Substance active amprénavir

À propos de la substance
Mise à jour : 16 janvier 2013

Amprénavir : Mécanisme d'action

L'activité antivirale in vitro observée avec le fosamprénavir est due à la présence de faibles quantités d'amprénavir. L'amprénavir est un inhibiteur compétitif de la protéase du VIH-1. Il se lie au site actif de la protéase du VIH-1 et prévient ainsi la transformation des précurseurs polyprotéiniques gag et gag-pol viraux, conduisant à la formation de particules virales immatures non infectieuses.

L'administration de 700 mg de fosamprénavir deux fois par jour avec 100 mg de ritonavir deux fois par jour conduit à des concentrations plasmatiques d'amprénavir (données issues de l'étude APV30003 chez les patients prétraités) aboutissant à des ratios médians ajustés aux protéines plasmatiques de Cmin/IC50 et Cmin/IC95 de respectivement 21,7 (intervalle 1,19-240) et 3,21 (intervalle 0,26-30,0). 

Amprénavir : Cas d'usage

L’amprénavir est utilisé dans la prise en charge d’infections par le VIH.
Fiches DCI VIDAL
Mise à jour : 15 Décembre 2022

Fosamprénavir calcique 50 mg/ml suspension buvable

ATCRisque sur la grossesse et l'allaitementSportVigilance
J ANTI-INFECTIEUX GENERAUX A USAGE SYSTEMIQUE
J05 ANTIVIRAUX A USAGE SYSTEMIQUE
J05A ANTIVIRAUX A ACTION DIRECTE
J05AE INHIBITEURS DE PROTEASE
J05AE07 FOSAMPRENAVIR
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIII

IIPrécaution

Indications et modalités d'administration

FOSAMPRENAVIR CALCIQUE 50 mg/ml susp buv

Indications

Ce médicament est indiqué dans les cas suivants :

  • Infection par le VIH-1, traitement associé (de l')

Posologie

Unité de prise
ml
  • fosamprénavir calcique : 50 mg
Modalités d'administration
  • Voie orale
  • Bien agiter le flacon avant emploi
Posologie
Patient de 6 an(s) à 18 an(s)
25 kg ≤ Poids < 33 kg
  • Infection par le VIH-1, traitement associé (de l')
  • Posologie standard
  • Dans le cas de : Association au ritonavir
  • Administrer pendant le repas
  • 0,36 ml/kg 2 fois par jour
33 kg ≤ Poids < 39 kg
  • Infection par le VIH-1, traitement associé (de l')
  • Posologie standard
  • Dans le cas de : Association au ritonavir
  • Administrer pendant le repas
  • 0,36 ml/kg 2 fois par jour
  • Dose maximale par prise: 14 ml
  • Posologie maximale: 28 ml par jour
Poids ≥ 39 kg
  • Infection par le VIH-1, traitement associé (de l')
  • Posologie standard
  • Dans le cas de : Association au ritonavir
  • Administrer pendant le repas
  • 14 ml 2 fois par jour
Patient à partir de 18 an(s)
Patient quel que soit le poids
  • Infection par le VIH-1, traitement associé (de l')
  • Posologie standard
  • Dans le cas de : Association au ritonavir
  • Administrer à distance du repas
  • 14 ml 2 fois par jour
Populations particulières
  • Insuffisance hépatique : Adapter la posologie

Mises en garde

  • Bien agiter le flacon avant emploi
  • Info patient : signaler toute apparition d'effets indésirables ostéo-articulaires
  • Information du patient : ce traitement ne guérit pas l'infection à VIH
  • Information du patient : ce traitement ne prévient pas le risque de transmission du VIH
  • Interaction phytothérapique : millepertuis
  • Ne pas associer à un traitement ayant le même métabolite actif
  • Réservé à l'adulte et à l'enfant de plus de 6 ans
  • Respecter le schéma posologique
  • Traitement à arrêter en cas de réaction cutanée sévère
  • Traitement à utiliser en association suivant le protocole en vigueur

Surveillances du traitement

  • Surveillance de la glycémie pendant le traitement
  • Surveillance du bilan lipidique pendant le traitement
  • Surveillance par un médecin spécialisé en début de traitement

Informations relatives à la sécurité du patient

FOSAMPRENAVIR CALCIQUE 50 mg/ml susp buv
Niveau de risque : XCritiqueIIIElevéIIModéréIBas

Interactions médicamenteuses

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Bépridil (voie systémique)
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Cisapride
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Millepertuis (voie orale)
Risques et mécanismesDiminution des concentrations plasmatiques de l'inhibiteur de protéases, en raison de l'effet inducteur enzymatique du millepertuis, avec risque de baisse d'efficacité voire d'annulation de l'effet dont les conséquences peuvent être éventuellement graves (baisse de l'efficacité antirétrovirale).
Conduite à tenirEn cas d'association fortuite, ne pas interrompre brutalement la prise de millepertuis mais contrôler les concentrations plasmatiques (ou l'efficacité) de l'inhibiteur de protéases avant puis après l'arrêt du millepertuis.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Quinidine
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Rifampicine
Risques et mécanismesDiminution très importante des concentrations plasmatiques de l'inhibiteur de protéases, par augmentation de son métabolisme hépatique par la rifampicine. Pour l'association (saquinavir + ritonavir) : risque de toxicité hépatocellulaire sévère.
Conduite à tenirDans l'attente de données complémentaires avec les inhibiteurs de protéases "boostés".
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Sertindole
Risques et mécanismesRisque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Conduite à tenir
IIIHaut
Niveau de gravité: Association déconseillée
Fosamprénavir + Maraviroc
Risques et mécanismesDiminution significative des concentrations d'amprénavir pouvant conduire à une perte de la réponse virologique.
Conduite à tenir
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Atorvastatine
Risques et mécanismesRisque majoré d'effets indésirables (concentration-dépendants) à type de rhabdomyolyse (diminution du métabolisme hépatique de l'atorvastatine).
Conduite à tenirUtiliser des doses plus faibles d'atorvastatine. Si l'objectif thérapeutique n'est pas atteint, utiliser une autre statine non concernée par ce type d'interaction.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Atovaquone
Risques et mécanismesDiminution, éventuellement très importante, des concentrations plasmatiques de l'atovaquone par augmentation de son métabolisme.
Conduite à tenir
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Bocéprévir
Risques et mécanismesDiminution des concentrations du bocéprévir et du lopinavir (ou darunavir ou fosamprénavir), avec risque d'échec thérapeutique.
Conduite à tenir
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Cyprotérone
Risques et mécanismesRisque de diminution de l'efficacité de la cyprotérone.
Conduite à tenirAssociation déconseillée : dans son utilisation comme contraceptif hormonal, utiliser de préférence une autre méthode de contraception en particulier de type mécanique, pendant la durée de l'association et un cycle suivant. Précaution d'emploi : dans ses indications comme anti-androgène, surveillance clinique et adaptation éventuelle de la posologie de la cyprotérone pendant l'association et après son arrêt.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Estroprogestatifs contraceptifs
Risques et mécanismesRisque de diminution de l'efficacité contraceptive par diminution des concentrations en contraceptif hormonal, due à l'augmentation de son métabolisme hépatique par le ritonavir.
Conduite à tenirUtiliser une méthode additionnelle de type mécanique (préservatif) pendant la durée de l'association, et un cycle suivant l'arrêt du ritonavir.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Immunosuppresseurs
Risques et mécanismesAugmentation très importante des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur par inhibition de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirEn cas d'association, contrôle strict de la fonction rénale, dosage des concentrations sanguines de l'immunosuppresseur et adaptation de sa posologie.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Lamotrigine
Risques et mécanismesRisque de diminution des concentrations et de l'efficacité de la lamotrigine par augmentation de son métabolisme hépatique par le ritonavir.
Conduite à tenirAssociation déconseillée : éviter de mettre en route le traitement par ritonavir pendant la période d'ajustement posologique de la lamotrigine. Précaution d'emploi : surveillance clinique et adaptation de la posologie de la lamotrigine lors de la mise en route du traitement par ritonavir.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Progestatifs contraceptifs
Risques et mécanismesRisque de diminution de l'efficacité contraceptive par diminution des concentrations en contraceptif hormonal, due à l'augmentation de son métabolisme hépatique par le ritonavir.
Conduite à tenirUtiliser de préférence une autre méthode contraceptive, en particulier de type mécanique (préservatif ou stérilet), pendant la durée de l'association et un cycle suivant.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Télaprévir
Risques et mécanismesDiminution des concentrations du télaprévir et du darunavir ou du fosamprénavir, avec risque d'échec thérapeutique.
Conduite à tenir
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Ulipristal
Risques et mécanismesRisque de diminution de l'effet de l'ulipristal, par augmentation de son métabolisme hépatique par le ritonavir.
Conduite à tenirPréférer une alternative thérapeutique peu ou pas métabolisée.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Voriconazole
Risques et mécanismesBaisse très importante des concentrations de l'antifongique par augmentation de son métabolisme par le ritonavir, avec risque d'échec du traitement.
Conduite à tenir
IIModéré
Niveau de gravité: Précaution d'emploi
Fosamprénavir + Efavirenz
Risques et mécanismesRisque de baisse de l'efficacité de l'amprénavir.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique régulière, notamment en début d'association.
Fosamprénavir + Névirapine
Risques et mécanismesRisque de baisse de l'efficacité de l'amprénavir.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique régulière, notamment en début d'association.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Afatinib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatique d'afatinib par augmentation de son absorption par l'inhibiteur de protéases.
Conduite à tenirIl est recommandé d'administrer l'inhibiteur de protéases le plus à distance possible de l'afatinib, en respectant de préférence un intervalle de 6 heures ou de 12 heures par rapport à la prise d'afatinib.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Albendazole
Risques et mécanismesDiminution importante des concentrations plasmatiques de l'albendazole et de son métabolite actif par le ritonavir, avec risque de baisse de son efficacité.
Conduite à tenirSurveillance clinique de la réponse thérapeutique et adaptation éventuelle de la posologie de l'albendazole pendant le traitement avec l'inducteur enzymatique et après son arrêt.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Anticonvulsivants inducteurs enzymatiques
Risques et mécanismesRisque de baisse de l'efficacité de l'inhibiteur de protéases par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique régulière, notamment en début d'association.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Antivitamines K
Risques et mécanismesVariation de l'effet de l'antivitamine K, le plus souvent dans le sens d'une diminution.
Conduite à tenirContrôle plus fréquent de l'INR. Adaptation éventuelle de la posologie de l'antivitamine K pendant la durée du traitement.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Clarithromycine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de la clarithromycine et de son métabolite actif par diminution de son métabolisme hépatique par l'inhibiteur de protéases.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique régulière, notamment en début d'association.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Digoxine (voie systémique)
Risques et mécanismesAugmentation de la digoxinémie, plus marquée pour la voie intraveineuse, par augmentation de l'absorption de la digoxine ou diminution de sa clairance rénale.
Conduite à tenirSurveillance clinique et, s'il y a lieu, de l'ECG et de la digoxinémie, avec adaptation éventuelle de la posologie de digoxine.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Hormones thyroïdiennes (voie systémique)
Risques et mécanismesRisque de baisse de l'efficacité des hormones thyroïdiennes par augmentation de leur métabolisme hépatique par le ritonavir.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique et adaptation éventuelle de la posologie des hormones thyroïdiennes.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Itraconazole (voie systémique)
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations d'itraconazole par l'inhibiteur de protéases.
Conduite à tenirSurveillance clinique lors de l'association. L'administration de doses élevées d'itraconazole (>200 mg par jour) n'est pas recommandée.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Méthadone
Risques et mécanismesDiminution des concentrations plasmatiques de méthadone avec risque d'apparition d'un syndrome de sevrage par augmentation de son métabolisme hépatique par le ritonavir.
Conduite à tenirSurveillance clinique régulière et adaptation éventuelle de la posologie de méthadone.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Nintédanib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques du nintédanib par augmentation de son absorption par l'inhibiteur de protéases boosté par ritonavir.
Conduite à tenirSurveillance clinique pendant l'association.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Rifabutine
Risques et mécanismesRisque de baisse de l'efficacité de l'inhibiteur de protéases (ce d'autant que la posologie de la rifabutine est élevée) d'une part, et risque d'augmentation des effets indésirables (uvéites) de la rifabutine, d'autre part.
Conduite à tenirRéduction de la dose de rifabutine (150 mg 1 jour sur deux). Surveillance clinique et biologique régulière, notamment en début d'association.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Rosuvastatine (posologie < 40 mg)
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de la rosuvastatine par augmentation de son absorption.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Rosuvastatine (posologie de 40 mg)
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations plasmatiques de la rosuvastatine par augmentation de son absorption.
Conduite à tenirSurveillance clinique et biologique.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Talazoparib
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de talazoparib avec risque de majoration de la toxicité.
Conduite à tenirRéduire la dose de talazoparib.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Ténofovir alafénamide
Risques et mécanismesAvec l'atazanavir, le darunavir ou le lopinavir, augmentation des concentrations plasmatiques du ténofovir alafénamide par augmentation de son absorption.
Conduite à tenirEn cas de co-administration, la dose de ténofovir alafénamide doit être limitée à 10 mg par jour. L'association avec les autres inhibiteurs de protéases du VIH n'a pas été étudiée.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Théophylline (et par extrapolation, aminophylline)
Risques et mécanismesDiminution des concentrations plasmatiques de la théophylline, par augmentation de son métabolisme hépatique.
Conduite à tenirSurveillance clinique et éventuellement de la théophyllinémie ; s'il y a lieu, adaptation de la posologie de la théophylline pendant le traitement par l'inhibiteur de protéases et après son arrêt.
Médicaments administrés par voie orale + Colestipol
Risques et mécanismesLa prise de résine chélatrice peut diminuer l'absorption intestinale et, potentiellement, l'efficacité d'autres médicaments pris simultanément.
Conduite à tenirD'une façon générale, la prise de la résine doit se faire à distance de celle des autres médicaments, en respectant un intervalle de plus de 2 heures, si possible.
Médicaments administrés par voie orale + Résines chélatrices
Risques et mécanismesLa prise de résine chélatrice peut diminuer l'absorption intestinale et, potentiellement, l'efficacité d'autres médicaments pris simultanément.
Conduite à tenirD'une façon générale, la prise de la résine doit se faire à distance de celle des autres médicaments, en respectant un intervalle de plus de 2 heures, si possible.
Médicaments administrés par voie orale + Topiques gastro-intestinaux, antiacides et adsorbants
Risques et mécanismesDiminution de l'absorption de ces substances.
Conduite à tenirPar mesure de précaution, il convient de prendre ces topiques ou antiacides à distance de tout autre médicament (plus de 2 heures, si possible).
IBas
Niveau de gravité: A prendre en compte
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Buprénorphine
Risques et mécanismesRisque de majoration ou de diminution des effets de la buprénorphine, à la fois par inhibition et accélération de son métabolisme par l'inhibiteur de protéases.
Conduite à tenir
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Desvenlafaxine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de desvenlafaxine avec risque de surdosage.
Conduite à tenir
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (sauf ritonavir)
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations plasmatiques de l'inhibiteur de protéase boosté par le ritonavir ou de l'inhibiteur du CYP3A4.
Conduite à tenirPour connaître les risques et les niveaux de contrainte de chaque inhibiteur de protéase boosté par le ritonavir avec les inhibiteurs puissants du CYP3A4, il convient de se reporter aux AMM spécifiques à chacun d'eux.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Ritonavir
Risques et mécanismesRisque d'augmentation des concentrations plasmatiques de l'inhibiteur de protéase boosté par le ritonavir ou de l'inhibiteur du CYP3A4.
Conduite à tenirPour connaître les risques et les niveaux de contrainte de chaque inhibiteur de protéase boosté par le ritonavir avec les inhibiteurs puissants du CYP3A4, il convient de se reporter aux AMM spécifiques à chacun d'eux.
Inhibiteurs de protéases boostés par ritonavir + Venlafaxine
Risques et mécanismesAugmentation des concentrations de venlafaxine avec risque de surdosage.
Conduite à tenir
Médicaments administrés par voie orale + Laxatifs (type macrogol)
Risques et mécanismesAvec les laxatifs, notamment en vue d'explorations endoscopiques : risque de diminution de l'efficacité du médicament administré avec le laxatif.
Conduite à tenirEviter la prise d'autres médicaments pendant et après l'ingestion dans un délai d'au moins 2 h après la prise du laxatif, voire jusqu'à la réalisation de l'examen.

Contre-indications

XCritique
Niveau de gravité: Contre-indication absolue
  • Hypersensibilité à l'un des composants

Précautions

IIModéré
Niveau de gravité: Précaution
  • Co-infection VHB-VIH
  • Co-infection VHC-VIH
  • Déficit immunitaire sévère
  • Enfant de moins de 25 kg
  • Enfant de moins de 6 ans
  • Femme susceptible d'être enceinte
  • Hémophilie
  • Hépatite chronique évolutive
  • Hépatopathie
  • Hypersensibilité aux sulfamides
  • Insuffisance hépatique
  • Patient porteur de souche VIH groupe M sous-type CRF01_AE
  • Sujet âgé
  • Allaitement
  • Grossesse

Grossesse et allaitement

Contre-indications et precautions d'emploi
Grossesse (mois)Allaitement
123456789
RisquesIIII

IIPrécaution

Risques spécifiques

  • Risque de maladie auto-immune
  • Risque de prise de poids
  • Risque de réaction cutanée
  • Risque de syndrome de restauration immunitaire
  • Risque de syndrome de Stevens-Johnson
  • Risque d'hyperglycémie
  • Risque d'hyperlipidémie
  • Risque d'infection opportuniste
  • Risque d'ostéonécrose

Interactions alimentaires

  • Aliments riches en graisses
  • Pas d'interaction avec le jus de pamplemousse

Effets indésirables

SystèmesFréquence de moyenne à élevée(≥1/1 000)Fréquence basse (<1/1 000)Fréquence inconnue
ANOMALIE DES EXAMENS DE LABORATOIREALAT (augmentation) (Fréquent)
ASAT (augmentation) (Fréquent)
Hypertriglycéridémie (Très fréquent)
Lipase sérique (augmentation) (Fréquent)
CPK (augmentation)
Hypercholestérolémie
Hyperglycémie
Hyperlipidémie
DERMATOLOGIEEruption cutanée (Fréquent) Syndrome de Stevens-Johnson (Rare) Eruption maculopapuleuse
Prurit
DIVERSFatigue (Fréquent)
ENDOCRINOLOGIE Maladie de Basedow
HÉMATOLOGIE Hémorragie
HÉPATOLOGIE Hépatite auto-immune
IMMUNO-ALLERGOLOGIEOedème de Quincke (Peu fréquent) Maladie auto-immune
Syndrome de restauration immunitaire
NUTRITION, MÉTABOLISME Poids (augmentation)
ORL, STOMATOLOGIESensation de vertige (Fréquent)
SYSTÈME DIGESTIFDiarrhée (Très fréquent)
Douleur abdominale (Fréquent)
Nausée (Fréquent)
Selle molle (Fréquent)
Vomissement (Fréquent)
SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUE Rhabdomyolyse (Rare) Douleur musculaire
Myosite
Ostéonécrose
SYSTÈME NERVEUXCéphalée (Fréquent)
Paresthésie buccale (Fréquent)

Voir aussi les substances

Fosamprénavir calcique

Détails sur les substances
Chimie
IUPACdihydrogénophosphate de (1R,2S)-1-[[[(4-aminophényl)sulfonyl](2-méthylpropyl)amino]méthyl]-3-phényl-2-[[[[(3S)-tétrahydrofuran-3-yl]oxy]carbonyl]amino]propyle
Posologie
Defined Daily Dose (WHO)
Oral:1.4 g
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster