Gamme de médicaments MOSCONTINMise à jour : Vendredi 15 avril 2022

  • morphine sulfate
Information patient
  • MOSCONTIN
Famille du médicament : Morphine à libération prolongée

Dans quel cas le médicament MOSCONTIN est-il prescrit ?

Ce médicament est un antalgique puissant qui contient de la morphine. Il combat la douleur en agissant directement sur le cerveau.

Il est utilisé dans le traitement des douleurs intenses ou rebelles, notamment des douleurs cancéreuses.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament MOSCONTIN

MOSCONTIN LP 10 mg : comprimé à libération prolongée (brun) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 3,23 €.
MOSCONTIN LP 30 mg : comprimé à libération prolongée (violet) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 7,17 €.
MOSCONTIN LP 60 mg : comprimé à libération prolongée (orange) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 14,81 €.
MOSCONTIN LP 100 mg : comprimé à libération prolongée (gris) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 21,93 €.
MOSCONTIN LP 200 mg : comprimé à libération prolongée (vert) ; boîte de 14
Sur ordonnance (Stupéfiant) - Remboursable à 65 % - Prix : 40,40 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament MOSCONTIN

p cpp cpp cp
Morphine sulfate10 mg30 mg60 mg
Lactose+++
p cpp cp
Morphine sulfate100 mg200 mg
Excipients communs : Alcool cétostéarylique, Hyétellose, Magnésium stéarate, Talc, Titane dioxyde
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Alcool polyvinylique partiellement hydrolysé, Bleu brillant laque aluminique, Érythrosine laque, Fer jaune oxyde, Fer noir oxyde, Fer rouge oxyde, Hypromellose, Indigotine laque, Jaune de quinoléine laque, Jaune de quinoléine laque aluminique, Jaune orangé S laque, Lactose anhydre, Macrogol 3350, Macrogol 400, Opadry, Opadry gris, Opadry orange, Opadry vert, Opadry violet

Contre-indications du médicament MOSCONTIN

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • insuffisance respiratoire grave ;

  • insuffisance hépatique grave ;

  • épilpesie non stabilisée par un traitement ;

  • en association avec les médicaments contenant de la buprénorphine, de la nalbuphine, de la pentazocine, de la naltrexone, du nalméfène ou de l'oxybate de sodium ;

  • enfant de moins de 6 ans ;

  • allaitement (en cas d'instauration du traitement ou de traitement prolongé).

Attention

Cet antalgique n'est pas destiné au traitement d'urgence des douleurs aiguës qui relèvent d'antalgiques d'action rapide.

Ce médicament opioïde fort expose à un risque de dépendance. Le risque est plus élevé en cas d'utilisation prolongée ou de dépassement de la posologie prescrite face à une baisse de l'effet du médicament (tolérance). La dose prescrite ne doit jamais être dépassée sans nouvel avis médical.

Une diminution progressive des doses est nécessaire après un traitement prolongé pour limiter les symptômes de manque (syndrome de sevrage) qui peuvent être observés en cas d'arrêt brutal du traitement.

Des précautions sont nécessaires en cas d'antécédent de toxicomanie ou d'alcoolisme, d'insuffisance rénale, d'hypertension intracrânienne, de drépanocytose, d'asthme ou bronchite chronique grave et chez les personnes âgées, notamment en cas d'adénome de la prostate.

Évitez la prise de boissons alcoolisées pendant le traitement.

Attention : conducteurCe médicament peut induire une somnolence parfois intense chez certaines personnes. Cette somnolence peut être augmentée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs. La conduite ou l'utilisation de machines dangereuses sont déconseillées.

Attention : sportifSportif : ce médicament contient une substance susceptible de rendre positifs certains tests antidopage.

Interactions du médicament MOSCONTIN avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé :
  • aux médicaments contenant de la pentazocine, de la nalbuphine, de la buprénorphine (TEMGÉSIC, SUBUTEX et ses génériques), de la naltrexone ou du nalméfène : diminution de l'effet antalgique de la morphine ;

  • à l'oxybate de sodium : augmentation du risque de dépression respiratoire.

Informez votre médecin si vous prenez des médicaments sédatifs (tranquillisants, somnifères, antidépresseurs, neuroleptiques...) ; ils peuvent augmenter le risque de somnolence ou de dépression respiratoire.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

L'utilisation de la morphine et de ses dérivés ne doit être envisagée chez la femme enceinte qu'en cas d'absolue nécessité, en effet :
  • une insuffisance respiratoire peut survenir chez le nouveau-né d'une mère traitée par des doses élevées, même si le traitement est ponctuel mais précède de peu l'accouchement ;

  • un syndrome de sevrage, à l'inverse, peut concerner des nouveau-nés si leur mère reçoit un traitement régulier, même à faible dose. L'enfant souffre alors d'irritabilité, de vomissements, voire de convulsions.

Il est donc important de signaler à l'obstétricien la prise éventuelle de morphinique, afin que ces risques puissent être prévenus par une surveillance et un éventuel traitement adapté.

Allaitement :

La morphine passe dans le lait maternel : l'allaitement est contre-indiqué en cas de traitement prolongé. Une prise unique ne pose pas de problème.

Mode d'emploi et posologie du médicament MOSCONTIN

Ces comprimés à libération prolongée doivent être avalés tels quels, sans être croqués, mâchés ou écrasés : risque de surdosage s'ils sont croqués ou sucés.

La dose quotidienne est répartie en 2 prises espacées de 12 heures.

Posologie usuelle :

  • Adulte et enfant et enfant de plus de 6 ans : la posologie, strictement individuelle, est adaptée progressivement par votre médecin en fonction de l'intensité de la douleur, et des médicaments éventuellement associés. L'action de ce médicament étant lente et prolongée, il ne doit pas être utilisé pour traiter un accès douloureux aigu : il est préférable d'utiliser en complément une morphine à action immédiate.

Conseils

La morphine et les médicaments apparentés ne sont pas réservés aux douleurs des cancéreux ; ils sont aussi utilisés dans le traitement de courte durée des fortes douleurs pouvant faire suite à une fracture, une intervention chirurgicale, un infarctus du myocarde...

Respectez la posologie et la durée de traitement prescrites par votre médecin. Mais si le traitement paraît insuffisant, n'hésitez pas à reprendre contact avec lui.

Conditions particulières de prescription :

La prescription de morphine et de substances apparentées (stupéfiants) est rédigée par le médecin sur une ordonnance sécurisée.

La durée de validité de l'ordonnance est limitée à 28 jours.

Effets indésirables possibles du médicament MOSCONTIN

Très fréquents : nausées qui souvent régressent spontanément, constipation qui nécessite la prise d'un traitement laxatif régulier.

Fréquents : vomissements, diminution de l'appétit, bouche sèche, confusion des idées, insomnie, étourdissement, maux de tête, contractions musculaires involontaires, somnolence, transpiration excessive (hyperhidrose), éruption cutanée, démangeaisons, fatigue, malaise.

Peu fréquents : agitation, excitation, hallucinations, fourmillement ou engourdissement des extrémités, hypotension, occlusion intestinale, altération du goût, digestion difficile, rétention urinaire, urticaire, augmentation des transaminases.

Fréquence indéterminée : cauchemars (notamment chez la personne âgée), difficulté à uriner, hypertension intracrânienne, baisse de la libido, impuissance, absence de règles, troubles respiratoires liés au sommeil, insuffisance surrénale.

Dépression respiratoire, notamment en cas d'association à des benzodiazépines ou d'autres médicaments sédatifs. Contactez d'urgence votre médecin si vous avez du mal à respirer, une respiration sifflante ou fortement ralentie.

L'arrêt brutal de ce médicament peut également exposer à un syndrome de sevrage : attaque de panique, anxiété importante, irritabilité, frissons, dilatation des pupilles, bouffées de chaleur, sueurs, douleurs abdominales ou articulaires. Ces symptômes peuvent être évités en diminuant progressivement les doses.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en ligne.

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster