À propos de Apomorphine
Mise à jour : 16 janvier 2013
Apomorphine : Mécanisme d'action
L’apomorphine est un agoniste dopaminergique stimulant les récepteurs D1 et D2

Au niveau nigrostrié, en stimulant les récepteurs dopaminergiques postsynaptiques, l'apomorphine exerce une action antiparkinsonienne.

En stimulant les récepteurs dopaminergiques de l'area postrema, elle exerce aussi un puissant effet émétique.

 

Gammes contenant la substance
Fiche DCI Vidal
Mise à jour : 24 août 2023

Apomorphine chlorhydrate 5 mg/ml solution injectable

ATC Risque sur la grossesse et l'allaitement Dopant Vigilance
N - SYSTEME NERVEUX
N04 - ANTIPARKINSONIENS
N04B - DOPAMINERGIQUES
N04BC - AGONISTES DOPAMINERGIQUES
N04BC07 - APOMORPHINE
Grossesse (mois) Allaitement
1 2 3 4 5 6 7 8 9
Risques II II

II Précaution

vigilance picto

Soyez très prudent

INDICATIONS ET MODALITÉS D'ADMINISTRATION

APOMORPHINE CHLORHYDRATE 5 mg/ml sol p perf SC

Indications

Ce médicament est indiqué dans les cas suivants :

  • Maladie de Parkinson, traitement adjuvant à la dopathérapie (de la)

Posologie

Unité de prise
ml
  • apomorphine chlorhydrate : 5 mg
Modalités d'administration
  • Voie sous-cutanée (perfusion)
  • Administrer de préférence durant les périodes d'éveil
  • Respecter une période nocturne sans traitement d'au moins 4 heures si possible
  • Varier le site de perfusion toutes les 12 heures
Posologie
Patient à partir de 18 an(s)
Patient quel que soit le poids
Maladie de Parkinson, traitement adjuvant à la dopathérapie (de la)
Dose initiale
  • 1 mg 1 fois par heure
Dose ultérieure
  • Posologie à adapter en fonction de la réponse clinique
  • Vitesse de perfusion à augmenter par palier maximum de 0,5 mg/h à intervalles d'au moins 4 heures
  • 1 à 7 mg 1 fois par heure
  • Posologie maximale: 100 mg par jour

Modalités d'administration du traitement

  • Administrer de préférence durant les périodes d'éveil
  • Administrer en perfusion continue
  • Administrer en variant le site d'injection
  • Administrer par voie sous-cutanée profonde
  • Ne pas administrer par voie intraveineuse
  • Posologie à adapter en fonction de la réponse clinique
  • Réduire la posologie des autres agonistes dopaminergiques en cas de perfusion continue
  • Respecter la posologie maximale recommandée
  • Respecter une période nocturne sans traitement d'au moins 4 heures si possible
  • Respecter un intervalle d'au moins 4 heures entre 2 perfusions
  • Traitement par lévodopa et/ou autres agonistes dopaminergiques à ajuster avant le début du trt
  • Varier le site de perfusion toutes les 12 heures
  • Vitesse de perfusion à augmenter par palier maximum de 0,5 mg/h à intervalles d'au moins 4 heures

Incompatibilités physico-chimiques

  • Incompatibilité avec tous les médicaments

INFORMATIONS RELATIVES À LA SÉCURITÉ DU PATIENT

APOMORPHINE CHLORHYDRATE 5 mg/ml sol p perf SC
Niveau de risque : X Critique III Haut II Modéré I Bas

Contre-indications

X Critique
Niveau de gravité : Contre-indication absolue
  • Confusion mentale
  • Démence
  • Dépression respiratoire
  • Hypersensibilité à l'un des composants
  • Insuffisance hépatique
  • Psychose
  • Sujet de moins de 18 ans

Précautions

II Modéré
Niveau de gravité : Précautions
  • Accident cardiovasculaire, antécédent récent (d')
  • Allaitement
  • Altération de l'état général
  • Antécédent de maladie psychiatrique
  • Association à la dompéridone
  • Grossesse
  • Hypotension orthostatique
  • Insuffisance rénale
  • Maladie cardiovasculaire sévère
  • Maladie psychiatrique
  • Nausée
  • Patient polymédiqué
  • Patient traité à posologie élevée
  • Patient traité en association à la lévodopa
  • Pneumopathie
  • Sujet âgé
  • Sujet à risque cardiaque
  • Sujet à risque d'allongement de l'espace QT
  • Sujet à risque d'arythmie cardiaque
  • Sujet à risque d'hypotension orthostatique
  • Trouble hydroélectrolytique
  • Vomissement

Interactions médicamenteuses

X Critique
Niveau de gravité : Contre-indication

Apomorphine + Ondansétron

Risques et mécanismes Des hypotensions sévères et des pertes de connaissance ont été rapportées lors de l'association d'ondansétron avec l'apomorphine.
Conduite à tenir

Dopaminergiques (sauf lévodopa) + Neuroleptiques antiémétiques

Risques et mécanismes Antagonisme réciproque entre le dopaminergique et le neuroleptique.
Conduite à tenir Utiliser un antiémétique dénué d'effets extrapyramidaux.
III Haut
Niveau de gravité : Association déconseillée

Antiparkinsoniens dopaminergiques + Neuroleptiques antipsychotiques (sauf clozapine)

Risques et mécanismes Antagonisme réciproque du dopaminergique et des neuroleptiques. Le dopaminergique peut provoquer ou aggraver les troubles psychotiques. En cas de nécessité d'un traitement par neuroleptiques chez le patient parkinsonien traité par dopaminergiques, ces derniers doivent être diminués progressivement jusqu'à l'arrêt (leur arrêt brutal expose à un risque de "syndrome malin des neuroleptiques").
Conduite à tenir

Dopaminergiques (sauf lévodopa) + Tétrabénazine

Risques et mécanismes Antagonisme réciproque entre le dopaminergique et la tétrabénazine.
Conduite à tenir
I Bas
Niveau de gravité : A prendre en compte

Médicaments à l'origine d'une hypotension orthostatique + Dapoxétine

Risques et mécanismes Risque de majoration des effets indésirables, notamment à type de vertiges ou de syncopes.
Conduite à tenir

Médicaments à l'origine d'une hypotension orthostatique + Médicaments abaissant la pression artérielle

Risques et mécanismes Risque de majoration d'une hypotension, notamment orthostatique.
Conduite à tenir

Grossesse et allaitement

Contre-indications et précautions d'emploi
Grossesse (mois) Allaitement
1 2 3 4 5 6 7 8 9
Risques II II

II Précaution

Risques liés au traitement

  • Risque d'allongement de l'espace QT
  • Risque d'anémie hémolytique
  • Risque d'hypotension orthostatique
  • Risque de narcolepsie
  • Risque de nodule au point d'injection
  • Risque de réaction au site d'injection
  • Risque de somnolence
  • Risque de syndrome de dysrégulation dopaminergique
  • Risque de trouble digestif
  • Risque de trouble du contrôle des impulsions

Surveillances du patient

  • Surveillance clinique pendant le traitement
  • Surveillance de l'état psychique pendant le traitement
  • Surveillance de la formule sanguine pendant le traitement
  • Surveillance par un médecin spécialisé pendant le traitement

Mesures à associer au traitement

  • Débuter le traitement en milieu spécialisé
  • Traitement à initier par un médecin spécialisé
  • Traitement antiémétique à associer

Information des professionnels de santé et des patients

  • Info du patient :ce trt peut altérer la capacité à conduire des véhicules et à utiliser des machines
  • Info patient : manipuler avec précaution car risque de tâches sur les vêtements
  • Info patient : risque de syndrome de dysrégulation dopaminergique
  • Info prof de santé : former le patient ou son partenaire à la technique de l'auto-injection
  • Info prof de santé : informer patient et soignant du risque de trouble du contrôle des impulsions
  • Information du patient : risque de somnolence
  • Information du patient : signaler toute apparition de symptômes cardiaques
  • Information du patient : signaler toute apparition de trouble du contrôle des impulsions

Effets indésirables

Systèmes Fréquence de moyenne à élevée (≥1/1 000) Fréquence basse (<1/1 000) Fréquence inconnue
ANOMALIE DES EXAMENS DE LABORATOIRE
  • Test de coombs positif
  • Eosinophilie
  • DERMATOLOGIE
  • Panniculite (Très fréquent)
  • Eruption cutanée (Peu fréquent)
  • Hyperhidrose
  • Pâleur
  • DIVERS
  • Asthénie
  • Hypersexualité
  • Oedème périphérique
  • HÉMATOLOGIE
  • Thrombopénie (Peu fréquent)
  • Anémie hémolytique
  • IMMUNO-ALLERGOLOGIE
  • Hypersensibilité (Rare)
  • Réaction anaphylactique (Rare)
  • INSTRUMENTATION
  • Irritation au point d'injection (Très fréquent)
  • Ulcération au point d'injection (Peu fréquent)
  • Ecchymose au point d'injection (Très fréquent)
  • Douleur au point d'injection (Très fréquent)
  • Sensibilité au site d'injection (Très fréquent)
  • Induration au site d'injection (Très fréquent)
  • Nodule au site d'injection
  • Prurit au point d'injection
  • Nécrose au point d'injection
  • Erythème au point d'injection
  • Réaction au point d'injection
  • NUTRITION, MÉTABOLISME
  • Trouble alimentaire
  • Hyperphagie
  • ORL, STOMATOLOGIE
  • Vertige (Fréquent)
  • Sensation de vertige (Fréquent)
  • Sialorrhée
  • PSYCHIATRIE
  • Hallucination visuelle (Fréquent)
  • Jeu pathologique
  • Trouble psychique
  • Agressivité
  • Hallucination
  • Agitation
  • Confusion mentale
  • Achat compulsif
  • Libido (augmentation)
  • SYSTÈME CARDIOVASCULAIRE
  • Hypotension orthostatique
  • Syncope
  • SYSTÈME DIGESTIF
  • Vomissement
  • Constipation
  • Nausée
  • SYSTÈME NERVEUX
  • Bâillement (Fréquent)
  • Trouble neuropsychique (Fréquent)
  • Dyskinésie (Peu fréquent)
  • Sédation (Fréquent)
  • Céphalée
  • Somnolence
  • Narcolepsie
  • SYSTÈME RESPIRATOIRE
  • Dyspnée (Peu fréquent)
  • Bronchospasme (Rare)
  • Voir aussi les substances

    apomorphine chlorhydrate

    Chimie
    IUPAC 6a bêta-aporphine-10,11-diol chlorhydrate hémihydrate
    Synonymes apomorphine hydrochloride
    Posologie
    Defined Daily Dose (WHO)
    Parenteral : 20 mg
    Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster