie intercurrente
  • Patient non transplanté
  • Patient transplanté
  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Psoriasis
  • Sujet âgé
  • Syndrome néphrotique
  • Traitement néphrotoxique en cours
  • Traitement prolongé
  • Uvéite
  • Vaccination
  • Allaitement
  • Grossesse

Grossesse et allaitement

Contre-indications et precautions d'emploi
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIII

IIPrécaution

Risques spécifiques

  • Risque d'augmentation de la créatininémie
  • Risque d'augmentation de l'urémie
  • Risque d'augmentation des transaminases
  • Risque de cancer
  • Risque de cancer cutané
  • Risque de désordre lymphoprolifératif
  • Risque de leucoencéphalopathie multifocale progressive
  • Risque de lymphome
  • Risque de néphropathie à BK virus
  • Risque d'hépatotoxicité
  • Risque d'hyperbilirubinémie
  • Risque d'hyperkaliémie
  • Risque d'hyperlipidémie
  • Risque d'hypomagnésémie
  • Risque d'infection
  • Risque d'infection opportuniste

Interactions alimentaires

  • Aliments riches en potassium
  • Jus de pamplemousse

Effets indésirables

SystèmesFréquence de moyenne à élevée(≥1/1 000)Fréquence basse (<1/1 000)Fréquence inconnue
ANOMALIE DES EXAMENS DE LABORATOIREHyperglycémie (Fréquent)
Hyperlipidémie (Très fréquent)
Hyperuricémie (Fréquent)
Hypomagnésémie (Fréquent)
Leucopénie (Fréquent)
Hyperkaliémie (Rare)
CANCEROLOGIE Cancer
Cancer de la peau
Lymphome malin non hodgkinien
DERMATOLOGIEAcné (Fréquent)
Dermatite allergique (Peu fréquent)
Hypertrichose (Fréquent)
DIVERSFatigue (Fréquent)
Fièvre (Fréquent)
Oedème (Peu fréquent)
Douleur des membres inférieurs
ENDOCRINOLOGIEHirsutisme (Très fréquent) Gynécomastie (Rare)
GYNÉCOLOGIE, OBSTÉTRIQUE Trouble menstruel (Rare)
HÉMATOLOGIEAnémie (Peu fréquent)
Thrombopénie (Peu fréquent)
Anémie hémolytique microangiopathique (Rare) Purpura thrombopénique thrombotique
Syndrome lymphoprolifératif
HÉPATOLOGIEInsuffisance hépatique (Fréquent) Cholestase
Hépatite
Hépatopathie
Ictère
INFECTIOLOGIE NON PRECISÉE Infection
NUTRITION, MÉTABOLISMEAnorexie (Fréquent)
Poids (augmentation) (Peu fréquent)
OPHTALMOLOGIE Oedème papillaire (Très rare)
Trouble de la vision (Très rare)
ORL, STOMATOLOGIEHyperplasie gingivale (Fréquent)
SYSTÈME CARDIOVASCULAIREBouffée de chaleur (Fréquent)
Hypertension artérielle (Très fréquent)
Microangiopathie thrombotique
SYSTÈME DIGESTIFDiarrhée (Fréquent)
Douleur abdominale (Fréquent)
Gêne abdominale (Fréquent)
Nausée (Fréquent)
Ulcère gastroduodénal (Fréquent)
Vomissement (Fréquent)
Pancréatite (Rare) Lésion hépatocellulaire
SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUECrampe (Fréquent)
Douleur musculaire (Fréquent)
Faiblesse musculaire (Rare)
Myopathie (Rare)
SYSTÈME NERVEUXCéphalée (Très fréquent)
Convulsions (Fréquent)
Encéphalopathie (Peu fréquent)
Paresthésie (Fréquent)
Tremblement (Très fréquent)
Hypertension intracrânienne (Très rare)
Polyneuropathie (Rare)
Leucoencéphalopathie multifocale progressive
Migraine
UROLOGIE, NÉPHROLOGIEInsuffisance rénale (Très fréquent) Syndrome hémolytique et urémique (Rare) Atrophie tubulaire
Fibrose rénale
Hyalinose artériolaire
Néphropathie
Néphropathie à BK virus
Néphropathie à Polyomavirus
Néphropathie aiguë

Voir aussi les substances

Ciclosporine

Détails sur les substances
Chimie
IUPACcyclo[[hydroxy-3 méthyl-4(méthylamino-2) octénoy-6-(2S,3R,4R)-(E)] L-aminobutyryl-N-méthylglycyl-N-méthyl L-leucyl L-valyl N-méthyl L-leucyl L-alanyl D-alanyl N-méthyl L-leucyl N-méthyl L-leucyl N-méthyl L-valyl].
Synonymesciclosporin
Posologie
Defined Daily Dose (WHO)
Oral:0.25 g
Parenteral:0.25 g
Actualités liées9
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster